Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Inde/Kumbh Mela 2019 : Des millions de pèlerins prennent d'assaut les berges aux confluents du Gange et de la Yamuna


Bain-sacr-au-Kumbh-MelaSelon des calculs astrologiques, une cinquantaine de jours sont consacrés pour effectuer le grand pèlerinage indien ''Kumbh Mela''. Ils sont plus d'une centaine de millions venus des quatre coins du monde à converger à ces lieux saints de la culture indienne. Chaque pèlerin prend un bain dans le saint Sangam pour se purifier. Se purifier dans la vie qu'il mène et à l'au-delà.
Comme à l'accoutumée, cet évènement draine un monde fou en Inde, notamment dans ces quatre lieux sacrés choisis pour la circonstance. Cette année c'est à Prayagraj, une zone située à Allahabad qui a abrité la Kumbh Mela. Pourquoi Prayagaj, parce que, selon la légende de Kumbh Mela ou ''fête de la cruche'' « Durant douze jours et douze nuits, une bataille farouche avait opposé les Dieux et les démons pour récupérer la cruche contenant l'élixir d'immortalité. Au cours de celle-ci, quatre gouttes de ce précieux liquide sont tombées de la jarre pour former quatre lieux sacrés de l'hindouisme.
Spécialement invités à prendre part à l'évènement, par le Gouvernement indien, environ 200 délégués issus des pays du monde entier ont, vendredi dernier, vite rallié, sous haute escorte militaire, la longue distance qui sépare l'Aéroport de Allahabad à Prayagaj. Arrivés aux environs de 10h du matin, les délégués ont, à leur descente d'avion, été accueillis avec la légendaire hospitalité des indiens. Au pied de la passerelle, il y avait les représentants du Ministère des Affaires Extérieures pour la traditionnelle bienvenue avec le port de fleurs à chacun de nous. Ensuite suivra une longue file indienne, des artistes colorés du pied à la tête avec des parures aux couleurs vives et attirantes. Ils nous ont gratifié des chants et danses culturels et artistiques qui reflètent la vraie culture de ce grand pays. Tout au long de ce cortège, des populations étaient massées des deux côtés de la voie reliant l'Aéroport à cette cité mythique. Des arbres et des fleurs multicolores pavaient les deux côtés de la voie offrant aux visiteurs une belle vue. A première vue, Prayagaj n'a rien à envier à une grande ville, dans la mesure où toutes les commodités urbanistiques existent. Ici, c'est un vaste et prestigieux emplacement qui a été réservé aux festivités.
Selon Mucyo Rutishisha, Conseiller à l'Ambassade du Rwanda en Inde, « cette année, les autorités indiennes n'ont point lésiné sur les moyens pour réserver aux invités un séjour agréable. Kumbh Mela est une importante manifestation pour le peuple indien » dit-il avec insistance. Selon lui, cette fête exerce une influence magnétique sur les Indiens ordinaires. L'événement associe, astrologie, spiritualité, traditions rituelles, coutumes et pratiques culturelles et sociales, qui en font une manifestation riche en connaissances. Les foules fusaient de tous les flancs de cette zone de renom désormais internationale. Notre randonnée commence à 10h15m en compagnie de Vishwa Sehbhagita, Secrétaire d'Etat au Ministère des Affaires extérieures, arrivé quelques minutes seulement après nous. Après quelques photos prises avec lui pour immortaliser ces moments, nous prenions des bateaux pour rallier l'autre rive pour la place '' Aksshay Vat '' l'arbre sacré bien préservé et bien entretenu logé dans ce lieux saint prayagaj pour l'adorer, le contempler et écouter son histoire. Le Guide des lieux a donné des explications sur le fondement, levé un coin de voile sur des préceptes religieux et spirituels qui entourent cet arbre sacré.

