Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Musée National Boubou Hama de Niamey : Forte affluence, point de rencontre des élèves en cette période des vacances

Affluence des jeunes au Musée Boubou Hama Affluence des jeunes au Musée Boubou Hama

Moment de repos pour les jeunes écoliers après neuf (9) mois d'études, les vacances sont aussi des instants de détente et de loisir. Dans cette quête d'instant inoubliable, beaucoup de ces vacanciers optent pour le Musée National Boubou Hama de Niamey, grand réservoir du patrimoine culturel du Niger. En cette période de grande vacance, la fréquentation de cet établissement public à vocation culturelle est l'occasion pour l'essentiel des visiteurs de découvrir en plus de la diversité zoologique, les instruments musicaux, les matériels de travail et les styles vestimentaires de plusieurs groupes ethniques du Niger.
Le Musée National Boubou Hama est situé quelques encablures de l'Hôtel de Ville de Niamey et fait face au Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN) de Jean Rouch. A la porte d'entrée principale, un vigile posté à la guérite, et un agent du Musée à un guichet. C'est le percepteur qui délivre aux visiteurs les tickets d'entrée. Le coût du billet, varie en fonction de l'âge et de la nationalité. Ainsi, les enfants et les scolaires, paient 50F ; les étudiants et les porteurs de tenue 100F sur présentation d'une pièce d'identité, 200F pour les adultes, 500 F pour les étrangers résidents et les touristes de l'espace UEMOA et CEDEAO et 1500 F pour les touristes européens.


En outre, les visiteurs munis d'un appareil simple payent 1.000 F, les détenteurs des appareils photos professionnels payent quant à eux 5000 F pendant que ceux qui veulent tourner un film versent dans la caisse du Musée un montant de 50.000 F. Il faut cependant préciser qu'il est formellement interdit de filmer les pavillons. Mais qui sont concrètement les visiteurs du Musée National Boubou Hama ? Quelles sont les périodes d'affluence au niveau de ce temple du patrimoine culturel du Niger ? Combien de visiteurs le musée reçoit-il par mois en cette période de vacances ?
Selon le directeur adjoint du Musée National Boubou Hama M. Abdoulaye Magé, le musée connait une grande affluence pendant les périodes des congés de noël, les pâques, les grandes vacances et surtout lors des fêtes religieuses. Pour l'essentiel, précise Abdoulaye Magé, ces visiteurs sont des élèves de la capitale ou de l'intérieur du pays en vacance à Niamey. Une assertion que confirme le relevé des statistiques des visiteurs au cours des mois de juin et juillet 2015 ainsi que les témoignages des visiteurs trouvés sur place. Le Chef du service administratif et financier M. Oumarou Amadou est très formel par rapport aux chiffres qu'il avance.
«En juin 2015, le Musée
National Boubou Hama a enregistré 8.743 visiteurs dont 4.814 sont des enfants et scolaires. Tandis qu'au mois de juillet 2015, c'est au total 13.871 visiteurs qui sont dénombrés dont 3.889 enfants et scolaires». Ces chiffres illustrent bien que le Musée Boubou Hama est la vitrine culturelle du Niger et attire les jeunes nigériens soucieux de découvrir leurs cultures et leurs histoires. En outre la chute du nombre de visiteurs enfants et scolaires s'explique selon les responsable du musée par le fait que la fête de Ramadan au mois juillet, qui a drainé un nombre tout aussi important d'adultes (9.223) vers le Musée.
Parmi, les nombreux visiteurs rencontrés, figure M. Abdoulaye Harouna, un forestier et spécialiste de la faune en service à Zinder. Il est en vacance à Niamey avec sa famille. ''J'ai servi au Musée en 2000 en qualité d'Appelé de Service Civique National. En ce moment, je m'occupais du parc zoologique. Actuellement, je suis coordonnateur du Projet Partenariat pour la Conservation de la Biodiversité des réserves Termit Tin-Touma. Je suis venu au Musée avec ma famille pour leur permettre admirer et aimer la faune qui est ma passion. Il faut que les enfants profitent des vacances pour voir quelques espèces de la faune sauvage dont regorge le Musée National Boubou Hama. Ce dernier est une vitrine de la capitale du Niger'' dit-il.
Et l'un des objectifs du musée indique M. Abdoulaye Harouna est justement l'éducation des jeunes. ''Les deux lions que vous voyez dans la cage étaient restés à Zinder dans les locaux de notre service. A l'époque, ils étaient des lionceaux, je les avais même touchés. Ils ont été pris des mains d'un braconnier par un douanier. Mais aujourd'hui, ils ont grandi, et doivent avoir deux (2) ans'' a-t-il relaté, avec nostalgie. Pour sa fille Salima en classe de CP, le Musée est merveilleux. Joyeuse pour avoir visité cet endroit, elle se contente de restituer tout en sautillant. ''J'ai vu des crocodiles, des lions, des chimpanzés, des hippopotames etc.'' dit-elle.
Yassine Mahamane Sabiou, élève en classe de CM1 à Maradi, est lui fasciné par l'arbre du Ténéré, les deux squelettes de dinosaures, le parc zoologique ainsi que les espaces de distraction. ''Je me sens à l'aise dans le Musée'', dit-il tout simplement. Hassane Amadou est aussi élève de Balayera en vacance à Niamey. Il est venu au musée pour contempler le magnifique parc zoologique. ''Je ne manquerai pas à mon retour de raconter à mes collègues les animaux sauvages que j'ai vu Musée National Boubou Hama et de les inviter à le visiter à leur tour'' dit-il, sourire aux lèvres.

