Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

DISCOURS DU CHEF DE L'ETAT A L'INSTALLATION OFFICIELLE DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET CULTUREL (CESOC)

Cette idée a connu un début de mise en œuvre, en France, en 1925 par l'adoption d'un décret portant création d'un conseil national économique. A la libération, suite à la pression des mouvements de résistance, le conseil économique a été constitutionnellement reconnu ; il est devenu conseil économique et social avec la Constitution française de la 5ème République.

Mesdames, Messieurs, c'est dire qu'en créant le conseil économique, social et culturel, le constituant nigérien a repris une vielle tradition des révolutions démocratiques issues des siècles de lumière ; tradition consacrée par notre Constitution du 12 mars 1959 et par celle du 8 novembre 1960, instituant toutes les deux un conseil économique et social. Ce conseil économique et social, comprenant 20 membres et deux commissions (la commission économique et la commission sociale), fut dirigé par deux personnalités politiques de grande envergure. Il s'agissait de Monsieur Kourmo Barikourgné qui en était Président et Professeur Dan Dicko Dankoulodo qui en était vice- président. Il a été dissout après le coup d'état militaire du 15 avril 1974 et fut remplacé par un conseil national de développement avec des missions similaires. La Constitution du 26 décembre 1992 l'a institué de nouveau mais son installation n'a pas eu lieu du fait du coup d'état militaire du 27 janvier 1996. Cette institution consultative a été reprise, en des termes identiques, par la Constitution de la 4ème République, celle de la 5ème République de notre pays ainsi que celle de la 7ème République. Cela traduit l'attachement de notre peuple à cette institution, creuset de l'unité de notre société, symbole du dialogue et du rassemblement. Le législateur a, toujours, voulu que cette Assemblée consultative soit une Assemblée d'experts de la société civile, une Assemblée de corps intermédiaires, une Assemblée composée des forces vives de la Nation. Pour renforcer cette volonté, le nombre des conseillers passe de 67 sous la 5ème République à 96 sous la 7ème, tous issus de différentes couches socio -professionnelles de notre pays. Y sont représentés les collectivités territoriales (régions et municipalités), la chefferie traditionnelle et les associations religieuses, les chambres de métiers (chambre de commerce d'industrie et d'artisanat, les chambres d'agricultures), les organisations syndicales et les mouvements associatifs de promotion culturelle, de promotion de la femme, les mouvements associatifs de défense des droits humains et de l'environnement ainsi que les organisations de la jeunesse (USN et conseil national de la jeunesse). A ces mouvements de la société civile viennent s'ajouter des enseignants-chercheurs et des personnalités reconnues pour leur compétence en matière économique, sociale ou culturelle.
Mesdames, Messieurs, à travers le CESOC, la République reconnaît qu'en marge de la société politique, existe un lieu d'expression organisé qui contribue non seulement au débat public, mais aussi à l'élaboration des normes à caractère économique et social. De part sa composition, le CESOC traduit un bel exemple d'institution constitutionnelle d'échanges et de dialogue. Le CESOC traduit également la vision d'une gouvernance nouvelle basée sur la démocratie participative qui institutionnalise la participation citoyenne dans la mise en place des politiques publiques sans remettre en cause l'élection des représentants, ni leur légitimité. Elle renvoie, tout simplement, à un idéal de gouvernement dans lequel la légitimité d'une décision repose, au delà de l'élection, sur l'existence d'une discussion préalable, à laquelle devraient pouvoir participer tous ceux que la décision concerne. Elle produit davantage de justice sociale en permettant aux représentants des corps intermédiaires de participer à l'élaboration de normes relevant des sphères économique, sociale et culturelle. Ce faisant, la démocratie participative lève les barrières qui maintiennent certains groupes sociaux hors du jeu politique, elle permet l'émergence d'une citoyenneté active et bien informée.

