Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Invité


Ministre-Marth-6Le 1er octobre prochain, les élèves des écoles primaires vont reprendre le chemin de l'école. Cette rentrée scolaire 2018-2019 s'annonce sous des auspices des réformes initiées par les Autorités de la 7ème République. Le ministre de l'Enseignement primaire, de l'Alphabétisation, de la Promotion des langues nationales et de l'Education Civique, M. Douada Mamadou Marthé, a apporté des précisions sur ces réformes.
Monsieur le ministre, la rentrée scolaire 2018-2019 c'est dans quelques jours. Peut-on savoir les dispositions prises, sur le plan national, par votre Ministère pour une bonne rentrée scolaire?

Des dispositions sont prises, d'abord par l'envoi des fournitures scolaires au niveau de toutes les régions. Nous avons aussi procédé aux affectations inter-régionales des enseignants. Nous avons également pris d'autres décisions pour que des nouvelles inspections soient créées, c'est une centaine d'inspections qui ont été créées, dans le cadre du transfert des compétences et de la décentralisation, où il a été prévu une inspection par commune, en respectant les dispositions qui exigent un minimum de trente (30) écoles et entre 50 à 60 enseignants, pour créer une inspection. Ainsi, c'est pour dire que nous sommes à pied d'œuvre pour que la rentrée scolaire se fasse sans difficultés. Dans ce cadre, j'ai rencontré, ici à Niamey tous les Directeurs régionaux de l'éducation, auxquels j'ai confié un certain nombre de tâches à exécuter avant la rentrée. Nous avons aussi envoyé des missions mixtes, composées des agents du Ministère de l'Enseignement primaire, des associations actives dans le secteur de l'Education, des syndicats, dans toutes les régions du Niger. J'ai aussi personnellement rencontré tout ce beau monde pour lui dire comment la rentrée va se faire. Je puis vous assurer qu'actuellement tous les maires ont la liste exacte des écoles qui sont sous leurs responsabilités. Tous les inspecteurs ont aussi la même liste, ils ont aussi la liste de tous les enseignants contractuels, qu'ils ont trouvés. Donc la première des choses, il faut un contact imminent et immédiat entre les maires et les inspecteurs pour mettre en place un cadre harmonieux de travail. Ainsi, j'ai demandé et je le réitère ici à l'endroit de tous les inspecteurs de l'éducation qu'ils prennent attache avec les maires pour se comprendre et pour voir comment leurs relations, leur travail et particulièrement comment cette rentrée scolaire se feront avec beaucoup plus d'harmonie.

En janvier dernier, le gouvernement a adopté en Conseil des ministres le décret portant adoption du Plan de transfert de compétences et des ressources de l'Etat aux communes et aux régions pour la période 2018-2021, dans certains secteurs prioritaires dont celui de l'Education. Qu'est ce qui justifie cette décision et où en sommes-nous par rapport à son application ?

