Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel


filo ladiva-1Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui une chanteuse sollicitée partout. Et à chacune de ses apparitions sur scène, elle soulève des tonnerres d'applaudissements.
L'artiste est une chanteuse-auteur-compositeur. Fayosseh Fawoubo Philomène est originaire du Togo ; elle est née et a grandi à Niamey, il y a 26 ans. Bercée dans la musique depuis l'enfance, elle ne trouve pas de difficultés à intégrer en 2007 plusieurs groupes de musique de la capitale où, elle fait véritablement ses premiers pas et trouve sa voie. Sept ans après, voulant faire une carrière solo, Philomène prend ''Filo La Diva'' comme nom de scène. Elle fait alors ses premières scènes et emmagasine de l'expérience en solo. Celle-ci se concrétise en 2014 avec un de ses tous premiers tubes « Ne t'éloignes pas » qui rencontre un beau succès. Depuis, elle multiplie ses références au zouk, à l'afro pop, à la soul music, au funk...
Démarche élégante, taille moyenne, toujours souriante, Philo fait parler d'elle dans le monde artistique nigérien. « Les gens ont tendance à considérer les artistes comme des délinquants ; c'est un métier comme tout autre qui nous permet de gagner notre pain et c'est un choix », explique-t-elle. Dans une énumération bien cousue, elle nous parle de son amour pour la nature, le paysage : « je préfère aller faire mes clips hors des brouhahas de la ville, des grands bâtiments, loin des regards inquisiteurs. J'utilise plus les endroits éloignés, je préfère la brousse, respirer l'air pur et être en contact avec mes frères et sœurs qui vivent bien loin des centres urbains. Il faut valoriser cette richesse qu'est la brousse. Niamey ne se limite pas aux grands bâtiments, aux piscines des hôtels, aux grands carrefours et aux ponts et échangeurs, je veux montrer l'autre facette de mon pays qui est le milieu rural ou périphérique ».

Le vrai messager, c'est d'abord l'artiste
« Le public nigérien, particulièrement mes fans, constituent ma force. Il m'encourage dans tout ce que je fais. C'est le public qui fait un artiste et en retour, nous devons les satisfaire. J'aime beaucoup le public nigérien ; quand tu es sur scène, il suit attentivement et arrive souvent à chanter en chœur avec toi ; il répond, tu le sens présent, il donne la joie lors des spectacles ; c'est ce que j'aime », soutient Filo.
Elle vient juste de mettre dans les bacs son premier album audio de onze titres dénommé « Phénoménal », qui est un jeu de mots.
Dans les onze titres, on trouve la world music, l'afro pop, le zouk... Pour avoir une ouverture à toutes les générations, je ne veux pas me limiter à un seul genre. Ses sources d'inspiration, c'est le vécu quotidien et la chorale de l'église.
« Mes tournées musicales se sont limitées au Burkina Faso, au Sénégal et au Bénin ; mais bientôt, je compte aller un peu partout au Niger, au Togo et en Côte d'Ivoire. J'ai eu à participer à des festivals au Bénin : lors de CONAVAB Bénin, j'ai remporté le premier prix ; j'ai valablement défendu les couleurs nigériennes et c'est un honneur pour moi et pour mon pays », a-t-elle commenté.

Pour une production de qualité, il faut un coût énorme
Notre artiste nous fait comprendre que la production d'un album coûte excessivement cher ; c'est pourquoi, il n'est pas facile de mettre sur le marché un CD. Rien que pour produire, on dépense des centaines de mille dans un studio local. De l'enregistrement audio en passant par un clip vidéo sans compter la publicité pour promouvoir le produit, la duplication, la distribution, c'est un long processus financièrement difficile. C'est pourquoi elle invite les populations, notamment les jeunes à acheter les CD, à éviter le piratage et à ne pas hésiter à venir aux concerts des artistes. Quand un artiste est invité à un concert, son plus grand soulagement, c'est de voir les gens faire le déplacement en masse. C'est un soutien énorme, le fait de payer les tickets d'entrée aux concerts. Rares sont les sponsors qui nous épaulent en investissant dans ce secteur.
Elle dit compter sur l'équipe forte et dynamique, un staff qu'elle a mis en place et qui est composé de managers, de conseillers et des expérimentés pour l'aider à faire valoir ses talents. « Ces derniers temps, je communique plus ; dès que j'ai un projet, je suis ouverte, je communique, expose mes ambitions et discute avec mes fans en tenant compte de leurs suggestions », affirme-t-elle.
Notre vedette dit compter sur son public, sur les autorités de tutelle pour que la musique nigérienne sorte de l'ornière ; les jeunes en font beaucoup mais ils manquent d'accompagnement. « J'apprécie beaucoup le comportement de mes sœurs et frères artistes, notre collaboration est parfaite ; avec plusieurs titres déjà dans les bacs et trois clips vidéos », a dit Filo.
Elle se dit prête à chanter pour la bonne cause, et à chaque fois que le collectif des artistes fait appel à elle pour chanter et décrier certains maux qui minent la société, c'est avec plaisir qu'elle le fait. A l'exemple de la chanson dédiée à la paix où ils étaient nombreux à appeler les populations à la culture de la tolérance, de la paix...»
L'artiste Filo est aussi déterminée à apprendre dans d'autres domaines. Ainsi parallèlement à la musique, elle poursuit ses études et effectue des stages de perfectionnement pour multiplier ses chances.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)

21/07/17

Culture

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.