Mesdames, Messieurs, cette mission d'éclosion de démocratie participative dévolue au CESOC est pour moi d'une très grande importance. En effet, les avis que les conseillers seraient appelés à donner sur des textes de lois à caractère économique, social et culturel pourraient, j'en suis convaincu, éclairer mes décisions, celles du gouvernement et de l'Assemblée Nationale. Je suis convaincu que l'inclusion de toutes les couches socio- professionnelles de notre pays dans le processus d'élaboration de la décision politique est essentielle pour la vitalité de notre démocratie et pour la cohésion de notre Nation. Ma conviction est que la participation de tous les nigériens est un vecteur de transformation sociale, elle est la condition sine qua non pour résoudre les multiples défis auxquels fait face notre pays.
Mesdames, Messieurs, mes activités politiques m'ont permis, en visitant les villes, les villages et hameaux du Niger, d'identifier les problèmes socio-économiques auxquels sont confrontées nos vaillantes populations. C'est donc en connaissance de cause que j'ai à leur sanction l'ambitieux programme de la renaissance sur la base duquel les nigériens m'ont fait confiance en m'élisant Président de la République. Ce programme comporte des réponses aux préoccupations économiques, sociales et culturelles de notre peuple.
Pour réaliser ce programme, la tâche sera fastidieuse et j'en suis conscient. Ma détermination, celle du gouvernement ainsi que celle de la majorité parlementaire sont très fortes, mais elles ne suffisent pas. C'est pourquoi dans mon discours d'investiture, je disais «...j'aurais besoin de tous ceux qui auront à partager la charge du pouvoir avec moi. Au delà d'eux, j'aurais besoin de l'aide de tous les nigériens...». Je réitère devant votre auguste Assemblée cet appel. En particulier, je demande votre implication dans la sensibilisation de notre peuple face aux enjeux sécuritaires auxquels doivent faire face les pays du Sahel. Notre peuple doit savoir que nous avons le devoir de ne pas succomber au syndrome de Munich. Notre position est claire : nous assumerons toutes nos responsabilités face aux menaces auxquelles la sous-région est exposée et notre peuple doit apporter tout le soutien nécessaire aux forces de défense et de sécurité chargées de la défense et de la sécurité du territoire. Notre peuple doit connaître sans ambiguïté le visage de l'ennemi : (ennemi, c'est celui qui déshonore notre religion en volant, en violant, en s'adonnant au trafic de dogues. L'ennemi c'est celui qui vit de l'industrie des otages. Ce qui s est passé à Dakoro dans la nuit du 14 au 15 Octobre est là pour le prouver : en effet, enlever le personnel humanitaire d'une ONG chargé de lutter contre le paludisme notamment au bénéfice des enfants de moins de cinq (5) ans, n'est-ce pas un crime ? N'est-ce pas agir directement contre les intérêts de notre peuple qu'on veut priver de services sociaux de base dans l'éducation, la santé, le secteur de l'eau et aussi celui de l'alimentation ? Qui osera dire que les auteurs de tels actes sont des musulmans ? Notre peuple doit se mobiliser comme un seul homme pour traquer ces bandits, ces mécréants sans foi ni loi.
Mesdames, Messieurs, les conseillers que vous êtes doivent aussi contribuer à sensibiliser les populations sur la nécessité de ne pas gaspiller ni brader les fruits des excellentes récoltes enregistrées durant la présente campagne agro-pastorale. Notre peuple doit garder en permanence en mémoire que la situation alimentaire est toujours fragile au Sahel. Il ne doit pas oublier que notre pays enregistre, en moyenne, une année de sécheresse sur deux. Il ne doit pas oublier les souffrances endurées suite à la sécheresse de 2011, période au cours de laquelle le gouvernement et ses partenaires ont dû se mobiliser pour créer les conditions de mise à la disposition des populations de plus de 700000 tonnes de vivres dont la moitié produite par le programme d'irrigation d'urgence et l'autre moitié achetée sur les marchés, soit un tonnage supérieur à celui du déficit enregistré. Le gouvernement et ses partenaires ont également créé des emplois à travers les activités génératrices de revenus. Ils ont, en fin, transféré et distribué pour près de 58 milliards d'argent en espèces. Toutes actions confondues, le montant global des ressources mobilisées en faveur des populations, pendant cette situation difficile, atteint 155milliards de FCFA environ. Je remercie tous nos partenaires pour leur mobilisation et leur lance un appel pour qu'ils continuent à nous appuyer pour la mise en œuvre de l'initiative «3N » 2012-2013
Mesdames, Messieurs, les urgences humanitaires et sécuritaires liées notamment aux conflits libyen, ivoirien et malien ainsi qu'à la crise alimentaire et aux récentes inondations, n'ont pas détourné le gouvernement de la nécessité de concevoir et d'adopter un plan de développement économique et social (2012-2015) qui trace les grandes lignes de la politique économique et sociale qui sera menée pour les années à venir. Ce plan, élaboré dans le cadre des orientations de la Renaissance et composé de programmes structurants, permettra, une fois mis en œuvre, d'accroître sensiblement la croissance de notre économie, d'améliorer les indicateurs sociaux de base (santé, éducation, eau) et de faire reculer le chômage, notamment celui des jeunes. Je veillerai à ce que les projets de lois à caractère économique, social et culturel pour l'exécution de ce programme soient transmis à votre Assemblée pour avis. Je souhaite que les travaux de l'Assemblée Nationale soient davantage articulés à ceux du CESOC. Je souhaite aussi que le CESOC joue pleinement sa mission de conseil auprès du Président de la République, de l'Assemblée Nationale et du gouvernement dans l'élaboration des lois et décisions relatives aux politiques publiques. Une bonne décision est le fruit d'une bonne délibération. La norme n'est légitime que si elle est fondée sur des raisons publiques résultant d'un processus de délibération inclusif et équitable, auquel tous les citoyens peuvent participer et dans lequel ils sont amenés à coopérer librement. La contribution du CESOC dans l'élaboration des textes renforcera la légitimité des actions de mise en œuvre de ce plan du développement économique et social : cette contribution permettra de le réajuster si cela s'avérait indispensable. Pour une prise en charge efficace de cette mission, l'Assemblée Nationale vient d'adopter, sur proposition du gouvernement, une loi modificative permettant d'améliorer les conditions matérielles et financières de travail des responsables en charge de la direction du CESOC. Votre expérience et votre sagesse, Mesdames et Messieurs les conseillers, permettront au CESOC de jouer son rôle pour le bien-être de notre peuple. Les défis qui nous attendent sont immenses. Je compte tout particulièrement sur la sagesse, l'expérience et la rigueur du Président Moussa Moumouni Djermakoye, Président du CESOC. Je vous recommande, par conséquent, de vous mettre immédiatement au travail. Je vous remercie.»