Le transfert de compétences et des ressources de l'Etat aux communes et aux régions est l'expression d'une volonté politique forte des Autorités de la République dans le cadre de la décentralisation et c'est pour nous une excellente chose qui permettra de partager nos responsabilités avec les communes, qui sont, en réalité, les structures les plus proches de l'école. Si par exemple, au niveau d'une commune, si tant est que c'est le Ministère qui va constater la présence ou l'absence d'un enseignant ou de celles d'un élève ou encore s'il s'agit de la construction d'une école ou d'une classe, nous ne pouvons que faire des hypothèses de travail. Parfois nos structures qui vont sur le terrain n'ont pas la maîtrise totale de tous ces aspects. Or, un maire, en tant qu'élu local, a toutes les compétences pour mieux connaître et maîtriser ces questions. C'est donc une sorte de partage des responsabilités entre les maires et l'administration, de façon qu'il y ait un bon fonctionnement et suivi de notre système éducatif. Nous avons près de 19.000 écoles au Niger, à partir de cet instant, il nous faut donc une administration de proximité pour que notre système éducatif redémarre. Par rapport à l'aspect du Plan de transfert de compétences et des ressources de l'Etat aux communes et aux régions, la question qui va immédiatement se poser est celle de la signature des contrats. Tous les enseignants contractuels qui sont dans notre système éducatif, à partir du 1er octobre 2018, vont signer des nouveaux contrats. Contrats qui les rattachent à la Mairie. Donc nous leur demandons urgemment de prendre attache avec les maires pour qu'ils signent ces nouveaux contrats, non pas sur le champ, car le processus peut prendre deux à trois mois. A cet effet, un planning sera fait entre les inspecteurs et les maires, c'est un dispositif interne, pour programmer et savoir pour telle école ce sera à telle date, etc. donc des nouveaux contrats seront signés en 4 exemplaires. Un pour l'enseignant, un destiné à l'inspection, un pour la Mairie et enfin un pour le Ministère. Dans tous les cas même en situation normale c'est cette procédure qui est appliquée. Cependant, il y a le cas des enseignants titulaires, ces derniers ne signent pas de contrats. Ils sont concernés par un acte du préfet du département où se trouve la commune, qui, par décision désigne que tels et tels enseignants sont mis à la disposition de telle commune. Par exemple, le préfet de Kollo, peut dire, les 20 enseignants qui figurent sur cet acte ou sur la décision exerça à N'Dounga sont mis à la disposition de la commune de N'Dounga. Seul lui peut le faire maintenant, il revient au maire, à partir de cet instant, de procéder à l'affectation de ces enseignants titulaires. La même chose pour les agents contractuels, tous les actes administratifs que les préfets ont signés avant, que ce soit les affectations, les nominations des directeurs, tout cela devient caduque. Donc il faut maintenant que le maire prenne un acte, même si c'est pour confirmer un enseignant à son poste. Il faut un nouvel acte, par exemple, pour dire qu'un tel enseignant qui était à N'Dounga est encore confirmé à N'Dounga et changer de commune s'il est affecté ailleurs. Quoi qu'il en soit, même pour un directeur il faut ce nouvel acte. Donc même pour les titulaires il faut des nouveaux actes. Ainsi, aussi bien pour les enseignants contractuels que pour les titulaires il faut des nouveaux actes pour les nommer ou pour les affecter. C'est donc désormais les maires qui font les affectations ou les confirmations, c'est aussi eux qui nomment les directeurs d'écoles même si c'est pour confirmer et c'est eux aussi qui vont créer les écoles. Le décret 2000-457/PRN/MEP du 8 décembre 2000, stipule les conditions de la création d'une école. Après la création de l'école, le maire nous fait, avec l'inspecteur le compte rendu. Les maires, les inspecteurs et les directeurs font donc le recrutement, les affectations, la construction de classes, les transports et la gestion des fournitures. Mais le maire n'a le pouvoir d'affectation qu'au niveau de sa commune, donc il ne peut pas affecter un enseignant d'une commune à une autre. Par contre, le préfet lui, peut mettre des enseignants à disposition d'une commune à une autre. Le Gouverneur peut lui, à son tour, mettre à disposition des enseignants d'un département à un autre, c'est que le préfet et le maire ne peuvent pas faire.

Monsieur le ministre, pensez-vous que nos communes et nos régions ont les moyens pour réussir ce transfert de compétences, surtout quand on sait que certaines communes ne sont pas viables ?

