Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Invité



inviteMonsieur le président, les 21 et 22 novembre derniers se sont tenus à Niamey les travaux de la 8ème Assemblée Générale de l'Association des Institutions Supérieures de Contrôle ayant en Commun l'Usage du Français (AISCCUF). Quelle importance revêt à vos yeux une telle rencontre pour nos Etats qui s'échinent à instaurer en leur sein les mécanismes de la bonne gouvernance en matière de gestion des finances publiques ?
Dans tous les pays membres de cette Association, la constitution a consacré l'établissement des relations de collaboration entre les Institutions Supérieures de Contrôle (Cours des Comptes) et les parlements pour l'accomplissement de leurs missions de contrôle externe de l'exécution du budget de l'Etat. Au Niger, la constitution du 25 novembre 2010 dispose en son article 90 que « l'Assemblée nationale vote la loi, consent l'impôt et contrôle l'action du gouvernement ». A l'article 115, notre loi fondamentale stipule que « l'Assemblée nationale peut demander à la Cour des comptes de mener toutes enquêtes et études se rapportant à l'exécution des recettes et des dépenses publiques ». C'est dire toute la complémentarité entre des missions de l'Assemblée nationale et de la Cour des Comptes.
Monsieur le président, au regard des dispositions constitutionnelles, l'Assemblée nationale a un pouvoir de contrôle sur la gestion des deniers publics. Comment ce contrôle s'exerce-t-il ?
L'Assemblée nationale contrôle la gestion des deniers publics à trois (3) niveaux du processus de la loi de finances : avant l'exécution de la loi de finances : le contrôle a priori; en cours d'exécution de la loi de finances : le contrôle permanent ; et après l'exécution de la loi de Finances : le contrôle a posteriori.
Premier niveau : le contrôle à priori s'effectue avant l'examen et le vote du projet de loi de finances de l'année, à l'occasion du Débat d'Orientation Budgétaire (DOB) et pendant l'examen et le vote du projet de la loi de finances de l'année (avec les auditions des membres du gouvernement, le suivi des recommandations précédemment adressées au Gouvernement, etc.).
Deuxième niveau : le contrôle permanent intervient soit au moment de l'adoption des projets de lois de finances rectificatives communément appelés collectifs budgétaires ; dans le cadre du contrôle de l'action gouvernementale (questions écrites et orales, interpellations, questions d'actualité et enquêtes parlementaires) ; ou lors de l'examen des rapports trimestriels d'exécution du budget de l'Etat. Troisième niveau : le contrôle à posteriori, s'exerce lors de l'examen du projet de loi de règlement.
Plus concrètement, quelle est la nature de la collaboration entre l'Assemblée nationale et la Cour des comptes ?
La collaboration entre ces deux institutions constitutionnelles est définie par la constitution elle-même et s'exerce principalement à trois niveaux : la Cour des Comptes assiste l'Assemblée nationale lors de l'examen du projet de loi de règlement. Elle produit pour le compte de celle-ci un rapport sur le contrôle d'exécution des lois de finances et une Déclaration Générale de conformité entre les comptes des ordonnateurs et ceux des comptables publics ; deuxièmement, à la demande de l'Assemblée nationale, la Cour des comptes mène toutes enquêtes et études se rapportant à l'exécution des recettes et des dépenses; et enfin, la Cour des Comptes peut être consultée sur toute question par l'Assemblée nationale.
Monsieur le président, nos lecteurs n'étant pas tous des personnes averties en matière de finances publiques, pouvez-vous en quelques mots rappeler ce qu'est la Loi de Règlement ?
Au sens de la Directive N°6 de l'UEMOA transposée au Niger à travers la Loi N°2012-09 du 26 mars 2012 portant loi organique relative aux lois des Finances, « la loi de règlement constate les résultats financiers de chaque année civile et rend compte de l'exécution du budget ainsi que de l'utilisation des crédits ». De 2016 à 2018, l'Assemblée nationale a voté les lois de règlement des années 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016 plaçant ainsi notre pays au premier rang de ceux, membres de l'Union Economique et Monétaire Ouest africaine, à être à jour sur ce chapitre. C'est ici le lieu de saluer la disponibilité constante dont a fait montre la Cour des comptes sous la conduite de son ancien Président, le regretté Seydou Sidibé devant la mémoire de qui nous nous inclinons.
Les projets de lois de règlement des cinq années sus citées ont été élaborés, en amont, par le ministère des Finances que nous félicitons au passage pour avoir permis à notre pays d'atteindre ce palmarès au sein de l'espace UEMOA. C'est la preuve, s'il en faut, de la transparence qui caractérise la gouvernance financière dans notre pays.
Peut-on dire que la Cour des Comptes est le gendarme financier de la République ? Quel est le fondement de ses prérogatives ?
Cette prérogative de la Cour des Comptes tire son fondement de l'article 141 de la Constitution qui dispose que «la cour des comptes est la plus haute juridiction de contrôle des finances publiques. Elle exerce une compétence juridictionnelle, une compétence de contrôle ainsi qu'une compétence consultative. Elle est juge des comptes de l'Etat, des collectivités territoriales, des établissements et entreprises publiques, des autorités administratives indépendantes et de tout organisme bénéficiant du concours financier de l'Etat et de ses démembrements ». Cette disposition a été reprise in extenso dans la Loi Organique N. 2012-08 du 26 mars 2012 déterminant les attributions, la composition, l'organisation et le fonctionnement de la Cour des Comptes du Niger.
L'Assemblée nationale bénéficie de la subvention du budget de l'Etat ; est-ce à dire que ses comptes sont aussi soumis au jugement de la Cour des comptes ?
L'Assemblée nationale bénéficie du concours financier de l'Etat. Elle est donc soumise à la même loi. Le périmètre d'intervention de la Cour des Comptes est défini par l'origine et le caractère « public » des ressources allouées, indépendamment de l'institution ou de la structure qui en est bénéficiaire.
Cette question a été tranchée par le Conseil Constitutionnel de Transition du Niger, dans son arrêt n°010/12/CCT/MC du 17 mai 2012 dans lequel il a dit et jugé que : ''Considérant que l'article 30 nouveau (du Règlement intérieur de l'Assemblée nationale) prévoit la création d'une Commission Spéciale de Contrôle et de Vérification des Comptes ; qu'au point 10 dudit article cette Commission approuve le compte administratif de l'ordonnateur par arrêté signé de son Président et lui donne quitus de sa gestion' '' ; se fondant sur l'article 141 alinéa 2 de la Constitution qui dispose que la Cour des comptes est ''juge des comptes de l'Etat'' et donc de tous ses démembrements dont l'Assemblée nationale, le Conseil Constitutionnel de Transition du Niger conclut que cette disposition de l'article 30 point 10 '' n'est pas conforme à la Constitution''. En conséquence, l'exécution du budget de l'Assemblée nationale est soumise au contrôle de la Cour des comptes.

