Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Capture, préparation, exportation du criquet : Maradi, la plaque tournante


d-3S'il y a un commerce qui a le vent en poupe à Maradi, c'est bien celui des criquets. Cette activité, qui a cours pendant tous les mois de l'année, draine tout un monde le long de la chaine, de la capture à la consommation, Maradi faisant partie des plus grands fournisseurs de ces caélifères de notre pays. La vente des criquets est une activité commerciale comme toute autre. Les marchés de Maradi sont ravitaillés à partir des différentes localités de la région. En effet, ces criquets sont cuits et séchés sur place avant de les écouler sur le marché.
A l'image de M. Hamissou Lagafa, vendeur grossiste de criquets au grand marché de Maradi, bien d'autres Maradawa ne jurent que par cette activité. « Dès mon bas âge, j'ai vu mes parents exercer ce commerce. Aujourd'hui, cela fait 30 ans que je vends des criquets à Maradi. Une activité à travers laquelle je me suis marié et j'entretiens ma famille», a-t-il soutenu. A en croire Hamissou Lagafa, Maradi et Zinder sont les deux plus grandes régions fournisseuses de criquets. « Nous ravitaillons les marchés de Tahoua, Niamey et bien d'autres comme ceux du Nigéria », a-t-il dit.
Toutefois, il a indiqué qu'ils se méfient des criquets en provenance du Nigéria, du fait qu'il n'y a aucune précaution dans le conditionnement. « Souvent, nous enseignons à certains producteurs nigérians les techniques de conditionnement et de conservation », soutient-il. Sur les techniques de capture, il a rassuré qu'aucun produit n'est utilisé à cette fin ; seulement, fait-il remarquer, le moment favorable de cette capture est très tôt le matin en période du grand froid où ces criquets ne peuvent pas s'envoler.
Pour ce qui est de la vente des criquets, Hamissou Lagafa précise qu'en période de grande demande, ils arrivent à vendre 50 voire 100 sacs. En ce moment de rareté de cette denrée, et vue la montée en flèche du prix de la mesure (1750 FCFA), il a indiqué que le marché est très fluctuant ; il vend entre 5 et 7 sacs, y compris la vente en détail. Actuellement, le sac se vend entre 58.000 et 60.000 FCFA. La clientèle est composée des demi-grossistes qui achètent une grande quantité et les jeunes filles qui se lancent dans les activités génératrices de revenus qui se paient quelques mesures. « Même en cette période où il y a moins d'engouement autour des criquets, nous arrivons à vendre une quantité non négligeable. Ce qui nous permet d'entretenir nos foyers », a –t-il soutenu.
Pour ce qui est de la préparation et de la vente sur les étals, ce métier de vente de criquet est exclusivement l'apanage de la junte féminine. Tous les coins et recoins de Maradi sont envahis par les jeunes filles qui font de cette activité une source de revenus. Au nombre de ces vaillantes femmes, Aicha, une naine qui vit avec sa mère elle-même naine au quartier Toudoun elwada. Chez Aicha, il n'est pas question de croiser les bras et vivre de la mendicité. C'est pourquoi, selon ce qu'elle nous a confié, cela fait plus de cinq (5) ans qu'elle s'est lancée exclusivement dans la vente des criquets grillés sur tous les mois de l'année. De cette activité, elle tire beaucoup de profits. « Cette activité est très importante pour moi. Je gagne assez d'argent qui me permet d'être indépendante financièrement et souvent voler au secours des autres », a-t-elle soutenu. Pour ce qui est de son gain, Aicha refuse d'avancer un chiffre. Toutefois, elle fait remarquer que quand une activité n'est pas rentable, on l'abandonne. «Moi je pratique cette activité commerciale depuis plusieurs années. Si je continue à la pratiquer, cela veut dire que je m'y retrouve, alors j'y reste », a-t-elle dit. A l'endroit de ses sœurs, elle lance un appel aux femmes de ne pas croiser les bras car, estime-elle, dépendre de quelqu'un est toujours une source de frustration.
Chez les consommateurs, deux raisons peuvent expliquer la consommation des criquets grillés. Pour les uns, c'est juste un geste culturel, car les parents et grands parents en ont consommées. Pour les autres avertis, le recours aux criquets est purement nutritionnel car ces insectes contiennent plus de substances dont a besoin l'organisme humain. C'est le cas de Mme Fati, chez qui la consommation des criquets était au départ culturel et, ensuite, pour des besoins nutritifs. « En tant que native de la région de Maradi où on trouve des criquet en abondance, j'ai commencé à en consommer depuis mon bas âge. En écoutant les nutritionnistes, j'ai pu mesurer toute l'importance de la consommation des criquets car ils contiennent des protéines », a-t-elle soutenu. C'est pourquoi cette dame dit aujourd'hui préférer une bonne assiette de criquets bien frits qu'une table bien garnie de viande. « Nulle part, il n'est dit que les criquets nuisent à la santé. Par contre, la viande rouge provoque comme on le sait la goutte ou accentue le vieillissement des cellules. Pour qui veut ménager sa santé, le choix est clair », a-t-elle conclu.
Des vertus nutritionnelles, le criquet, comme les autres insectes, en a. En effet, il est reconnu que les insectes sont majoritairement constitués de protéines, de tous les acides aminés essentiels et contiennent des fibres alimentaires. Ils sont pauvres en glucides et ne contiennent pas de grande quantité de masse grasse. Enfin, les criquets apportent autant de protéines que l'œuf, le lait ou que la viande des mammifères, d'oiseaux ou de poisson.
Tiémogo Amadou ANP/ ONEP Maradi
22/03/19

