Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou


Dpart-PMLe Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini séjourne depuis hier à Abidjan en Côte d'Ivoire. Dans la capitale ivoirienne, le Chef du gouvernement représentera le Président de la République SE. Issoufou Mahamadou, au sommet régional sur l'initiative de financement en faveur des femmes entrepreneures (WE-FI). Le Premier ministre est accompagné dans ce déplacement par M. Albadé Abouba, ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage ; M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur privé ; Mme Elback Adam Zeinabou, ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant et Mme Yahaya Saadatou Mallam Barmou, Directrice de cabinet adjointe en second du Premier ministre.

(18/04/2019)

Rencontre-CommerceA la veille de chaque mois béni de Ramadan, il est devenu une tradition pour le Ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur privé d'organiser des rencontres d'échanges avec tous les acteurs économiques. C'est ainsi que le ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé M. Sadou Seydou s'est entretenu hier matin dans la salle de réunions de la Chambre de Commerce de Niamey, avec les opérateurs économiques pour échanger de façon interactive sur toutes les questions qui touchent la stabilité des prix sur les marchés. Importateurs, grossistes, détaillants, représentants des associations de défense des droits des consommateurs, les cadres du Ministère, et ceux des structures connexes étaient présents à cette rencontre. Il ressort des interventions des uns et des autres que tous adhèrent à la cause : celle de garder intacts les prix des produits de première nécessité durant le mois de ramadan, tout en assurant les autorités en charge du Commerce de la disponibilité des produits.

Le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé M. Sadou Seybou a réitéré les remerciements du Gouvernement pour les efforts fournis l'an dernier en matière de maitrise des prix au cours du mois de ramadan malgré la forte demande. Il a appelé les grossistes à redoubler d'effort cette année encore en maximisant sur la quantité des produits à mettre sur le marché. A l'issue des visites qu'il a eu à effectuer dans les régions en ce qui concerne la situation des marchés, le ministre dit constater que l'essentiel des produits sont disponibles, les prix sont stables, et même avec une légère diminution pour le sucre et les huiles, une certaine stagnation pour le riz et une légère augmentation pour les autres céréales. M. Sadou Seydou d'annoncer que pour pouvoir maitriser tout cela, le Gouvernement a décidé de lancer les opérations de vente à prix modéré.
Pour le ministre du Commerce, cette décision va permettre aux populations les plus vulnérables de disposer de céréales et va aussi jouer aussi le rôle de stabilisateur de prix. « Mon département ministériel en collaboration avec le Ministère des Finances compte lutter contre l'inflation qui est un indicateur d'appréciation au niveau de l'UEMOA. Une opération a débuté depuis mars et qui concerne sept programmes. Elle porte sur 71.000 tonnes de céréales jusqu'en fin septembre et il y'a eu 2.600 tonnes de sucre qui sont déjà en train d'être placées au niveau des communes » a déclaré M. Sadou Seydou.
Le Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Niger, M. Sidi Mohamed a soutenu cette initiative qui vise à soulager la souffrance des populations. Il a expliqué que des séances de sensibilisation sont organisées dans ce même cadre. « Depuis peu nous avions mis en place un mécanisme pour continuer en notre sein ces séances de travail avec les associations des opérateurs économiques, les représentants de la direction consulaire de Niamey, les importateurs, les représentants du bureau national des commerçants pour prendre à leur tour le relais. Ils doivent aller sur le terrain et relayer les informations au niveau des marchés. Nous constatons depuis l'avènement de ces concertations, une certaine accalmie au niveau des prix. Il n'ya pas la flambée qui s'observe généralement au niveau des petits distributeurs. Il faut aller sur le terrain voir si les engagements qui ont été pris ont été respectés. Nous allons certainement durant tout le mois de ramadan conduire des séances de sensibilisation à tous les niveaux » a promis le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Niger.
Pour leur part, les délégués des commerçants ont, dans leurs interventions, rassuré le ministre quant à la disponibilité et l'accessibilité de ces produits de première nécessité sur les différents marchés de la capitale. « C'est vrai nous sommes là pour que les fidèles musulmans accomplissent dans les meilleurs conditions le mois de ramadan. Les légumes sont là en abondance et sous peu il y'aura la rareté de certains produits et nous serons obligés de nous tourner vers certains pays. Mais il faut que l'Etat revoit à son tour certaines barrières ; il y'a des petits problèmes qu'il faut rapidement prendre en charge » a laissé entendre le représentant des commerçants des légumes.
Le représentant des associations des défenseurs des Droits de consommateurs M. Maman Nouri a eu des mots de remerciement à l'endroit des autorités en charge de ce secteur pour toutes les actions salvatrices qu'elles ne cessent de mener au profit des consommateurs. Il les a remerciés pour la célérité avec laquelle elles veulent prendre en charge cette question. « La flambée des prix est une question qui préoccupe l'ensemble de la population, et pour cela il faut que des mesures urgentes soient prises pour mettre fin à cette pratique malsaine. Cela est inapproprié en cette période de ramadan » a-t-il précisé. M. Maman Nouri a souligné la nécessité de rendre accessible l'eau, cette denrée si vitale pour rompre le jeun. « En dehors de la hausse de prix des produits de première nécessité, il y'a un autre aspect important qu'il ne faut pas négliger, c'est la disponibilité de l'eau, sans eau, on ne peut rien faire. En cette période de chaleur, beaucoup de foyers souffrent de manques d'eau, la fourniture de l'eau laisse à désirer. Et du coup la glace devient chère surtout en zones rurales où souvent sans référence de poids, la glace se vend à 250F » déplore-t-il.
Cette rencontre a été une occasion pour les représentants des associations de défenseurs de consommateurs de formuler des demandes et des recommandations. Ils se sont attardés sur la prise en charge des questions de circulation des camions, souhaitant si possible la revue des heures d'entrées et de sorties en cette période. Les associations des consommateurs ont, en outre, soulevé des préoccupations relatives au secteur avicole espérant ces questions soient prises en charge rapidement par les autorités. Des éclaircissements, des contributions ont été apportées dans le sens d'alléger les souffrances des populations en cette période de piété et de dévouement. Enfin plusieurs questions ont été posées au cours de ces échanges qui seront étudiées par les acteurs concernés.

