Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Invité


inviteM. le Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger, comment peut-on présenter EUCAP Sahel Niger, autrement dit quelle est la genèse de la mission ?
L'Union Européenne a adopté une stratégie pour le Sahel en 2011, axée sur la sécurité et le développement. Cette stratégie a été discutée par les Etats de la région et sur la base de cela, une mission a été lancée en 2012 dans le cadre de la politique sécurité-défense commune de l'Union Européenne. Dans le cadre de cette politique, qui a quelques axes prioritaires et dans le cadre de cette stratégie, 4 domaines sont ciblés, à savoir la lutte contre le terrorisme, la lutte contre le crime organisé transnational, la favorisation des activités pour les jeunes dans la région afin de lutter contre la radicalisation, et à partir de 2015, la problématique de la migration irrégulière et les crimes associés. C'est dans ce cadre que la mission a été lancée en 2012, avec un mandat non-exécutif, pour assister les autorités à mettre en place une approche intégrée, cohérente, qui respecte les droits de l'homme et qui permettra de lutter contre le terrorisme et le crime organisé.
C'est essentiellement dans ces deux domaines que la mission veut assister et aider ses partenaires nigériens.

Quelle est la contribution d'EUCAP Sahel Niger dans la formation et le soutien aux Forces de Défense et de Sécurité ?
La formation est effectivement l'un des 3 piliers que sont le conseil, la formation et les projets, donc l'équipement. Dans les domaines de la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et la lutte contre la migration irrégulière, 12.000 personnes, qui viennent surtout de la Police Nationale, de la Gendarmerie Nationale et de la Garde Nationale, ont été formées. On a aussi des activités avec les ministères de tutelle, avec par exemple l'Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes et avec les magistrats, parce qu'un de nos objectifs est de renforcer la chaine pénale. On forme donc les officiers de police judiciaire mais aussi les magistrats. On travaille aussi avec la société civile, plus particulièrement dans le rapprochement des forces de l'ordre auprès de la population, domaine où la société civile est très importante. On les forme surtout dans les techniques d'investigations, la collecte de renseignements, les faux documents, la gestion des frontières, les droits de l'homme, la drogue, le trafic des armes et la gestion des crises. On a aussi formé la Police Technique Scientifique

Quels sont les principaux défis à relever pour promouvoir la paix et quelle place tient EUCAP Sahel Niger dans ce combat ?
La sécurité et la paix passent surtout par la stabilité et la sécurité humaine. On rappelle cette sécurité humaine parce qu'elle inclut une stabilité, non seulement économique, mais aussi politique,sociale et sécuritaire. C'est en fait le rôle des autorités, de créer les conditions dans lesquelles les hommes, les femmes et les jeunes peuvent se développer, avoir accès aux services sociaux de base et à l'éducation. Il est important de n'avoir ni peur, ni faim,pour arriver à une paix durable. Si les autorités peuvent garantir un système sécuritaire et judiciaire qui donne des garanties aux citoyens pour un traitement équitable, là ça sera déjà pas mal. C'est pour ça qu'en plus des formations techniques, on accorde aussi beaucoup d'attention à tout ce qui est droit de l'homme, donc le respect des citoyens.On dit toujours « servir et protéger », donc les forces de l'ordre doivent se dire qu'elles sont là pour la population.

Comment comptez-vous procéder pour pérenniser le travail accompli?
En effet, une de nos priorités est la durabilité des actions. La mission en tant que telle, n'est pas une mission permanente.Pour garantir la durabilité des actions menées, nous formons des formateurs. Actuellement, dans certains domaines c'est le formateur nigérien qui donne cours. C'est le cas de la police technique scientifique où les formateurs qui sont formés donnent des cours. Premièrement, c'est de pérenniser les activités par les formateurs nigériens, ensuite, il faut créer des textes légaux et des structures pérennes, et enfin il faut investir dans un système informatisé de ressources humaines qui permettra de mieux gérer les hommes et leurs matériels.Entre autres actions allant dans ce sens, il y'a eu l'adoption de la Stratégie de Sécurité Intérieure, la mise en place des structures des centres régionaux, et l'Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes. On travaille maintenant pour mettre en place une plateforme qui permettra aux forces de sécurité et à la société civile, de se rencontrer et d'échanger.

