Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Vient de paraitre ''La Parenthèse du fleuve'' un roman de Adamou Idé : Barro, c'est moi !

La Parenthèse du fleuve La Parenthèse du fleuve

Ce roman n'est pas fleuve, mais épais. Avec près de 270 pages, quel bonheur pour les lecteurs en quête de sensations littéraires ! Car le livre sent bon. Il y a le récit romanesque qui nous balance agréablement en campagne et en ville ; des personnages loufoques et attachants naïfs et sincères timorés et rêveurs... Le tout sous une plume alerte, balzacienne en tous points supérieure à son œuvre précédente forte de quelques 9 livres composés de nouvelles comme ''misères et grandeurs ordinaires'' (Editions Cheminante 2008 réédité en 2014), de recueils des poèmes ''Le Cri inachevé'' (Imprimerie Nationale du Niger 1984) et de prose ''Talibo, un enfant du quartier'' 1996. On commettrait un péché mignon en occultant sa nouvelle écrite en langue nationale zarma intitulée ''wa sappé se'' qui veut dire ''Votez pour moi'' en 2003.
Malgré tout, le livre donne des frissons surtout venant du titre ''la Parenthèse du fleuve'', éditions Tombouctou 2015 nous rappelle en effet l'un des chefs d'œuvre de l'écrivain et dramaturge congolais Soni Labou Tansi qui porte le titre, de '' Parenthèse de Sang suivi de Je soussigné cardiaque (Hatier 1981). Mais en l'ouvrant aucune comparaison ne saute aux yeux. D'autant plus que l'un est une pièce de théâtre et l'autre un roman.
Près de huit chapitres composent ce roman dont les plus suaves sont ''les rêves impossibles '', ''les enfants du macaroni'', ''secrets du village'', ''on a tirés sur cajou'' et ''les vents tournent''. On peut s'étonner d'ailleurs de ce qu'un roman soit divisé en chapitres. Le genre généralement s'en passe !


''Je m'appelle Barro je suis étudiant et fou de l'écriture'' écrit Adamou Idé dès la quatrième page du roman. Pour un lecteur averti, le voile est levé. Ou l'œuvre est autobiographique ou il est le portrait d'un être proche de l'auteur. Les deux hypothèses combinées sont même possibles dans la mesure où un roman est construit avec du vrai et de la fiction. La fiction ici, ce sont les lieux des actions, c'est à dire les noms du pays, des villages et centres urbains. Comme le titre du livre ''Parenthèse du fleuve '' qui n'est qu'un bistrot... imaginaire où se rencontrent des intellectuels et où s'organisent des complots. En revanche ce qui est vrai, ce sont les actions elles mêmes.
Barro le personnage central - on ose l'affirmer -, n'est autre que Adamou Idé lui même ; son mentor Siddo n'est autre que le professeur de lettres de l'université célèbre de vivant (il est décédé il ya une dizaine d'années). C'est d'ailleurs à ce dernier que le livre est dédié sous le libellé ''A la mémoire de Siddo Issa qui fut arraché très tôt à notre affection''. Bref, pour tout celui qui connait Niamey et ses quartiers en l'occurrence Haro Banda et l'université où l'auteur décrit avec force détail la bataille sanglante entre forces de l'ordre et étudiants lors de la démocratisation du pays en 1990, comprend que l'auteur a triché... des réalités vécues. Que dire de plus que toutes les œuvres romanesques sont échafaudées sur ce dualisme de Rêve et Réalité
La détermination est-elle gage de réussite ? C'est la matrice de ce beau roman dont on ignore le nombre d'exemplaires produits et même le lieu où il est disponible. A l'évidence, c'est le protagoniste Barro qui nous conduit vers toutes les intrigues. Mais qui est–il, ce Barro ? Enfant pauvre issu d'une famille nombreuse et campagnarde, l'école a vite fait de lui quelqu'un qui espère. Mais dans son pays le succès scolaire ne suffit pas ; encore faut-il avoir des bras longs pour prétendre à des bourses. L'auteur en profite pour brosser la vie noire des étudiants au campus et dans la vie sociale avec des personnages aussi burlesques que la situation désespérante dans laquelle ils évoluent.
Point n'est besoin de parler des nombreux personnages qui peuplent le livre avec leur désinvolture et leurs illusions ; leurs haines et leurs amours auxquels se greffent la perte des valeurs traditionnelles à travers le conflit des générations. On est angoissé par moment en lisant certaines pages pleines d'incertitudes pour l'Afrique. Mais rassure un personnage secondaire ''on ne peut pas tromper le peuple tout le temps''
La trame du roman est conduite par ce même Barro, étudiant brillant qui ambitionne ''coute que coute'' de devenir écrivain. Célèbre. Et il le deviendra surtout grâce au concours du professeur de lettres modernes Siddo.
On se souviendra que Gustave Flaubert avait dit ''Madame BOVARY'', c'est moi. C'est l'occasion pour Idé ADMOU d'avouer que Barro, c'est son ego. Bien qu'épais et malgré tout, on ne s'ennuie pas en lisant ce roman autobiographique. Bien au contraire on se délecte et s'éclate.
O. ALI
www.lesahel.org

Culture

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou …

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le public

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la France. Ces cinq sélectionnés se retrouveront pour la grande finale du concours de conte. C'est à l'issue de quatre jours de compétition au cours desquels 20 pays se sont affrontés, qu'ils ont pu valider leur ticket.Cependant, la publication des résultats par le jury a suscité quelques grincements...

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

L'artiste Jhonel, de son vrai nom Hamani Kassoum, est né le 3 juin 1984 à Niamey; il est de teint noir, mince, avec une taille moyenne. Toujours souriant, Jhonel a le plus souvent un style vestimentaire typiquement afro. Avec une voix agréable, ses titres sont sans reproches. Ses prestations notamment sur le petit écran, lui valent estime et considération. Il chante en français et aussi en langue locale. Son talent dans l'art de manier ...

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or d…

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or du concours de littérature

Le Niger vient de décrocher sa première médaille aux 8èmes jeux de la Francophonie qui battent leur plein depuis à Abidjan. En effet, notre jeune compatriote, le nouvelliste Razak René Joli, a remporté, mardi dernier, la médaille d'or du concours de littérature dans la catégorie Nouvelle, avec son œuvre présentée sous le titre " L'Homme qui donnait des baisers au vent".Cette médaille d'or du jeune nouvelliste, qui vient compenser les la...

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une …

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une contribution de la culture au développement durable

En marge des VIIIème Jeux de la Francophonie qu'organise la Côte d'Ivoire, Abidjan a accueilli les 22 et 23 juillet la IVème Conférence des ministres francophones en charge de la culture. Cette rencontre se tient seize ans après celle de Cotonou en 2001, dans un contexte, bien différent de celui d'alors, aussi bien pour la Côte d'Ivoire que pour le monde entier.«Nous sommes ici, aujourd'hui, parce que Francophonie et diversité culturell...

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

Ces dernières années, les jeunes filles et femmes de Niamey optent plus pour les petites tresses traditionnelles sans mèches à défaut des tresses dites ''gros grains'' qui sont faites avec des mèches. Ce sont des tresses faciles à réaliser, prennent environ deux heures d'horloge pour les tresseuses. Elles ont l'avantage de s'entretenir facilement et de ne causer aucun dommage sur le cuir chevelu si sensible. Les professionnelles de ces ...

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.