Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »


ElkebiMohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».
Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie de téléphonie mobile de la place. Quelques années plus tard, sa passion l'a emporté au point de démissionner de son travail pour s'engager dans son domaine professionnel. « J'ai embrassé le cinéma par passion. Notre objectif, c'est de faire en sorte que le cinéma nigérien puisse rayonner dans le concert des nations», déclare M. Mohamad Elkebir du groupe Sahara Niger. Au delà de la production, il s'est lancé dans un projet entreprise qui vise à initier des jeunes aux techniques de production, de réalisation ... des films en organisant des séances de formation avec des écoles professionnelles.
Après la série'' Origine du mal'', qui comporte 9 épisodes, « L'extase du mal » est son tout dernier film. Mais, il avait aussi réalisé trois films documentaires, notamment « le sang de la vie» qui incite la population à donner du sang pour sauver des vies et « la logistique, source de valeur ajoutée. Et il y a aussi des films de fiction dont la série ''NIAMEYZE'' composés aussi de 9 épisodes sortis tout récemment dont la projection a eu lieu au CCFN. Avant cela, il a réalisé un autre film qu'il a présenté à un festival en Côte d'Ivoire intitulé : '' laffouci''. Il a en projet une nouvelle série : '' Kabba'' en Hausa de 9 épisodes.
Mais, pourquoi « l'extase du mal »? Pour le jeune réalisateur, c'est un devoir pour lui de s'investir sans relâche dans la production nigérienne. La raison est que « j'étais au Burkina en 2001 à l'occasion de FESPACO quand on a décerné le prix Oumarou Ganda et il y a un burkinabé qui m'a dit : ''Toi le Nigérien, parle nous d'Oumarou Ganda''. J'étais obligé de m'éclipser de la salle parce que tout ce que je connais d'Oumarou Ganda, c'est le CCOG. Je ne connaissais pas l'histoire cinématographique de ce dernier. Il m'a fallu après faire des recherches : je compris que Oumarou Ganda a été le premier lauréat du FESPACO déjà en 1972 avec son film ''Wazzu polygame'' ; or, depuis 1972, le Niger n'a plus remporté le grand prix du FESPACO. Et donc par la suite, comme j'étais au Burkina où j'étudiais, je travaillais en même temps avec de grands réalisateurs comme celui de la série ''le commissariat de Tampi''. J'ai eu une prise de bec avec des Burkinabés qui ont jeté l'anathème sur mon pays ; par patriotisme, j'ai décidé de revenir chez moi au Niger pour me mettre au service du cinéma nigérien».

« Depuis pratiquement 2007, affirme Elkebir, nous sommes en train de nous battre pour que ça puisse rayonner ; malheureusement, l'accompagnement qui devrait suivre ne suit pas. Le cinéma, selon lui, est un métier coûteux ; c'est un métier dans lequel, si vous investissez plus, vous gagnez à coup sûr. Dans certains pays, on injecte des milliards comme fonds d'aide pour la production cinématographique. L'enjeu c'est de produire des films dans des normes techniques internationales. Si aujourd'hui l'Etat met à la disposition des réalisateurs un bon budget, naturellement ils vont produire des bons films, des films qui peuvent être diffusés partout dans le monde. Si l'Etat accompagne les acteurs culturels ils ne vont pas courir de tort à travers pour chercher des financements auprès des partenaires étrangers qui souvent nous imposent des choses qui vont en contradiction avec nos réalités culturelles. Quand vous regardez dans la sous région, ils produisent des films dont la qualité artistique n'égale pas les films nigériens», a-t-il ajouté.
Mohamed Elkebir déplore que «la qualité technique et l'accompagnement financier qui devrait, suivre on en parle pas. Quand vous regardez un film sur les télévisions étrangères, vous allez voir que l'histoire ou le message qui y est raconté n'est pas si extraordinaire que ce que nous faisons ici, parce que le Nigérien, sa vie même, c'est un film. Mais malheureusement, il n'y a pas de moyen financier ou technique pour pouvoir accompagner ». « Pourquoi aujourd'hui, nous les Nigériens, nous n'allons pas créer les conditions de produire des films dans le sens de faire en sorte que nous puissions faire le doublage, pour pousser tout les milieux linguistiques nigériens à consommer les films nigériens. C'est mon combat! », assure-t-il.