Ces formations sont-elles destinées uniquement au Niger ?
La structure du G5 Sahel a été mise en place pas seulement au niveau sécuritaire, mais aussi au niveau du développement, de la gouvernance, des infrastructures, et au niveau d'autres relais de sécurité. Avec la création de la force conjointe du G5 Sahel, nous explorons avec les autorités concernées, la possibilité d'avoir une composante Police dedans.
Elle permettra une judiciarisation des opérations militaires afin d'éviter que des présumés malfrats ou même terroristes, ne soient relâchés par après par un juge pour manque de preuves. Nous comprenons bien sûr que les militaires doivent jouer leur rôle et conduire leurs opérations, de même que les magistrats doivent garantir les droits de l'homme dans toutes ces opérations.Il ne faut pas oublier que les actions militaires sont menées contre un ennemi qui n'est pas clairement identifié, et qui est souvent tapis parmi la population. C'est pourquoi nous pensons qu'il faut faire très attention à la manière de gérer ces opérations.

Remarquez-vous des progrès dans vos domaines d'intervention depuis l'installation de EUCAP SAHEL Niger ?
Effectivement, il y'a des progrès qui ont été faits, à commencer par le comité technique de pilotage qui renforce la structure de collaboration avec les autorités nigériennes.
On constate aussi des avancées conséquentes dans des domaines d'intérêts communs. J'ai déjà cité la Police Technique Scientifique (la PTS) et l'accélération des centres opérationnels régionaux pour gérer les incidents et les crises. Dans le domaine de la lutte contre la drogue, les résultats sont visibles. Par exemple il y'a un mois de cela, nous avons assisté à la saisie de presque 3 tonnes de résine de cannabis, saisie qui fait suite à l'aboutissement d'une enquête bien gérée par la Police. On peut aussi citer le service central de lutte contre le terrorisme qui était très jeune à notre arrivée. Aujourd'hui, c'est un service développé et performant. Vous voyez bien qu'il y'a des progrès visibles qui sont là.

Quels sont les perspectives pour la mission qui, je crois, est à son deuxième mandat?
On est dans le 3ème mandat qui prendra fin ce 15 juillet. On aura un autre mandat de 2 ans car les autorités nigériennes ont déjà donné leur accord et c'est en discussion au niveau de l'Union Européenne pour approbation. L'une des priorités pour nous, c'est d'aller vers le mentorat et les services commandés. Nous irons plus sur le terrain avec nos collègues nigériens pour voir leur fonctionnement et faire un coaching, toujours avec l'accord bien sûr des chefs de services. La durabilité des actions menées est aussi une de nos priorités. On a déjà atteint la 1ère phase de la mission qui consiste à l'atteinte d'une capacité optimale des formations et des conseils. La 2ème phase quant à elle, c'est d'aller vers une situation de transition et de remettre les activités à notre partenaire. Et la dernière phase elle, consiste à la phase de sortie. Notre mandat pour l'instant c'est le Niger. Si on nous donne des activités sous régionales, ça ne peut pas être au détriment de celles du Niger. Tout ce qu'on a fait jusqu'à présent, c'est de renforcer les capacités de nos partenaires. C'est le cœur même de notre mandat.

Votre mot de la fin ?
C'est vraiment un mot de soutien et d'encouragement pour le peuple nigérien. C'est aussi un mot de respect, le respect pour vous, pour votre fierté, pour votre volonté de s'attaquer aux problèmes et surtout de progresser ensemble. Comme vous le dites si bien au Niger, on est ensemble.

Par Souleymane yahaya

20/07/18

Publié dans Invité
Écrit par
En savoir plus...

