Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Interview de Amadou Ousmane, auteur du livre '' Propos d'Arbi'' : ''Changeons les habitudes pour changer de comportement''


Amadou-ousmaneMonsieur Ousmane, vous venez de publier votre énième livre. Et vous l'avez titré : ''Propos Arbi''... du nom d'une rubrique bien connue publiée dans les colonnes du quotidien national ''Le Sahel'' dans les années '80. Ceux de nos lecteurs qui n'ont peut- être pas connu cette période-là voudraient bien savoir que contient cet ouvrage, et qui est Arbi ?
Commençons par Arbi...Arbi est un personnage fictif, un citoyen lambda qui s'était donné pour mission d'amener ses compatriotes à corriger certains de leurs comportements, pour ne garder que ce qu'il y a de meilleur en eux. Ainsi, tous les jours ouvrables, et pendant presque cinq ans, il publiait dans la Presse, un petit pamphlet critiquant, dénonçant ou encensant les petits faits de l'actualité du monde et des gens qui l'entourent. Et cela a duré environ- 5 ans.

Donnez-moi de bonnes raisons qui doivent inciter à lire votre livre...
Primo, le prix est très abordable (3.000 F).Secundo, cet ouvrage, même s'il n'est pas un livre d'histoire, contient assez d'éléments historiques sur la période considérée. Ensuite, sa lecture donne, aux jeunes surtout, l'occasion de développer leur sens critique de mieux connaitre les réalités de leur pays et d'aiguiser leur esprit patriotique. Pour toutes ces raisons, il peut être un excellent instrument de vulgarisation pour la reconversion des mentalités.

Vous pouvez nous en résumer le contenu ?
Oui, bien sûr !...C'est un chapelet de ''choses de la vie'' dans le registre du bon ou du mauvais comportement des Nigériens.
Observateur averti de la société, Arbi ne laissait rien échapper. Ainsi s'étalent sous nos yeux, au fil des pages, le tableau et les parfums d'une époque où le Chef de l'Etat pouvait réunir dans une même salle et cela pendant des heures, des centaines de Cadres nationaux pour débattre des problèmes qui se posent à la Nation. En toute transparence !
C'était une époque où, à la fin de chaque hivernage, les éleveurs d'une même région organisaient des fêtes grandioses pour se réconcilier
et fraterniser avec les
agriculteurs. Une époque où chacun des 9.000 villages du pays disposait au moins d'un poste ''de télévision communautaire'' afin que les villageois aussi soient bien informés sur ce qui se passe ici et ailleurs dans le monde.

C'était l'époque où des commerçants nigériens, devant l'état de délabrement avancé du Centre psychiatrique de l'Hôpital de Niamey, pouvaient organiser une collecte volontaire pour aider l'Etat à améliorer les conditions de vie des malades mentaux. Ledit Centre psychiatrique ne disposait alors que de 75 lits pour 400 malades. Pour convaincre les potentiels donateurs, il avait suffi qu'Arbi batte le tam-tam sur le thème : ''De tous les malades, les malades mentaux sont les plus à plaindre... Il ne suffit pas de les envoyer au cabanon et les y parquer comme des bêtes. Il faut aussi les suivre, les soigner comme tous les autres malades. Et peut-être bien plus encore, puisqu'ils sont les plus à plaindre...''. C'était aussi une époque où, à l'approche de la période de froid, lycéens et collégiens des grandes villes collectaient des pullovers pour distribuer aux malades dans les hôpitaux. Une époque où, sur simple appel de la Samaria, les jeunes se portaient volontaires pour aider à construire des pistes rurales, des classes ou des dispensaires. Pour simplement
soulager l'Etat !
Une époque où un chef d'entreprise nigérien alerté par Arbi, décida de prendre en charge, séance tenante, les frais de réparation d'une motopompe tombée en panne depuis des mois, dans le village de Doguel-Kaina... qui n'est même pas le sien. Ce qu'il fit le jour même. Les villageois, privés d'eau depuis des mois, en étaient réduits à boire l'eau du fleuve qu'il fallait aller chercher à 3 kilomètres de là. C'était encore l'époque où un dirigeant de société ayant appris par la lecture des ''Propos d'Arbi'' du jour, que de petits serpents venimeux avaient envahi la ville de Tabelot, faisant des dizaines de morts, s'était dépêché d'expédier gratuitement depuis Niamey, au dispensaire de cette ville, un grand frigo à pétrole, permettant ainsi la conservation de vaccins antivenimeux qui ont contribué à sauver des vies, en attendant l'intervention tardive des services officiels. C'est là, un petit éventail des multiples petits problèmes que la rubrique ''Propos qu'Arbi'' avait aidé à résoudre et que l'auteur se plaisait à relater et qu'Arbi se plaisait à relater, dans un style qui avait le don de redonner espoir, même aux plus démunis. Preuve que la Presse a un immense pouvoir si l'on sait s'en servir...Mais, comme on le sait, chaque médaille à son
revers. Arbi ne pouvait donc effacer de ce tableau les cas flagrants de mauvais
comportements. Sa croisade devait le conduire nécessairement à dénoncer les gros et les petits péchés commis par les uns contre les autres, ou contre la société tout entière. Sur ce registre, on trouve notamment les cas de ces comptables qui disparaissent avec la caisse ; des responsables qui abusent de leurs pouvoirs, ou qui multiplient les obstacles pour empêcher l'émergence autour d'eux de jeunes Cadres aptes à les remplacer.D'autres fois, Arbi s'intéressait aux cas tout aussi condamnables de ces plantons qui profitent des heures de pause pour s'enfermer sous climatiseurs et faire la sieste, dans des salles de réunions ou bureaux inoccupés ; celui aussi de ces gardiens d'immeubles de ministères qui, sous prétexte de s'initier à la pratique toute nouvelle des cultures de contre saison, se livraient carrément à l'agro-business en produisant des tomates, choux et carottes arrosés à grande eau, dans les jardins même des ministères ou sous les fenêtres de nos bureaux. Arbi évoquait aussi les cas de ces directeurs qui refusent d'aller en mission de terrain, au prétexte que les routes rurales sont impraticables et l'eau pas toujours potable. Il n'oubliait pas également de revenir assez souvent sur ces petits commis qui utilisent abusivement le téléphone du bureau ou les véhicules de service pour des courses qui n'ont rien à voir avec les nécessités de service. A côté de tous ceux-là, il y avait encore des exemples de ces grands commis qui, eux, font préparer les dossiers par leurs subalternes, mais qui sont toujours les seuls ''compétents'' pour aller déposer une simple requête de financement à Bruxelles, Paris ou Washington. Je m'en voudrais de ne pas citer le cas de ces fonctionnaires en mission ou de passage dans les sous-préfectures, qui débarquent à 13 heures à la résidence, s'installent au salon et font comme si l'on n'attendait qu'eux pourservir le déjeuner.

