Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »


ElkebiMohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».
Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie de téléphonie mobile de la place. Quelques années plus tard, sa passion l'a emporté au point de démissionner de son travail pour s'engager dans son domaine professionnel. « J'ai embrassé le cinéma par passion. Notre objectif, c'est de faire en sorte que le cinéma nigérien puisse rayonner dans le concert des nations», déclare M. Mohamad Elkebir du groupe Sahara Niger. Au delà de la production, il s'est lancé dans un projet entreprise qui vise à initier des jeunes aux techniques de production, de réalisation ... des films en organisant des séances de formation avec des écoles professionnelles.
Après la série'' Origine du mal'', qui comporte 9 épisodes, « L'extase du mal » est son tout dernier film. Mais, il avait aussi réalisé trois films documentaires, notamment « le sang de la vie» qui incite la population à donner du sang pour sauver des vies et « la logistique, source de valeur ajoutée. Et il y a aussi des films de fiction dont la série ''NIAMEYZE'' composés aussi de 9 épisodes sortis tout récemment dont la projection a eu lieu au CCFN. Avant cela, il a réalisé un autre film qu'il a présenté à un festival en Côte d'Ivoire intitulé : '' laffouci''. Il a en projet une nouvelle série : '' Kabba'' en Hausa de 9 épisodes.
Mais, pourquoi « l'extase du mal »? Pour le jeune réalisateur, c'est un devoir pour lui de s'investir sans relâche dans la production nigérienne. La raison est que « j'étais au Burkina en 2001 à l'occasion de FESPACO quand on a décerné le prix Oumarou Ganda et il y a un burkinabé qui m'a dit : ''Toi le Nigérien, parle nous d'Oumarou Ganda''. J'étais obligé de m'éclipser de la salle parce que tout ce que je connais d'Oumarou Ganda, c'est le CCOG. Je ne connaissais pas l'histoire cinématographique de ce dernier. Il m'a fallu après faire des recherches : je compris que Oumarou Ganda a été le premier lauréat du FESPACO déjà en 1972 avec son film ''Wazzu polygame'' ; or, depuis 1972, le Niger n'a plus remporté le grand prix du FESPACO. Et donc par la suite, comme j'étais au Burkina où j'étudiais, je travaillais en même temps avec de grands réalisateurs comme celui de la série ''le commissariat de Tampi''. J'ai eu une prise de bec avec des Burkinabés qui ont jeté l'anathème sur mon pays ; par patriotisme, j'ai décidé de revenir chez moi au Niger pour me mettre au service du cinéma nigérien».

« Depuis pratiquement 2007, affirme Elkebir, nous sommes en train de nous battre pour que ça puisse rayonner ; malheureusement, l'accompagnement qui devrait suivre ne suit pas. Le cinéma, selon lui, est un métier coûteux ; c'est un métier dans lequel, si vous investissez plus, vous gagnez à coup sûr. Dans certains pays, on injecte des milliards comme fonds d'aide pour la production cinématographique. L'enjeu c'est de produire des films dans des normes techniques internationales. Si aujourd'hui l'Etat met à la disposition des réalisateurs un bon budget, naturellement ils vont produire des bons films, des films qui peuvent être diffusés partout dans le monde. Si l'Etat accompagne les acteurs culturels ils ne vont pas courir de tort à travers pour chercher des financements auprès des partenaires étrangers qui souvent nous imposent des choses qui vont en contradiction avec nos réalités culturelles. Quand vous regardez dans la sous région, ils produisent des films dont la qualité artistique n'égale pas les films nigériens», a-t-il ajouté.
Mohamed Elkebir déplore que «la qualité technique et l'accompagnement financier qui devrait, suivre on en parle pas. Quand vous regardez un film sur les télévisions étrangères, vous allez voir que l'histoire ou le message qui y est raconté n'est pas si extraordinaire que ce que nous faisons ici, parce que le Nigérien, sa vie même, c'est un film. Mais malheureusement, il n'y a pas de moyen financier ou technique pour pouvoir accompagner ». « Pourquoi aujourd'hui, nous les Nigériens, nous n'allons pas créer les conditions de produire des films dans le sens de faire en sorte que nous puissions faire le doublage, pour pousser tout les milieux linguistiques nigériens à consommer les films nigériens. C'est mon combat! », assure-t-il.

