Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Portrait: Aminata Sanou, née pour être artiste

Aminata Sanou interpretant Le Temps des Griots, de la Cie Aminata Sanou - Tamadia International Aminata Sanou interpretant Le Temps des Griots, de la Cie Aminata Sanou - Tamadia International

Benjamine d'une fratrie de six frères et sœurs dont quatre sont des artistes professionnels, enfant d'un père forgeron, et d'une mère de la lignée des griots, Aminata Sanou était bien disposée à devenir une artiste. À 28 ans, juste du haut de ses 1,60 m, cette danseuse chorégraphe qui a esquissé ses premiers pas dans sa ville natale de Bobo Dioulasso, capitale économique et carrefour culturel du Burkina Faso, est à la conquête de la scène internationale avec la ''compagnie Aminata Sanou-Tamadia International''.
Un produit du moule familiale, Aminata Sanou ! En effet, issue d'une lignée de griots du côté de sa mère Fatoumata Dembélé Watta, et de la caste des forgerons par son père Abdoul Karim Sanou, Aminata a baigné dès sa tendre enfance, dans l'ambiance de l'art. «La danse est venue naturellement à moi, ma maman, ma grand-mère et mon arrière-grand-mère et mes arrières grand parents ont toujours chanté, dansé, joué de la musique. Et ça chantait, jouait et dansait tous les jours chez moi dans la grande famille à Bobo-Dioulasso». C'est tout naturellement que la jeune Aminata s'est laissé entrainer par sa passion, «sa destinée ». «Le jour où je devais passer mon BEPC, j'avais également mon vol pour aller représenter le Burkina Faso à la rencontre international de la capoeira sur l'île de Gorée au Sénégal. Du coup je devais choisir, entre mon diplôme et mon voyage. Sans hésiter je suis allée au Sénégal», ironise Aminata. «Ma mère disait toujours que j'allais être une grande star, que j'allais être connue partout dans le monde grâce à mon métier», rappelle-t-elle. Une mère qu'elle a perdue en 2003, après avoir perdu le père à l'âge de 10 ans. «Avec mes frères nous nous sommes fait la promesse d'y arriver, d'honorer la mémoire de nos parents qui se sont battus corps et âme pour nous» dit-elle. Aminata va mettre de côté le cursus classique de formation en 2005 à partir de la classe de 3ème du collège.


Dans les pas de grands maîtres-danseurs, dont son mentor de grand frère, Aguibou Bougobali Sanou, chorégraphe et directeur d'un grand festival à Bobo Dioulasso, qui est son modèle, Aminata va se former, en capoeira, au théâtre, en technique de danse contemporaine avec aussi des chorégraphes et metteurs en scène de renom tels que : Salia SANOU, Seydou BORO, Serge Aimé COULIBALY, Aguibou Bougobali SANOU, Luc PETTON, Moise TOURE, Farguas ASSANDE. Aussi bien à l'aise avec les rythmes traditionnels sur lesquels elle dansait toute petite déjà lors des cérémonies, Aminata va se révéler aussi s'affirmer en tant que professionnelle de la danse moderne.
À partir de 2011, forte de son expérience et de sa notoriété, elle a décidé de s'émanciper, en créant l'association et la compagnie Aminata Sanou-Tamadia International dans le but de valoriser et de promouvoir les cultures africaines, afro-brésilienne et afro contemporaine autour de la danse, du conte, du théâtre et de la capoeira (danse brésilienne). Etablie à Carvin, dans le nord de la France, Aminata y a trouvé un cadre propice à l'éclosion de son talent, avec la complicité de son mari, Maxime Delobelle, un français, responsable de production dans une usine de métallurgie, mais amoureux de l'art. C'est lui qui préside l'association Tamadia International, dont elle est la directrice artistique, et des rencontres artistiques et culturelles.
En quelques années de carrière, Aminata, mère d'un petit garçon né 2011, a déjà, à son actif, un palmarès assez étoffé. Entre autres, le projet chorégraphique «La vie après la mort», porté par Cie Aminata Sanou en 2015. En 2014, elle a participé à Kalunga de la chorégraphe martiniquaise Agnès DRU. L'artiste a également dansé en 2010 dans «Anhumanus», pièce chorégraphique de son grand frère Aguibou Bougobali Sanou de la Compagnie Tamadia pièce qui a concouru aux 7èmes rencontres chorégraphiques de l'Afrique et de l'Océan Indien, «Danse l'Afrique danse». Entre 2008 et 2010 l'infatigable Aminata prit part à plusieurs spectacles dont «Signes et Sens», une chorégraphie collective entre danseurs et chorégraphes africains et français ; «Instinct acts against violence» un projet qui a eu lieu en Allemagne ; « Elles osent » lors de la 7ème édition du festival «Dialogues de corps ».
Le Festival «Tamadi'Arts» créé en 2012 à Carvin par la danseuse et chorégraphe Aminata Sanou, un festival pluridisciplinaire qui sera déjà à sa 5ème édition en 2016, fait vibrer le public au rythme des cultures de l'Afrique de l'Ouest. Pleine d'ambitions, Aminata n'entend pas dormir sur ses lauriers. «Nous avons beaucoup investi dans le projet de festival Tamadi'Arts et nous faisons tout pour qu'il s'agrandisse de jour en jour, qu'il devienne un jour le plus grand festival pluridisciplinaire qui valorise l'art et les cultures de notre continent, l'Afrique» confie-t-elle.
Les projets professionnels et sociaux foisonnent également. Entre autres, l'artiste a en vue, le projet de construction de bibliothèque audiovisuelle pour le recensement des danses et musique sacrés et profanes du Burkina Faso ; le projet de construction d'une école de danse, etc. «Montrer, sensibiliser et faire découvrir que l'Afrique n'est pas que la guerre, la famine, les maladies bizarres, les coups d'Etats, qu'on montre ici en Europe dans les medias, c'est l'un des projets que nous menons actuellement», répète la fille de Fatoumata Dembele Watta. Une mère dont l'âme peut reposer en paix, car ce qu'elle avait prédit pour sa fille est en train de se réaliser.
Souley Moutari(onep)
www.lesahel.org