Aïssa Abdoulaye Alfary (ONEP)
(17/04/2019)


SignatureLe Directeur Général du Fonds de Solidarité Africain (FSA), M. Ahmadou Abdoulaye Diallo et le Directeur Général de la Faîtière des Caisses Populaires (FCP) du Burkina Faso, M. Daouda Sawadago ont officiellement paraphé hier matin, au siège du FSA à Niamey, les documents portant garantie de portefeuille en faveur de la FCP-BF. D'un montant global de 2,5 milliards de FCFA, cet accord de partenariat permettra à la FCP du Burkina Faso de diversifier son offre de services envers sa clientèle, essentiellement composée de Très Petites Entreprises (TPE) ; des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des Petites et Moyennes Industries (PMI). Les documents entérinant cet accord ont été actés en présence d'une représentante du Consul du Burkina Faso auprès de la République du Niger, ainsi que le directeur du crédit de la CFP-BF, M. Romain Tougma et plusieurs directeurs du FSA.
L'idée de sceller un accord de partenariat entre le Fonds de Solidarité Africain et la Faîtière des Caisses Populaires du Burkina Faso avait germé lors d'une rencontre des deux responsables d'institutions à l'hexagone. En effet, l'heure est venue aujourd'hui de concrétiser l'idée que les deux responsables caressaient il y a de cela deux (2) ans, précisément en 2017. En se prononçant peu avant la signature de convention, le directeur général du Fonds de Solidarité Afriacin, M. Ahmadou Abdoulaye Diallo a précisé que dans les pays en développement comme le Burkina Faso et la plupart des Etats membres du FSA, le développement de la micro finance est un vecteur important non seulement de la lutte contre la pauvreté mais également de l'inclusion financière d'un pan important de nos populations. Le développement de la micro finance est aussi un facteur qui contribue à l'autonomisation des femmes quand on sait que dans la structure démographique, elles représentent 51% de la population. ''C'est la raison pour laquelle à chaque fois que nous pouvons mettre en place des instruments financiers qui sont de nature à l'autonomiser davantage, nous allons contribuer à la lutte contre la pauvreté. Il y a quelques années, j'ai eu l'occasion de participer à une étude sur la pauvreté. Cette étude a démontré que chaque fois qu'une femme s'enrichie, cela se répercute sur le bien être de tous les membres de sa famille. C'est une bonne chose que nous puissions donner à la FCP au Burkina Faso les moyens de mettre à la disposition de 39 caisses populaires une garantie de portefeuille de 2,5 milliards FCFA. Ce qui va certainement réduire le coût d'approche. Le FSA a un problème de subsidiarité. Le fait que la FCP-BF soit très proche de notre clientèle cible, nous arrange beaucoup, d'autant plus que nous passons par elle pour pouvoir atteindre cette clientèle. Je fonde l'espoir que cette ligne de crédit soit rapidement consommée à travers la réalisation des projets concrets sur le terrain'', a souhaité le directeur général du FSA.
Pour sa part, le directeur général de la FCP-BF, M. Daouda Sawadago, qui s'apprête à passer le témoin de cette institution dans deux mois, le Burkina Faso a une longue et riche expérience dans le domaine de la micro finance. La première caisse populaire a vu le jour, il y a de cela 47 ans notamment dans la partie Sud-ouest du Burkina Faso. ''La Faîtière des Caisses Populaires du Burkina Faso compte actuellement 200 points de vente de ses services sur toute l'étendue du territoire. Elle dispose aujourd'hui de 1.200.000 clients qui sont détenteurs de comptes. En termes de clients et ceux qui utilisent les services de la FCP, on dénombre plus de 2.500.000 personnes. S'agissant de l'épargne locale mobilisée, la FCP du Burkina est à 100 milliards de FCFA. En termes de personnel, elle compte 1.200 employés permanents dont 75 % des femmes. C'est dire que la faîtière des caisses populaires du Burkina se réjouit donc de coopérer avec une prestigieuse institution qu'est le FSA, clé de voûte des systèmes de financement des Etats, des entreprises publiques et privées de la sous région'', a conclu le directeur général de la FCP du Burkina Faso.