Culture

Projection de la série ''Femme actuelle'' de Boubacar Djingarey Maiga : Une série de treize épisodes présentée au public

Projection de la série ''Femme actuelle'' de Boubacar Djingarey Maiga : Une série de treize épisodes présentée au public

Deux ans après son film "dans le noir", Boubacar Djingarey Maiga nous revient avec une série de treize épisodes de treize minutes (13) chacun, tirée du réel des téléspectateurs. Intitulé ''femme actuelle'', le film à travers ces différentes séries montre le quotidien de certaines familles nigériennes. Il aborde des thèmes importants comme l'amour, la polygamie, la haine...Les principaux personnages sont Moussa, Idrissa, Aicha, Mina et M...

Agadez : Première réunion préparatoire de la cure salée édition 2018

Agadez : Première réunion préparatoire de la cure salée édition 2018

Le gouverneur de la région d'Agadez M. Sadou Saloké a présidé la première réunion préparatoire de la cure salée édition 2018. Au cours de cette réunion qui s'est tenue en présence de l'honorable Sultan de l'Aïr, du président du Conseil régional, et de plusieurs acteurs concernés par l'organisation du grand rassemblement des éleveurs, M. Sadou Saloké a invité les présidents des différentes commissions mises en place à tout faire pour que...

Niamey/Cinéma/projection du film espagnol La Novia ou la mariée : Promouvoir les échanges culturels entre l'Espagne et l…

Niamey/Cinéma/projection du film espagnol La Novia ou la mariée : Promouvoir les échanges culturels entre l'Espagne et le Niger

L'Ambassade du Royaume d'Espagne au Niger en collaboration avec l'Association Nigérienne des ciné-clubs et critiques de cinéma a initié la projection du film espagnol "La Novia ou la mariée". La projection s'est déroulée vendredi 24 Août 2018 dans l'après-midi au siège de ladite association, dans l'enceinte de la Radio Goudel. C'était en présence de l'Ambassadeur d'Espagne au Niger SE Ricardo Mor Solá et de ses proches collaborateurs ai...

Musique Tal National marque sa rentrée par un grand concert

Musique Tal National marque sa rentrée par un grand concert

Pour relancer ses projets culturels et attaquer une nouvelle phase de sa carrière, l'orchestre Tal National a effectué, la semaine dernière, sa rentrée par un concert à la cité Tafadek. Le but de cette activité est de présenter au public les progrès du groupe Tal, notamment son nouvel album dans le back et des nouveaux matériels de sonorisation.Pour le Directeur artistique de Tal National Mouhamad Almoumine Youssouf, alias Almayda, la r...

Le Groupe de rap ONEENS (On Est Ensemble) : Rocksim et Frédozo, un duo qui porte loin la voix du Niger dans le showbiz i…

Le Groupe de rap ONEENS (On Est Ensemble) : Rocksim et Frédozo, un duo qui porte loin la voix du Niger dans le showbiz international

Connu à l'origine pour son style exclusivement inspiré par le Rap et le Hip Hop, le groupe ONEENS s'impose aujourd'hui dans les rythmes RnB, musique urbaine originaires des Etats-Unis dont raffole la jeunesse nigérienne et internationale. Après la sortie réussie de leur chanson « Together » en septembre dernier, le duo Gélé Karim Rock alias Rocksim et Frederik Bali Komenati alias Frédozo revient avec un titre positivement accueilli par ...

Interview de Amadou Ousmane, auteur du livre '' Propos d'Arbi'' : ''Changeons les habitudes pour changer de comportement…

Interview de Amadou Ousmane, auteur du livre '' Propos d'Arbi'' : ''Changeons les habitudes pour changer de comportement''

Monsieur Ousmane, vous venez de publier votre énième livre. Et vous l'avez titré : ''Propos Arbi''... du nom d'une rubrique bien connue publiée dans les colonnes du quotidien national ''Le Sahel'' dans les années '80. Ceux de nos lecteurs qui n'ont peut- être pas connu cette période-là voudraient bien savoir que contient cet ouvrage, et qui est Arbi ?Commençons par Arbi...Arbi est un personnage fictif, un citoyen lambda qui s'était donn...

