Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le mariage des enfants dans la région de Tahoua : Grande mobilisation pour éradiquer le phénomène


d-1Avec plus de 58% de la population constituée de jeunes, autant dire que la jeunesse est l'avenir et le potentiel de développement de notre pays. Pour en tirer le meilleur parti, le Gouvernement et ses partenaires ont élevé la question de l'éducation, notamment de la jeune fille, au centre des priorités nationales. Chaque garçon, chaque fille qui naît sur le territoire national doit être scolarisé(e), recevoir une éducation gratuite jusqu'à 16 ans au moins.
Bien que cette politique ait fait bondir le taux brut de scolarisation au Niger, certaines régions sont encore en proie à des pesanteurs. C'est le cas de la région de Tahoua, à cause de la prévalence du mariage des jeunes filles, qui demeure un obstacle à leur inscription et à leur maintien à l'école.
Mais la tendance est en train d'être inversée depuis que l'UNICEF et l'UNFPA, appuyant la politique gouvernementale, ont développé des stratégies et des approches terrain pour combattre le fléau.
Dans l'Ader, tout comme dans les régions de Zinder, Maradi et Diffa, il n'est pas rare de voir des jeunes filles données en mariage à partir de 12-13 ans. Or, ces mariages s'inscrivent dans la définition internationale des violences basées sur le genre (VBG).
Selon le représentant de l'UNFPA à Tahoua, « il existe six (6) principaux types de VBG: le viol, les agressions sexuelles, les agressions physiques, le mariage forcé, le déni de ressources, d'opportunité ou de service ; la maltraitance psychologique /émotionnelle ». En effet, qui parle de mariage d'enfant parle de mariage forcé, qui est par définition un mariage arrangé contre le gré de la personne (généralement la fille). Une dot est souvent payée à la famille et, en cas de refus, il en résulte des violences /abus ». Pour le juge des mineurs au tribunal de grande instance de Tahoua, M. Gonda Djibo Maman Sani, « des textes juridiques de droit commun et des textes juridiques spéciaux protègent l'enfant, à commencer par la Constitution nigérienne qui indique que la famille constitue l'unité de base de la communauté humaine. L'Etat assure sa protection ainsi que celle des jeunes contre l'exploitation et l'abandon ». Le Niger a également ratifié la Convention relative à la protection de l'Enfant.
Côté Education nationale, on n'hésite pas à brandir le Décret N°2017-935/PRN/MEP/A/PLN/EC /MES du 05/décembre 2017 portant sur la protection, le soutien et l'accompagnement de la jeune fille en cours de scolarité.
Bref, avec un tel arsenal juridique, les pouvoirs publics sont fondés à agir dans l'intérêt supérieur de l'enfant. Mais pendant longtemps, cela n'a pas été le cas, à cause de la complexité d'une question qui touche aux us et coutumes, surtout en milieu rural où règnent l'illettrisme et l'indigence. .
Pour l'UNICEF Niger, dans une lettre de juillet 2018 sur le mariage des enfants intitulée « complément d'informations », «mettre fin au mariage des enfants peut préserver l'enfance d'une fille, promouvoir son droit à l'éducation, réduire son exposition à la violence et aux abus et contribuer à briser le cycle de pauvreté qui se transmet d'une génération à l'autre. Retarder le mariage et la grossesse peut également protéger les filles des risques de décès pendant l'accouchement et d'autres séquelles handicapantes comme les fistules obstétricales. En un mot, mettre fin à la pratique du mariage des enfants transforme des vies et améliore les conditions de vies des communautés ».
A Guidan Iddar et à Koloma, la mise en œuvre par l'UNFPA, de l'approche communautaire dénommée « Illimin » en faveur des adolescentes, est en train de révolutionner les mentalités. Dans chacune de ces deux localités que nous avons visitées, une centaine d'adolescentes âgées de 10 à 19 ans, dont la majorité sont non scolarisées, suivent des modules d'alphabétisation et de formation sous forme de conseils de vie sur la connaissance de leurs corps, l'hygiène, la reproduction. Bref, tout ce qui peut les préparer à comprendre leur futur rôle de mère. Mieux, des formations aux activités génératrices de revenus leur sont dispensées, comme la couture. Les «classes » s'appellent Espaces Sûrs. Le responsable de l'ONG Adkoul qui met en oeuvre ce programme nous indique que pour la région de TAHOUA : « il existe 116 Espaces Sûrs répartis à travers 44 communes rurales et urbaines. »
L'objectif est de « contribuer à l'autonomisation des filles et à un changement social au sein des communautés, en vue de l'abandon du mariage précoce des adolescentes et du retard de la survenue des grossesses chez ces dernières pour une meilleure prise en compte de leurs droits. » L'engouement que suscitent les Espaces Sûrs à Guiddan Idder et à Kolloma n'a d'égal que la volonté des jeunes adolescentes à suivre ces formations.
Toutes les filles que nous avons interrogées nous répondent avec enthousiasme qu'elles appréhendent mieux désormais les problèmes dont elles n'avaient pas conscience avant leur inscription dans les Espaces Sûrs. Mieux, certaines adolescentes y ont trouvé des lieux pour soigner les blessures morales résultant de l'incompréhension parentale ou les traumatismes d'un mariage précoce que les mentors et les marraines ont réussi à leur éviter. Parce que les Espaces Sûrs ne s'occupent pas que d'alphabétiser les adolescentes. Il y a aussi la dimension dialogue communautaire, à travers le travail des mentors et des marraines qui sont à la fois des lanceurs d'alerte et des négociateurs pour retarder les mariages des enfants. Bref, les programmes à base communautaire ainsi que les multiples réalisations d'infrastructures éducatives et sanitaires en faveur des jeunes que mènent l'UNICEF et l'UNFPA pour appuyer le Gouvernement dans la Région de Tahaoua ont eu un impact positif, car fortement apprécié des populations sur le terrain et soutenu par une large mobilisation des leaders traditionnels.