Tout artiste rend service à nos populations à travers les œuvres culturelles qu'il produit. Prenons l'exemple du film ''laffouci'' : à travers la culture, il a sensibilisé les femmes sur les dangers, les méfaits de cela et de même dans '' l'extase du mal'', on parle de l'histoire d'Amadou Kourandaga et bien d'autres grands héros et combattants nigériens qui ont marqué l'histoire du temps. C'est bon qu'un acteur culturel revalorise nos histoires à travers ses œuvres. Et un de ses combats est de faire en sorte qu'on mette le Niger dans ses droits. Dans ''L'extase du mal'', il a dénoncé les injustices et il précise que « les décideurs politiques doivent nous considérer comme des collaborateurs, des porte-parole qui peuvent avoir des messages qui peuvent porter haut pour un changement positif».
Mohamed Elkebir assure que les productions nigériennes ont de l'avenir devant elles à condition que nous travaillions : « il ne faut pas viser de l'argent du coup. Pour que les productions nigériennes puissent avoir de l'avenir, il faut que nous soyons solidaires entre nous, pour pouvoir mobiliser la population à consommer nigérien. Quand nous allons commencer cette synergie, nous allons produire plus. Tant qu'il n'y a pas d'offre, il ne peut pas y avoir suffisamment de demande ; nous devrons nous professionnaliser et nous mettre au travail. Quand nous allons réussir à produire beaucoup, nous allons partir vers le public pour qu'ils puissent regarder nos productions. Nous n'avons pas de CD. Les gens demandent : où sont vos CD ? Nous n'en avons pas. Pour dupliquer un CD, il te faut 1000 ou 1500FCFA et comment tu vas le revendre ? Tu ne t'en sortiras pas. A peine tu vas avoir 100 ou 200F de bénéfice. Quand nous allons avoir des maisons de duplication, nous allons reproduire davantage et casser le prix pour permettre au public de consommer nos œuvres. Il faut que nous partions pour conquérir le marché avec le cinéma nigérien ».
Mais, d'ici décembre, son projet de faire des CDs sera réalisé et il est en train de préparer une sortie pour mener une vaste campagne à l'intérieur du pays notamment à Agadez, Zinder et Tillabéri pour pouvoir programmer des séances de projections dans ces localités.

Abdoul Aziz Ibrahim Souley
14/07/17

Culture

Festival des continents : Une participation remarquée du Niger

Festival des continents : Une participation remarquée du Niger

L'ambassadeur, délégué permanent du Niger auprès de l'Unesco, SE Inoussa Ousseini a représenté notre pays, aux cérémonies du Festival des Continents, organisées du 5 au 9 juillet au Fort de Querqueville, Cherbourg-en Cotentin, dans le nord de la France.Ce festival, dont c'est la première édition, fondé par Monsieur Boubekeur Khelfaoui, a été placé sous la présidence de Monsieur Oumar Keita, ambassadeur, délégué permanent du Mali auprès ...

Niamey/Culture - Concours Miss Littérature Niger 2018 : Mlle Ali Firdaoussi du clab remporte le concours

Niamey/Culture - Concours Miss Littérature Niger 2018 : Mlle Ali Firdaoussi du clab remporte le concours

Le samedi 19 mai dernier a eu lieu, la finale de la première édition, du concours « Miss Littérature Niger 2018 » au Centre Culturel Oumarou Ganda, dans la salle de conférence du Centre des Réseaux de Bibliothèques et de la Lecture Publique. C'est Mlle Ali Firdaoussi, élève en classe de 2nde A au lycée CLAB qui remporté le concours avec une note générale de 19,5/20 et s'adjuge ainsi le titre de Miss Littérature Niger 2018. Mlle Mahamane...

Culture/ Le tissu pagne africain : Objet et support de belles créations

Culture/ Le tissu pagne africain : Objet et support de belles créations

Le pagne africain est le vêtement le plus usité par les femmes en Afrique, c'est une tradition vivace, d'environ un siècle; il fait parler de lui en mode. Le tissu pagne marque encore plus sa présence à travers des accessoires de mode tels que les bracelets, les chaines, les boucles d'oreilles, les sacs, les chaussures, les serres têtes, les trousseaux de maquillage...Cette mode est beaucoup prisée par les femmes, certains artistes y ex...

Le Monument de la Renaissance Africaine, à Dakar (Sénégal) : Un ouvrage pour la "dignité" du Continent ?

Le Monument de la Renaissance Africaine, à Dakar (Sénégal) : Un ouvrage pour la "dignité" du Continent ?

