Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dossier


d-1La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production du riz et un pour la polyculture (manioc, oignon, laitue, haricot vert, chou, maïs, arboriculture fruitière). Ces périmètres sont exploités par les producteurs organisés en coopérative. Le riz est produit en deux campagnes dans l'année, à savoir une campagne de saison sèche et une campagne de saison humide. La région dispose au total de 9639 ha d'aménagement hydro agricole. Les superficies mises en valeur varient selon la campagne. Les conditions agro-écologiques de la région sont aussi favorables à trois types d'élevage : l'élevage nomade, l'élevage transhumant et l'élevage sédentaire.

Riziculture à double campagne

Les ressources en eau, associées aux ressources en sols sont, à tout point de vue, des facteurs indispensables au développement de l'agriculture irriguée. Tillabéri dispose de ces potentialités, dans beaucoup de localités de la région, à l'image de la commune urbaine, délimitée à l'ouest par le fleuve Niger. L'activité agricole couvre ici toute l'année, avec généralement une double campagne de production.
Près de deux mois après la récolte de la saison des pluies, qui a concerné pratiquement tout le pays, les cultivateurs de riz sur la rive du Djoliba, dans la capitale du fleuve, sont à l'entame de leur deuxième campagne. La rizière de Toula, vaste de plus de 200 hectares, est une référence parlante de cette productivité. Cette compagne de saison sèche commence d'habitude en janvier pour s'achever au mois de juin. L'autre, première campagne, s'étend de juillet à décembre.
Bassirou Abdoulaye, un riziculteur de la vallée, a conclu sa dernière récolte il y a 7 semaines. Pour lui, comme l'aire de champs est éloignée de la machine de pompage, il faudrait s'y mettre tôt, avant que les débits de canalisation d'eau ne s'affaiblissent. Puisqu'il s'agit, cette fois-ci, d'une entière dépendance aux eaux de surface. « Lorsque beaucoup de cultivateurs se connectent au caniveau, l'eau parvient difficilement à notre niveau », a-t-il expliqué pendant qu'il apprête son champ à la préalable phase d'inondation. Autour de Bassirou, d'autres, disposant évidemment de plus de moyen matériel et humain, sont déjà en avance. Les planches sont suffisamment submergées. Au niveau des pépinières, la pré-semence est aussi avancée, au regard de la frappante verdure. Ainsi, le compte à rebours est lancé, avant le crucial moment de décrue.
La campagne précédente, selon Bassirou a été globalement satisfaisante. En effet, sur sa part de périmètre d'une dimension d'environ 1200 m2, il eût 15 sacs (de 100kg) de riz non décortiqué. Ce qu'ils revendent par le biais de leur coopérative à la Société du riz du Niger, pour la transformation et la commercialisation, moyennant 12 000F CFA par 72 kg. Néanmoins, pour le riziculteur, la contribution pour la prise en charge du réseau de canalisation d'eau s'élève à 43 700 FCFA par an. Son investissement annuel, avec en compte les intrants agricoles, frise les 100 000 FCFA.
A la rizière de Toula, pendant la saison des pluies, les difficultés sont beaucoup plus atténuées. La production s'achève à temps, les coûts d'investissement sont allégés. Par ailleurs, certains producteurs désherbent leurs champs par des pratiques peu admissibles telle la brûlure, comme nous l'avons constaté au niveau d'un cultivateur, dans cette même rizière. En effet, la méthode prête à des conséquences néfastes. Dans l'immédiat, souvent, on assiste à ces feux de brousse tant décriés ou à long terme l'appauvrissement des terres fertiles. Notre interlocuteur Bassirou, un jeune de 25 ans, se dit conscient de cet enjeu, à la fois économique et environnemental. Quant à lui, comme nous l'avions vu à l'œuvre, il préfère, tant bien que mal, seul avec sa daba dans son périmètre de 0,30 hectare, préparer son champ de manière recommandée.
Dans la vallée de Toula, l'éventuel conflit agriculteurs/éleveurs est assez prévenu. « Nous n'avons aucun problème avec eux. Au terme de nos récoltes, nous laissons les éleveurs trainer leurs bétails dans nos champs, pour dévorer les herbes au lieu de les brûler, avant la reprise des travaux. Maintenant que nous y travaillons, ils se contentent des passages et des espaces qui leur sont réservés », nous confie Saibou Inoussa, un autre producteur dans la rizière de Toula. Il ajoute que cette compréhension des deux parties qui cohabitent sur la rive est accentuée par le climat de dialogue, de concertation, instauré par les différents acteurs qui les accompagnent via leurs coopératives respectives.