Ce n'est pas une question de viabilité seulement. Car en fait, la commune n'a pas en tant que telle la responsabilité, par exemple, de faire un financement pour l'instant de grande envergure. Il y a des compétences précises qui leur sont reconnues et définies. Il y a des textes qui explicitent ce que le maire doit faire. Par exemple, la construction, l'équipement et l'entretien des infrastructures scolaires; l'acquisition et la gestion de fournitures, l'élaboration de la carte scolaire ainsi que le recrutement et la gestion de contractuels. En vérité, on restera dans le même schéma que nous avons actuellement, à la seule différence qu'il y a des points précis où les maires doivent agir. Par exemple, concernant la construction des classes. Ce n'est pas qu'ils vont construire ces classes mais c'est à eux de faire la passation des marchés, or à l'état actuel des choses, c'est le Gouverneur qui signe les marchés au niveau local ou régional. Donc au lieu que le Gouverneur signe le contrat de la construction d'une classe, c'est maintenant au maire de le faire. Et le paiement ne se fera pas par le budget de la commune, mais par l'agent spécial donc le responsable financier au niveau du département. Donc on ne donnera pas les biens de l'Etat aux communes, en tant que tel mais plutôt on donnera la responsabilité d'attribution des marchés aux maires et les paiements se feront par les responsables financiers départementaux. Concernant les salaires des enseignants titulaires et des contractuels, à l'état actuel des choses, les états de paiement sont signés par les inspecteurs et les préfets. A partir de décembre 2018 ou janvier 2019, certes les inspecteurs garderont leur signature, au lieu que les préfets signent c'est aux maires d'apposer leurs signature sur ces états de paiement et ce paiement se fera toujours au niveau des départements. Si on continuait de payer par billetage, il y aura à termes des problèmes. C'est donc pour qu'il n'y ait pas de confusion que nous allons demander à tous les enseignants du Niger, titulaires comme contractuels, d'ouvrir un compte. Ainsi, automatiquement, de la même manière que moi fonctionnaire je suis payé à travers mon compte bancaire, l'enseignant, contractuel ou titulaire, quelle que soit sa localité, le sera aussi par l'entremise d'une banque...

...Et dans les localités où les banques n'existent pas ?
A ce niveau c'est des mutuelles qui s'en chargent. Par exemple, à un certain moment nombreux sont les contractuels qui étaient à Asusu, maintenant nous sommes en train de négocier avec Al-Izza et Nita qui sont des agences de transfert d'argent, et qui sont beaucoup plus déconcentrées et implantées un peu partout sur notre vaste territoire, pour que ces enseignants puissent, à travers ces mutuelles et ces structures, accéder à leurs salaires et pécules et que la répartition se fasse sans accroc. Surtout qu'il y a la question de la gestion de temps scolaire. Certains enseignants, pour chercher leurs salaires prennent jusqu'à 15 jours. Souvent ils arrivent à l'endroit où ils doivent percevoir les salaires et on leur dit qu'il n'y pas de disponibilité financière. Ce qui prolonge la durée d'attente. C'est aussi pour éviter ces genres de désagrément que nous avons pris des mesures, pour qu'au même moment que le paiement des fonctionnaires se fait dans les banques, qu'aussi ces enseignants, contractuels et titulaires soient payés par ces
mutuelles et ces agences de transfert d'argent.

L'année scolaire 2017-2018 a été caractérisée notamment par un important redéploiement des enseignants contractuels hors de Niamey. Redéploiement qui continue d'ailleurs et qui fait beaucoup parler de lui. Où en est-on sur cette question ?
Ces redéploiements entrent dans le cadre d'une gestion rationnelle du personnel. On s'est retrouvé, dans les centres villes avec beaucoup d'enseignants, certaines classes enregistrent des surplus d'enseignants alors que dans certaines localités vous avez des écoles qui n'ont pas suffisamment de maîtres. A Niamey par exemple, nous avons enregistré 3.800 enseignants en surnombre. Des régions comme Tillabéry, Tahoua et Dosso avaient un besoin. Nous avons aussi constaté qu'à Niamey il y avait plus de femmes en surnombre et surtout elles ne tenaient pas de classes. Nous avons donc décidé de les redéployer, en attendent que nous réfléchissions et trouvions une solution. Nous avons donc affecté environ un millier de ces contractuels hommes comme femmes. Ils ont été principalement redéployés à Dosso, Tillabéry et Tahoua. Au cours de ces vacances, nous avons fait le point. Pour essayer de rapprocher les épouses de leurs maris et de leurs enfants. Nous avons donc essayé de faire une réorganisation au niveau de Niamey. Ainsi, 126 secteurs pédagogiques ont été créés qui seront dirigés par des Conseillers pédagogiques et des inspecteurs faisant fonction. A ces secteurs pédagogiques nous allons envoyer 2 à 3 anciens enseignants ayant des numéros matricules tournant entre 50 à 60.000, car on pense qu'ils sont les plus expérimentés. Nous allons leur apporter une formation en encadrement et c'est eux qui vont servir d'encadreurs des nouveaux enseignants qui seraient sur le terrain, particulièrement à Niamey. Avec ce processus, nous allons créer un besoin à Niamey. Si nous arrivons à créer un besoin de 200 voire 300 postes, nous allons ramener certaines femmes mariées à Niamey. Les autres, nous allons là aussi fait le point pour essayer de ramener certaines dans la périphérie de Niamey. Au niveau de cette périphérie, nous avons créé l'inspection de Liboré, N'Dounga, Bitinkodji, Kollo, Karma et Hamdallaye. Nous avons affecté quelques 400 enseignants à affecter au niveau de cette périphérie et cela juste pour faire venir les femmes mariées redéployées à Tahoua, Dosso et Tillabéry. C'est pour dire, qu'en tous cas, nous sommes en train de prendre toutes les mesures nécessaires pour ramener ces femmes auprès de leurs enfants et de leurs époux.