Hassane Daouda (ONEP)
(05/04/2019)

Business1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou a présidé hier matin dans la salle habituelle de délibérations du Conseil des ministres la réunion sur le Doing Business. La réunion a enregistré la présence de plusieurs acteurs intervenant dans le cadre de l'amélioration du climat des affaires au Niger.

Au sortir de la réunion, le ministre Conseiller Spécial du Président de la République, président du Dispositif Institutionnel d'Amélioration et de Suivi du Climat des Affaires au Niger, M Alma Oumarou a d'abord rappelé qu'à l'issue de la dernière réunion qui s'est tenue le 27 Février 2019 autour du Chef de l'Etat, et qui a permis de faire le point sur l'avancement des réformes en matière du climat des affaires, des recommandations fermes ont été assignées au dispositif. Cela, en vue de poursuivre les actions de communication sur les réformes qui ont été entreprises afin de les approfondir et dresser un plan à moyen terme pour que le Niger puisse s'inscrire dans le rang de cinquante pays les plus réformateurs du monde.
A cet effet, M. Alma Oumarou a dit avoir rendu compte au Président de la République des activités qu'ils ont menées depuis la tenue de la dernière réunion du 27 Février 2019. Dans le compte rendu qu'ils ont fait au Chef de l'Etat, il a indiqué qu'en plus des actions de communication, il a rencontré les contributeurs qui sont souvent des professionnels exerçant des activités qui cadrent avec chacun des indicateurs de Doing Business. Ces professionnels sont ceux qui sont interrogés par la Banque Mondiale en vue de savoir l'effectivité des réformes entreprises par notre pays. M. Alma a par ailleurs souligné que « beaucoup de contributeurs, quand ils reçoivent les questionnaires de la Banque Mondiale, ils ne savent même pas de quoi il s'agit, ils les classent et ne répondent pas, et le Niger n'est pas jugé sur ses performances réelles. Ces contributeurs ont saisi la portée de leurs responsabilités, et ils ont pris l'engagement de répondre aux questionnaires », a-t-il déclaré.Business2
M. Alma Oumarou a assuré qu'ils vont continuer à communiquer. Aussi, il a remercié les médias pour le travail qu'ils font en portant l'information au niveau de la nation, concernant les activités qu'ils sont en train de mener. Le ministre Conseiller Spécial du Président de la République, président du Dispositif Institutionnel d'Amélioration et de Suivi du Climat des Affaires au Niger, a indiqué avoir passé en revue devant le Président de la République tous les indicateurs et l'ensemble des réformes qu'ils ont prévu de réaliser en 2019. Et, ces activités seront terminées au plus tard le 30 Avril prochain qui est le délai de collecte des données. Il a confié que des instructions ont été données à chacun des groupes thématiques de continuer à faire le travail pour qu'ils puissent revenir rendre compte avant le 30 Avril, au Chef de l'Etat, du travail qui a été fait. M. Alma Oumarou a assuré qu'ils fondent plein espoir, une fois de plus que le Niger avancera dans ses réformes. Il a mentionné que pour le Président de la République, il faut aller au-delà en instituant des réformes qui vont s'inscrire dans la durée pour que notre pays figure parmi les pays les plus réformateurs. L'objectif, dit-il est d'être parmi les cinquante pays les plus réformateurs du monde. « Vous constatez aujourd'hui dans la ville, vous avez des panneaux partout qui indiquent les efforts que font le gouvernement, les entreprises pour faciliter la création des entreprises, et l'évolution des affaires au Niger. Si nous assainissons le climat des affaires, nous créons des opportunités pour que les investisseurs viennent, pour que les emplois soient créés, pour que le Niger aille vers l'émergence » a conclu M. Alma Oumarou.