Festival des continents : Une participation remarquée du Niger

Festival des continents : Une participation remarquée du Niger

L'ambassadeur, délégué permanent du Niger auprès de l'Unesco, SE Inoussa Ousseini a représenté notre pays, aux cérémonies du Festival des Continents, organisées du 5 au 9 juillet au Fort de Querqueville, Cherbourg-en Cotentin, dans le nord de la France.Ce festival, dont c'est la première édition, fondé par Monsieur Boubekeur Khelfaoui, a été placé sous la présidence de Monsieur Oumar Keita, ambassadeur, délégué permanent du Mali auprès ...

Niamey/Culture - Concours Miss Littérature Niger 2018 : Mlle Ali Firdaoussi du clab remporte le concours

Niamey/Culture - Concours Miss Littérature Niger 2018 : Mlle Ali Firdaoussi du clab remporte le concours

Le samedi 19 mai dernier a eu lieu, la finale de la première édition, du concours « Miss Littérature Niger 2018 » au Centre Culturel Oumarou Ganda, dans la salle de conférence du Centre des Réseaux de Bibliothèques et de la Lecture Publique. C'est Mlle Ali Firdaoussi, élève en classe de 2nde A au lycée CLAB qui remporté le concours avec une note générale de 19,5/20 et s'adjuge ainsi le titre de Miss Littérature Niger 2018. Mlle Mahamane...

Culture/ Le tissu pagne africain : Objet et support de belles créations

Culture/ Le tissu pagne africain : Objet et support de belles créations

Le pagne africain est le vêtement le plus usité par les femmes en Afrique, c'est une tradition vivace, d'environ un siècle; il fait parler de lui en mode. Le tissu pagne marque encore plus sa présence à travers des accessoires de mode tels que les bracelets, les chaines, les boucles d'oreilles, les sacs, les chaussures, les serres têtes, les trousseaux de maquillage...Cette mode est beaucoup prisée par les femmes, certains artistes y ex...

Le Monument de la Renaissance Africaine, à Dakar (Sénégal) : Un ouvrage pour la "dignité" du Continent ?

Le Monument de la Renaissance Africaine, à Dakar (Sénégal) : Un ouvrage pour la "dignité" du Continent ?

Le Monument de la Renaissance Africaine est l'un des grands projets du président Abdoulaye Wade. C'est une statue de 52 mètres de haut en bronze et cuivre, érigée à Ouakam sur une des collines volcaniques, les « mamelles », qui surplombent Dakar sur la pointe de l'Océan Atlantique. Inauguré le 3 avril 2010, à la veille du cinquantenaire de l'indépendance du Sénégal, l'ouvrage représente une famille dressée vers le ciel, l'homme portant ...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electric…

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electricité (NIGELEC) : Boukari Kané, une figure marquante de la NIGELEC

Il est incontestablement celui qui a posé les jalons de la Société Nigérienne de l'Electri...

lundi 10 septembre 2018

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 mi…

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 milliards FCFA injectés pour améliorer et étendre la fourniture d'électricité

Créée en septembre 1968, la Société Nigérienne d'Électricité (NIGELEC) succède à la Saféle...

lundi 10 septembre 2018

Diner de gala de la Nigelec : La société honore se…

Diner de gala de la Nigelec : La société honore ses anciens dirigeants, ses meilleurs agents et clients

A l'occasion de son cinquantième anniversaire, la Société Nigérienne d'Electricité (Nigele...

lundi 10 septembre 2018

L'air du temps

Tous à la ceinture et au casque !

Tous à la ceinture et au casque !

C'est désormais officiel et c'est d'une grande rigueur : à partir du 1er octobre prochain,...

vendredi 14 septembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.