Par Mahaman Bako, envoyé spécial(onep)

12/10/18

Culture

Première édition du Hottungo de Birni N'Gaouré : Un grand rendez-vous dédié au renforcement de la cohésion sociale

Première édition du Hottungo de Birni N'Gaouré : Un grand rendez-vous dédié au renforcement de la cohésion sociale

Le quartier Silinkaye, dans la commune urbaine de Birni N'Gaouré, a abrité du 9 au 10 février 2019, sa première édition du Hottungo, ou fête annuelle des éleveurs. L'événement a été organisé par l'association des éleveurs Kawtal Waafakey avec l'appui du Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage, du Haut-Commissariat à l'Initiative 3N, du Millénium Challenge, de la Haute Autorité à la paix et des organisations professionnelles d'élevage...

Premier festival de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), au Caire (Egypte) : Le Niger représenté par une bel…

Premier festival de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), au Caire (Egypte) : Le Niger représenté par une belle brochette d'artistes

      Une délégation nigérienne composée de 18 personnes, dont trois officiels et 15 artistes, a pris part au premier festival de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) qui s'est déroulé du 5 au 9 février 2019, au Caire, en Egypte.Les artistes nigériens qui se sont produits sur scène, jeudi passé, ont fait des prestations assez remarquables dans toutes les disciplines. Il faut dire que le choix des artistes co...

Célébration de la Fête des éleveurs ou ''Hottungo'' à Birni' N'Gaouré : Promouvoir le pastoralisme et la cohésion social…

Célébration de la Fête des éleveurs ou ''Hottungo'' à Birni' N'Gaouré : Promouvoir le pastoralisme et la cohésion sociale

      Le département de Boboye vibrera du 9 au 10 février prochain aux rythmes du festival '' Hottungo''. Cette fête basée sur le pastoralisme, vise à promouvoir et à maintenir les liens culturels entre communautés sédentaires et nomades. Cet évènement de grande envergure est porté par l'Association Kawtal Waafakey, les organisations d'éleveurs et la Commune Urbaine de Birni'N'Gaouré. Le thème de cette année est ''Paix...

Clôture de l'atelier de formation des jeunes en production audiovisuelle : Des réalisations cinématographiques pour prom…

Clôture de l'atelier de formation des jeunes en production audiovisuelle : Des réalisations cinématographiques pour promouvoir le genre

L'atelier de formation de onze jeunes nigériens en production audiovisuelle a pris fin le samedi dernier à Niamey, avec la remise des attestations aux séminaristes. Cette initiative de l'ambassade des Etats Unis d'Amérique au Niger, réalisée en collaboration avec Peace Tech Center et la participation de formateurs nigériens et étrangers, vise à promouvoir la liberté d'expression, la renaissance culturelle du Niger, l'autonomisation de l...