Réalisée par par Mahamadou Diallo

Publié dans Invité
Écrit par
En savoir plus...

Culture

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

Culture : Le Musée national Boubou Hama réceptionne le pavillon rénové du pétrole

Culture : Le Musée national Boubou Hama réceptionne le pavillon rénové du pétrole

      La cérémonie de réception du Pavillon du musée national Boubou Hama dédié à l'exploitation du pétrole au Niger a eu lieu, le samedi 6 octobre dernier, dans l'enceinte de l'établissement. Cette cérémonie s'est déroulée en présence du Ministre du Pétrole, M. Foumakoye Gado, de l'Ambassadeur de la Chine au Niger SE Zhang Lijun, du Secrétaire général du Ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modern...

Projection de la série ''Femme actuelle'' de Boubacar Djingarey Maiga : Une série de treize épisodes présentée au public

Projection de la série ''Femme actuelle'' de Boubacar Djingarey Maiga : Une série de treize épisodes présentée au public

Deux ans après son film "dans le noir", Boubacar Djingarey Maiga nous revient avec une série de treize épisodes de treize minutes (13) chacun, tirée du réel des téléspectateurs. Intitulé ''femme actuelle'', le film à travers ces différentes séries montre le quotidien de certaines familles nigériennes. Il aborde des thèmes importants comme l'amour, la polygamie, la haine...Les principaux personnages sont Moussa, Idrissa, Aicha, Mina et M...

Agadez : Première réunion préparatoire de la cure salée édition 2018

Agadez : Première réunion préparatoire de la cure salée édition 2018

Le gouverneur de la région d'Agadez M. Sadou Saloké a présidé la première réunion préparatoire de la cure salée édition 2018. Au cours de cette réunion qui s'est tenue en présence de l'honorable Sultan de l'Aïr, du président du Conseil régional, et de plusieurs acteurs concernés par l'organisation du grand rassemblement des éleveurs, M. Sadou Saloké a invité les présidents des différentes commissions mises en place à tout faire pour que...

Niamey/Cinéma/projection du film espagnol La Novia ou la mariée : Promouvoir les échanges culturels entre l'Espagne et l…

Niamey/Cinéma/projection du film espagnol La Novia ou la mariée : Promouvoir les échanges culturels entre l'Espagne et le Niger

L'Ambassade du Royaume d'Espagne au Niger en collaboration avec l'Association Nigérienne des ciné-clubs et critiques de cinéma a initié la projection du film espagnol "La Novia ou la mariée". La projection s'est déroulée vendredi 24 Août 2018 dans l'après-midi au siège de ladite association, dans l'enceinte de la Radio Goudel. C'était en présence de l'Ambassadeur d'Espagne au Niger SE Ricardo Mor Solá et de ses proches collaborateurs ai...