Laouali Souleymane (ONEP)
(04/04/2019)


Ministres-des-financesLe Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini, a présidé hier, au Palais des Congrès de Niamey, la réunion des ministres des Finances de la Zone Franc. Cette rencontre qui regroupe l'ensemble des Etats membres et des responsables d'institutions monétaires et partenaires constitue un cadre approprié d'échanges pour examiner la situation économique sur l'état de la convergence nominale et réelle au sein des deux grands blocs économiques, en l'occurrence la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC) et l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), ainsi que l'Union des Comores, tout en mettant l'accent sur des sujets tendant à renforcer davantage la dynamique de l'intégration des marchés de capitaux de la Zone, la mobilisation des ressources internes, l'inclusion financière des populations et la lutte contre les flux financiers illicites afin d'impulser et d'améliorer collectivement et individuellement le développement des états membres de la Zone Franc. La cérémonie d'ouverture de cette réunion des argentiers de la Zone franc s'est déroulée en présence des députés nationaux, des membres du gouvernement et plusieurs invités.
La Zone franc regroupe 14 pays d'Afrique sub-saharienne, les Comores et la France. Bâtie sur les liens historiques étroits qui unissent la France aux pays africains, la Zone Franc est issue de la volonté commune de ces pays de maintenir un cadre institutionnel qui a contribué à la stabilité du cadre macroéconomique. La coopération monétaire entre la France et les pays africains de la Zone franc est régie par quatre principes fondamentaux : garantie de convertibilité illimitée apportée par le Trésor français, fixité des parités, libre transférabilité et centralisation des réserves de change. En contrepartie de la garantie du Trésor français, les trois banques centrales sont tenues de déposer une partie de leurs réserves de change sur un compte dit «d'opérations», ouvert dans les livres du Trésor. Par ailleurs, le fonctionnement du compte d'opérations a été formalisé par des conventions signées entre les autorités françaises et les représentants des banques centrales de la Zone franc. En effet, la coopération entre la France et les pays de la Zone franc se traduit notamment par la tenue, deux fois par an, des Réunions des ministres des finances des pays de la Zone franc. C'est d'ailleurs ce qui explique la tenue de cette réunion dans notre pays. En outre, dans un monde caractérisé par la globalisation des transactions économiques, d'innovation technologique et du développement d'entreprises multinationales, l'intégration économique et monétaire s'avère une option stratégique pour les pays en développement. Cette intégration économique implique l'existence des règles strictes de fonctionnement pour la création d'un espace et un marché commun à même de faciliter l'émergence d'acteurs économiques.