Hassane Daouda(onep)
www.lesahel.org

Culture

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour deven…

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre», déclare Gustave Sorgo

Rien ne semblait prédisposer Sorgo Dak Jean Gustave, qui était d'abord enseignant puis employé de banque à la carrière de comédien et d'acteur, à part le désir qu'il a toujours eu de faire rire les autres, depuis l'école primaire quand il jouait dans des sketches. Appelé « Tonton Gaoussou », par les uns, « Sidiki », par les autres, Gustave Sorgo a fait du théâtre dans sa jeunesse. Mais c'est la rencontre en 1979 avec le réalisateur de r...

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du Gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa, a présidé, jeudi dernier, au Musée National Boubou Hama, la cérémonie officielle du vernissage du livre de Thiamidi Babou Magha, intitulé ''La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T, symbolisme et fonctions sociopolitiques.Dans ce livre, l'auteur montre le rôle sociopolitique de cette croix, ses fonctions et ...

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

En course pour l'étalon d'or de Yennenga au 25ème Fespaco, Zin'naariâ! (l'alliance d'or), le long métrage de la réalisatrice nigérienne Rahmatou Keita a décroché le trophée et le prix de la meilleure image.Zin'naariâ ! (l'alliance d'or) est un film du genre romantique d'une durée de 92 mn sorti en 2016. Sa première projection au 25ème Fespaco a eu lieu le 2 mars au "Ciné Burkina" de Ouagadougou. Dès la première scène, l'une des apprécia...

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etal…

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etalon d'or de Yénnega

Après dix jours et autant de nuits de projection de films courts et longs métrages, de séries télévisées, de films documentaires, et films d'écoles africaines de cinéma, et de panorama longs métrages fiction et documentaires, les écrans de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou se sont refermés, le 4 mars dernier au Palais des sports de Ouaga 2000, avec une cérémonie de clôture grandiose à ...

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

C'était le moment tant attendu du Fespaco, celui des palmarès avec la remise du prestigieux trophée, l'étalon d'or de Yennenga remporté cette année par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec « Félicité », un film d'une durée de 120mn sorti en 2016.Sans grande surprise l'étalon d'or de la 25ème édition du Fespaco a été remporté par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec son long métrage « Félicité ». Le succès remporté à Berlin p...

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " D…

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " Délou"

Sortie, le 3 décembre 2016, la série télévisée "Délou" du réalisateur nigérien Souleymane Mahamane, a été sélectionnée pour la compétition officielle au 25ème Fespaco. Le film d'une cinquantaine d'épisodes qui retrace le cheminement d'une femme décidée à devenir présidente, pour mettre fin à l'injustice, dont elle et ses concitoyens sont victimes, a été projeté le 26 février 2017 dans la salle « CBC » de Ouaga. Mais, seulement les trois...

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Le Clap d'ouverture de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) a été donné par le président du Faso, Sem Roch Marc Christian Kaboré dans l'après-midi du 25 février au stade municipal de Ouagadougou. Placé sous le thème "Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel'', l'édition 2017 du festival met à l'honneur la Côte d'Ivoire, pays invité d'honneur. Ce pays qui marque sa prés...

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Habillé d'un costume traditionnel nigérien, l'artiste tenait entre ses mains une canne en bronze en forme de vipère. Souriant et très ouvert, Hassane Boukary surnommé « Nounou » est auteur compositeur. Il avait débuté le métier d'artiste depuis son jeune âge. « J'ai embrassé la musique par amour, je ne l'ai pas hérité. Aucun membre de ma famille n'est chanteur », a-t-il déclaré. Selon lui, à travers la musique, il pense apporter sa cont...

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital Nat…

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital National de Lamordé : Une unité adéquate de diagnostic et de prise en charge des maladies rénales

Le bâtiment du Service de Néphrologie-Hémodialyse existe depuis les années 1974. Mais, il ...

vendredi 24 mars 2017

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : …

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : Un cadre de solidarité et d'entraide pour atténuer les souffrances des malades

Au Niger, à l'instar des autres pays, la question de dialyse est une préoccupation pour le...

vendredi 24 mars 2017

Les différents types d'insuffisance rénale

Les différents types d'insuffisance rénale

Il existe deux types d'insuffisance rénale : l'insuffisance rénale aiguë et l'insuffisance...

vendredi 24 mars 2017

L'air du temps

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift? Vous connaissez? C'est ce sport de glisse spectaculaire qui élève le dérapage de...

vendredi 24 mars 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.