Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Sur le site de construction du barrage de Kandadji : Les raisons d'une résiliation du contrat

le futur emplacement du barrage encore vierge. le futur emplacement du barrage encore vierge.

Deux (2) semaines après la résiliation par le gouvernement du contrat avec la société russe Zarubezhvodstroy (ZVS) en charge de la construction du barrage de Kandadji, c'est un sentiment de désolation qui s'empare de tout visiteur qui se rend sur le site. En effet, rien n'indique qu'un quelconque travail sérieux a été fait, deux (2) ans pourtant après le démarrage du chantier. Aucun matériel n'est visible sur le chantier proprement dit. D'après les témoignages recueillis sur place, les russes ont mis seulement une journée pour redéployer le peu d'engins qu'ils ont mobilisé sur le site. En fait, le chantier est au stade zéro.
Pourtant, dès leur accession au pouvoir, les autorités de la 7ème République ont mobilisé les fonds nécessaires au démarrage effectif des travaux confiés à cette entreprise pour un montant de 84 milliards 791 millions 891 mille 535,10 FCFA. Sur ce qui devait être l'emplacement du barrage, rien n'est perceptible en dehors de quelques excavations et deux batardeaux provisoires érigés juste pour l'acheminement du matériel.


kandaji-classe''Du point de vue des travaux de l'ouvrage proprement dit, rien n'a été fait'', confie, avec amertume, M. Seini Moussa, directeur régional de l'Unité d'exécution du barrage. Pourtant, le barrage constitue l'élément central du Programme Kandadji. Malheureusement, à la date du 15 juillet 2013, le taux d'avancement des travaux est de seulement 6,9% pour un délai consommé de 40%.
Il ne peut en être autrement au regard de la faible mobilisation de l'entreprise sur le terrain. En effet, d'après le planning de l'entreprise elle-même, la mobilisation du personnel et du matériel doit être achevée en mai 2013. Mais sur le terrain, c'est une autre réalité. 62,57% du personnel et 46% du matériel ont été mobilisés à ce jour, alors que cette mobilisation aurait dû atteindre les 75 à 80% selon les termes du contrat. Un tour sur les différents sites confirme ce retard : le bâtiment devant abriter le laboratoire du chantier n'est pas encore achevé, il est à 65% de son exécution ; la station de traitement des matériaux est au niveau de la fondation (15%) ; la centrale à béton n'est qu'en cours d'installation (70%) ; la cité du maître d'œuvre est totalement inexistante, car sur 80 bâtiments devant être construits, un seul est en fondation) ; 40% des engins mobilisés au niveau de la base matériel sont déjà en panne.
Les principaux équipements mobilisés sont pour l'essentiel provisoires, en dehors de la cité de l'entreprise. En outre, même sur le plan des mémoires techniques à prix forfaitaires, l'entreprise ZVS n'est pas encore à jour. En effet, sur 27 mémoires à produire, 17 ont été remis et approuvés par l'Ingénieur conseil.kandaji-canal
Pourtant, l'Etat et ses partenaires semblent respecter le niveau d'engagement qui correspond à cette phase des travaux. En effet, sur une demande de paiement de 16 milliards 605 millions 488 mille 191 FCFA, 14 milliards 504 millions 176 mille 592 FCFA ont été payés. En outre, l'Etat du Niger a exécuté l'une des charges qui lui incombaient, à savoir le déplacement des populations afin de libérer l'emprise des travaux pour l'entreprise.

