Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Sur le site de construction du barrage de Kandadji : Les raisons d'une résiliation du contrat

le futur emplacement du barrage encore vierge. le futur emplacement du barrage encore vierge.

Deux (2) semaines après la résiliation par le gouvernement du contrat avec la société russe Zarubezhvodstroy (ZVS) en charge de la construction du barrage de Kandadji, c'est un sentiment de désolation qui s'empare de tout visiteur qui se rend sur le site. En effet, rien n'indique qu'un quelconque travail sérieux a été fait, deux (2) ans pourtant après le démarrage du chantier. Aucun matériel n'est visible sur le chantier proprement dit. D'après les témoignages recueillis sur place, les russes ont mis seulement une journée pour redéployer le peu d'engins qu'ils ont mobilisé sur le site. En fait, le chantier est au stade zéro.
Pourtant, dès leur accession au pouvoir, les autorités de la 7ème République ont mobilisé les fonds nécessaires au démarrage effectif des travaux confiés à cette entreprise pour un montant de 84 milliards 791 millions 891 mille 535,10 FCFA. Sur ce qui devait être l'emplacement du barrage, rien n'est perceptible en dehors de quelques excavations et deux batardeaux provisoires érigés juste pour l'acheminement du matériel.


kandaji-classe''Du point de vue des travaux de l'ouvrage proprement dit, rien n'a été fait'', confie, avec amertume, M. Seini Moussa, directeur régional de l'Unité d'exécution du barrage. Pourtant, le barrage constitue l'élément central du Programme Kandadji. Malheureusement, à la date du 15 juillet 2013, le taux d'avancement des travaux est de seulement 6,9% pour un délai consommé de 40%.
Il ne peut en être autrement au regard de la faible mobilisation de l'entreprise sur le terrain. En effet, d'après le planning de l'entreprise elle-même, la mobilisation du personnel et du matériel doit être achevée en mai 2013. Mais sur le terrain, c'est une autre réalité. 62,57% du personnel et 46% du matériel ont été mobilisés à ce jour, alors que cette mobilisation aurait dû atteindre les 75 à 80% selon les termes du contrat. Un tour sur les différents sites confirme ce retard : le bâtiment devant abriter le laboratoire du chantier n'est pas encore achevé, il est à 65% de son exécution ; la station de traitement des matériaux est au niveau de la fondation (15%) ; la centrale à béton n'est qu'en cours d'installation (70%) ; la cité du maître d'œuvre est totalement inexistante, car sur 80 bâtiments devant être construits, un seul est en fondation) ; 40% des engins mobilisés au niveau de la base matériel sont déjà en panne.
Les principaux équipements mobilisés sont pour l'essentiel provisoires, en dehors de la cité de l'entreprise. En outre, même sur le plan des mémoires techniques à prix forfaitaires, l'entreprise ZVS n'est pas encore à jour. En effet, sur 27 mémoires à produire, 17 ont été remis et approuvés par l'Ingénieur conseil.kandaji-canal
Pourtant, l'Etat et ses partenaires semblent respecter le niveau d'engagement qui correspond à cette phase des travaux. En effet, sur une demande de paiement de 16 milliards 605 millions 488 mille 191 FCFA, 14 milliards 504 millions 176 mille 592 FCFA ont été payés. En outre, l'Etat du Niger a exécuté l'une des charges qui lui incombaient, à savoir le déplacement des populations afin de libérer l'emprise des travaux pour l'entreprise.