Discours

«La crise sécuritaire que connaît actuellement notre sous région, commande à nos Etats d'accorder une place de choix aux…

«Mesdames, Messieurs ; Honorables invités,Mon pays, le Niger, se réjouit de l'honneur qui lui est fait d'abriter pour la première fois la rencontre de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'AMP-UEMOA. Au nom du Président de la République, Chef de l'Etat, Son Excellence Elhadji IssoufouMahamadou, du Gouvernement et du Peuple nigériens, je vous souhaite la cordiale bienvenue au Niger. Je voudrais aussi vous exprimer ma profond...

DISCOURS DU CHEF DE L'ETAT AU DINER DE GALA OFFERT EN L'HONNEUR DU PREMIER MINISTRE TURC

«Votre grande vision vous a amené à tourner vos regards vers l'Afrique dont une partie importante était rattachée à l'Empire Ottoman», déclare SEM. Issoufou Mahamadou« Monsieur le Premier Ministre Erdogan,Madame Erdogan,Monsieur le Président de l'Assemblée nationale,Monsieur le Premier Ministre,Messieurs les anciensPrésidents de la République et Chefs d'Etat,Mesdames et Messieurs lesResponsables des Institutions de la RépubliqueMesdames...

DISCOURS DU CHEF DE L'ETAT LORS DE LA VISITE OFFICIELLE D'AMITIE ET DE TRAVAIL DU PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT…

«Le Niger entend utiliser à fond le cadre tracé par ce partenariat pour développer la coopération entre nos deux pays dans tous les secteurs », déclare le SEM. Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat« Monsieur le Premier Ministre,Mesdames et Messieurs les Ministres,Mesdames, Messieurs,Nous sommes particulièrement honorés de recevoir, aujourd'hui, le Premier Ministre d'un pays riche de son histoire, important sur l...

DISCOURS DE CLOTURE PRONONCE PAR LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT, SEM. BRIGI RAFINI AU 1ER FORUM ECONOMIQUE NI…

«Les relations entre les secteurs privés de nos deux pays connaîtront sans aucun doute un nouvel essor et il nous appartiendra, chacun dans sa sphère de compétence, de tout mettre en œuvre pour respecter les engagements pris »«Assalamou Alaykoum warahamatoullah wabarakatahouExcellence Monsieur RecepTayyib Erdogan, Premier Ministre de Turquie ;Mesdames et Messieurs les opérateurs du secteur privé turcs et nigériens ;Chers invités ;C'est ...