Le déroulé de l'immersion dans les eaux sacrées

Selon les savants, ce pèlerinage (Kumbh Mela) vieux de plus de 2000 ans dure près de deux mois et, est généralement la période propice pour des cérémonies religieuses et spirituelles. L'une des plus importantes est l'initiation des milliers de Sâdhu novices qui commencent ainsi leur vie d'ascètes. Et pour ceux qui sont confirmés de recevoir de promotion dans leur ordre ou formuler le vœu de suivre un nouvel ascète. La Kumbh est inscrite en 2017 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.
A Kumbh, les Indiens aiment s'y rendre en famille ou entre amis et c'est également l'occasion de se vêtir des habits traditionnels (saharis, safran, des toges...). Comme à leurs habitudes, ils aiment exhiber leur appartenance culturelle. Ces pèlerins viennent de toute l'Inde et des quatre coins du monde. Enfants, jeunes et vieux, en rang serrés ou dispersés viennent les bras chargés de sacs remplis d'habits et ou de nourritures. Ils les trainent par les mains, sur la tête et ou au dos, arpentant difficilement ces chemins sablonneux pour rejoindre l'endroit le plus sacré du moment qui se trouve être la jonction entre les deux fleuves du nord de l'Inde, le Gange et la Yamuna. Une fois sur place, ces fidèles enlèvent dans la majeure des cas leurs habits. Torses nus, ils commencent à verser l'eau sur la tête par petites gouttes avant de s'immerger dans ce fleuve avec des gestes qu'eux seuls détiennent les secrets. C'est le moment idéal de formuler des vœux, de prier, de recevoir des bénédictions et de faire des offrandes.
Pour rendre le séjour agréable, des tentes en bois, en bâche et en tôle sont dressées partout sur une vaste superficie. Des ponts artificiels sont placés tout au long de ces eaux et des voies aménagées pour rendre l'accès facile aux pèlerins. L'hygiène est prise en compte avec des poubelles, des toilettes bio, des douches préfabriquées, des camions vidangeurs pour rendre vivable ce site à forte affluence. Restaurants, stands de nourriture sont installés un peu partout. Comme dans tout lieu de grand rassemblement, le petit commerce s'est développé, des commerçants, la plupart des jeunes, exposent leurs produits. La nuit, des grands lampadaires éclairent le site. Visiteurs et exposants vaquent tranquillement à leurs occupations. Des postes de police installés un peu partout veillent à la sécurité des lieux et des visiteurs. Tous sont là en grand nombre avec un seul et unique objectif, se libérer des affres de la vie et de la mort. Certains délégués invités se sont prêtés aux rites en s'immergeant dans les eaux sacrées. Nous nous sommes ensuite retrouvés dans un somptueux centre culturel où des talentueux groupes artistiques et culturels nous ont tenus en haleine en nous faisant découvrir l'âme et la beauté de ce pays à travers sa musique, sa culture et ses arts traditionnels.
Plus qu'un pèlerinage, cette rencontre a l'ambition de montrer l'esprit positif des Indiens ainsi que la beauté de ce pays afin qu'elle résonne dans les cœurs. inde-1Le grand religieux Acharya Mahamandeleshwar s'est adressé, par message vidéo aux parterres de délégués et d'invités, sur la portée de Kumbh Mela. Ensuite SE Vishwa Sehbhagita, Secrétaire d'Etat aux Affaires extérieures dira que ce grand rassemblement mondial n'a d'autre mission que de promouvoir les valeurs religieuses et spirituelles et de faire la promotion de la culture pour que chaque indien se l'approprie. Il a indiqué ensuite que le fondement de chaque peuple c'est sa culture et surtout l'intérêt à faire perpétuer ces différentes cultures, afin que les générations futures puissent en profiter.

Rencontre d'échanges avec les plus hautes autorités du pays

Le samedi dans la matinée, les délégués se sont retrouvés au Ministère des Affaires extérieures pour une cérémonie d'accueil. Elle a été ponctuée par plusieurs allocutions dont la plus importante fût celle du Premier Ministre Indien SE Shri Narendra Modi. Dans cette allocution, M. Modi a émis l'idée de voir l'Inde s'ouvrir au monde entier, c'est pourquoi, a-t-il soutenu l'Inde a invité tous ces pays pour vivre la belle expérience de Kumbh Mela. Ce qui s'inscrit dans le cadre de la stratégie des dialogues politiques et l'accroissement des initiatives de coopération que développe l'Inde. Il a aussi parlé brièvement des élections générales que son pays compte organiser bientôt. La Ministre des Affaires extérieures SE Sushma Swaraj a, elle aussi, abondé dans le même sens pour magnifier la solidité des relations qui unit les différents pays, car c'est un plaisir, a-t-elle dit de regrouper autant de monde autour de cet héritage culturel qu'est la Kumbh. Elle a remercié l'ensemble des délégués présents pour leur participation et a félicité le comité d'organisation pour le travail important abattu et le succès de cette édition.
La porte-parole des délégués a également pris la parole pour saluer l'esprit d'ouverture et d'hospitalité dont le peuple indien a fait montre durant le séjour. Elle s'est réjouie, au nom de ces amis, de toute l'attention particulière portée à notre endroit. Au cours du déjeuner qu'elle a offert aux délégués des différents pays invités, la ministre Indienne des Affaires extérieurs a échangé longuement avec eux, sur certains sujets d'intérêt commun. Une photo de famille avec le Premier Ministre et les deux cent délégués ont marqué la fin de ce séjour à New Delhi.