Village de Sanguilé: la vie reprend déjà son cours normal
Le village de Sanguilé est l'un des villages déplacés dans le cadre du programme Kandadji. Installées sur leur nouveau site au bord du goudron, les populations reprennent petit à petit, le cours normal de leur existence. Le village a été doté de toutes les infrastructures sociales de base, notamment une école, un Centre de Santé Intégré, une grande mosquée et des mosquées de quartier, un magasin de stockage, une adduction d'eau potable et un marché. ''Nous essayons de reconstruire l'infrastructure sociale de base, mais avec une mise à niveau. C'est ainsi que la nouvelle école compte ici six (6) classes, alors qu'elle ne comptait que trois (3) dans l'ancien village'', confie M. Seini Moussa, directeur régional de l'Unité d'exécution du barrage.
Mieux, lors de cette opération de déplacement, les populations ont bénéficié d'un accompagnement poussé de l'Etat. ''Après l'évaluation des pertes et l'acceptation du dédommagement, l'Etat s'est chargé de fournir aux habitants les matériaux de construction et l'encadrement technique par des agents du génie civil'', explique M. Mahaman Mourtala Sani Bako, responsable de la réinstallation et du développement local à l'Unité régionale d'exécution du programme Kandadji. En plus de cela, les populations reçoivent une dotation en céréales durant six (6) mois, sans compter les paiements en cash. Ce que confirment les bénéficiaires. ''Moi, j'ai reçu plus de sept (7) millions de francs. Je pense que l'Etat a rempli ses engagements, mais les russes n'ont pas rempli les leurs'', confie Hamidou Tarabi, un paysan de Sanguilé. ''Nous sommes tranquilles ici, mais nous voulons que les travaux du barrage finissent vite afin que nous puissions reprendre l'exploitation des périmètres'', ajoute Abdoulaye Ousseini, un autre habitant de Sanguilé.
En fait, les populations étaient tout aussi impatientes que le gouvernement de voir la fin des travaux de ce barrage. ''Je pense que l'Etat a même pris beaucoup de temps avant de résilier ce contrat. Cela fait deux (2) ans, mais nous avons constaté que rien n'avance réellement sur ce chantier. Notre souhait est que l'Etat trouve une autre entreprise qui va sérieusement faire le travail'', dit Hamidou Tarabi. On comprend dès lors que l'Etat ne saurait rester indifférent face au non respect des délais contractuels par ZVS, mais surtout au regard des fortes attentes des populations, qui ont hâte d'exploiter ce projet. Pourtant, l'entreprise avait écopé d'une troisième mise en demeure le 04 janvier 2013.
Les travaux d'aménagements de 800 hectares de périmètres irrigués sont déjà achevés
Autres entreprises, autre comportement. En effet, les travaux d'aménagement de 800 hectares de périmètres, attribués à une société chinoise (CGC) sont quant à eux déjà achevés en juillet 2013. Sur ces 800 hectares, la CGC a exécuté 500 hectares et les 300 l'ont été par l'entreprise nigérienne AOM. Cette superficie constitue une première phase entrant dans le cadre du programme Kandadji qui prévoit, à terme, l'aménagement de 2000 hectares.
A la date d'aujourd'hui, tous les équipements et infrastructures nécessaires à la mise en exploitation de ces 800 hectares ont été installés. Il s'agit notamment du canal principal en béton (4235 m), du réseau des canaux secondaires (14779 m) et de celui des canaux tertiaires en terre (26779 m), des drains collecteurs (2199 m), des drains primaires, secondaires et tertiaires, des parcelles et préparation des sols sur 450 ha et d'une digue de protection de 17072 mètres. Le périmètre est équipé de deux (2) stations de pompage; la première d'un débit de 620 litres/seconde et la seconde de 357 litres/seconde. Et ce périmètre pourra heureusement être exploité indépendamment du barrage. ''Nous avons commencé le processus de réception de ce périmètre, et nous comptons démarrer son exploitation dès novembre prochain'', assure le responsable régional de l'Unité d'exécution du programme Kandadji.
Il faut noter que les travaux de réalisation de ces 800 h ont coûté 5 milliards 368 millions 328 mille 427 francs CFA, dont près de deux milliards de contribution de l'Etat du Niger. La deuxième tranche, constituée de 1200 hectares, est prévue s'achever en novembre 2014. A la fin juillet 2013, le taux d'avancement des travaux est déjà estimé à 27,9%. Les travaux sont exécutés par la CGC pour un coût total de 8 millions 138 millions 774 mille 106 francs CFA financés à 100% par la BOAD.

