Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dossier


Dossier1Ministère du Commerce et Opérateurs économiques : lutter contre la vie chère

Niamey, comme à l'accoutumée, s'apprête à accueillir le mois béni de Ramadan. Mais force est de reconnaitre que, malgré les réelles motivations de part et d'autre, l'inquiétude et la joie font difficilement bon ménage à cause des multiples dépenses liées à l'accomplissement de ce rite religieux. Cette situation préoccupante, surtout dans nos centres urbains, mérite une attention particulière. Pour ce faire, un comité vient d'être créé par le ministère du Commerce et de la promotion du secteur privé pour explorer les voies et moyens de rendre la période du Ramadan économiquement supportable pour tous. Ainsi, M. Sadou Seydou, s'est entretenu le 16 avril dernier avec les opérateurs économiques pour échanger de façon interactive sur toutes les questions qui touchent la stabilité des prix au niveau des marchés. Ils étaient tous là, détaillants, grossistes, représentants des associations de défense des droits des consommateurs, représentants du Ministère, et ceux des structures connexes à répondre à cet appel.

Il ressort des interventions des uns et des autres, notamment du plus grand boutiquier au plus petit étalagiste de légumes, qu'ils adhèrent à la cause : celle de garder intacts les prix des produits de première nécessité. Tout en assurant les autorités en charge du Commerce de la disponibilité des produits et de leurs accessibilités sur les marchés.
Le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé a une fois de plus appelé au bon sens des grossistes cette année encore afin de redoubler d'efforts en maximisant sur la quantité des produits à mettre sur le marché. Selon lui, à l'issue des visites qu'il a effectué dans les régions en ce qui concerne la situation des marchés, «l'essentiel des produits sont disponibles, les prix sont stables, une légère diminution pour le sucre et les huiles, une certaine stagnation pour le riz et une légère augmentation pour les autres céréales ».
Et, d'annoncer ensuite que pour pouvoir maitriser tout cela, le Gouvernement a décidé de lancer les opérations de vente à prix modéré. Pour le ministre, cette décision va permettre aux populations les plus vulnérables de disposer de céréales et va aussi jouer le rôle de stabilisateur de prix. Ce département ministériel en collaboration avec le Ministère des Finances compte lutter contre l'inflation qui est un indicateur d'appréciation au niveau de l'UEMOA. Une opération qui a débuté depuis mars et qui concerne sept programmes. Elle porte sur 71.000 tonnes de céréales jusqu'en fin septembre et il y a eu 2.600 tonnes de sucre qui sont déjà en train d'être placées au niveau des communes.
Le président de la Chambre de Commerce, M. Sidi Mohamed, a soutenu cette initiative qui vise à soulager la souffrance des populations. Tout en expliquant que des séances de sensibilisation sont organisées dans le même cadre pour booster cette initiative. « Depuis peu, nous avions mis en place un mécanisme pour continuer en notre sein ces séances de travail avec les associations des opérateurs économiques, des représentants de la direction consulaire de Niamey, les importateurs économiques, les représentants du bureau national des commerçants pour prendre à leur tour la question de relais. Ils doivent aller sur le terrain et relayer les informations au niveau des marchés. Nous constatons depuis l'avènement de ces concertations, une certaine accalmie au niveau de la flambée des prix qui s'observe généralement chez les petits distributeurs. Il faut aller sur le terrain voir si les engagements qui ont été pris ont été respectés. Nous allons certainement durant tout le mois de Ramadan conduire des séances de sensibilisation à tous les niveaux », a dit le président de la Chambre de Commerce.

Même son de cloche au niveau des commerçants et des défenseurs des droits des consommateurs

Les interventions des délégués des commerçants ont assuré le ministre de la disponibilité, de l'accessibilité de ces produits de première nécessité sur les différents marchés de la capitale. « C'est vrai que nous sommes là pour que les fidèles musulmans accomplissent dans les meilleures conditions le mois de Ramadan ; les légumes sont là en abondance et sous peu il y aura la rareté de certains produits et nous serons obligés de nous tourner vers certains pays. Mais il faut que l'Etat revoie à son tour certaines barrières ; il y a des petits problèmes qu'il faut rapidement prendre en charge», a laissé entendre le représentant des commerçants des légumes.
Les associations des défenseurs des Droits de consommateurs par la voix de Maman Nouri a eu des mots de remerciements à l'endroit des autorités en charge de ce secteur pour toutes les actions salvatrices qu'elles ne cessent de mener à l'endroit des consommateurs. Il les a remerciés pour la célérité avec laquelle elles veulent prendre en charge cette question. « La flambée des prix est une question qui préoccupe l'ensemble de la population et pour cela, il faut que des mesures urgentes soient prises pour mettre fin à cette pratique malsaine. Cela est inapproprié en cette période de ramadan », a-t-il précisé. Le président de l'Association de Défense des Droits des Consommateurs (ADDC Wadatta), M. Maman Nouri, a souligné la nécessité de rendre accessible l'eau, cette denrée si vitale pour rompre le jeun.
Une belle occasion pour les représentants des associations de défense des consommateurs de formuler des demandes et des recommandations ; ils se sont attardés sur la prise en charge des questions des décharges des camions, souhaitant si possible la revue des heures d'entrées et de sorties en cette
période.
Aïssa Abdoulaye Alfary (ONEP)
(03/05/2019)

Publié dans Dossier
Écrit par
En savoir plus...