Hassane Daouda (ONEP)
(29/03/2019)


lancementLes performances enregistrées par le Niger dans le cadre du classement Doing Business de la Banque Mondiale sont incontestablement liées aux réformes engagées pour améliorer le climat des affaires. C'est pour davantage réaliser un bond significatif au cours du prochain classement que les membres du dispositif institutionnel d'amélioration et de suivi du climat des Affaires ont convoqué le 22 mars dernier au Palais des Congrès de Niamey, une rencontre d'échanges avec les contributeurs. Ces derniers constituent un maillon essentiel pour le dispositif dans la mesure où ce sont eux qui remplissent le questionnaire aux évaluateurs de la Banque Mondiale en vue de pouvoir effectuer le classement des pays en matière de Doing Business. C'est le président du dispositif institutionnel d'amélioration et de suivi du climat des Affaires, M. Alma Oumarou qui a présidé l'ouverture de cette rencontre.

La présente rencontre d'échanges vise essentiellement à partager avec les contributeurs les reformes mises en œuvre par l'Etat dans la perspective d'améliorer le climat des Affaires au Niger et par effet d'entrainement influencer le rang du pays dans le prochain classement Doing Business. En introduisant cette rencontre d'échanges, le ministre conseiller spécial du Président de la République, chargé du climat des Affaires M. Alma Oumarou, par ailleurs président du dispositif institutionnel d'amélioration et de suivi du climat des Affaires a précisé que le 31 octobre 2018, la Banque Mondiale a rendu public les résultats des différentes reformes faites par les pays au plan mondial. Cette année, a dit le ministre Alma Oumarou, le Niger a connu une progression d'un rang en passant de 144ème à 143ème rang au niveau mondial. A l'espace de quatre (4) ans, le Niger a fait une progression remarquable. La progression de l'année 2018 faite pour le compte de l'année 2019 a été particulièrement difficile pour les pays. Au niveau africain et notamment dans notre sous-région, rares sont les pays qui ont connu progression importante à l'exception de la Côte d'Ivoire et du Togo. La plus part des pays ont stagné et beaucoup ont reculé. « Le Niger a certes progressé, mais nous estimons que cette progression du Niger n'est pas à la hauteur des reformes que nous entreprenons. Cette perception que font les évaluateurs de la banque mondiale découle des réponses que les contributeurs que vous êtes donnent à ceux-ci. La dernière vérification que nous avons faite a démontré qu'au niveau du Niger il n'y a pratiquement pas ou peu de réponses. Or, ce sont ces réponses qui permettent aux évaluateurs de la Banque Mondiale de savoir si les reformes qui ont été avancées par le gouvernement sont effectives et si elles sont bien perçues par les populations notamment par ceux qui sont intéressés par les indicateurs. A travers cette rencontre, nous vous demandons de bien remplir le questionnaire qui vous sera adressé afin que le Niger puisse être évalué à la hauteur des efforts fournis par le gouvernement. Le délai pour remplir le questionnaire est théoriquement expiré. Mais exceptionnellement, un délai a été accordé aux différents pays pour que les contributeurs parviennent à répondre au questionnaire et l'envoyer d'ici le 27 mars 2019. L'objectif fixé par le Président de la République est que le Niger soit parmi les 50 premiers pays réformateurs à l'échelle mondiale. Au niveau africain, le Niger occupe le 23ème rang sur 55 pays. Sur le plan régional, que ce soit l'UEMOA ou encore la CEDEAO ou l'espace OHADA, le Niger est toujours parmi les pelletons. Les réformes engagées par l'Etat n'ont d'autres visées que d'attirer les investissements afin de créer des emplois et accroitre les recettes de l'Etat », a expliqué le ministre Alma Oumarou.
Après cette introduction, les présidents des groupes thématiques ont été invités pour exposer les différentes réformes mises en œuvre dans le cadre du climat des Affaires. Les groupes thématiques sont au total au nombre de neuf (9). Chaque groupe thématique a en charge un indicateur important pour le classement Doing Business. Il s'agit notamment de la création d'entreprise avec comme reformes (la fusion de l'enregistrement des statuts à l'ensemble des autres formalités s'accomplissant au guichet unique, le déploiement de la solution Registre du Commerce et du Crédit Mobilier OHADA) ; l'obtention du permis de construire ( la réduction du cout de raccordement à l'eau pour la Petite et Moyenne Entreprise (PME), l'amélioration de l'indice contrôle qualité de la construction à travers la mise à jour de la note d'information) ; le raccordement à l'électricité avec comme reformes ( la fusion de la procédure relative au contrôle des installations électroniques intérieures à celles s'accomplissant au guichet unique des PME, la réduction du cout de raccordement à l'électricité) ; le transfert de propriété (la publication en ligne de toutes les mutations effectuées à la conservation foncière au cours de l'année 2018, l'accès public à l'information sur la propriété foncière, le scannage des titres fonciers et des données cadastrales) ; l'obtention de prêt avec comme reformes ( l'accroissement du taux de couverture du Bureau d'Information sur le Crédit (BIC) à plus de 5% de la population adulte) ; le paiement des impôts et taxes ( la finalisation du projet e-SISIC qui va permettre de déclarer et payer en ligne la TVA et l'impôt sur les sociétés, la correction sur le taux de la taxe sur les assurances) ; le commerce transfrontalier (l'opérationnalisation effective de SYDONIA World qui a permis de réduire le temps de déclaration des marchandises à moins de 7 h à l'importation comme à l'exportation) ; l'exécution des contrats ( la publication en ligne des décisions rendues par le Tribunal de commerce de Niamey, la Cour d'Appel de Niamey et la Cour de Cassation sur les sites web de ces juridictions, l'amélioration de la qualité des procédures judiciaires à travers la révision de la loi sur les tribunaux de commerce, la possibilité de saisir les juridictions par la voie électronique et enfin le règlement de l'inviolabilité avec comme reformes la réduction du délai et le cout de traitement des dossiers en matière de procédures collectives à travers l'adoption de la loi portant statut des mandataires judiciaires et son décret d'application relatif aux honoraires des mandataires judiciaires.
Hassane Daouda(onep)
25/03/19