Siradji Sanda, envoyé spécial

Culture

Hommage à feu Kossi Odjo Dogbé dit Alfred Dogbé : Une grande figure culturelle nigérienne

Hommage à feu Kossi Odjo Dogbé dit Alfred Dogbé : Une grande figure culturelle nigérienne

Enseignant, journaliste, écrivain mais surtout dramaturge, feu Alfred Dogbé a incontestablement contribué à la promotion de la culture nigérienne à l'intérieur du pays comme à l'extérieur. 4 ans déjà que Alfred Dogbé a disparu, il y a 4 ans. Le 2 mars 2015 a constitué le 4ème anniversaire de sa disparition. A cette occasion et en partenariat avec le CCFN Jean Rouch de Niamey, les responsables de la Compagnie Arène Théâtre ont commémoré ...

3ème Edition du Festival Inter-Lycées au CCFN de Zinder : Un grand rendez-vous du donner et du recevoir

3ème Edition du Festival Inter-Lycées au CCFN de Zinder : Un grand rendez-vous du donner et du recevoir

Le Centre Culturel Franco-Nigérien de Zinder a organisé, le week-end dernier, la troisième Edition du Festival inter-Lycées en collaboration avec la Direction régionale des enseignements secondaires et supérieurs et l'Union des scolaires nigériens (USN). Une vingtaine de lycées de la ville de Zinder et trois des autres régions du Niger ont participé à cette rencontre placée sous le triple signe de la ''détection des jeunes talents (nota...

Journée internationale des musées : L'importance d'un musée pour la valorisation de patrimoine culturel de notre pays

Journée internationale des musées : L'importance d'un musée pour la valorisation de patrimoine culturel de notre pays

A l'instar des autres pays du monde dont 145 sont membres du Conseil International des Musées (ICOM), le Niger a célébré, le 18 mai dernier, la Journée internationale des musées, à travers le musée national Boubou Hama de Niamey, le musée régional de Dosso et celui de Zinder. Le thème retenu cette année est : « les musées pour une société durable », tel que choisi pour cette 38ème édition par le Conseil International des Musées. A cette...

Vers la création d'un musée de la femme nigérienne

Vers la création d'un musée de la femme nigérienne

L'idée de la création d'un musée spécialisé dédié à la femme nigérienne est géniale. Pour l'instant, cette initiative louable est à un stade de projet et peut être même plus avancé. La femme nigérienne mérite cela quand on sait qu'elle a joué et continue de jouer un rôle prépondérant dans toutes les actions de développement de notre pays. C'est pour rendre hommage à la femme nigérienne que la Première Dame Dr. Malika Issoufou, a annoncé...

Musée régional de Zinder : Vers la mise en place d'un programme de rénovation

Musée régional de Zinder : Vers la mise en place d'un programme de rénovation

Le Musée régional de Zinder a été créé en 1986 à l'initiative du Colonel Moumouni Djermakoye Adamou, alors Préfet du département de Zinder qui a instruit l'écrivain Mamani Abdoulaye de s'impliquer pour promouvoir la culture dans la région de Zinder qui constitue selon ses propres termes, un ''haut lieu culturel et historique'', rapporte la directrice de ce centre, Mme Ibrahim Amsatou.Quatre bâtiments ont été construits en 1998 sur la ba...

Livre/Vient de paraître : «Le discours de La Baule 20 juin 1990», de Issoufou Konaté

Livre/Vient de paraître : «Le discours de La Baule 20 juin 1990», de Issoufou Konaté

Issoufou Konaté a suivi des études de Commerce à Paris en France puis en Démocratie et gouvernance au Bénin et au Canada. Il a donc une certaine autorité pour parler du fameux discours de La Baule adressé par feu François Mitterrand aux Chefs d'Etat des anciennes colonies françaises d'Afrique.«Le discours de La Baule 20 juin 1990» de Issoufou Konaté est sous-titré « une nouvelle thérapie pour l'Afrique» et c'est cela qui en fait tout l'...