Le Monument de la Renaissance Africaine est l'un des grands projets du président Abdoulaye Wade. C'est une statue de 52 mètres de haut en bronze et cuivre, érigée à Ouakam sur une des collines volcaniques, les « mamelles », qui surplombent Dakar sur la pointe de l'Océan Atlantique. Inauguré le 3 avril 2010, à la veille du cinquantenaire de l'indépendance du Sénégal, l'ouvrage représente une famille dressée vers le ciel, l'homme portant ...

"Un coin du ciel noir" du réalisateur Djingarey Maïga : Quand l'amour triomphe des préjugés

"Un coin du ciel noir" du réalisateur Djingarey Maïga : Quand l'amour triomphe des préjugés

Âgé de 78 ans aujourd'hui, dont plus d'une cinquantaine d'années consacrées au cinéma, Djingarey Maïga vient de finir son neuvième film, "un coin du ciel noir", un long métrage de 90 mn. Ce film traite du sort pathétique réservé dans certaines sociétés aux personnes atteintes par l'albinisme, une particularité génétique qui se manifeste par un manque ou une absence de pigmentation de la peau, des cheveux, et des yeux.Après plus d'un an ...

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c'est ce mélange d'Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce domaine figure Ismaël Diallo. Connu sous le nom de Ismo One, il est l'un des artistes en vue au Niger. Auteur compositeur, il représente une voix incontestée de la musique nigérienne (nouvelle génération). Dans les fadas et clubs des quartiers périphériques de Niamey comme sur les ondes ses cr...

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale char…

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO

Le Secrétaire général du Ministère de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale M. Oumarou Moussa a présidé, hier après midi, la cérémonie officielle d'installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO.L'équipe qui a été mise en place est repartie en quatre groupes thématiques. Le premier groupe se penchera sur la ...

Cérémonie d'ouverture de la 2ème édition du Festival Afrique-Asie des jeunes : Raffermissement des liens culturels entre…

Environ 400 représentants issus de plus de 40 pays africains et asiatiques se sont réunis dans la province de Shaanxi pour l'ouverture de la cérémonie de la deuxième édition du Festival des Jeunes. Ils étaient là, pour échanger, partager les expériences et nouer des partenariats entre eux. Ces acteurs majeurs pour le développement sont appelés à contribuer de façon significative dans le rayonnement de leurs pays respectifs. Ces jeunes s...

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

25 ans de carrière, des milliers d'heures d'émissions humoristiques radio et des séries TVNé en mai 1968, le jeune humoriste a commencé sa carrière en 1992 avec une émission à la radio, Les Echos de l'allocodrome, le nom qu'il attribue aux maquis qui servent entre autres des bananes frites ou allocos. Son art humoristique est apprécié dans toute la sous-région, notamment au Niger. «J'adapte les expressions au lieu où je suis ; au Niger,...

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Du 4 au 9 septembre, Abidjan est le carrefour des talents du cinéma et de l'audiovisuels de la sous-région (UEMOA) avec la 17ème édition de Clap Ivoire qui va mettre en compétition des jeunes réalisateurs de courts métrages. Initiée dans un esprit de célébration de l'intégration sous régionale à travers le cinéma, le concours s'adresse à tous les Pays ressortissants de l'UEMOA, dont le nôtre. Pour les organisateurs, à travers cette renc...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ramadan 2018 /Denrées alimentaires : Disponibilité…

Ramadan 2018 /Denrées alimentaires : Disponibilité des produits et stabilité des prix sur tous les marchés de la capitale

Le mois béni de Ramadan est un mois pendant lequel, la consommation alimentaire est élevée...

vendredi 18 mai 2018

Ramadan 2018 : Prix du sucre en baisse, attention …

Ramadan 2018 : Prix du sucre en baisse, attention à la surconsommation

Le prix du sucre connait cette année une forte baisse par rapport au Ramadan 2017. Le cart...

vendredi 18 mai 2018

Prix des légumes sur les marchés : A la limite de …

Prix des légumes sur les marchés : A la limite de la flambée

Les musulmans du Niger, à l'instar de ceux des autres pays, ont entamé à partir du mercred...

vendredi 18 mai 2018

L'air du temps

Les candidats à l'heure de vérité

Les candidats à l'heure de vérité

Depuis mercredi dernier, les candidats aux examens du Baccalauréat se creusent la cervelle...

vendredi 13 juillet 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.