Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Sur le site de construction du barrage de Kandadji : Les raisons d'une résiliation du contrat

le futur emplacement du barrage encore vierge. le futur emplacement du barrage encore vierge.

Deux (2) semaines après la résiliation par le gouvernement du contrat avec la société russe Zarubezhvodstroy (ZVS) en charge de la construction du barrage de Kandadji, c'est un sentiment de désolation qui s'empare de tout visiteur qui se rend sur le site. En effet, rien n'indique qu'un quelconque travail sérieux a été fait, deux (2) ans pourtant après le démarrage du chantier. Aucun matériel n'est visible sur le chantier proprement dit. D'après les témoignages recueillis sur place, les russes ont mis seulement une journée pour redéployer le peu d'engins qu'ils ont mobilisé sur le site. En fait, le chantier est au stade zéro.
Pourtant, dès leur accession au pouvoir, les autorités de la 7ème République ont mobilisé les fonds nécessaires au démarrage effectif des travaux confiés à cette entreprise pour un montant de 84 milliards 791 millions 891 mille 535,10 FCFA. Sur ce qui devait être l'emplacement du barrage, rien n'est perceptible en dehors de quelques excavations et deux batardeaux provisoires érigés juste pour l'acheminement du matériel.


kandaji-classe''Du point de vue des travaux de l'ouvrage proprement dit, rien n'a été fait'', confie, avec amertume, M. Seini Moussa, directeur régional de l'Unité d'exécution du barrage. Pourtant, le barrage constitue l'élément central du Programme Kandadji. Malheureusement, à la date du 15 juillet 2013, le taux d'avancement des travaux est de seulement 6,9% pour un délai consommé de 40%.
Il ne peut en être autrement au regard de la faible mobilisation de l'entreprise sur le terrain. En effet, d'après le planning de l'entreprise elle-même, la mobilisation du personnel et du matériel doit être achevée en mai 2013. Mais sur le terrain, c'est une autre réalité. 62,57% du personnel et 46% du matériel ont été mobilisés à ce jour, alors que cette mobilisation aurait dû atteindre les 75 à 80% selon les termes du contrat. Un tour sur les différents sites confirme ce retard : le bâtiment devant abriter le laboratoire du chantier n'est pas encore achevé, il est à 65% de son exécution ; la station de traitement des matériaux est au niveau de la fondation (15%) ; la centrale à béton n'est qu'en cours d'installation (70%) ; la cité du maître d'œuvre est totalement inexistante, car sur 80 bâtiments devant être construits, un seul est en fondation) ; 40% des engins mobilisés au niveau de la base matériel sont déjà en panne.
Les principaux équipements mobilisés sont pour l'essentiel provisoires, en dehors de la cité de l'entreprise. En outre, même sur le plan des mémoires techniques à prix forfaitaires, l'entreprise ZVS n'est pas encore à jour. En effet, sur 27 mémoires à produire, 17 ont été remis et approuvés par l'Ingénieur conseil.kandaji-canal
Pourtant, l'Etat et ses partenaires semblent respecter le niveau d'engagement qui correspond à cette phase des travaux. En effet, sur une demande de paiement de 16 milliards 605 millions 488 mille 191 FCFA, 14 milliards 504 millions 176 mille 592 FCFA ont été payés. En outre, l'Etat du Niger a exécuté l'une des charges qui lui incombaient, à savoir le déplacement des populations afin de libérer l'emprise des travaux pour l'entreprise.