Cinéma : « Ma belle-mère Ma Coépouse » a fait bonne impression chez le public de Niamey

Cinéma : « Ma belle-mère Ma Coépouse » a fait bonne impression chez le public de Niamey

      Sorti en 2018 le film fiction « Ma belle-mère Ma Coépouse », un long métrage de 75 minutes du réalisateur Moussa Hamadou Djingarey a fait l'objet d'une cérémonie de première projection le 2 février dernier au Palais des Congrès de Niamey. De nombreux cinéphiles ont fait le déplacement pour apprécier ce film tourné à Agadez, ville du nord Niger avec des acteurs locaux. Le film est en sélection officielle panorama ...

La nuit des idées édition 2019 au Niger : Le Pr Cédric Villani a animé des conférences au CCFN-Jean-Rouch et à l'Univers…

La nuit des idées édition 2019 au Niger : Le Pr Cédric Villani a animé des conférences au CCFN-Jean-Rouch et à l'Université Abdou Moumouni de Niamey

      La « Nuit des Idées », est un événement proposé partout au même moment à travers le monde par l'Institut Français de Paris et qui est destiné à développer le débat d'idées sur les cinq continents. Cette année la nuit des idées a pour thème « face au présent ». A cette occasion le mathématicien et député à l'assemblée nationale française, Pr Cédric Villani, médaillé Fields considérés comme l'équivalent du Prix Nob...

Conférence de presse sur le lancement du Projet Arts et Culture : Promouvoir la production culturelle et artistique

Conférence de presse sur le lancement du Projet Arts et Culture : Promouvoir la production culturelle et artistique

      Une conférence de presse sur le lancement du Projet Arts et Culture, s'est tenue hier, dans la salle d'exposition temporaire du Musée national Boubou Hama (MNBH) de Niamey. Placée sous le thème « Arts et Culture pour l'inclinaison citoyenne : l'Université Abdou Moumouni jette des ponts », l'activité s'est déroulée en présence du Secrétaire général du ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et la Modernis...

Concours sous régional de Miss Littérature 2019 : Ali Firdaoussou et Mahamane Alou Arzika Farida défendent les couleurs …

Concours sous régional de Miss Littérature 2019 : Ali Firdaoussou et Mahamane Alou Arzika Farida défendent les couleurs nationales

      Le comité d'organisation de la saison littéraire 2019 a lancé ses activités mardi dernier au Bénin. La présidente du comité d'organisation de ce concours, Mme Carmen Toudonou, lors d'une conférence de presse, a donné des informations générales sur cette édition, notamment la composition du jury, les cadeaux à octroyer et les perspectives. Le Niger est présent à ce concours grâce à sa Miss littérature Melle Ali Fi...

« La Nuit des Idées 2019 » : Le mathématicien Cédric Villani annoncé au CCFN et à l'UAM pour une conférence-débat sur le…

« La Nuit des Idées 2019 » : Le mathématicien Cédric Villani annoncé au CCFN et à l'UAM pour une conférence-débat sur le thème « face au présent »

La « Nuit des Idées », est un événement mondial proposé partout au même moment à travers le monde par l'Institut Français de Paris et qui est destiné à développer le débat d'idées sur les cinq continents. A cette occasion le mathématicien et député à l'Assemblée nationale française, M. Cédric Villani est attendu à Niamey où il va animer des conférences-débats sur les grands défis que l'humanité doit affronter au XXIème.Le mathématicien ...

26ème FESPACO : Le Niger en sélection officielle avec trois documentaires en compétition et deux autres films en panoram…

26ème FESPACO : Le Niger en sélection officielle avec trois documentaires en compétition et deux autres films en panorama

La 26ème édition du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui se tiendra du 23 février au 2 mars 2019 sous le thème « Mémoire et Avenir des cinémas africains » coïncide avec le cinquantenaire du plus grand rendez-vous cinématographique de l'Afrique et de la diaspora. Le Niger participe à cette biennale avec cinq films.Trois films documentaires des réalisateurs nigériens figurent dans la sélection of...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.