Culture

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

C'est à travers le personnage d'Aline dans la série" Monia and Rama " de la réalisatrice burkinabè Apolline Traoré, qu'Amélie M'Baye a fait son entrée dans le cinéma en 2002. Et l'aventure continue avec cette réalisatrice, puisque dans son long métrage Frontières, sorti en 2016 c'est Amélie qui joue le rôle principal, celui d'Adjara. Elle a joué le rôle principal dans ce film qui raconte la vie des commerçantes africaines confrontées au...

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par …

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par ses créations

Basée à Paris en France, la styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché, est nigérienne. Après trois (3) ans d'exercice pratique, elle sort la marque ''Mabiba'' qui propose un style moderne avec un détail qui frappe et qui fait la différence, créant ainsi la surprise. Le samedi 28 février dernier, à l'occasion de la présentation de sa première collection avec pour thème''la paix au Niger ''et pou...

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

L'actrice principale du film fiction de ''Toula'' du réalisateur nigérien feu Moustapha Alassane a aujourd'hui la soixantaine sonnée. L'ancienne actrice incarnait la fille sacrifiée par son oncle, le roi du village de ''Yalambouli'' où loge dans la mare un génie. ''Toula'' est aujourd'hui mère de deux enfants (une fille et un garçon). Depuis sa retraite, Solange Delanne vit en France où elle dirige une association de chorale. « Nous org...

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à …

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à raconter. Il y a encore de longues années d'exploitation», estime la réalisatrice burkinabè

Apolline Traoré est surtout connue à travers ses longs métrages, notamment Moi Zaphira en 2013, Frontières en 2017, Desrances sorti en fin 2018. Mais elle a commencé à réaliser des courts métrages depuis les années 2000 avec The Price of Ignorance (Le Prix de l'ignorance) en 2000, (sur la victime d'un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous. Elle réalise son premi...

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour…

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour le Niger

C'est en 1983, soit 14 ans après la création du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) que le Marché International du Cinéma Africain (MICA) a vu le jour. Cet espace qui, depuis fait partie des activités du FESPACO est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent d'avoir un marché autonome et propre au film africain. Pour sa 19ème édition qui a eu lieu du 24 février a...

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le …

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le FIMA de retour à Niamey

Le Promoteur du Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) M. Seidnaly Sidahmed Alphadi a organisé une conférence de presse, hier matin, à l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette conférence de presse a pour Objectif d'informer l'opinion nationale et internationale sur la tenue, en juillet 2019, à Niamey, de la 12ème édition dudit festival. C'est le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto ...

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

A l'état civil, il se nomme Abdou Halidou Maiguizo, mais tout le monde l'appelle John Sofakolley. Une carrière en dents de scie mais un talent indéniable pour celui qui vient de loin et qui participe à des causes humanitaires.Avant les années 2000, Abdou Halidou Maiguizo était en vue sur la scène musicale nigérienne. Il l'était tant pour son savoir-faire, que pour son engagement et sa créativité. A travers cet art, il a inspiré plus d'u...

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 20…

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 2017, projeté en séance spéciale au Ciné Burkina : Dans le quotidien tumultueux d'une communauté cosmopolite

"La vie de Château" : ce sont les différentes facettes de ces communautés dont les membres venus d'horizons divers poursuivent leurs rêves. Un film sur une thématique qui n'est certainement pas nouvelle, mais qui reste toujours d'actualité comme le désir de tous ceux-là qui s'illusionnent pour une meilleure vie de l'autre côté de la méditerranée.Nous sommes dans la zone de la Station Château d'Eau de Paris, où le film "la Vie de Château...

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

Sorti en 2018, « Ma belle-mère Ma Coépouse », 75 mn du réalisateur nigérien Moussa Hamadou Djingarey, était en projection panorama au FESPACO 2019.Tourné à Agadez, ville du nord Niger, « Ma belle-mère Ma Coépouse » porte sur la vie d'un jeune couple, Raicha une femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur d'une autre ethnie. La vie paisible que mène ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obn...

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Sorti en 2018, le film "Bibata est partie'', est un court métrage de 30 mn de la réalisatrice nigérienne Nana Hadiza Akawala. Dans ce documentaire, elle est à la recherche de son amie perdue de vue depuis une dizaine d'années. En selection aux compétitions du 26ème FESPACO, le film tourné en langue Zarma, et sous titré en français a été projeté le 27 février dernier au ciné Nerwaya de Ouagadougou.Bibata était une de ces femmes communéme...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la …

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique

Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression po...

jeudi 18 avril 2019

Tresse traditionnelle

Tresse traditionnelle

La tresse traditionnelle a longtemps été un des métiers les plus reconnus à la femme nigér...

jeudi 18 avril 2019

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

L'air du temps

Endiguer le banditisme urbain

Endiguer le banditisme urbain

Il y a environ une semaine, la Police Nationale a une fois de plus mis hors d'état de nuir...

jeudi 18 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.