Musique Tal National marque sa rentrée par un grand concert

Musique Tal National marque sa rentrée par un grand concert

Pour relancer ses projets culturels et attaquer une nouvelle phase de sa carrière, l'orchestre Tal National a effectué, la semaine dernière, sa rentrée par un concert à la cité Tafadek. Le but de cette activité est de présenter au public les progrès du groupe Tal, notamment son nouvel album dans le back et des nouveaux matériels de sonorisation.Pour le Directeur artistique de Tal National Mouhamad Almoumine Youssouf, alias Almayda, la r...

Le Groupe de rap ONEENS (On Est Ensemble) : Rocksim et Frédozo, un duo qui porte loin la voix du Niger dans le showbiz i…

Le Groupe de rap ONEENS (On Est Ensemble) : Rocksim et Frédozo, un duo qui porte loin la voix du Niger dans le showbiz international

Connu à l'origine pour son style exclusivement inspiré par le Rap et le Hip Hop, le groupe ONEENS s'impose aujourd'hui dans les rythmes RnB, musique urbaine originaires des Etats-Unis dont raffole la jeunesse nigérienne et internationale. Après la sortie réussie de leur chanson « Together » en septembre dernier, le duo Gélé Karim Rock alias Rocksim et Frederik Bali Komenati alias Frédozo revient avec un titre positivement accueilli par ...

Interview de Amadou Ousmane, auteur du livre '' Propos d'Arbi'' : ''Changeons les habitudes pour changer de comportement…

Interview de Amadou Ousmane, auteur du livre '' Propos d'Arbi'' : ''Changeons les habitudes pour changer de comportement''

Monsieur Ousmane, vous venez de publier votre énième livre. Et vous l'avez titré : ''Propos Arbi''... du nom d'une rubrique bien connue publiée dans les colonnes du quotidien national ''Le Sahel'' dans les années '80. Ceux de nos lecteurs qui n'ont peut- être pas connu cette période-là voudraient bien savoir que contient cet ouvrage, et qui est Arbi ?Commençons par Arbi...Arbi est un personnage fictif, un citoyen lambda qui s'était donn...

Festival des continents : Une participation remarquée du Niger

Festival des continents : Une participation remarquée du Niger

L'ambassadeur, délégué permanent du Niger auprès de l'Unesco, SE Inoussa Ousseini a représenté notre pays, aux cérémonies du Festival des Continents, organisées du 5 au 9 juillet au Fort de Querqueville, Cherbourg-en Cotentin, dans le nord de la France.Ce festival, dont c'est la première édition, fondé par Monsieur Boubekeur Khelfaoui, a été placé sous la présidence de Monsieur Oumar Keita, ambassadeur, délégué permanent du Mali auprès ...

Niamey/Culture - Concours Miss Littérature Niger 2018 : Mlle Ali Firdaoussi du clab remporte le concours

Niamey/Culture - Concours Miss Littérature Niger 2018 : Mlle Ali Firdaoussi du clab remporte le concours

Le samedi 19 mai dernier a eu lieu, la finale de la première édition, du concours « Miss Littérature Niger 2018 » au Centre Culturel Oumarou Ganda, dans la salle de conférence du Centre des Réseaux de Bibliothèques et de la Lecture Publique. C'est Mlle Ali Firdaoussi, élève en classe de 2nde A au lycée CLAB qui remporté le concours avec une note générale de 19,5/20 et s'adjuge ainsi le titre de Miss Littérature Niger 2018. Mlle Mahamane...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances…

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances de la Cure salée

Dans le langage des routiers nigériens, l'expression ''éviter les nids de poule'' est bien...

vendredi 26 octobre 2018

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdu…

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdure encore !

7 heures le matin au quartier Aghafey de Ingall. Les visiteurs sont curieux d'assister à u...

vendredi 26 octobre 2018

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure Salée ne se limite pas seulement à la jouissance culturelle des communautés nomade...

vendredi 26 octobre 2018

L'air du temps

Grosse arnaque à Niamey

Grosse arnaque à Niamey

Des centaines de millions envolées dans la nature dans le ciel gris de Niamey, plusieurs c...

vendredi 16 novembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.