Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Vient de paraitre ''La Parenthèse du fleuve'' un roman de Adamou Idé : Barro, c'est moi !

La Parenthèse du fleuve La Parenthèse du fleuve

Ce roman n'est pas fleuve, mais épais. Avec près de 270 pages, quel bonheur pour les lecteurs en quête de sensations littéraires ! Car le livre sent bon. Il y a le récit romanesque qui nous balance agréablement en campagne et en ville ; des personnages loufoques et attachants naïfs et sincères timorés et rêveurs... Le tout sous une plume alerte, balzacienne en tous points supérieure à son œuvre précédente forte de quelques 9 livres composés de nouvelles comme ''misères et grandeurs ordinaires'' (Editions Cheminante 2008 réédité en 2014), de recueils des poèmes ''Le Cri inachevé'' (Imprimerie Nationale du Niger 1984) et de prose ''Talibo, un enfant du quartier'' 1996. On commettrait un péché mignon en occultant sa nouvelle écrite en langue nationale zarma intitulée ''wa sappé se'' qui veut dire ''Votez pour moi'' en 2003.
Malgré tout, le livre donne des frissons surtout venant du titre ''la Parenthèse du fleuve'', éditions Tombouctou 2015 nous rappelle en effet l'un des chefs d'œuvre de l'écrivain et dramaturge congolais Soni Labou Tansi qui porte le titre, de '' Parenthèse de Sang suivi de Je soussigné cardiaque (Hatier 1981). Mais en l'ouvrant aucune comparaison ne saute aux yeux. D'autant plus que l'un est une pièce de théâtre et l'autre un roman.
Près de huit chapitres composent ce roman dont les plus suaves sont ''les rêves impossibles '', ''les enfants du macaroni'', ''secrets du village'', ''on a tirés sur cajou'' et ''les vents tournent''. On peut s'étonner d'ailleurs de ce qu'un roman soit divisé en chapitres. Le genre généralement s'en passe !


''Je m'appelle Barro je suis étudiant et fou de l'écriture'' écrit Adamou Idé dès la quatrième page du roman. Pour un lecteur averti, le voile est levé. Ou l'œuvre est autobiographique ou il est le portrait d'un être proche de l'auteur. Les deux hypothèses combinées sont même possibles dans la mesure où un roman est construit avec du vrai et de la fiction. La fiction ici, ce sont les lieux des actions, c'est à dire les noms du pays, des villages et centres urbains. Comme le titre du livre ''Parenthèse du fleuve '' qui n'est qu'un bistrot... imaginaire où se rencontrent des intellectuels et où s'organisent des complots. En revanche ce qui est vrai, ce sont les actions elles mêmes.
Barro le personnage central - on ose l'affirmer -, n'est autre que Adamou Idé lui même ; son mentor Siddo n'est autre que le professeur de lettres de l'université célèbre de vivant (il est décédé il ya une dizaine d'années). C'est d'ailleurs à ce dernier que le livre est dédié sous le libellé ''A la mémoire de Siddo Issa qui fut arraché très tôt à notre affection''. Bref, pour tout celui qui connait Niamey et ses quartiers en l'occurrence Haro Banda et l'université où l'auteur décrit avec force détail la bataille sanglante entre forces de l'ordre et étudiants lors de la démocratisation du pays en 1990, comprend que l'auteur a triché... des réalités vécues. Que dire de plus que toutes les œuvres romanesques sont échafaudées sur ce dualisme de Rêve et Réalité
La détermination est-elle gage de réussite ? C'est la matrice de ce beau roman dont on ignore le nombre d'exemplaires produits et même le lieu où il est disponible. A l'évidence, c'est le protagoniste Barro qui nous conduit vers toutes les intrigues. Mais qui est–il, ce Barro ? Enfant pauvre issu d'une famille nombreuse et campagnarde, l'école a vite fait de lui quelqu'un qui espère. Mais dans son pays le succès scolaire ne suffit pas ; encore faut-il avoir des bras longs pour prétendre à des bourses. L'auteur en profite pour brosser la vie noire des étudiants au campus et dans la vie sociale avec des personnages aussi burlesques que la situation désespérante dans laquelle ils évoluent.
Point n'est besoin de parler des nombreux personnages qui peuplent le livre avec leur désinvolture et leurs illusions ; leurs haines et leurs amours auxquels se greffent la perte des valeurs traditionnelles à travers le conflit des générations. On est angoissé par moment en lisant certaines pages pleines d'incertitudes pour l'Afrique. Mais rassure un personnage secondaire ''on ne peut pas tromper le peuple tout le temps''
La trame du roman est conduite par ce même Barro, étudiant brillant qui ambitionne ''coute que coute'' de devenir écrivain. Célèbre. Et il le deviendra surtout grâce au concours du professeur de lettres modernes Siddo.
On se souviendra que Gustave Flaubert avait dit ''Madame BOVARY'', c'est moi. C'est l'occasion pour Idé ADMOU d'avouer que Barro, c'est son ego. Bien qu'épais et malgré tout, on ne s'ennuie pas en lisant ce roman autobiographique. Bien au contraire on se délecte et s'éclate.
O. ALI
www.lesahel.org

