Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

EDITORIAL : Leardership confirmé


DG onepNotre pays a célébré, lundi dernier, le 59ème anniversaire de la proclamation de la République. Un anniversaire célébré avec faste à Tahoua, ville qui accueillait cette edition de la fête tournante du 18 décembre. Pour la circonstance, la capitale de l'Ader, parée de ses plus beaux atours, a brillé par son nouveau look plein d'attraits. La fête était aussi belle que grandiose. En effet, cette édition de Tahoua Sakola a fait la difference avec notamment la presence, autour du Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, de quatre Chefs d'Etat des pays frères et amis.

En effectuant le déplacement jusqu'à la capitale de l'Ader, les Présidents Idriss Deby Itno du Tchad, Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie, Ibrahim Boubacar Keita du Mali, Rock Marc Christian
Kaboré du Burkina Faso, ainsi que les représentants du Président Buhari du Nigéria, celui du Président Bouteflika d'Algérie et le Gouverneur de la BCEAO, ont voulu réaffirmer avec force leur solidarité et leur sympathie pour le Président Issoufou, ce leader entreprenant et courageux, qui lutte sans relâche, aussi bien pour la grandeur et la dignité de son pays, le Niger, que pour celles des autres pays de la sous-région, voire de l'Afrique toute entière. Ces illustres personnalités sont aussi venues partager avec le peuple nigérien ces instants d'allègresse qui marquent cette fête dédiée à la République du Niger, aujourd'hui en pleine renaissance. Aussi, de mémoire de Nigérien, aucune fête nationale n'a été honorée par la presence de tant de personnalités prestigieuses comme cette edition de Tahoua Sakola.

Que dire, sinon que le Niger est résolument de retour sur la scène continentale. C'est cela le résultat de la vision de SE. Issoufou Mahamadou, ce grand bâtisseur, qui a maintes fois réitéré son ambition de transformer positivement le Niger, afin de laisser à la postérité l'image d'un pays qui compte.
Tahoua Sakola, c'est aussi la réponse aux grands défis. A ce niveau, il faut rendre à César ce qui appratient à César. Le Comité d'organisation mérite une mention spéciale, pour avoir su se montrer à la hauteur de l'ampleur de la tâche.
Comme on a pu le constater, aucun detail n'a été négligé pour réussir l'organisation de cette grande manifestation qui a drainé tant de monde. C'est le cas ici de saluer vivement le travail
titanesque abattu par l'équipe conduite par le ministre Issoufou Katambé.

En effet, le Président du Comité d'organisation de Tahoua Sakola, le Pr Issoufou Katambé a su gérer avec tact et sérénité, et surtout avec une approche plutôt scientifique, cette lourde responsabilité confiée à lui par le Président de la République. Il a su s'entourer d'hommes et de femmes capables, patriotes et sincères, dynamiques et engagés, déterminés et entreprenants qui ont travaillé d'arrache-pied sur tous les fronts. Ils étaient sur pied sur les chantiers de construction de toutes ces infrastructures ayant changé radicalement le visage de Tahoua, ils étaient également débout jour et nuit pour la préparation des manifestations culturelles et sportives, avant d'en arriver à la grande messe de la célébration de la République proprement dite. Et vous l'avez vu, cet engagement a payé. Car, du début jusqu'à la fin, cette edition de la fête tournante du 18 décembre a été marquée du sceau indélibile de la réussite.

Tahoua Sakola a été chaleureuse, accueillante et bienveillante. La ville a largement ouvert ses portes aux festivaliers, elle a présenté à tous
visiteurs le vrai visage du peuple nigérien, un peuple hospitalier et digne. Un peuple résilient, mais plein d'espoir en son avenir.

A l'image de Dosso Sogha, Maradi Kollia, Agadez Sokni, Tahoua a bénéficié, grâce au programme du Président de la République, d'infrastructures modernes ayant véritablement permis de métamorphoser la ville. Les investissements sont énormes, mais le résultat est tout aussi édifiant. Aujourd'hui, Tahoua est une belle cité, affichant une touche apparente de modernité qui saute aux yeux des visiteurs. Pour tout dire, Tahoua est devenue une ville véritablement ''sakola''.
Désormais, la balle est dans le camp aussi bien des autorités regionales et locales compétentes que de la population de la ville. A tous et à chacun d'entre eux, il appartient de faire bon usage des différentes infrastructures mises en place, et surtout de veiller jalousement à leur entretien.

Comble de bonheur, à la veille de la fête de la République, le Niger vient de faire un magistral coup d'éclat à Paris, lors de la table ronde sur le financement du PDES, en recueillant des annonces de financement d'un montant de 23 milliards de dollars US, pour un besoin exprimé de 17 milliards de dollars. Sachant que ces fonds sont destinés à des investissements massifs dans les différents secteurs sociaux et économiques, ainsi qu'à la relance du secteur privé, on peut dire que le bonheur est à venir pour le peuple nigérien. Reste qu'il nous revient de redoubler d'ardeur, de travail, d'imagination et d'innovation pour bénéficier largement des bienfaits de cette manne financière annoncée.

L'avenir, dit-on, appartient aux peuples unis qui savent se lever tôt, tout en taisant leurs divergences secondaires, lorsque résonne l'appel de la patrie.

Nous devons alors, Nigériens de tous bords et de tous les horizons, pour notre bien et celui de notre pays, nous mobiliser derrière le Président Issoufou Mahamadou pour conduire ensemble la Renaissance de notre pays sur le chemin de l'émergence.

Mahamadou Adamou( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )
20/12/17

Culture

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.