Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »


cultureÀ l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une association de promotion de l'art, de la culture et de formation des artistes, qui organise le Festa2H, un festival de hip hop et de culture urbaine. Dans cet entretien en ligne ''Sage Soldat'' parle de ses débuts dans la musique, de ses activités d'artistes, de l'organisation du Festa2H à Dakar.
M. Ibrahim Oumarou Yacouba pourquoi le public vous surnomme « Sage Soldat » ?
Le pseudo Sage vient de mon public. Cela représente tout ce qui me reflète, (rires). La patience, l'endurance, le courage, le respect et surtout la quête perpétuelle du savoir. « Soldat » est un ajout qui témoigne de ma détermination ; mon engagement à poursuivre mes objectifs et à les atteindre ouvertement.

Votre album « Ultime Conviction » est sorti en mai 2016 et vous étiez en concert en mai dernier à la maison des jeunes de Niamey avec la sortie de nouveaux titres. Parlez-nous de votre album, pourquoi le titre « Ultime Conviction »?

L'album « Ultime Conviction » est sorti en 2016. Je l'ai présenté en concert live au centre culturel franco-nigérien Jean Rouch de Niamey (CCFN/FR). J'ai choisi ce titre parce qu'il y a beaucoup de choses qui me tiennent à cœur. Je suis étudiant. Et être étudiant c'est travailler et tenir debout tout le temps. J'ai pu obtenir un master 2 en droit des affaires. Je poursuis des études en arts. Je suis artiste. Je travaille aussi l'artiste en moi. Il ne faut donc pas faillir. Etre solide même aux heures difficiles. Voilà. Ce sont là des repères qui m'ont conduit à donner ce titre à mon album.

Votre engagement n'est pas qu'artistique, puisque vous vous présentez comme activiste social, et avec les recettes de vos concerts vous faites régulièrement des dons à des orphelinats à Niamey. Qu'est ce qui explique cet engagement ?

Activiste social (rires). Je crois que je me retrouve dans cette appellation. Je suis artiste pour servir. J'y crois fort. Mes concerts sont plus caritatifs que lucratifs. Les recettes du vernissage de « Ultime Conviction » sont reversées à l'orphelinat «Le bon Samaritain» à Niamey. Il faut encourager les artistes et s'encourager à mener des actions nobles en faveur des démunis. Je crois que c'est une façon pour nous aussi de construire une société meilleure.

Parlez-nous de vos débuts dans la musique reggae. Quelles sont les artistes qui vous ont inspirés ?

Mes débuts dans la musique remontent à 2004. À l'époque, je faisais du rap comme beaucoup de jeunes de mon âge en quête d'expression. C'est à mon entrée à l'université que j'ai changé d'univers musical. Le reggae était le genre qui me parlait le plus. Il y'a toujours des messages engagés, forts, éducatifs. Beaucoup d'artistes m'ont influencé à l'instar de Bob Marley, Capleton, Blacko, Takana Zion. Au Niger, j'ai des mentors dont Sani Aboussa, El Hadj Taya, Moussa Poussi, Fati Mariko, Bilal Keit, Yas D Maiwaka et pleins d'autres.

Selon vous quelle place l'art (musique, cinéma, peinture, etc.) peut occuper dans l'éveil des consciences ?

Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences. Il éduque surtout. C'est un vecteur de développement. Cependant, il faut soutenir les projets artistiques. Ce qui n'est pas toujours visible dans le paysage artistique au Niger. Des actions doivent être menées par les artistes et les politiques culturelles pour offrir à l'art cette place forte. Je profite de cette occasion pour dire merci au public nigérien et à tous ceux qui nous soutiennent, et souhaiter la paix et le progrès pour le Niger.

Parlez-nous du Festa2H dont vous participez à l'organisation. Qu'est ce qui est prévue pour cette édition ?

Festa2H est un festival international de hip hop et de cultures urbaines. En Afrique, aujourd'hui, c'est le plus grand rendez-vous en la matière. Cette année, c'est la 12ème édition. Le festival rassemble plusieurs pays horizons du monde. Pour cette édition par exemple, nous recevons le Canada, la Belgique, la Mauritanie, le Mali, les Etats-Unis, le Niger... Fondé en 2006 par le rappeur sénégalais Matador de BMG 44, l'association Africulturban est un cadre d'échange culturel qui favorise les formations et ateliers dans le domaine du Rap, du Slam, du Graffiti, du Deejaying, du Breakdance, Mcing... mais aussi dans l'organisation de concerts et festivals. La tradition du Festa2H est la même. Il est prévu pour cette édition 4 grands concerts à la maison de la culture Douta Seck et un autre à la prison des mineurs. Il y'a au programme le projet FOCUS (forum des cultures urbaines du sud) qui est accompagné d'ateliers de formation en Deejaying, Beat Boxing, MAO (musique assisté par ordinateur), Casting films, Photos, Vidéos, Breakdance... Il y a au cœur du Festa2H cette année le projet Jokum qui donne la voix à la femme. Des femmes artistes ont créé ce cadre d'échanges qui s'articule autour d'expositions et d'enregistrements de plusieurs chansons qu'elles ont présentées le 5 juillet dernier.