Qu'en est-il alors de l'autonomie financière de l'Assemblée nationale consacrée par l'article 83 de la Constitution ?
En effet, l'article 83 de la Constitution du 25 novembre 2010 dispose que « L'Assemblée nationale jouit de l'autonomie financière. Un règlement financier et comptable détermine les modalités de cette autonomie financière en fixant les règles d'élaboration, d'adoption, d'exécution et de contrôle du budget de l'Assemblée nationale. Le budget de l'Assemblée nationale, arrêté et approuvé par le Bureau, est annexé au budget général de l'Etat ».
Ce débat a été tranché par la jurisprudence dans l'espace UEMOA. Pour la Cour Constitutionnelle du Bénin, « l'autonomie financière prévue par la constitution ne saurait se confondre avec un budget autonome entendu comme « budget ou état de prévision distinct de la loi de finances de l'Etat...» (...) qu'il s'ensuit que seuls les démembrements de l'Etat que sont les collectivités locales, et les organismes publics pouvant disposer de ressources propres en quantité suffisante pour exercer sans difficultés financières majeures les compétences qui leur sont dévolues, bénéficient réellement de l'autonomie financière (...), qu'ainsi, le budget de l'Assemblée nationale, ne comportant aucun élément de ressources, ne saurait techniquement conférer à ladite Assemblée l'autonomie financière qui, en Droit des Finances Publiques, s'analyse comme la «situation d'une collectivité ou d'un organisme disposant d'un pouvoir propre de gestion de ses recettes et ses dépenses, regroupées en un budget ou dans un document équivalent..... » (...) ; que, dès lors, l'expression ''autonomie financière'' doit en réalité s'analyser comme une autonomie de gestion de ses dépenses à partir d'un budget propre, préparé par elle, voté par sa plénière, dans le strict respect de l'équilibre économique et financier de la Nation'' (Décision DCC 10-144 du 14 décembre 2010,).
En conclusion, le budget de l'Assemblée nationale doit respecter les équilibres fixés dans la loi de finances et donc être soumis aux arbitrages budgétaires.
Monsieur le président, l'Assemblée nationale est en session dite budgétaire. Peut-on connaître les nouveautés que renferme le projet de lois des finances 2019 par rapport à la loi des finances 2018?
La loi des finances 2019 prévoit cinq mesures nouvelles que sont : l'institution de la taxe sur les activités financières ; les modifications de dispositions fiscales en matière d'impôt sur le bénéfice, de régime d'imposition et en matière de taxe sur la valeur ajoutée ; la restauration de la TATTIE ; le rapatriement, dans le code général des impôts, des mesures fiscales dérogatoires contenues dans les régimes sectoriels ; et l'inscription des droits pétroliers dans la loi de finances. Je ne vous en dis pas plus à ce stade car le projet du budget est en cours d'examen au niveau des différentes commissions permanentes que renferme l'Assemblée.