Vous le voyez, la gamme est très étendue et ce sont des choses qui se passent encore dans le secret de nos Administrations. Et qu'il convient de combattre à tous prix, si nous voulons construire une nation et une société juste. Le mérite d'Arbi, c'est d'avoir pu aider quelquefois les décideurs à redresser les torts ou à sévir carrément lorsque nécessaire...Et je vous assure que dans bien des cas, des torts ont pu être redressés ; des responsabilités situées et des sanctions prises avec toute la rigueur requise. Tout simplement parce que celui qui tenait le gouvernail avait assez d'autorité et de volonté pour intervenir et pour inspirer la peur à ceux qui s'avisaient
de violer ou contourner les lois.

C'était donc cela qui faisait la force d'Arbi ?... Comment cela était-il rendu possible quand on connait l'entêtement des Nigériens à faire ce que bon leur semble ?
A mon avis, du fait que nous étions alors sous les bottes d'un régime militaire assez sévère ... une période où les notions de Démocratie, de Droits de l'homme et de Liberté de presse n'étaient pas encore de mode. De ce fait, ''les Propos d'Arbi'' représentaient une petite fenêtre de liberté dans un environnement où tout ou presque, était
verrouillé.

On a pu dire que le Président de l'époque, Seyni Kountché aimait beaucoup cette rubrique...
Je le confirme ! Et j'ajouterai même qu'à un moment donné, il ne m'appelait plus que par ce sobriquet : ''Arbi''. Il n'était d'ailleurs pas le seul, et c'est ainsi que ce surnom m'est resté.

Selon vous, qu'est-ce qui le motivait ?

Vous le savez, le Général Seyni Kountché était un ancien Officier de Renseignements devenu Chef d'Etat, avec toutes les charges de gestion d'un pays en crise. C'était de surcroît un patriote sincère qui, à sa manière, combattait l'injustice, les passe-droits et les abus de toutes sortes. Il avait fait le serment de mettre tous les Nigériens sous la même loi. Et il mettait un point d'honneur à respecter son serment. Peut-être alors, trouvait-il par la lecture des ''Propos d'Arbi'' chaque matin, des choses qui l'aidaient à compléter son ''menu quotidien''. La tonalité, l'élan patriotique, la simplicité et la clarté avec lesquels Arbi abordait les problèmes avaient fini par lui plaire, je crois. Au point où il lui était arrivé de faire passer à l'auteur, des messages sur ''certaines petites choses qui mériteraient qu'Arbi en parle''.

Votre livre ne s'inscrit-il pas dans la Politique de Renaissance culturelle qui prône, entre autres, une reconversion des mentalités ?
Il y a un proverbe bien de chez nous qui dit que le miel ne vante pas sa douceur...Mais j'ai la faiblesse de croire que les éléments contenus dans ce livre pourraient apporter du grain à moudre à ceux qui sont chargés de la mise en œuvre de notre Politique de Renaissance culturelle. Mais comme on dit aussi chez nous ''On peut amener un cheval au marigot, mais on ne peut le forcer à boire''.
En tout cas, il y a dans ce livre, matière à réfléchir pour tous les Nigériens, sur nos habitudes, nos attitudes, notre comportement qui est, parfois, l'une des principales raisons de notre retard....

Propos recueillis par Siradji Sanda

24/07/18

Culture

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.