Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Culture



Troupe-WASAFA-de-ChangnassouCréée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la joie, la sympathie, la symbiose, l'harmonie dans les cœurs et les esprits des populations de Changnassou. Depuis sa création, M. Oumarou Alto dit Namadina, fait partie des responsables de ladite troupe. Agé de 57 ans aujourd'hui, Namadina, continue, malgré l'âge et les charges familiales et sociale, d'encadrer cette troupe. Il en est depuis plusieurs années, président et Directeur Artistique de la Troupe.
Comme toute entreprise, la troupe Wasafa a des objectifs, et des missions. Elle a mené plusieurs activités, et a enregistrés des succès mais aussi fiat face à des difficultés dans son parcours. Mais en dépit de ces difficultés la troupe continue d'animer se réjouit M. Oumarou Altto dit Namadina, qui a, au passage, rendu un hommage à toutes les personnes qui ont, d'une manière ou d'une autre, et à un moment, apporter leur soutien à la troupe. « Cette troupe est ancienne. Nous avons connu plusieurs générations de filles et de garçons. Aujourd'hui, encore, nous bénéficions de la confiance des parents de ces jeunes filles dans cette troupe. C'est pourquoi je me réjouis et remercie Allah pour m'avoir donné cette chance et que les choses se poursuivent sans problème », a indiqué Namadina. Le directeur artistique de la troupe Wasafa, a rappelé que l'objectif de cette troupe est de permettre au village de disposer un cadre d'épanouissement à la jeunesse.
C'est pourquoi, dans ses activités la troupe organise des animations publiques, nocturne à changnassou et dans les villages environnants. « Aussi, nous répondons à des invitations à l'occasion des grandes cérémonies, des fêtes ou autres événements dans la commune, le département ou à Tahoua chef lieu de la région » explique M. Oumarou Altto dit Namadina. A cet effet, la troupe à pris part à plusieurs éliminatoires des concours musicaux, culturels et festivals de la jeunesse. « Nous avons même participé au nom de la région aux phases finales de certains de ces événements. Nous n'avons pas remporté de prix mis en jeux mais nous nous réjouissons d'avoir plusieurs récompenses et prix d'encouragement et de participation », a indiqué le Président de la troupe WASAFA M. Oumarou Altto dit Namadina.
Les principales œuvres de la troupe sont le théâtre, la chanson, le ballet, etc. Ainsi, en partenariat avec certaines ONG qui interviennent dans la localité, la troupe est sollicitée pour produire des chants et sketchs de sensibilisation sur des thématiques diverses telles que la lutte contre la défécation à l'aire libre, la lutte contre le sida, la scolarisation de la jeune fille, les mariages précoces, la fréquentation des services de santé et bien d'autres thèmes. « Si nous continuons à exister c'est parce que nous économisons un peu dans ce que nous gagnons de ces prestations. Mais cela aussi fait rare de plus en plus. Nous sommes arrivés à un moment où les répétitions ne se font plus régulièrement. Souvent, c'est nous, les responsables, qui cotisons pour prendre en charge les répétitions. Des fois, ce sont les filles elles-mêmes qui préparent pour amener ce qu'on doit manger après les répétitions. Nous faisons tout cela parce que nous avons l'amour de la chose, nous ne voulons pas que la troupe disparaisse. Maintenant, nous profitons des mariages et baptêmes auxquels nous sommes invités pour gagner quelques choses et faire fonctionner la troupe », explique M. Oumarou Altto dit Namadina.
Aujourd'hui la troupe est composée d'une équipe dynamique et engagée à faire parler de leur localité. Il s'agit des enseignants dudit village et ceux des villages environnants qui apportent un plus dans l'encadrement des jeunes filles tous âges confondus, scolarisées et non scolarisées et celles qui sont en cours de scolarité ; des anciens artistes de la troupe et de trois instrumentalistes. En tout, c'est une vingtaine de personnes qui animent au mieux la troupe. WASAFA a encore besoin de toute personne ressource qui pense apporter un plus au maintien et au progrès de ses activités. Le Président Namadina lance d'ailleurs un appel aux autorités communales et départementales pour qu'un appui soit accordé aux troupes culturelles des villages de la commune et du département. Il plaide aussi auprès des personnalités de la localité et auprès de ceux qui ont les moyens pour qu'ils soutiennent ce genre de cadres qui contribuent à l'épanouissement de la jeunesse.
La troupe fournit des gros efforts et fait aujourd'hui la fierté de son village, de sa commune et de son département (Bagaroua). Aussi, les membres de ladite troupe déplorent qu'il n'existe pas un local dédié à la jeunesse et à la culture où les jeunes peuvent apprendre, extérioriser leur talent et s'épanouir. A cette aire de renaissance culturelle il est urgent que des politiques de détection et d'accompagnement des talents des jeunes artistes partout où ils évoluent sur le territoire national, soient mises en place. En effet, elles sont nombreuses des troupes, comme WASAFA, qui méritent l'attention des autorités et des personnes qui en ont les moyens de le accompagner. La dotation de ces troupes en kits de sonorisation, groupes électrogène et en formation est nécessaire au regard des enjeux sur lesquelles elles travaillent pour sensibiliser, créer la joie, la sympathie, la symbiose et l'harmonie dans leurs communautés.
Il faut noter que Changnassou est un des plus gros villages du département de Bagaroua et dispose d'un important marché hebdomadaire qui se tient chaque vendredi.

Ali Maman(onep)
08/01/19

Publié dans Culture
Écrit par
En savoir plus...

Culture

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.