Une culture maraîchère riche en variété

A quelques 4 km de la ville de Tillabéri se situe le périmètre aménagé hydro-agricole de Tillakaïna. C'est un périmètre maraicher de polyculture. En termes de potentialités pour le maraîchage, il y a fondamentalement le fleuve. La nappe n'est pas profonde, le sol est aussi fertile. Les semences sont disponibles, selon Hamza Harouna, assistant technique du Coordonnateur de la Fédération des Coopératives des Maraîchers du Niger. Il soutient que le maraichage a évolué, d'abord dans l'intensification de la production, ensuite par l'introduction des innovations. C'est-à-dire la mise en valeur des productions qui n'étaient pas connues dans la zone, avec notamment l'introduction des nouvelles variétés que les producteurs ne connaissaient pas. « A l'époque, la production de la tomate ne se faisait pas en hivernage. La culture de la pomme de terre dans certaines zones était beaucoup moins développée », a-t-il rappelé.
« Nous pouvons mettre beaucoup de variétés ; seulement, nous tenons compte du marché et de la période puisque certaines semences exigent des conditions climatiques adaptées, pour leur conservation surtout », a témoigné Hamza Assadou, un maraicher de Tillakaïna. Un autre cultivateur dit avoir semé du haricot vert, de la tomate, du maïs, du melon et de la patate douce. Actuellement, Hamza affirme qu'il a semé du melon en grande partie car, ce sera bientôt la flambée du fruit, et peu du piment vert. Quant à lui, c'est pendant la saison pluvieuse qu'il cultive la tomate. Généralement, les plants murissent en trois mois, d'après le maraicher. En fonction des périodes, les différentes variétés ont chacune son moment de bon marché. Les commerçants partent vers eux, pour s'approvisionner. Pendant la saison humide, le jeune maraicher cultive aussi son champ de mil, un peu au Nord de la zone. Il ne vient dans la vallée que les après-midi. En termes de difficultés, il se dit gêné par le coût de l'arrosage. En effet, pour son champ de 0,25 hectare, il paie environ 60.000 FCFA par an.
Les maraichers sont organisés en coopératives et groupements. C'est ainsi qu'ils expriment leurs besoins d'assistance. La section régionale de la Fédération des Coopératives des Maraichers du Niger de Tillabéri compte 31 unions, 62 coopératives et 12711 membres physiques. « Nous apportons plusieurs choses aux maraichers dont essentiellement l'encadrement technique, l'accès aux intrants agricoles. L'accès aux semences constitue pour les maraichers un souci de tout le temps. La fédération garantit aussi l'accès aux pesticides. Et facilite la mise au marché des produits », a déclaré l'assistant technique du coordonnateur de la Fédération des Coopératives des Maraichers du Niger.

La situation pastorale

Selon le rapport provisoire de la Direction Régionale de l'Elevage de Tillabéri, malgré le retard observé en mi-juin 2018, la campagne pastorale 2018-2019 a démarré avec des précipitations plus ou moins importantes, enregistrées dans tous les départements de la région. Ce qui a conditionné l'apparition des herbacées et la régénération satisfaisante des zones à vocation pastorale. Ainsi, la situation des pâturages de Tillabéri s'est avérée bonne, à la date du 30 octobre 2018. Ces pâturages naturels sont à la hauteur des besoins du cheptel. Aussi, après la dernière récolte, les éleveurs étaient descendus dans les zones agricoles, profitant des résidus de récolte, sans le moindre incident.
Cependant, l'abreuvement des animaux dans la région a été confronté au tarissement de la plupart de mares semi permanentes. Il convient de rappeler qu'il se fait, principalement, au niveau des eaux de surface, constituées par les mares permanentes et certaines semi permanentes, le fleuve et ses affluents. Exempté le fleuve, le niveau de remplissage de ces points d'eau continue de baisser.
La situation sanitaire s'est caractérisée au cours de la campagne pastorale 2018-2019 par des cas de suspicion de foyers de la fièvre aphteuse, de pasteurellose des gros ruminants et des petits ruminants, de la clavelée et de la dermatose nodulaire et de cas confirmés de certaines de ces maladies.
La situation sanitaire est calme dans l'ensemble des départements de la région, aucune maladie à déclaration obligatoire n'a été enregistrée à la fin de cette campagne pastorale 2018-2019. Cependant, des cas sporadiques de suspicion de la pasteurellose bovine et de la clavelée se sont manifestés dans le département de Banibangou ; il en est de même pour des cas d'intoxication des bovins par herbicide dans le département de Filingué. Des cas suspects de la fièvre aphteuse se sont aussi déclarés dans les 13 départements de la région de Tillabéri, dont ceux de suspicions de la dermatose nodulaire, de la pasteurellose chez les bovins, les petits ruminants et les camelins. Des cas de peste aviaire ont été enregistrés dans le département de Ouallam et du charbon bactéridien dans le département de Bankilaré. D'après le rapport, tous ces cas de suspicions ou confirmés ont été vite maîtrisés grâce à la vaccination et à la chimiothérapie.
La commercialisation des animaux se poursuit normalement avec une tendance à la hausse des présentations et des ventes des animaux de même que les prix. Les termes de l'échange sont en faveur des éleveurs. Cette tendance pourrait s'améliorer pour les éleveurs dans les décades à venir grâce à la disponibilité et l'accessibilité des fourrages verts.

Par Mahamane Chékaré Ismaël, Envoyé Spécial (onep)
11/01/19

Publié dans Dossier
Écrit par
En savoir plus...

Culture

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.