Aïssa Abdoulaye Alfary Envoyée spéciale(onep)
26/02/19

Culture

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

C'est à travers le personnage d'Aline dans la série" Monia and Rama " de la réalisatrice burkinabè Apolline Traoré, qu'Amélie M'Baye a fait son entrée dans le cinéma en 2002. Et l'aventure continue avec cette réalisatrice, puisque dans son long métrage Frontières, sorti en 2016 c'est Amélie qui joue le rôle principal, celui d'Adjara. Elle a joué le rôle principal dans ce film qui raconte la vie des commerçantes africaines confrontées au...

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par …

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par ses créations

Basée à Paris en France, la styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché, est nigérienne. Après trois (3) ans d'exercice pratique, elle sort la marque ''Mabiba'' qui propose un style moderne avec un détail qui frappe et qui fait la différence, créant ainsi la surprise. Le samedi 28 février dernier, à l'occasion de la présentation de sa première collection avec pour thème''la paix au Niger ''et pou...

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

L'actrice principale du film fiction de ''Toula'' du réalisateur nigérien feu Moustapha Alassane a aujourd'hui la soixantaine sonnée. L'ancienne actrice incarnait la fille sacrifiée par son oncle, le roi du village de ''Yalambouli'' où loge dans la mare un génie. ''Toula'' est aujourd'hui mère de deux enfants (une fille et un garçon). Depuis sa retraite, Solange Delanne vit en France où elle dirige une association de chorale. « Nous org...

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à …

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à raconter. Il y a encore de longues années d'exploitation», estime la réalisatrice burkinabè

Apolline Traoré est surtout connue à travers ses longs métrages, notamment Moi Zaphira en 2013, Frontières en 2017, Desrances sorti en fin 2018. Mais elle a commencé à réaliser des courts métrages depuis les années 2000 avec The Price of Ignorance (Le Prix de l'ignorance) en 2000, (sur la victime d'un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous. Elle réalise son premi...

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour…

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour le Niger

C'est en 1983, soit 14 ans après la création du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) que le Marché International du Cinéma Africain (MICA) a vu le jour. Cet espace qui, depuis fait partie des activités du FESPACO est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent d'avoir un marché autonome et propre au film africain. Pour sa 19ème édition qui a eu lieu du 24 février a...

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le …

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le FIMA de retour à Niamey

Le Promoteur du Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) M. Seidnaly Sidahmed Alphadi a organisé une conférence de presse, hier matin, à l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette conférence de presse a pour Objectif d'informer l'opinion nationale et internationale sur la tenue, en juillet 2019, à Niamey, de la 12ème édition dudit festival. C'est le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto ...

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

A l'état civil, il se nomme Abdou Halidou Maiguizo, mais tout le monde l'appelle John Sofakolley. Une carrière en dents de scie mais un talent indéniable pour celui qui vient de loin et qui participe à des causes humanitaires.Avant les années 2000, Abdou Halidou Maiguizo était en vue sur la scène musicale nigérienne. Il l'était tant pour son savoir-faire, que pour son engagement et sa créativité. A travers cet art, il a inspiré plus d'u...

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 20…

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 2017, projeté en séance spéciale au Ciné Burkina : Dans le quotidien tumultueux d'une communauté cosmopolite

"La vie de Château" : ce sont les différentes facettes de ces communautés dont les membres venus d'horizons divers poursuivent leurs rêves. Un film sur une thématique qui n'est certainement pas nouvelle, mais qui reste toujours d'actualité comme le désir de tous ceux-là qui s'illusionnent pour une meilleure vie de l'autre côté de la méditerranée.Nous sommes dans la zone de la Station Château d'Eau de Paris, où le film "la Vie de Château...

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

Sorti en 2018, « Ma belle-mère Ma Coépouse », 75 mn du réalisateur nigérien Moussa Hamadou Djingarey, était en projection panorama au FESPACO 2019.Tourné à Agadez, ville du nord Niger, « Ma belle-mère Ma Coépouse » porte sur la vie d'un jeune couple, Raicha une femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur d'une autre ethnie. La vie paisible que mène ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obn...

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Sorti en 2018, le film "Bibata est partie'', est un court métrage de 30 mn de la réalisatrice nigérienne Nana Hadiza Akawala. Dans ce documentaire, elle est à la recherche de son amie perdue de vue depuis une dizaine d'années. En selection aux compétitions du 26ème FESPACO, le film tourné en langue Zarma, et sous titré en français a été projeté le 27 février dernier au ciné Nerwaya de Ouagadougou.Bibata était une de ces femmes communéme...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la …

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique

Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression po...

jeudi 18 avril 2019

Tresse traditionnelle

Tresse traditionnelle

La tresse traditionnelle a longtemps été un des métiers les plus reconnus à la femme nigér...

jeudi 18 avril 2019

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

L'air du temps

Endiguer le banditisme urbain

Endiguer le banditisme urbain

Il y a environ une semaine, la Police Nationale a une fois de plus mis hors d'état de nuir...

jeudi 18 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.