ecoPeu après l'audience avec le Chef du Gouvernement, le ministre des affaires étrangères de la Principauté de Monaco et le directeur du Cabinet du Premier Ministre, Hamadou Adamou Souley, président du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA), ont procédé, hier après-midi, à la signature d'un Protocole d'accord sur la poursuite de l'application dudit dispositif, pour la période 2019-2021.
Intervenant par rapport à cette signature, le ministre des affaires étrangères de la Principauté de Monaco, M. Gilles Tonelli a précisé qu'il porte sur un montant de 600.000 euros, un montant doublé par rapport au précédent accord. Cette somme viendra appuyer un programme phare du gouvernement du Niger, à savoir la sécurité alimentaire. ''Depuis trois ans, la Principauté était observateur, là nous avons renouvelé et doublé notre contribution à ce projet, qui nous permet de participer, de manière encore plus engagée, à cet important projet pour la République du Niger'', a ajouté M. Gilles Tonelli.
Rappelons que, au cours des trois dernières années, la Principauté de Monaco a appuyé le DNPGCA à hauteur de 500.000 euros et la présente signature consacre l'adhésion de Monaco audit dispositif, en adhérant à l'accord cadre Etat-Donateur qui était en vigueur depuis 2005, entre l'Etat du Niger et treize de ses partenaires. Ainsi, avec cette signature, la Principauté vient de s'ajouter à cette liste et la porte à 14 partenaires du Niger, qui interviennent dans la mise en œuvre des réponses aux questions des crises alimentaires et de gestion de catastrophes.
Mahamadou Diallo(onep)
22/03/19


Niger-TlcomsLe Directeur Général de Niger Télécom, Dr Abdou Harouna a présidé une conférence de presse du comité de Direction de la société. L'objet de cette conférence de presse est l'annonce pour la clientèle de cette société de nouvelles offres de communication.