Tout artiste rend service à nos populations à travers les œuvres culturelles qu'il produit. Prenons l'exemple du film ''laffouci'' : à travers la culture, il a sensibilisé les femmes sur les dangers, les méfaits de cela et de même dans '' l'extase du mal'', on parle de l'histoire d'Amadou Kourandaga et bien d'autres grands héros et combattants nigériens qui ont marqué l'histoire du temps. C'est bon qu'un acteur culturel revalorise nos histoires à travers ses œuvres. Et un de ses combats est de faire en sorte qu'on mette le Niger dans ses droits. Dans ''L'extase du mal'', il a dénoncé les injustices et il précise que « les décideurs politiques doivent nous considérer comme des collaborateurs, des porte-parole qui peuvent avoir des messages qui peuvent porter haut pour un changement positif».
Mohamed Elkebir assure que les productions nigériennes ont de l'avenir devant elles à condition que nous travaillions : « il ne faut pas viser de l'argent du coup. Pour que les productions nigériennes puissent avoir de l'avenir, il faut que nous soyons solidaires entre nous, pour pouvoir mobiliser la population à consommer nigérien. Quand nous allons commencer cette synergie, nous allons produire plus. Tant qu'il n'y a pas d'offre, il ne peut pas y avoir suffisamment de demande ; nous devrons nous professionnaliser et nous mettre au travail. Quand nous allons réussir à produire beaucoup, nous allons partir vers le public pour qu'ils puissent regarder nos productions. Nous n'avons pas de CD. Les gens demandent : où sont vos CD ? Nous n'en avons pas. Pour dupliquer un CD, il te faut 1000 ou 1500FCFA et comment tu vas le revendre ? Tu ne t'en sortiras pas. A peine tu vas avoir 100 ou 200F de bénéfice. Quand nous allons avoir des maisons de duplication, nous allons reproduire davantage et casser le prix pour permettre au public de consommer nos œuvres. Il faut que nous partions pour conquérir le marché avec le cinéma nigérien ».
Mais, d'ici décembre, son projet de faire des CDs sera réalisé et il est en train de préparer une sortie pour mener une vaste campagne à l'intérieur du pays notamment à Agadez, Zinder et Tillabéri pour pouvoir programmer des séances de projections dans ces localités.

Abdoul Aziz Ibrahim Souley
14/07/17

Culture

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

C'est à travers le personnage d'Aline dans la série" Monia and Rama " de la réalisatrice burkinabè Apolline Traoré, qu'Amélie M'Baye a fait son entrée dans le cinéma en 2002. Et l'aventure continue avec cette réalisatrice, puisque dans son long métrage Frontières, sorti en 2016 c'est Amélie qui joue le rôle principal, celui d'Adjara. Elle a joué le rôle principal dans ce film qui raconte la vie des commerçantes africaines confrontées au...

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par …

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par ses créations

Basée à Paris en France, la styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché, est nigérienne. Après trois (3) ans d'exercice pratique, elle sort la marque ''Mabiba'' qui propose un style moderne avec un détail qui frappe et qui fait la différence, créant ainsi la surprise. Le samedi 28 février dernier, à l'occasion de la présentation de sa première collection avec pour thème''la paix au Niger ''et pou...

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

L'actrice principale du film fiction de ''Toula'' du réalisateur nigérien feu Moustapha Alassane a aujourd'hui la soixantaine sonnée. L'ancienne actrice incarnait la fille sacrifiée par son oncle, le roi du village de ''Yalambouli'' où loge dans la mare un génie. ''Toula'' est aujourd'hui mère de deux enfants (une fille et un garçon). Depuis sa retraite, Solange Delanne vit en France où elle dirige une association de chorale. « Nous org...