Village de Sanguilé: la vie reprend déjà son cours normal
Le village de Sanguilé est l'un des villages déplacés dans le cadre du programme Kandadji. Installées sur leur nouveau site au bord du goudron, les populations reprennent petit à petit, le cours normal de leur existence. Le village a été doté de toutes les infrastructures sociales de base, notamment une école, un Centre de Santé Intégré, une grande mosquée et des mosquées de quartier, un magasin de stockage, une adduction d'eau potable et un marché. ''Nous essayons de reconstruire l'infrastructure sociale de base, mais avec une mise à niveau. C'est ainsi que la nouvelle école compte ici six (6) classes, alors qu'elle ne comptait que trois (3) dans l'ancien village'', confie M. Seini Moussa, directeur régional de l'Unité d'exécution du barrage.
Mieux, lors de cette opération de déplacement, les populations ont bénéficié d'un accompagnement poussé de l'Etat. ''Après l'évaluation des pertes et l'acceptation du dédommagement, l'Etat s'est chargé de fournir aux habitants les matériaux de construction et l'encadrement technique par des agents du génie civil'', explique M. Mahaman Mourtala Sani Bako, responsable de la réinstallation et du développement local à l'Unité régionale d'exécution du programme Kandadji. En plus de cela, les populations reçoivent une dotation en céréales durant six (6) mois, sans compter les paiements en cash. Ce que confirment les bénéficiaires. ''Moi, j'ai reçu plus de sept (7) millions de francs. Je pense que l'Etat a rempli ses engagements, mais les russes n'ont pas rempli les leurs'', confie Hamidou Tarabi, un paysan de Sanguilé. ''Nous sommes tranquilles ici, mais nous voulons que les travaux du barrage finissent vite afin que nous puissions reprendre l'exploitation des périmètres'', ajoute Abdoulaye Ousseini, un autre habitant de Sanguilé.
En fait, les populations étaient tout aussi impatientes que le gouvernement de voir la fin des travaux de ce barrage. ''Je pense que l'Etat a même pris beaucoup de temps avant de résilier ce contrat. Cela fait deux (2) ans, mais nous avons constaté que rien n'avance réellement sur ce chantier. Notre souhait est que l'Etat trouve une autre entreprise qui va sérieusement faire le travail'', dit Hamidou Tarabi. On comprend dès lors que l'Etat ne saurait rester indifférent face au non respect des délais contractuels par ZVS, mais surtout au regard des fortes attentes des populations, qui ont hâte d'exploiter ce projet. Pourtant, l'entreprise avait écopé d'une troisième mise en demeure le 04 janvier 2013.
Les travaux d'aménagements de 800 hectares de périmètres irrigués sont déjà achevés
Autres entreprises, autre comportement. En effet, les travaux d'aménagement de 800 hectares de périmètres, attribués à une société chinoise (CGC) sont quant à eux déjà achevés en juillet 2013. Sur ces 800 hectares, la CGC a exécuté 500 hectares et les 300 l'ont été par l'entreprise nigérienne AOM. Cette superficie constitue une première phase entrant dans le cadre du programme Kandadji qui prévoit, à terme, l'aménagement de 2000 hectares.
A la date d'aujourd'hui, tous les équipements et infrastructures nécessaires à la mise en exploitation de ces 800 hectares ont été installés. Il s'agit notamment du canal principal en béton (4235 m), du réseau des canaux secondaires (14779 m) et de celui des canaux tertiaires en terre (26779 m), des drains collecteurs (2199 m), des drains primaires, secondaires et tertiaires, des parcelles et préparation des sols sur 450 ha et d'une digue de protection de 17072 mètres. Le périmètre est équipé de deux (2) stations de pompage; la première d'un débit de 620 litres/seconde et la seconde de 357 litres/seconde. Et ce périmètre pourra heureusement être exploité indépendamment du barrage. ''Nous avons commencé le processus de réception de ce périmètre, et nous comptons démarrer son exploitation dès novembre prochain'', assure le responsable régional de l'Unité d'exécution du programme Kandadji.
Il faut noter que les travaux de réalisation de ces 800 h ont coûté 5 milliards 368 millions 328 mille 427 francs CFA, dont près de deux milliards de contribution de l'Etat du Niger. La deuxième tranche, constituée de 1200 hectares, est prévue s'achever en novembre 2014. A la fin juillet 2013, le taux d'avancement des travaux est déjà estimé à 27,9%. Les travaux sont exécutés par la CGC pour un coût total de 8 millions 138 millions 774 mille 106 francs CFA financés à 100% par la BOAD.

Siradji Sanda, envoyé spécial

Culture

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou …

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le public

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la France. Ces cinq sélectionnés se retrouveront pour la grande finale du concours de conte. C'est à l'issue de quatre jours de compétition au cours desquels 20 pays se sont affrontés, qu'ils ont pu valider leur ticket.Cependant, la publication des résultats par le jury a suscité quelques grincements...

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

L'artiste Jhonel, de son vrai nom Hamani Kassoum, est né le 3 juin 1984 à Niamey; il est de teint noir, mince, avec une taille moyenne. Toujours souriant, Jhonel a le plus souvent un style vestimentaire typiquement afro. Avec une voix agréable, ses titres sont sans reproches. Ses prestations notamment sur le petit écran, lui valent estime et considération. Il chante en français et aussi en langue locale. Son talent dans l'art de manier ...

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or d…

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or du concours de littérature

Le Niger vient de décrocher sa première médaille aux 8èmes jeux de la Francophonie qui battent leur plein depuis à Abidjan. En effet, notre jeune compatriote, le nouvelliste Razak René Joli, a remporté, mardi dernier, la médaille d'or du concours de littérature dans la catégorie Nouvelle, avec son œuvre présentée sous le titre " L'Homme qui donnait des baisers au vent".Cette médaille d'or du jeune nouvelliste, qui vient compenser les la...

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une …

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une contribution de la culture au développement durable

En marge des VIIIème Jeux de la Francophonie qu'organise la Côte d'Ivoire, Abidjan a accueilli les 22 et 23 juillet la IVème Conférence des ministres francophones en charge de la culture. Cette rencontre se tient seize ans après celle de Cotonou en 2001, dans un contexte, bien différent de celui d'alors, aussi bien pour la Côte d'Ivoire que pour le monde entier.«Nous sommes ici, aujourd'hui, parce que Francophonie et diversité culturell...

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

Ces dernières années, les jeunes filles et femmes de Niamey optent plus pour les petites tresses traditionnelles sans mèches à défaut des tresses dites ''gros grains'' qui sont faites avec des mèches. Ce sont des tresses faciles à réaliser, prennent environ deux heures d'horloge pour les tresseuses. Elles ont l'avantage de s'entretenir facilement et de ne causer aucun dommage sur le cuir chevelu si sensible. Les professionnelles de ces ...

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.