A l'entame de cette conférence de presse, le Directeur Général a rappelé qu'il y'a quelques mois la société a présenté un bilan annuel satisfaisant, et a promis des belles perspectives pour 2019.
«J'ai toujours dit, rappelez-vous, que notre objectif est de rendre accessible à tous les nigériens les techniques de l'information et de la communication avec la meilleure qualité et à des prix abordables. J'ai toujours promis que nous allons démystifier les services de TICs et surtout l'internet au Niger. Niger Télécoms, une société nationale, donc pour tous les nigériens, doit permettre à chaque nigérien d'avoir une puce pour communiquer où qu'il soit, alors aujourd'hui nous allons lancer cette nouvelle dynamique», a-t-il dit Dr Abdou Harouna.
Après le redressement financier ; la réorganisation des Ressources Humaines et l'acquisition des équipements permettant de fournir les Services Après-Vente pour mieux servir leurs clients ; aujourd'hui les responsables de Niger Télécom entament l'étape commerciale. Pour Dr Abdou Harouna, après deux ans de redressement, le consommateur doit sentir les effets de la nouvelle dynamique.
La parole fut donnée au Directeur Commercial de la Société pour communiquer les annonces. Il s'agit des nouvelles offres de Niger Télécoms qui constituent une réponse positive aux attentes des nigériens, pour leur faciliter l'accessibilité aux TICs et à la révolution numérique. «Aujourd'hui marque un tournant décisif dans la vie des nigériens car nous réaffirmons dès cet instant notre volonté de poursuivre la construction de cette aventure belle et passionnante qui existe entre Niger Télécoms, ses clients et ses parties intéressées. Grâce à l'implication de tous les collègues de Niger Télécoms (...) nous sommes arrivés à proposer des solutions les plus proches possibles des besoins de Nigériens, des offres pensées et expérimentées pour prendre en compte les préoccupations de communication des Nigériens», a souligné le Directeur commercial, M. Ibrahim Issa Garba. Il a annoncé cinq (5) bonnes offres à la clientèle Niger Télécom, à l'ensemble des Nigériens.DG-Niger-Tlcoms
La première offre c'est la réduction des tarifs appel et internet. Ce sont les meilleurs tarifs qui facilitent l'accès à notre réseau, la communication en national et à l'international, dit-il en précisant qu'à partir du 18 mars 2019, tous les clients de Niger Télécoms pourront appeler vers Niger Télécoms à seulement 0.5F la seconde et 1F vers les autres opérateurs. «Avec Niger Télécoms, nos clients communiquent librement sur le réseau de Niger Télécoms appelant seulement à 0,5F la seconde et encore plus facilement sur les réseaux nationaux au meilleur tarif, tout réseau qui est 1 F la seconde », explique t-il. La deuxième bonne nouvelle c'est le double bonus Appel et internet. Désormais, à partir de seulement 200 FCFA, les clients bénéficieront chaque Lundi et Vendredi de 300% de bonus appels et 100% de bonus Internet. Aussi, l'Inédit chez Niger Télécom, le client a l'avantage de disposer de son crédit rechargé et de bénéficier des deux bonus appel et internet sans rechargement. La troisième bonne nouvelle concerne les forfaits Mix. Ainsi, chaque client de Niger Télécom peut se retrouver grâce aux divers forfaits variés et compétitifs. Par exemple : pour 200 FCFA de crédit, le Client de Niger Télécom peut bénéficier de 40 minutes de communication vers Niger Télécom valable 24H ; Pour 1000 FCFA de crédit, le client Niger Télécom bénéficie des appels et SMS illimités vers Niger télécoms, de 30 minutes vers tous les réseaux et 1Go de connexion internet, le tout valable une semaine ; Pour 10000 FCFA de crédit, bénéficiez des appels et SMS en illimités vers Niger Télécom, 100 minutes valable tout réseau et 5Go de volume internet valable 30 jours ; les clients plus jeunes et ceux qui ont des activités nocturnes peuvent bénéficier de 1Go de connexion internet pour seulement 250 FCFA de souscription valable de 22H à 6H du matin. La quatrième bonne nouvelle c'est l'offre Fakarey Kaweye, qui permet à tous les clients de Niger Télécom de communiquer presque gratuitement à 0,1 F la seconde vers Niger télécoms de 22H à 6H du matin. Cette offre donne une liberté de communication inégalée. Et, enfin, la cinquième bonne nouvelle c'est le PACK SIM TURBO qui est une offre d'adhésion et de bienvenue aux clients Niger Télécom. Le pack SIM turbo propose à tous ceux qui ne sont pas encore connectés au réseau de Niger Télécoms et qui désirent y être de l'expérimenter afin de découvrir tous les avantages qu'il propose. Avec le pack SIM turbo, le client bénéficie de 1Go de connexion internet, 400% de bonus valable tout réseau au premier rechargement, les meilleurs tarifs de communication de base qui sont de 0.5 FCFA la seconde vers Niger Télécom et 1F vers les autres opérateurs nationaux, le tout seulement à 200FCFA.
Les responsables de Niger Télécom ont saisi cette occasion pour inviter davantage les nigériens à faire confiance à leur réseau national.