Village de Sanguilé: la vie reprend déjà son cours normal
Le village de Sanguilé est l'un des villages déplacés dans le cadre du programme Kandadji. Installées sur leur nouveau site au bord du goudron, les populations reprennent petit à petit, le cours normal de leur existence. Le village a été doté de toutes les infrastructures sociales de base, notamment une école, un Centre de Santé Intégré, une grande mosquée et des mosquées de quartier, un magasin de stockage, une adduction d'eau potable et un marché. ''Nous essayons de reconstruire l'infrastructure sociale de base, mais avec une mise à niveau. C'est ainsi que la nouvelle école compte ici six (6) classes, alors qu'elle ne comptait que trois (3) dans l'ancien village'', confie M. Seini Moussa, directeur régional de l'Unité d'exécution du barrage.
Mieux, lors de cette opération de déplacement, les populations ont bénéficié d'un accompagnement poussé de l'Etat. ''Après l'évaluation des pertes et l'acceptation du dédommagement, l'Etat s'est chargé de fournir aux habitants les matériaux de construction et l'encadrement technique par des agents du génie civil'', explique M. Mahaman Mourtala Sani Bako, responsable de la réinstallation et du développement local à l'Unité régionale d'exécution du programme Kandadji. En plus de cela, les populations reçoivent une dotation en céréales durant six (6) mois, sans compter les paiements en cash. Ce que confirment les bénéficiaires. ''Moi, j'ai reçu plus de sept (7) millions de francs. Je pense que l'Etat a rempli ses engagements, mais les russes n'ont pas rempli les leurs'', confie Hamidou Tarabi, un paysan de Sanguilé. ''Nous sommes tranquilles ici, mais nous voulons que les travaux du barrage finissent vite afin que nous puissions reprendre l'exploitation des périmètres'', ajoute Abdoulaye Ousseini, un autre habitant de Sanguilé.
En fait, les populations étaient tout aussi impatientes que le gouvernement de voir la fin des travaux de ce barrage. ''Je pense que l'Etat a même pris beaucoup de temps avant de résilier ce contrat. Cela fait deux (2) ans, mais nous avons constaté que rien n'avance réellement sur ce chantier. Notre souhait est que l'Etat trouve une autre entreprise qui va sérieusement faire le travail'', dit Hamidou Tarabi. On comprend dès lors que l'Etat ne saurait rester indifférent face au non respect des délais contractuels par ZVS, mais surtout au regard des fortes attentes des populations, qui ont hâte d'exploiter ce projet. Pourtant, l'entreprise avait écopé d'une troisième mise en demeure le 04 janvier 2013.
Les travaux d'aménagements de 800 hectares de périmètres irrigués sont déjà achevés
Autres entreprises, autre comportement. En effet, les travaux d'aménagement de 800 hectares de périmètres, attribués à une société chinoise (CGC) sont quant à eux déjà achevés en juillet 2013. Sur ces 800 hectares, la CGC a exécuté 500 hectares et les 300 l'ont été par l'entreprise nigérienne AOM. Cette superficie constitue une première phase entrant dans le cadre du programme Kandadji qui prévoit, à terme, l'aménagement de 2000 hectares.
A la date d'aujourd'hui, tous les équipements et infrastructures nécessaires à la mise en exploitation de ces 800 hectares ont été installés. Il s'agit notamment du canal principal en béton (4235 m), du réseau des canaux secondaires (14779 m) et de celui des canaux tertiaires en terre (26779 m), des drains collecteurs (2199 m), des drains primaires, secondaires et tertiaires, des parcelles et préparation des sols sur 450 ha et d'une digue de protection de 17072 mètres. Le périmètre est équipé de deux (2) stations de pompage; la première d'un débit de 620 litres/seconde et la seconde de 357 litres/seconde. Et ce périmètre pourra heureusement être exploité indépendamment du barrage. ''Nous avons commencé le processus de réception de ce périmètre, et nous comptons démarrer son exploitation dès novembre prochain'', assure le responsable régional de l'Unité d'exécution du programme Kandadji.
Il faut noter que les travaux de réalisation de ces 800 h ont coûté 5 milliards 368 millions 328 mille 427 francs CFA, dont près de deux milliards de contribution de l'Etat du Niger. La deuxième tranche, constituée de 1200 hectares, est prévue s'achever en novembre 2014. A la fin juillet 2013, le taux d'avancement des travaux est déjà estimé à 27,9%. Les travaux sont exécutés par la CGC pour un coût total de 8 millions 138 millions 774 mille 106 francs CFA financés à 100% par la BOAD.