Culture

Le ministre de la Renaissance Culturelle co-anime une conférence de presse au siège de l'Unesco, à Paris : Une édition s…

Le ministre de la Renaissance Culturelle co-anime une conférence de presse au siège de l'Unesco, à Paris : Une édition spéciale FIMA au programme du Sommet de l'UA à Niamey

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, M. Assoumana Malam Issa, était récemment en visite à Paris, où il a pris part à une conférence de presse organisée au siège de l'Unesco. Principale annonce faite au cours de cette rencontre avec les médias : la tenue d'un FIMA spécial, à Niamey, à l'occasion du sommet de l'Union Africaine, prévu pour se tenir en juillet prochain dans notre pays. Il sera p...

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

C'est à travers le personnage d'Aline dans la série" Monia and Rama " de la réalisatrice burkinabè Apolline Traoré, qu'Amélie M'Baye a fait son entrée dans le cinéma en 2002. Et l'aventure continue avec cette réalisatrice, puisque dans son long métrage Frontières, sorti en 2016 c'est Amélie qui joue le rôle principal, celui d'Adjara. Elle a joué le rôle principal dans ce film qui raconte la vie des commerçantes africaines confrontées au...

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par …

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par ses créations

Basée à Paris en France, la styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché, est nigérienne. Après trois (3) ans d'exercice pratique, elle sort la marque ''Mabiba'' qui propose un style moderne avec un détail qui frappe et qui fait la différence, créant ainsi la surprise. Le samedi 28 février dernier, à l'occasion de la présentation de sa première collection avec pour thème''la paix au Niger ''et pou...

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

L'actrice principale du film fiction de ''Toula'' du réalisateur nigérien feu Moustapha Alassane a aujourd'hui la soixantaine sonnée. L'ancienne actrice incarnait la fille sacrifiée par son oncle, le roi du village de ''Yalambouli'' où loge dans la mare un génie. ''Toula'' est aujourd'hui mère de deux enfants (une fille et un garçon). Depuis sa retraite, Solange Delanne vit en France où elle dirige une association de chorale. « Nous org...

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à …

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à raconter. Il y a encore de longues années d'exploitation», estime la réalisatrice burkinabè

Apolline Traoré est surtout connue à travers ses longs métrages, notamment Moi Zaphira en 2013, Frontières en 2017, Desrances sorti en fin 2018. Mais elle a commencé à réaliser des courts métrages depuis les années 2000 avec The Price of Ignorance (Le Prix de l'ignorance) en 2000, (sur la victime d'un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous. Elle réalise son premi...

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour…

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour le Niger

C'est en 1983, soit 14 ans après la création du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) que le Marché International du Cinéma Africain (MICA) a vu le jour. Cet espace qui, depuis fait partie des activités du FESPACO est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent d'avoir un marché autonome et propre au film africain. Pour sa 19ème édition qui a eu lieu du 24 février a...

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le …

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le FIMA de retour à Niamey

Le Promoteur du Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) M. Seidnaly Sidahmed Alphadi a organisé une conférence de presse, hier matin, à l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette conférence de presse a pour Objectif d'informer l'opinion nationale et internationale sur la tenue, en juillet 2019, à Niamey, de la 12ème édition dudit festival. C'est le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto ...

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

A l'état civil, il se nomme Abdou Halidou Maiguizo, mais tout le monde l'appelle John Sofakolley. Une carrière en dents de scie mais un talent indéniable pour celui qui vient de loin et qui participe à des causes humanitaires.Avant les années 2000, Abdou Halidou Maiguizo était en vue sur la scène musicale nigérienne. Il l'était tant pour son savoir-faire, que pour son engagement et sa créativité. A travers cet art, il a inspiré plus d'u...

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 20…

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 2017, projeté en séance spéciale au Ciné Burkina : Dans le quotidien tumultueux d'une communauté cosmopolite

"La vie de Château" : ce sont les différentes facettes de ces communautés dont les membres venus d'horizons divers poursuivent leurs rêves. Un film sur une thématique qui n'est certainement pas nouvelle, mais qui reste toujours d'actualité comme le désir de tous ceux-là qui s'illusionnent pour une meilleure vie de l'autre côté de la méditerranée.Nous sommes dans la zone de la Station Château d'Eau de Paris, où le film "la Vie de Château...

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

Sorti en 2018, « Ma belle-mère Ma Coépouse », 75 mn du réalisateur nigérien Moussa Hamadou Djingarey, était en projection panorama au FESPACO 2019.Tourné à Agadez, ville du nord Niger, « Ma belle-mère Ma Coépouse » porte sur la vie d'un jeune couple, Raicha une femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur d'une autre ethnie. La vie paisible que mène ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obn...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Consommation des arômes et sels artificiels : Des …

Consommation des arômes et sels artificiels : Des additifs alimentaires pas toujours bénéfiques pour notre santé

Communément appelés «arôme Maggi», les exhausteurs de goût ou additifs alimentaires envahi...

jeudi 23 mai 2019

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des…

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des arômes industriels ou « bouillon » sur la santé

Les arômes importés constituent un problème sanitaire important. En effet, il n'est pas ra...

jeudi 23 mai 2019

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux sai…

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, de plus en plus un fardeau pour les fidèles

« L'Etat n'invente pas le prix du Hadj mais étudie toutes les dépenses par rubrique, fait ...

jeudi 16 mai 2019

L'air du temps

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Jour ''J'' moins 28 ; - 27 ;... -11 ; -10 ; -9, etc. Le compte à rebours est en marche, no...

jeudi 23 mai 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.