ALLOCUTION DE SEM. BRIGI RAFINI A LA CELEBRATION DE L'ANNEE INTERNATIONALE DES COOPERATIVES

« Le gouvernement entend créer les conditions favorables à la mise en œuvre de cette politique de développement durable des productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques », assure le Premier ministre, SEM. Brigi RafiniMesdames et Messieurs,Je voudrais tout d'abord vous présenter les salutations du Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou. L'année 2012 a été déclarée par les Nations Unies, année internationale des coopérati...

DISCOURS DE SEM. YAYI BONI A LA 1ERE SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE AU SOMMET DES CHEFS D'ETAT ET DE GOUVERNEMENT DE…

« J'ai le ferme espoir que ce partenariat contribuera à la réalisation des objectifs de renouveau de notre Communauté », déclare SEM. Yayi Boni, Président en exercice sortant« - Distingués invités ;- Mesdames et Messieurs ;Le devoir de mémoire est le meilleur témoignage de reconnaissance rendu aux grands hommes et de notre fidélité aux nobles idéaux qu'ils ont incarnés.

DISCOURS DE SEM. ISSOUFOU MAHAMADOU A LA 1ERE SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE AU SOMMET DES CHEFS D'ETAT ET DE GOUVER…

« Avec plus de deux millions de kilomètres carrés et plus de 68 millions d'habitants, l'espace que constituent les pays membres du Conseil de l'Entente est économiquement viable », déclare SEM. Issoufou Mahamadou, dans son allocution de bienvenueMesdames et Messieurs,Le peuple Nigérien, par ma voix, souhaite aux Chefs d'Etat et de Gouvernement, ainsi qu'à leurs délégations, la très chaleureuse et fraternelle bienvenue au Niger. Permette...

DISCOURS DU PREMIER MINISTRE A L'OUVERTURE DU FORUM REGIONAL PAYSAN OUEST AFRICAIN

«Ensemble, nous devons soutenir l'agriculture familiale et réfléchir aux meilleures stratégies pour son financement et sa modernisation», déclare SEM. Brigi Rafini, Premier ministre, Chef du Gouvernement « Mesdames et messieurs,Je voudrais tout d'abord vous transmettre les salutations du Président de la République, Chef de l'Etat, SE Elhadji Issoufou Mahamadou, ainsi que ses voeux de succès aux travaux du présent forum.Je voudrais égal...

INTERVENTION DU PREMIER MINISTRE LORS DE LA VISITE OFFICIELLE DU PREMIER MINISTRE LIBYEN AU NIGER

«Cette visite est la preuve éclatante (...) de l'excellence des relations qui existent si fortement entre le Niger et la Libye, relations qui remontent loin dans l'histoire», déclare SEM. Brigi Rafini«Excellence Monsieur le PremierMinistre, Chef du Gouvernement de la Libye,Madame, Messieurs les Ministres,Distingués membres des délégations Libyenne et Nigérienne,

ALLOCUTION D'OUVERTURE PRONONCEE PAR LE PREMIER MINISTRE AU 2EME CONGRES DE L'AFRO MIDDLE EAST HERNIA SOCIETY (AMEHS)

« Nous voulons ainsi d'une médecine de qualité adaptée aux problèmes de santé des populations nigériennes », déclare SEM. BrigiRafini« Mesdames et messieurs ;Chers congressistes ;Je voudrais, tout d'abords, vous transmettre les salutations du Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, parrain du 2eme Congrès de l'Afro Middle East Hernia Society ainsi que ses vœux de succès.

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Carnet d'un voyage en Australie et en Indonésie : …

Carnet d'un voyage en Australie et en Indonésie : Voyage au milieu de nulle part, sur l'Océan indien

Pour aller en Australie, au pays de nulle part perdu en plein milieu des océans, vous avez...

vendredi 20 octobre 2017

Australie, d'une ville à une autre

Australie, d'une ville à une autre

Pour le visiteur qui va en Australie en venant de vers l'Afrique la ville de Perth, capita...

vendredi 20 octobre 2017

Formation en Activités Génératrices des Revenus au…

Formation en Activités Génératrices des Revenus au centre Dimol : Donner espoir et soutenir l'autonomisation des femmes victimes de la fistule

La fistule est une maladie grave qui affecte les femmes suite aux mariages précoces, à l'e...

jeudi 5 octobre 2017

L'air du temps

Les mille et une ruses des brouteurs

Les mille et une ruses des brouteurs

Décidément, les escrocs qui écument le web n'en démordent guère. Chaque jour qui passe, il...

vendredi 20 octobre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.