Siradji Sanda, envoyé spécial

Culture

Portrait de Mme Diallo Aïcha Macky : Le 7ème Art, une passion pour la jeune réalisatrice

Portrait de Mme Diallo Aïcha Macky : Le 7ème Art, une passion pour la jeune réalisatrice

Au Niger comme ailleurs, il y a des gens qui s'arment de courage pour se faire une place dans la société afin contribuer d'une manière ou d'une autre au développement socio économique de notre pays. Mme Diallo Aïcha Macky en fait partie. Elle s'est affichée à travers le 7ème art qu'elle exerce actuellement. Depuis son jeune âge, elle accorde beaucoup de crédibilité à la culture. C'est ainsi que dès l'école primaire et le collège, Aïcha ...

Rencontre entre le ministre de la culture, des arts et loisirs et la commission de contrôle des films de Kano : vers la …

Rencontre entre le ministre de la culture, des arts et loisirs et la commission de contrôle des films de Kano : vers la mise en place d'une convention pour réglementer la vente et la diffusion des œuvres cinématographiques

Le ministre de la Culture, des Arts et Loisirs, M Ousmane Abdou a rencontré hier, une délégation nigériane conduite par M Ahmad Dahiru Beli, Directeur de la Commission de contrôle des films, ou la «Kano State Censors Board». Cette rencontre vise à mettre en place une convention en vue de la protection et du contrôle des œuvres cinématographiques et faire bénéficier les acteurs, comédiens du Nigeria et du Niger du domaine du cinéma, du f...

Fin des compétitions nationales du Sketch et de l'Humour de la 6ème édition de la Parenté à Plaisanterie : les régions d…

Fin des compétitions nationales du Sketch et de l'Humour de la 6ème édition de la Parenté à Plaisanterie : les régions de Diffa et de Dosso remportent le premier prix en sketch et en humour

Le concours national du Sketch et de l'Humour entrant dans le cadre de la 6ème édition de la parenté à plaisanterie ou cousinage à plaisanterie s'est achevé mercredi soir au Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) de Niamey. C'est la région de Diffa qui a remporté le premier prix en sketch avec l'œuvre intitulée ''Amanar Tabbastaka'', et le premier prix en humour est décroché par la région de Dosso. Ces deux régions ont gagné chacune un mi...

Point de presse de l'artiste ''Bambino'' au CCFN

Point de presse de l'artiste ''Bambino'' au CCFN

En prélude au concert qu'il va donner demain samedi 25 octobre, à 20 h au Théâtre de Plein air du Centre Culturel franco-Nigérien (CCFN) de Niamey, l'artiste nigérien Omar Goumour Al-Moctar dit ''Bambino'' a animé mercredi dernier, un point de presse à l'auditorium du CCFN. C'était en présence du directeur du CCFN, M. Jean-Paul Durin, et de la chargée de communication dudit centre, Marie-Laure Mbongo.Ce point de presse a été une excelle...

2ème nuit du concours de la parenté à plaisanterie au CCOG de Niamey : le public épaté

2ème nuit du concours de la parenté à plaisanterie au CCOG de Niamey : le public épaté

Les compétitions entrant dans le cadre des festivités du mois de l'expression de la parenté à plaisanterie se poursuivent activement au Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) de Niamey. Dans la nuit du dimanche dernier, le public est venu massivement assister aux différentes prestations livrées par les artistes nationaux dans l'esprit de consolider la paix, l'unité, la communion et la cohésion sociales entre les groupes ethnolinguistiques...

Festival International de cinéma de Berlin 2015 : des aides à la production et à la distribution disponibles pour les ré…

Festival International de cinéma de Berlin 2015 : des aides à la production et à la distribution disponibles pour les réalisateurs

Le Festival International de cinéma de Berlin en Allemagne vient de lancer un ''Appel à films'' dont la date limite de clôture est le 31 octobre 2014 pour les longs métrages et le 17 novembre 2014 pour les courts métrages.La célèbre ''Berlinale'' - comme on appelle le Festival International de cinéma de Berlin - tiendra du 5 au 15 février 2015, à Berlin donc, sa 65ème édition. Les films pouvant être sélectionnés pour la compétition sont...

