Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale



Troupe-WASAFA-de-ChangnassouCréée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la joie, la sympathie, la symbiose, l'harmonie dans les cœurs et les esprits des populations de Changnassou. Depuis sa création, M. Oumarou Alto dit Namadina, fait partie des responsables de ladite troupe. Agé de 57 ans aujourd'hui, Namadina, continue, malgré l'âge et les charges familiales et sociale, d'encadrer cette troupe. Il en est depuis plusieurs années, président et Directeur Artistique de la Troupe.
Comme toute entreprise, la troupe Wasafa a des objectifs, et des missions. Elle a mené plusieurs activités, et a enregistrés des succès mais aussi fiat face à des difficultés dans son parcours. Mais en dépit de ces difficultés la troupe continue d'animer se réjouit M. Oumarou Altto dit Namadina, qui a, au passage, rendu un hommage à toutes les personnes qui ont, d'une manière ou d'une autre, et à un moment, apporter leur soutien à la troupe. « Cette troupe est ancienne. Nous avons connu plusieurs générations de filles et de garçons. Aujourd'hui, encore, nous bénéficions de la confiance des parents de ces jeunes filles dans cette troupe. C'est pourquoi je me réjouis et remercie Allah pour m'avoir donné cette chance et que les choses se poursuivent sans problème », a indiqué Namadina. Le directeur artistique de la troupe Wasafa, a rappelé que l'objectif de cette troupe est de permettre au village de disposer un cadre d'épanouissement à la jeunesse.
C'est pourquoi, dans ses activités la troupe organise des animations publiques, nocturne à changnassou et dans les villages environnants. « Aussi, nous répondons à des invitations à l'occasion des grandes cérémonies, des fêtes ou autres événements dans la commune, le département ou à Tahoua chef lieu de la région » explique M. Oumarou Altto dit Namadina. A cet effet, la troupe à pris part à plusieurs éliminatoires des concours musicaux, culturels et festivals de la jeunesse. « Nous avons même participé au nom de la région aux phases finales de certains de ces événements. Nous n'avons pas remporté de prix mis en jeux mais nous nous réjouissons d'avoir plusieurs récompenses et prix d'encouragement et de participation », a indiqué le Président de la troupe WASAFA M. Oumarou Altto dit Namadina.
Les principales œuvres de la troupe sont le théâtre, la chanson, le ballet, etc. Ainsi, en partenariat avec certaines ONG qui interviennent dans la localité, la troupe est sollicitée pour produire des chants et sketchs de sensibilisation sur des thématiques diverses telles que la lutte contre la défécation à l'aire libre, la lutte contre le sida, la scolarisation de la jeune fille, les mariages précoces, la fréquentation des services de santé et bien d'autres thèmes. « Si nous continuons à exister c'est parce que nous économisons un peu dans ce que nous gagnons de ces prestations. Mais cela aussi fait rare de plus en plus. Nous sommes arrivés à un moment où les répétitions ne se font plus régulièrement. Souvent, c'est nous, les responsables, qui cotisons pour prendre en charge les répétitions. Des fois, ce sont les filles elles-mêmes qui préparent pour amener ce qu'on doit manger après les répétitions. Nous faisons tout cela parce que nous avons l'amour de la chose, nous ne voulons pas que la troupe disparaisse. Maintenant, nous profitons des mariages et baptêmes auxquels nous sommes invités pour gagner quelques choses et faire fonctionner la troupe », explique M. Oumarou Altto dit Namadina.
Aujourd'hui la troupe est composée d'une équipe dynamique et engagée à faire parler de leur localité. Il s'agit des enseignants dudit village et ceux des villages environnants qui apportent un plus dans l'encadrement des jeunes filles tous âges confondus, scolarisées et non scolarisées et celles qui sont en cours de scolarité ; des anciens artistes de la troupe et de trois instrumentalistes. En tout, c'est une vingtaine de personnes qui animent au mieux la troupe. WASAFA a encore besoin de toute personne ressource qui pense apporter un plus au maintien et au progrès de ses activités. Le Président Namadina lance d'ailleurs un appel aux autorités communales et départementales pour qu'un appui soit accordé aux troupes culturelles des villages de la commune et du département. Il plaide aussi auprès des personnalités de la localité et auprès de ceux qui ont les moyens pour qu'ils soutiennent ce genre de cadres qui contribuent à l'épanouissement de la jeunesse.
La troupe fournit des gros efforts et fait aujourd'hui la fierté de son village, de sa commune et de son département (Bagaroua). Aussi, les membres de ladite troupe déplorent qu'il n'existe pas un local dédié à la jeunesse et à la culture où les jeunes peuvent apprendre, extérioriser leur talent et s'épanouir. A cette aire de renaissance culturelle il est urgent que des politiques de détection et d'accompagnement des talents des jeunes artistes partout où ils évoluent sur le territoire national, soient mises en place. En effet, elles sont nombreuses des troupes, comme WASAFA, qui méritent l'attention des autorités et des personnes qui en ont les moyens de le accompagner. La dotation de ces troupes en kits de sonorisation, groupes électrogène et en formation est nécessaire au regard des enjeux sur lesquelles elles travaillent pour sensibiliser, créer la joie, la sympathie, la symbiose et l'harmonie dans leurs communautés.
Il faut noter que Changnassou est un des plus gros villages du département de Bagaroua et dispose d'un important marché hebdomadaire qui se tient chaque vendredi.