Culture

Entretien avec l'écrivain M. Boubé Hama : « Le lancement de mon recueil de nouvelles ''La légende du roi-sorcier'' est p…

Entretien avec l'écrivain M. Boubé Hama : « Le lancement de mon recueil de nouvelles ''La légende du roi-sorcier'' est prévu, en exclusivité, lors du Festival international Efrouba du Livre de Grand-Lahou, en Côte d'Ivoire, en octobre 2017 »

Boubé Hama est né à Arlit en 1980, ville située dans la région d'Agadez au Niger. Après avoir été scolarisé dans les écoles primaires et secondaires d'Arlit, il poursuit ses études à Niamey et obtient un baccalauréat littéraire en 2001. Il obtient également une maîtrise en Gestion des Entreprises, option Management, en 2006, à Ahmadu Bello University (ABU) au Nigeria. Il est en outre détenteur d'un BTS Informatique (progiciels) et a été...

Le Slam : Une pratique artistique à l'assaut des scènes nigériennes

Le Slam : Une pratique artistique à l'assaut des scènes nigériennes

« Je déclame, tu m'acclames » : tel est le nom donné aux sessions de Slam qu'accueille depuis février dernier la scène du Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN-Jean Rouch) de Niamey chaque 1er jeudi du mois. Fait de déclamation de textes poétiques sur scène, le Slam qui est un mouvement artistique, culturel et social né à Chicago aux Etats-Unis à la fin des années 80, a gagné les scènes de Niamey, comme d'autres villes, où son audience ...

Quelques conseils utiles sur les journées du Ramadan

Quelques conseils utiles sur les journées du Ramadan

Le Ramadan 2017 a débuté depuis le 27 mai, ouvrant une période de jeûne d'un mois au cours de laquelle les obligations que doit respecter le fidèle ne sont pas toujours celles que l'on croit. Le ramadan, tradition religieuse tirée du Coran, souffre de nombreuses idées reçues, notamment sur les véritables interdits à respecter lors de ce jeûne. Une chose est sûre toutefois : les musulmans doivent respecter trois interdits majeurs pendant...

Portrait du styliste Ousmane Sambo Hamidou : «Il faut aider les couturiers nigériens à habiller tous les nigériens»

Portrait du styliste Ousmane Sambo Hamidou : «Il faut aider les couturiers nigériens à habiller tous les nigériens»

« Je suis né dans la mode ; mon père était un grand tailleur à Zinder ; ma mère et tous les autres membres de ma famille étaient couturiers et tailleurs aussi », affirme tout de go Ousmane Sambo Hamidou, un styliste né le 8 juin 1972 à Zinder et aujourd'hui père de deux enfants.L'environnement familial aidant, c'est à tout juste neuf (9) ans qu'Ousmane Sambo Hamidou commença à coudre. Sa scolarité allait en pâtir car il arrêta ses étude...