Cinéma/ : "Savoir faire le lit", de la réalisatrice Aicha Macky projeté au CCFN Jean Rouch de Niamey

Cinéma/ : "Savoir faire le lit", de la réalisatrice Aicha Macky projeté au CCFN Jean Rouch de Niamey

C'était l'occasion idéale le 13 mai dernier, journée nationale de la femme nigérienne pour la projection du film "Savoir faire le lit " de la jeune réalisatrice nigérienne Aicha Macky. Le public, composé d'amis, de réalisateurs et d'enseignants, ainsi que de nombreux cinéphiles curieux d'en savoir au sujet de ce film dont le titre à lui-même est évocateur, a afflué à l'auditorium du CCFN Jean Rouch de Niamey où le film réalisé en 2013 p...

Portrait/Madame Absatou Amadou Maïga, première femme reporter-photographe au Niger : Un parcours édifiant

Portrait/Madame Absatou Amadou Maïga, première femme reporter-photographe au Niger : Un parcours édifiant

Madame Absatou Amadou Maïga est une pionnière en matière de reportage photos au féminin dans notre pays. Et pourtant ''je n'aime pas être photographiée'', dit cette mère de 4 enfants, grand-mère de 4 petites-filles nigéro-américaines, et arrière grand-mère d'une arrière petite-fille.Née en Côte d'Ivoire de parents originaires de Sakoira, dans la région de Tillabéri, Absatou Amadou Maïga entame sa carrière de photographe ''free lance'' e...

Vernissage de l'exposition phonographie au CCFN : "Koudjina en héritages", thème de l'exposition

Vernissage de l'exposition phonographie au CCFN : "Koudjina en héritages", thème de l'exposition

Le Commissariat d'exposition du Centre Culturel Franco Nigérien (CCFN) Jean Rouch de Niamey a organisé, vendredi dernier dans l'après-midi, le vernissage d'une exposition photos. Cette exposition s'inscrit dans le cadre de la programmation des activités du CCFN, et qui vise à rendre un hommage au célèbre photographe nigérien Philippe Koudjina Ayi, décédé en 2014 dont le passé a été très mémorable ici au Niger. Le lancement de l'expositi...

Journée culturelle nigérienne (JCN) à Bobigny, banlieue parisienne : Un pari très réussi

Journée culturelle nigérienne (JCN) à Bobigny, banlieue parisienne : Un pari très réussi

Vendredi 1er Mai 2015: fête du travail, c'est connu. Mais, le vendredi 1er Mai 2015, à Bobigny, dans la banlieue parisienne, se doit d'être connu désormais. En effet, à l'initiative de l'Association des Nigériens Résidents en France (ANRF), Bobigny a abrité une journée culturelle nigérienne autour du thème : « la culture au service de la paix ».Parrainée par le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération et l'Ambassade du Nig...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Production animale : D'importantes potentialités q…

Production animale : D'importantes potentialités qui n'attendent que d'être valorisées

Au Niger, l'élevage occupe une place importante dans le vécu quotidien des populations rur...

vendredi 29 mai 2015

Abattoir frigorifique de Niamey : Une infrastructu…

Abattoir frigorifique de Niamey : Une infrastructure à moderniser absolument

Le Niger est un pays d'élevage par excellence. Le potentiel pour l'exportation de la viand...

vendredi 29 mai 2015

Le ''kilichi'' ou viande boucanée : Une spécialité…

Le ''kilichi'' ou viande boucanée : Une spécialité nigérienne, très prisée à l'extérieur

Lorsque vous voyagez à l'extérieur du Niger, il n'est pas rare d'entendre vos hôtes vous p...

vendredi 29 mai 2015

L'air du temps

Quand les pluies tardent à tomber

Quand les pluies tardent à tomber

A l'heure actuelle, nos laborieuses populations rurales sont dans l'expectative. En effet,...

vendredi 29 mai 2015

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.