Culture

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour deven…

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre», déclare Gustave Sorgo

Rien ne semblait prédisposer Sorgo Dak Jean Gustave, qui était d'abord enseignant puis employé de banque à la carrière de comédien et d'acteur, à part le désir qu'il a toujours eu de faire rire les autres, depuis l'école primaire quand il jouait dans des sketches. Appelé « Tonton Gaoussou », par les uns, « Sidiki », par les autres, Gustave Sorgo a fait du théâtre dans sa jeunesse. Mais c'est la rencontre en 1979 avec le réalisateur de r...

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du Gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa, a présidé, jeudi dernier, au Musée National Boubou Hama, la cérémonie officielle du vernissage du livre de Thiamidi Babou Magha, intitulé ''La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T, symbolisme et fonctions sociopolitiques.Dans ce livre, l'auteur montre le rôle sociopolitique de cette croix, ses fonctions et ...

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

En course pour l'étalon d'or de Yennenga au 25ème Fespaco, Zin'naariâ! (l'alliance d'or), le long métrage de la réalisatrice nigérienne Rahmatou Keita a décroché le trophée et le prix de la meilleure image.Zin'naariâ ! (l'alliance d'or) est un film du genre romantique d'une durée de 92 mn sorti en 2016. Sa première projection au 25ème Fespaco a eu lieu le 2 mars au "Ciné Burkina" de Ouagadougou. Dès la première scène, l'une des apprécia...

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etal…

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etalon d'or de Yénnega

Après dix jours et autant de nuits de projection de films courts et longs métrages, de séries télévisées, de films documentaires, et films d'écoles africaines de cinéma, et de panorama longs métrages fiction et documentaires, les écrans de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou se sont refermés, le 4 mars dernier au Palais des sports de Ouaga 2000, avec une cérémonie de clôture grandiose à ...

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

C'était le moment tant attendu du Fespaco, celui des palmarès avec la remise du prestigieux trophée, l'étalon d'or de Yennenga remporté cette année par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec « Félicité », un film d'une durée de 120mn sorti en 2016.Sans grande surprise l'étalon d'or de la 25ème édition du Fespaco a été remporté par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec son long métrage « Félicité ». Le succès remporté à Berlin p...

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " D…

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " Délou"

Sortie, le 3 décembre 2016, la série télévisée "Délou" du réalisateur nigérien Souleymane Mahamane, a été sélectionnée pour la compétition officielle au 25ème Fespaco. Le film d'une cinquantaine d'épisodes qui retrace le cheminement d'une femme décidée à devenir présidente, pour mettre fin à l'injustice, dont elle et ses concitoyens sont victimes, a été projeté le 26 février 2017 dans la salle « CBC » de Ouaga. Mais, seulement les trois...

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Le Clap d'ouverture de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) a été donné par le président du Faso, Sem Roch Marc Christian Kaboré dans l'après-midi du 25 février au stade municipal de Ouagadougou. Placé sous le thème "Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel'', l'édition 2017 du festival met à l'honneur la Côte d'Ivoire, pays invité d'honneur. Ce pays qui marque sa prés...

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Habillé d'un costume traditionnel nigérien, l'artiste tenait entre ses mains une canne en bronze en forme de vipère. Souriant et très ouvert, Hassane Boukary surnommé « Nounou » est auteur compositeur. Il avait débuté le métier d'artiste depuis son jeune âge. « J'ai embrassé la musique par amour, je ne l'ai pas hérité. Aucun membre de ma famille n'est chanteur », a-t-il déclaré. Selon lui, à travers la musique, il pense apporter sa cont...

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital Nat…

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital National de Lamordé : Une unité adéquate de diagnostic et de prise en charge des maladies rénales

Le bâtiment du Service de Néphrologie-Hémodialyse existe depuis les années 1974. Mais, il ...

vendredi 24 mars 2017

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : …

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : Un cadre de solidarité et d'entraide pour atténuer les souffrances des malades

Au Niger, à l'instar des autres pays, la question de dialyse est une préoccupation pour le...

vendredi 24 mars 2017

Les différents types d'insuffisance rénale

Les différents types d'insuffisance rénale

Il existe deux types d'insuffisance rénale : l'insuffisance rénale aiguë et l'insuffisance...

vendredi 24 mars 2017

L'air du temps

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift? Vous connaissez? C'est ce sport de glisse spectaculaire qui élève le dérapage de...

vendredi 24 mars 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.