Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel


filo ladiva-1Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui une chanteuse sollicitée partout. Et à chacune de ses apparitions sur scène, elle soulève des tonnerres d'applaudissements.
L'artiste est une chanteuse-auteur-compositeur. Fayosseh Fawoubo Philomène est originaire du Togo ; elle est née et a grandi à Niamey, il y a 26 ans. Bercée dans la musique depuis l'enfance, elle ne trouve pas de difficultés à intégrer en 2007 plusieurs groupes de musique de la capitale où, elle fait véritablement ses premiers pas et trouve sa voie. Sept ans après, voulant faire une carrière solo, Philomène prend ''Filo La Diva'' comme nom de scène. Elle fait alors ses premières scènes et emmagasine de l'expérience en solo. Celle-ci se concrétise en 2014 avec un de ses tous premiers tubes « Ne t'éloignes pas » qui rencontre un beau succès. Depuis, elle multiplie ses références au zouk, à l'afro pop, à la soul music, au funk...
Démarche élégante, taille moyenne, toujours souriante, Philo fait parler d'elle dans le monde artistique nigérien. « Les gens ont tendance à considérer les artistes comme des délinquants ; c'est un métier comme tout autre qui nous permet de gagner notre pain et c'est un choix », explique-t-elle. Dans une énumération bien cousue, elle nous parle de son amour pour la nature, le paysage : « je préfère aller faire mes clips hors des brouhahas de la ville, des grands bâtiments, loin des regards inquisiteurs. J'utilise plus les endroits éloignés, je préfère la brousse, respirer l'air pur et être en contact avec mes frères et sœurs qui vivent bien loin des centres urbains. Il faut valoriser cette richesse qu'est la brousse. Niamey ne se limite pas aux grands bâtiments, aux piscines des hôtels, aux grands carrefours et aux ponts et échangeurs, je veux montrer l'autre facette de mon pays qui est le milieu rural ou périphérique ».

Le vrai messager, c'est d'abord l'artiste
« Le public nigérien, particulièrement mes fans, constituent ma force. Il m'encourage dans tout ce que je fais. C'est le public qui fait un artiste et en retour, nous devons les satisfaire. J'aime beaucoup le public nigérien ; quand tu es sur scène, il suit attentivement et arrive souvent à chanter en chœur avec toi ; il répond, tu le sens présent, il donne la joie lors des spectacles ; c'est ce que j'aime », soutient Filo.
Elle vient juste de mettre dans les bacs son premier album audio de onze titres dénommé « Phénoménal », qui est un jeu de mots.
Dans les onze titres, on trouve la world music, l'afro pop, le zouk... Pour avoir une ouverture à toutes les générations, je ne veux pas me limiter à un seul genre. Ses sources d'inspiration, c'est le vécu quotidien et la chorale de l'église.
« Mes tournées musicales se sont limitées au Burkina Faso, au Sénégal et au Bénin ; mais bientôt, je compte aller un peu partout au Niger, au Togo et en Côte d'Ivoire. J'ai eu à participer à des festivals au Bénin : lors de CONAVAB Bénin, j'ai remporté le premier prix ; j'ai valablement défendu les couleurs nigériennes et c'est un honneur pour moi et pour mon pays », a-t-elle commenté.

Pour une production de qualité, il faut un coût énorme
Notre artiste nous fait comprendre que la production d'un album coûte excessivement cher ; c'est pourquoi, il n'est pas facile de mettre sur le marché un CD. Rien que pour produire, on dépense des centaines de mille dans un studio local. De l'enregistrement audio en passant par un clip vidéo sans compter la publicité pour promouvoir le produit, la duplication, la distribution, c'est un long processus financièrement difficile. C'est pourquoi elle invite les populations, notamment les jeunes à acheter les CD, à éviter le piratage et à ne pas hésiter à venir aux concerts des artistes. Quand un artiste est invité à un concert, son plus grand soulagement, c'est de voir les gens faire le déplacement en masse. C'est un soutien énorme, le fait de payer les tickets d'entrée aux concerts. Rares sont les sponsors qui nous épaulent en investissant dans ce secteur.
Elle dit compter sur l'équipe forte et dynamique, un staff qu'elle a mis en place et qui est composé de managers, de conseillers et des expérimentés pour l'aider à faire valoir ses talents. « Ces derniers temps, je communique plus ; dès que j'ai un projet, je suis ouverte, je communique, expose mes ambitions et discute avec mes fans en tenant compte de leurs suggestions », affirme-t-elle.
Notre vedette dit compter sur son public, sur les autorités de tutelle pour que la musique nigérienne sorte de l'ornière ; les jeunes en font beaucoup mais ils manquent d'accompagnement. « J'apprécie beaucoup le comportement de mes sœurs et frères artistes, notre collaboration est parfaite ; avec plusieurs titres déjà dans les bacs et trois clips vidéos », a dit Filo.
Elle se dit prête à chanter pour la bonne cause, et à chaque fois que le collectif des artistes fait appel à elle pour chanter et décrier certains maux qui minent la société, c'est avec plaisir qu'elle le fait. A l'exemple de la chanson dédiée à la paix où ils étaient nombreux à appeler les populations à la culture de la tolérance, de la paix...»
L'artiste Filo est aussi déterminée à apprendre dans d'autres domaines. Ainsi parallèlement à la musique, elle poursuit ses études et effectue des stages de perfectionnement pour multiplier ses chances.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)

21/07/17

Culture

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

C'est à travers le personnage d'Aline dans la série" Monia and Rama " de la réalisatrice burkinabè Apolline Traoré, qu'Amélie M'Baye a fait son entrée dans le cinéma en 2002. Et l'aventure continue avec cette réalisatrice, puisque dans son long métrage Frontières, sorti en 2016 c'est Amélie qui joue le rôle principal, celui d'Adjara. Elle a joué le rôle principal dans ce film qui raconte la vie des commerçantes africaines confrontées au...