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à …

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à raconter. Il y a encore de longues années d'exploitation», estime la réalisatrice burkinabè

Apolline Traoré est surtout connue à travers ses longs métrages, notamment Moi Zaphira en 2013, Frontières en 2017, Desrances sorti en fin 2018. Mais elle a commencé à réaliser des courts métrages depuis les années 2000 avec The Price of Ignorance (Le Prix de l'ignorance) en 2000, (sur la victime d'un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous. Elle réalise son premi...

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour…

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour le Niger

C'est en 1983, soit 14 ans après la création du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) que le Marché International du Cinéma Africain (MICA) a vu le jour. Cet espace qui, depuis fait partie des activités du FESPACO est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent d'avoir un marché autonome et propre au film africain. Pour sa 19ème édition qui a eu lieu du 24 février a...

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le …

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le FIMA de retour à Niamey

Le Promoteur du Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) M. Seidnaly Sidahmed Alphadi a organisé une conférence de presse, hier matin, à l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette conférence de presse a pour Objectif d'informer l'opinion nationale et internationale sur la tenue, en juillet 2019, à Niamey, de la 12ème édition dudit festival. C'est le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto ...

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

A l'état civil, il se nomme Abdou Halidou Maiguizo, mais tout le monde l'appelle John Sofakolley. Une carrière en dents de scie mais un talent indéniable pour celui qui vient de loin et qui participe à des causes humanitaires.Avant les années 2000, Abdou Halidou Maiguizo était en vue sur la scène musicale nigérienne. Il l'était tant pour son savoir-faire, que pour son engagement et sa créativité. A travers cet art, il a inspiré plus d'u...

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 20…

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 2017, projeté en séance spéciale au Ciné Burkina : Dans le quotidien tumultueux d'une communauté cosmopolite

"La vie de Château" : ce sont les différentes facettes de ces communautés dont les membres venus d'horizons divers poursuivent leurs rêves. Un film sur une thématique qui n'est certainement pas nouvelle, mais qui reste toujours d'actualité comme le désir de tous ceux-là qui s'illusionnent pour une meilleure vie de l'autre côté de la méditerranée.Nous sommes dans la zone de la Station Château d'Eau de Paris, où le film "la Vie de Château...

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

Sorti en 2018, « Ma belle-mère Ma Coépouse », 75 mn du réalisateur nigérien Moussa Hamadou Djingarey, était en projection panorama au FESPACO 2019.Tourné à Agadez, ville du nord Niger, « Ma belle-mère Ma Coépouse » porte sur la vie d'un jeune couple, Raicha une femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur d'une autre ethnie. La vie paisible que mène ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obn...

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Sorti en 2018, le film "Bibata est partie'', est un court métrage de 30 mn de la réalisatrice nigérienne Nana Hadiza Akawala. Dans ce documentaire, elle est à la recherche de son amie perdue de vue depuis une dizaine d'années. En selection aux compétitions du 26ème FESPACO, le film tourné en langue Zarma, et sous titré en français a été projeté le 27 février dernier au ciné Nerwaya de Ouagadougou.Bibata était une de ces femmes communéme...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

Relations employeurs – employés : Témoignage du sy…

Relations employeurs – employés : Témoignage du syndicaliste Saidou Mamoudou, secrétaire à la formation syndicale et à l'éducation à l'Union Syndicale des Travailleurs du Niger (USTN)

Le premier conflit qui intervient entre employeurs et employés est lié au non-respect des ...

jeudi 4 avril 2019

Commerce du criquet au Niger : Plongée dans la fil…

Commerce du criquet au Niger : Plongée dans la filière de ces insectes commestibles

Le criquet fait partie, désormais, des produis commerciaux au Niger. Devenu de plus en plu...

jeudi 21 mars 2019

L'air du temps

Temps de chaleur, tant de calvaire

Temps de chaleur, tant de calvaire

Il est vrai que de tous temps, dans les pays du Sahel, les mois de mars, avril et mai, n'o...

jeudi 4 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.