Lancement de la 6ème édition de la parenté à plaisanterie à Niamey : pour la paix et la cohésion sociale entre les group…

Lancement de la 6ème édition de la parenté à plaisanterie à Niamey : pour la paix et la cohésion sociale entre les groupes ethnolinguistiques du Niger

Le ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs, M. Ousmane Abdou a procédé, vendredi dernier dans l'après-midi, à l'arène de lutte traditionnelle de Niamey, au lancement de la 6ème édition du mois de la Parenté à Plaisanterie. Celle-ci est un mécanisme traditionnel efficace, de règlement de conflits sociaux, de promotion du dialogue, au sein des différents groupes ethnolinguistiques, qui entretiennent entre eux, des rapports multisé...

Lancement de la 5ème édition du festival «Paroles de femmes» : C'est parti pour un mois de spectacles

Lancement de la 5ème édition du festival «Paroles de femmes» : C'est parti pour un mois de spectacles

Le théâtre de plein air du Centre Culturel Franco Nigérien Jean Rouch (CCFN-JR), a servi de cadre, samedi dernier, au lancement de la 5ème édition du festival «Paroles de femmes». La cérémonie a été présidée par la directrice du festival, Melle Aminatou Issaka.C'est aux environs de 21 heures que les festivités ont démarré avec les prestations de la troupe «Anashuwa» de Hamsou Garba qui a présenté un ballet illustrant la reine Saraounia....

Point de presse hier du ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs : renforcement des liens de cohésion sociale et …

Point de presse hier du ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs : renforcement des liens de cohésion sociale et la paix entre les communautés ethno linguistiques

Le ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs M. Ousmane a animé dimanche dernier un point de presse en prélude à la 6ème édition du mois de l'expression de la parenté à plaisanterie qui s'ouvre le 17 octobre prochain à Niamey. Au cours de ce point de presse, le ministre a expliqué l'importance de la parenté à plaisanterie dans notre pays avant de faire le point des innovations apportées cette année.

Entretien avec Sylvestre Amoussou, cinéaste béninois : ''Le cinéma africain n'existe pas. Tant qu'il ne sera pas indépen…

Entretien avec Sylvestre Amoussou, cinéaste béninois : ''Le cinéma africain n'existe pas. Tant qu'il ne sera pas indépendant des bailleurs de fonds étrangers''

Sylvestre Amoussou, est un réalisateur béninois né le 31 décembre 1964. Il vit en France depuis plus de 30 ans. Il a d'abord évolué en tant qu'acteur avant de se lancer dans la réalisation. La plupart de ses films traitent des sujets délicats qui, même s'ils montrent la beauté de l'Afrique, dénoncent aussi, bien évidemment les problèmes qui minent le développement de ce continent. Après «Africa Paradis» en 2007, «Un pas en Avant : les d...

AG/ONU

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Attaques sanglantes dans la région de Tillabéri : …

Attaques sanglantes dans la région de Tillabéri : Témoignages des autorités régionales et des FDS

La prison civile de Ouallam, le camp des réfugiés de Mangaizé, et une patrouille régionale...

vendredi 31 octobre 2014

Projet Filets Sociaux : renforcer la culture de la…

Projet Filets Sociaux : renforcer la culture de la résilience

Les actions menées sur le terrain par le Projet Filets Sociaux dans les régions de Tillabé...

jeudi 23 octobre 2014

Rentrée académique 2014-2015 au second cycle du se…

Rentrée académique 2014-2015 au second cycle du secondaire : Pour une rentrée scolaire apaisée et réussie

Apres trois mois de vacances, les élèves du second cycle du secondaire, ( les lycéens) ont...

vendredi 10 octobre 2014

L'air du temps

Code de prudence

Code de prudence

La problématique de la réduction des accidents de la route reste une préoccupation constan...

vendredi 31 octobre 2014

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.