Monsieur le président, pour revenir à la réunion de l'assemblée générale de l'Association des Institutions Supérieures de Contrôle ayant en commun l'Usage du Français (AISCCUF), quelles sont les attentes de la Commission des Finances et du Budget vis-à-vis de cette association d'envergure internationale ?
Nos attentes sont l'institution d'un programme de partage et d'échange d'expériences entre les Cours des Comptes et les Commissions des Finances des parlements des pays membres dans le domaine de contrôle de l'exécution des budgets de l'Etat et des institutions bénéficiaires de fonds publics ; l'élaboration d'un plan de renforcement de capacités des députés et du personnel des Commissions des finances ; et l'assistance à l'Assemblée nationale dans sa mission de contrôle des finances publiques par la mise à disposition des experts pluridisciplinaires.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)
30/11/18

Publié dans Invité
Écrit par
En savoir plus...

Culture

Conférence de presse internationale en prélude à la 26ème édition et du cinquantenaire du FESPACO, à Bruxelles (Belgique…

Conférence de presse internationale en prélude à la 26ème édition et du cinquantenaire du FESPACO, à Bruxelles (Belgique) : Bientôt une statue de Oumarou Ganda, 1er cinéastre à avoir reçu l'étalon de Yénnega, à Ouagadougou en 1972

En prélude à la 26ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) prévue du 23 février au 2 mars 2019 à Ouagadougou, au Burkina Faso, une conférence de presse internationale a été organisée au siège des pays ACP, (Afrique-Caraïbes- Pacifique), à Bruxelles. Il s'agissait, à travers cette conférence de presse, d'édifier les professionnels du cinéma, les hommes de médias et les participants sur le...

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Mendicité à Niamey :Un phénomène qui prend de l'am…

Mendicité à Niamey :Un phénomène qui prend de l'ampleur

Pas un carrefour ou une grande place publique de Niamey qui ne soit aujourd'hui envahi par...

vendredi 18 janvier 2019

La Fédération Nigérienne des Personnes Handicapées…

La Fédération Nigérienne des Personnes Handicapées face à la problématique

La mendicité est traditionnellement reconnue aux personnes vivant avec un handicap, qui ne...

vendredi 18 janvier 2019

"La responsabilité est partagée entre l'Etat …

"La responsabilité est partagée entre l'Etat et la société" selon le sociologue Sani Yahaya Djanjouna

Le concept de la mendicité peut être défini selon le socio-anthropologue Sani Yahaya Djanj...

vendredi 18 janvier 2019

L'air du temps

Gare aux vandales !

Gare aux vandales !

      Trop, c'est trop !... A partir du début du mois de février 2019, d...

vendredi 18 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.