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par …

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par ses créations

Basée à Paris en France, la styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché, est nigérienne. Après trois (3) ans d'exercice pratique, elle sort la marque ''Mabiba'' qui propose un style moderne avec un détail qui frappe et qui fait la différence, créant ainsi la surprise. Le samedi 28 février dernier, à l'occasion de la présentation de sa première collection avec pour thème''la paix au Niger ''et pou...

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

L'actrice principale du film fiction de ''Toula'' du réalisateur nigérien feu Moustapha Alassane a aujourd'hui la soixantaine sonnée. L'ancienne actrice incarnait la fille sacrifiée par son oncle, le roi du village de ''Yalambouli'' où loge dans la mare un génie. ''Toula'' est aujourd'hui mère de deux enfants (une fille et un garçon). Depuis sa retraite, Solange Delanne vit en France où elle dirige une association de chorale. « Nous org...

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à …

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à raconter. Il y a encore de longues années d'exploitation», estime la réalisatrice burkinabè

Apolline Traoré est surtout connue à travers ses longs métrages, notamment Moi Zaphira en 2013, Frontières en 2017, Desrances sorti en fin 2018. Mais elle a commencé à réaliser des courts métrages depuis les années 2000 avec The Price of Ignorance (Le Prix de l'ignorance) en 2000, (sur la victime d'un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous. Elle réalise son premi...

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour…

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour le Niger

C'est en 1983, soit 14 ans après la création du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) que le Marché International du Cinéma Africain (MICA) a vu le jour. Cet espace qui, depuis fait partie des activités du FESPACO est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent d'avoir un marché autonome et propre au film africain. Pour sa 19ème édition qui a eu lieu du 24 février a...

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le …

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le FIMA de retour à Niamey

Le Promoteur du Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) M. Seidnaly Sidahmed Alphadi a organisé une conférence de presse, hier matin, à l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette conférence de presse a pour Objectif d'informer l'opinion nationale et internationale sur la tenue, en juillet 2019, à Niamey, de la 12ème édition dudit festival. C'est le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto ...

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

A l'état civil, il se nomme Abdou Halidou Maiguizo, mais tout le monde l'appelle John Sofakolley. Une carrière en dents de scie mais un talent indéniable pour celui qui vient de loin et qui participe à des causes humanitaires.Avant les années 2000, Abdou Halidou Maiguizo était en vue sur la scène musicale nigérienne. Il l'était tant pour son savoir-faire, que pour son engagement et sa créativité. A travers cet art, il a inspiré plus d'u...

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 20…

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 2017, projeté en séance spéciale au Ciné Burkina : Dans le quotidien tumultueux d'une communauté cosmopolite

"La vie de Château" : ce sont les différentes facettes de ces communautés dont les membres venus d'horizons divers poursuivent leurs rêves. Un film sur une thématique qui n'est certainement pas nouvelle, mais qui reste toujours d'actualité comme le désir de tous ceux-là qui s'illusionnent pour une meilleure vie de l'autre côté de la méditerranée.Nous sommes dans la zone de la Station Château d'Eau de Paris, où le film "la Vie de Château...

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

Sorti en 2018, « Ma belle-mère Ma Coépouse », 75 mn du réalisateur nigérien Moussa Hamadou Djingarey, était en projection panorama au FESPACO 2019.Tourné à Agadez, ville du nord Niger, « Ma belle-mère Ma Coépouse » porte sur la vie d'un jeune couple, Raicha une femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur d'une autre ethnie. La vie paisible que mène ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obn...

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Sorti en 2018, le film "Bibata est partie'', est un court métrage de 30 mn de la réalisatrice nigérienne Nana Hadiza Akawala. Dans ce documentaire, elle est à la recherche de son amie perdue de vue depuis une dizaine d'années. En selection aux compétitions du 26ème FESPACO, le film tourné en langue Zarma, et sous titré en français a été projeté le 27 février dernier au ciné Nerwaya de Ouagadougou.Bibata était une de ces femmes communéme...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

Relations employeurs – employés : Témoignage du sy…

Relations employeurs – employés : Témoignage du syndicaliste Saidou Mamoudou, secrétaire à la formation syndicale et à l'éducation à l'Union Syndicale des Travailleurs du Niger (USTN)

Le premier conflit qui intervient entre employeurs et employés est lié au non-respect des ...

jeudi 4 avril 2019

Commerce du criquet au Niger : Plongée dans la fil…

Commerce du criquet au Niger : Plongée dans la filière de ces insectes commestibles

Le criquet fait partie, désormais, des produis commerciaux au Niger. Devenu de plus en plu...

jeudi 21 mars 2019

L'air du temps

Temps de chaleur, tant de calvaire

Temps de chaleur, tant de calvaire

Il est vrai que de tous temps, dans les pays du Sahel, les mois de mars, avril et mai, n'o...

jeudi 4 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.