Conte « La marmite musicale » à la 10ème édition du Festival ''Emergences'' : La conteuse Rahina Ballarabé séduit le pub…

Conte « La marmite musicale » à la 10ème édition du Festival ''Emergences'' : La conteuse Rahina Ballarabé séduit le public jeune

Les sociétés africaines disposent d'un patrimoine culturel riche et varié, qui peut servir de source d'inspiration pour les artistes. Pour faire revivre les anciens temps à la nouvelle génération, la 10ème édition du Festival ''Emergences- Art et Racines a, programmé dans le cadre de ses activités, le conte parmi les spectacles qui ont eu lieu dans les centres des jeunes de Niamey. Le 25 mai dernier, la conteuse Rahina Ballarabé que con...

Finale de la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or : Les candidats affûte…

Finale de la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or : Les candidats affûtent leur plume en prélude à la grande finale de Cotonou en août prochain

L'ONG Aide Sociale et Réinsertion des Oubliés (ASRO), en collaboration avec le ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, a organisé samedi dernier à la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) Djado Sékou de Niamey, la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or. Cette compétition est organisée en prélude de sa 2ème édition au plan Africain qui se tiendra à ...

Clôture, samedi dernier, de la 10ème édition du Festival Emergence Arts et Racine à Niamey : Les organisateurs et les pa…

Clôture, samedi dernier, de la 10ème édition du Festival Emergence Arts et Racine à Niamey : Les organisateurs et les participants se félicitent du bon déroulement de l'édition

La compagnie théâtrale Arène Théâtre a organisé du 24 au 27 mai 2017, la 10ème édition du festival Emergence Arts et Racine à Niamey. Plusieurs pays, notamment le Cameroun, le Congo, la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Mali et le Burkina Faso ont pris activement part à cette rencontre artistique annuelle de Niamey. Les festivités ont pris fin le samedi 27 mai 2017 dans la soirée au Centre des jeunes de Karadjé (village du festival) en présen...

Le voile : Indispensable pour la femme musulmane pendant ce mois béni

Le voile : Indispensable pour la femme musulmane pendant ce mois béni

Ces dernières années, partout au Niger, on rencontre des femmes et même des petites filles qui portent le voile : le corps est couvert entièrement de la tête jusqu'au pied ; souvent le visage est caché et on ne peut pas reconnaître la personne. Le port du voile est obligatoire dans la religion musulmane, nous enseignent les musulmans. Le "hijab" ou la "burqua" sont des tenues que les femmes musulmanes portent selon les principes de la r...

Vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du pr Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou : Un documentai…

Vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du pr Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou : Un documentaire qui met en exergue la problématique de l'indépendance énergétique

Vendredi dernier, c'est une salle archicomble du Palais des Congrès qui a accueilli le vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du Professeur Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou. Personnalités du pays, parents, amis et connaissances de Feu Professeur Abdou Moumouni ont pris d'assaut la grande salle du Palais des congrès pour visionner ce film qui célèbre l'illustre scientifique, un grand homme aux valeurs universel...

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

«Force morale » fait de plus en plus parler de lui à travers l'un de ses titres phares : ''s'amuser'' ; il gagne en audience car, sur scène, il séduit les mélomanes par sa voix mélodieuse et l'originalité qui caractérise ses morceaux. Son objectif : montrer à la face du monde qu'avec la musique, un pays peut se développer.Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'' est étudiant en troisième (3ème) année de gestion à l'Université Abdou ...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey :…

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey : Affluence générale vers les marchés de la capitale

Dans quelques heures, à l'instar du reste de la communauté musulmane, les fidèles de notre...

vendredi 23 juin 2017

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des pri…

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des prix de la volaille et du poisson importé

Les fêtes sont des grands moments de consommation de viande surtout de la volaille. Les pi...

vendredi 23 juin 2017

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Le jour de la fête est un grand jour pour les femmes et les jeunes filles. C'est en effet ...

vendredi 23 juin 2017

L'air du temps

Epilogue ramadanesque

Epilogue ramadanesque

Jour J moins 28 ; - 27 ; -4 ; -3 ;-2, etc. Pour certains jeûneurs, le compte à rebours déc...

vendredi 23 juin 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.