Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Editos


DG onep«J'ai l'impression qu'il y a une insouciance et une indifférence des responsables locaux, cette insouciance et cette indifférence sont incompréhensibles. J'ai appris qu'hier, nuitamment, des travaux de nettoyage ont été effectués, parce que les autorités locales ont été informées de la présente visite. Je dois leur dire que ce n'est pas le Président de la République qu'il faut servir, ce sont les populations de Niamey qu'il faut servir. Les autorités locales ne sont pas au service du Président de la République, elles sont au service des citoyens de Niamey. Et pour cela, il faut nettoyer la ville de manière permanente, chaque jour».
C'est le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, en personne, excédé et révolté par ce qu'il a vu, lors de sa visite vendredi dernier, à Niamey, qui a prononcé ces mots dans une colère à peine contenue. Il était en colère à juste titre, car, trop c'est trop. Ne nous voilons pas la face, les gens, en l'occurrence nos services municipaux, ne travaillent pas ! À la limite, on peut même penser que certains jouent à saboter les investissements colossaux consentis par l'Etat pour donner à la capitale l'image digne d'une cité vitrine.
En s'arcboutant tout le temps derrière l'éternel manque de moyens, en n'ayant aucune initiative, certains responsables de la capitale, à l'image du comportement de certains de leurs administrés sont responsables de l'état de déliquescence de notre capitale.
Une capitale pourrie, sale, mal entretenue et délaissée, pendant que l'Etat, sous la houlette du Président de la République, investi, des centaines de milliards de FCFA pour rendre la ville de Niamey plus coquette et digne d'un pays renaissant.
«Aujourd'hui, la ville de Niamey étouffe sous les déchets (voir nos reportages photos réalisés hier matin). Il y a des ordures un peu partout, des caniveaux bouchés, ce qui provoque un mauvais drainage des eaux de pluies, des inondations avec effondrement des maisons, des pertes en vies humaines», a indiqué le Président Issoufou. «Depuis 2012, il y a eu près de 30 victimes liées aux inondations. Cela n'est pas acceptable ».
Cela est inacceptable et il faut que ça change. Ce genre de visites doit être permanent et une synergie d'actions s'impose entre les trois Ministères concernés, le Programme Niamey Nyala et les municipalités de Niamey.
Insouciance, indifférence, irresponsabilité et inconscience sont des termes à bannir au niveau de chaque responsable. Il en est de même du comportement incivique de certains habitants de la capitale. En appelant les citoyens de la ville de Niamey à se soucier de leur cadre de vie, le Président de la République a touché du doigt l'une des plaies béantes de la capitale, l'incivisme et la malpropreté de certains dont les comportements frisent la morale. « Nous sommes tous des croyants et il est dit que la propreté c'est 50 % de la foi. Je lance un appel aux citoyens de Niamey pour qu'ils se ressaisissent, pour qu'ils contribuent à l'assainissement de leur cadre de vie».
C'est dire que si les responsables locaux, les municipalités, les collectivités ont «d'immenses responsabilités» dans l'amélioration du cadre de vie des populations de Niamey, ces dernières doivent aussi se comporter en dignes habitants d'une ville moderne. Les déversements des eaux usées n'importe où et n'importent comment, les soulagements à l'air libre et sur la voie publique, le rejet des déchets partout, etc doivent être bannis et sanctionnés.
Pour chasser les tas d'ordures de nos villes, l'instauration d'actions d'envergure et d'autres opérations périodiques de salubrité ne sera pas de trop. Nous avons idée ici l'organisation d'opérations de salubrité publique au niveau des communes, voire des quartiers. Dans la foulée, pour créer une saine émulation, on pourrait même songer à instaurer un concours de coquetterie entre les communes, et au sein des communes, entre les quartiers.
De même, il faudra un plan de communication pour mener des campagnes de sensibilisation soutenues en direction des citoyens pour l'adoption de comportements favorables, mais également créer les conditions adéquates pour endiguer le phénomène de l'ensablement de nos routes par le pavage des accotements des voies principales.
Toujours est-il qu'aujourd'hui, «l'Etat central a donc pris ses responsabilités, il faut que les autres acteurs aussi prennent leurs responsabilités », et toutes leurs responsabilités. On ne peut faire des omelettes sans casser des œufs.
Face à la déliquescence de la situation, le Chef de l'Etat qui, quiconque le sait, n'est pas du genre à s'énerver à tout-va, est sorti de son mutisme. Aussi, doit-on s'attendre à ce que des mesures idoines soient prises pour amener les autorités municipales à comprendre l'importance de leurs responsabilités et surtout à s'acquitter convenablement des missions qui leur incombent. «J'ai demandé au ministre de l'Intérieur et à toutes les autorités concernées de me faire des propositions urgentes pour améliorer la situation au niveau de la ville de Niamey, pour mieux assainir la ville. Dans les prochains jours, dans les prochaines semaines, nous serons obligés de prendre nos responsabilités », a clairement prévenu le Président Issoufou.
A bons entendeurs....

Mahamadou Adamou( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )
17/07/17

En savoir plus...

Culture

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.