Ali Maman(onep)
08/01/19

Culture

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

C'est à travers le personnage d'Aline dans la série" Monia and Rama " de la réalisatrice burkinabè Apolline Traoré, qu'Amélie M'Baye a fait son entrée dans le cinéma en 2002. Et l'aventure continue avec cette réalisatrice, puisque dans son long métrage Frontières, sorti en 2016 c'est Amélie qui joue le rôle principal, celui d'Adjara. Elle a joué le rôle principal dans ce film qui raconte la vie des commerçantes africaines confrontées au...

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par …

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par ses créations

Basée à Paris en France, la styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché, est nigérienne. Après trois (3) ans d'exercice pratique, elle sort la marque ''Mabiba'' qui propose un style moderne avec un détail qui frappe et qui fait la différence, créant ainsi la surprise. Le samedi 28 février dernier, à l'occasion de la présentation de sa première collection avec pour thème''la paix au Niger ''et pou...

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

L'actrice principale du film fiction de ''Toula'' du réalisateur nigérien feu Moustapha Alassane a aujourd'hui la soixantaine sonnée. L'ancienne actrice incarnait la fille sacrifiée par son oncle, le roi du village de ''Yalambouli'' où loge dans la mare un génie. ''Toula'' est aujourd'hui mère de deux enfants (une fille et un garçon). Depuis sa retraite, Solange Delanne vit en France où elle dirige une association de chorale. « Nous org...

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à …

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à raconter. Il y a encore de longues années d'exploitation», estime la réalisatrice burkinabè

Apolline Traoré est surtout connue à travers ses longs métrages, notamment Moi Zaphira en 2013, Frontières en 2017, Desrances sorti en fin 2018. Mais elle a commencé à réaliser des courts métrages depuis les années 2000 avec The Price of Ignorance (Le Prix de l'ignorance) en 2000, (sur la victime d'un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous. Elle réalise son premi...

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour…

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour le Niger

C'est en 1983, soit 14 ans après la création du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) que le Marché International du Cinéma Africain (MICA) a vu le jour. Cet espace qui, depuis fait partie des activités du FESPACO est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent d'avoir un marché autonome et propre au film africain. Pour sa 19ème édition qui a eu lieu du 24 février a...

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le …

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le FIMA de retour à Niamey

Le Promoteur du Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) M. Seidnaly Sidahmed Alphadi a organisé une conférence de presse, hier matin, à l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette conférence de presse a pour Objectif d'informer l'opinion nationale et internationale sur la tenue, en juillet 2019, à Niamey, de la 12ème édition dudit festival. C'est le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto ...

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

A l'état civil, il se nomme Abdou Halidou Maiguizo, mais tout le monde l'appelle John Sofakolley. Une carrière en dents de scie mais un talent indéniable pour celui qui vient de loin et qui participe à des causes humanitaires.Avant les années 2000, Abdou Halidou Maiguizo était en vue sur la scène musicale nigérienne. Il l'était tant pour son savoir-faire, que pour son engagement et sa créativité. A travers cet art, il a inspiré plus d'u...

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 20…

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 2017, projeté en séance spéciale au Ciné Burkina : Dans le quotidien tumultueux d'une communauté cosmopolite

"La vie de Château" : ce sont les différentes facettes de ces communautés dont les membres venus d'horizons divers poursuivent leurs rêves. Un film sur une thématique qui n'est certainement pas nouvelle, mais qui reste toujours d'actualité comme le désir de tous ceux-là qui s'illusionnent pour une meilleure vie de l'autre côté de la méditerranée.Nous sommes dans la zone de la Station Château d'Eau de Paris, où le film "la Vie de Château...

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

Sorti en 2018, « Ma belle-mère Ma Coépouse », 75 mn du réalisateur nigérien Moussa Hamadou Djingarey, était en projection panorama au FESPACO 2019.Tourné à Agadez, ville du nord Niger, « Ma belle-mère Ma Coépouse » porte sur la vie d'un jeune couple, Raicha une femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur d'une autre ethnie. La vie paisible que mène ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obn...

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Sorti en 2018, le film "Bibata est partie'', est un court métrage de 30 mn de la réalisatrice nigérienne Nana Hadiza Akawala. Dans ce documentaire, elle est à la recherche de son amie perdue de vue depuis une dizaine d'années. En selection aux compétitions du 26ème FESPACO, le film tourné en langue Zarma, et sous titré en français a été projeté le 27 février dernier au ciné Nerwaya de Ouagadougou.Bibata était une de ces femmes communéme...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la …

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique

Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression po...

jeudi 18 avril 2019

Tresse traditionnelle

Tresse traditionnelle

La tresse traditionnelle a longtemps été un des métiers les plus reconnus à la femme nigér...

jeudi 18 avril 2019

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

L'air du temps

Endiguer le banditisme urbain

Endiguer le banditisme urbain

Il y a environ une semaine, la Police Nationale a une fois de plus mis hors d'état de nuir...

jeudi 18 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.