Entretien réalisé par Joël Gandi (Stagiaire)
12/07/17

Culture

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

25 ans de carrière, des milliers d'heures d'émissions humoristiques radio et des séries TVNé en mai 1968, le jeune humoriste a commencé sa carrière en 1992 avec une émission à la radio, Les Echos de l'allocodrome, le nom qu'il attribue aux maquis qui servent entre autres des bananes frites ou allocos. Son art humoristique est apprécié dans toute la sous-région, notamment au Niger. «J'adapte les expressions au lieu où je suis ; au Niger,...

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Du 4 au 9 septembre, Abidjan est le carrefour des talents du cinéma et de l'audiovisuels de la sous-région (UEMOA) avec la 17ème édition de Clap Ivoire qui va mettre en compétition des jeunes réalisateurs de courts métrages. Initiée dans un esprit de célébration de l'intégration sous régionale à travers le cinéma, le concours s'adresse à tous les Pays ressortissants de l'UEMOA, dont le nôtre. Pour les organisateurs, à travers cette renc...

Portrait/Abdoulaye Adamou Mato Ingénieur de son, régisseur Général et scénographe nigérien : «Le manque d'implication de…

Portrait/Abdoulaye Adamou Mato Ingénieur de son, régisseur Général et scénographe nigérien : «Le manque d'implication des compétences locales dans la réalisation sonore des cinéastes nigériens est à déplorer»

Avec plusieurs stages à son actif au Niger et des bourses d'études de l'Institut Imagine au Burkina Faso et de l'Organisation International de la Francophonie (OIF), Abdoulaye Adamou Mato s'est spécialisé dans l'art de la scène et radiophonique, en studio, en régie son et lumière au Centre Arabo Africain de Formation et de Recherche Théâtrale en Tunisie.L'évolution technologique dans l'audiovisuel a poussé Abdoulaye Adamou Mato pour maî...

Les vertus du henné : Tatouages et soins de beauté au henné

Les vertus du henné : Tatouages et soins de beauté au henné

A l'approche de la fête de la Tabaski, l'ambiance bat son plein à Niamey. Les femmes prennent d'assaut les marchés et les salons pour se faire belle. Fête rime avec élégance chez beaucoup d'entre elles et des marchés et salons d'esthétique se créent de façon spontanée au grand bonheur des commerçants et promoteurs. De jour, comme de nuit, ces lieux, grouillent de monde. Nombreuses sont les femmes qui utilisent le henné comme tatouage au...

Portrait : Rahina Balarabé, conteuse et comédienne : Conter sans compter

Portrait : Rahina Balarabé, conteuse et comédienne : Conter sans compter

Rahina Balarabé est une conteuse, d'ailleurs une des rares femmes qui pratique ce métier au Niger. Cette diplômée de l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information et de la Communication (IFTIC) est bien connue du grand public nigérien grâce à son émission télévisée « c'est l'heure du conte ».Passionnée de contes depuis son jeune âge, Rahina Balarabé a commencé à écrire en 2006, avec l'ambition de faire un livre de contes, mais...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son doctorat en littérature à l'Ecole Doctorale, Lettres, Arts, Sciences de l'Homme et de la Société (ED- LASHS) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey. Amadou Edouard Lompo se spécialise sur la connaissance des grands héros du Niger, plus précisément les épopées. Confronté à un manque d'ouvrages littéraires dans les ann...

Les spectacles Artistiques et Culturels du FESCUAO 2017 : Des prestations sur les valeurs d'unité, de paix, de solidarit…

Les spectacles Artistiques et Culturels du FESCUAO 2017 : Des prestations sur les valeurs d'unité, de paix, de solidarité et de dialogue

Les spectacles artistiques et culturels se poursuivent activement à Ouagadougou, la capitale du Faso, dans le cadre des festivités de la 14ème édition du Festival Scientifique et Culturel des Clubs UNESCO Universitaires de l'Afrique de l'Ouest (FESCUAO) à laquelle participent 450 festivaliers.Les troupes artistiques et culturelles des clubs UNESCO des pays participants se sont produites chacune en théâtre, en danse traditionnelle et mod...

Portrait/Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné artiste plasticienne nigérienne : 23 ans et déjà grande artiste

Portrait/Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné artiste plasticienne nigérienne : 23 ans et déjà grande artiste

« Aux âmes bien nées, la valeur n'atteint point le nombre d'années », dit-on à la jeune artiste plasticienne nigérienne Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné. Du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédias Balla Fasseké Kouyaté (CAMM/BFK) de Bamako à sa vie professionnelle, Mlle Akiné qui est âgée de 23 ans a déjà, à son actif, plus de 2500 œuvres dans sa carrière d'artiste plasticienne. On peut dire sans se tromper que tout, prédisposait...

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou …

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le public

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la France. Ces cinq sélectionnés se retrouveront pour la grande finale du concours de conte. C'est à l'issue de quatre jours de compétition au cours desquels 20 pays se sont affrontés, qu'ils ont pu valider leur ticket.Cependant, la publication des résultats par le jury a suscité quelques grincements...

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

L'artiste Jhonel, de son vrai nom Hamani Kassoum, est né le 3 juin 1984 à Niamey; il est de teint noir, mince, avec une taille moyenne. Toujours souriant, Jhonel a le plus souvent un style vestimentaire typiquement afro. Avec une voix agréable, ses titres sont sans reproches. Ses prestations notamment sur le petit écran, lui valent estime et considération. Il chante en français et aussi en langue locale. Son talent dans l'art de manier ...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.