Ali Maman (ONEP)
(19/03/19)


ZlecafLe ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé a présidé, hier matin, la cérémonie d'ouverture de la journée d'information du processus de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf) à l'attention du personnel relevant de son département ministériel.
Intervenant à cette occasion, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou, a d'abord rappelé que le processus de la ZLECAf qui a été lancé depuis 2015 a connu un blocage. En effet, il a souligné qu'en janvier 2017, le dossier a été confié à SE Issoufou Mahamadou, Président de la République du Niger et le dossier a été pris en charge par le ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé. Il a dit être parvenu à un accord le 21 mars 2018 du fait que 44 pays africains sur les 55 ont adopté l'accord.
Le ministre du Commerce a indiqué qu'ils sont aujourd'hui 52 pays qui ont signé l'accord de la ZLECAf sur les 55. Il reste trois pays qui n'ont pas encore signé l'accord, à savoir le Nigeria, le Bénin et l'Erythrée. Il a confié être sur le dossier et au cours du dernier Sommet de l'Union Africaine, le Président de la République a souhaité que la ZLECAf soit lancée à Niamey. Selon lui, cette proposition a été acceptée. Un Sommet extraordinaire va se tenir le 6 juillet à Niamey avant le Sommet de coordination. Il sera procédé au cours du Sommet extraordinaire au lancement de la ZLECAf au choix du pays qui abritera son siège et adopté l'organisation structurelle. En outre, M. Sadou Seydou a souligné que notre pays a joué un grand rôle dans ce processus qui est reconnu par l'Afrique. Le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé a rappelé à ses collaborateurs l'importance de comprendre les processus de la ZLECAf de par ses objectifs, les attentes de notre pays, les contraintes pour le Niger afin de mieux les expliquer aux uns et aux autres ici et ailleurs. Par ailleurs, il a promis de tout mettre en œuvre pour atteindre les 22 ratifications, sachant qu'il ne reste que deux ratifications et les actions sont en cours pour y parvenir.
Il a noté qu'au niveau de la CEDEAO, ils comptent sur le Burkina-Faso, le Cap-Vert, la Gambie, le Liberia pour qu'au moins deux de ces pays puissent s'exprimer d'ici le 21 mai 2019. Il a enfin demandé aux participants à cette journée d'information de suivre avec intérêt les différentes présentations qui seront faites pour qu'ils puissent être en mesure de répondre à toutes les questions relatives à la ZLECAf.
Laouali Souleymane
et Rahama Siradja (Stagiaire)
(14/03/19)


Message-Ministre-du-CommerceA l'instar du reste de la communauté internationale, notre pays célèbre aujourd'hui la Journée Mondiale des Droits des Consommateurs. A cette occasion, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou, a livré un message dans lequel il a souligné l'importance de cette journée. Le thème retenu pour commémorer la journée mondiale des Droits des Consommateurs est « des produits connectés de confiance ».
Dans le message qu'il a livré, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé a d'abord rappelé que la Journée Mondiale des Droits des Consommateurs est une occasion annuelle de célébrer l'influence et la solidarité internationale des Associations de Consommateurs. A cet effet, il a noté que chaque année, ces Associations marquent cette journée en se rassemblant pour mettre en lumière une problématique importante pour les consommateurs du monde entier et mener des opérations de sensibilisation sur le thème retenu. Il a noté que le choix du thème retenu cette année s'explique par le fait que les produits connectés procurent aux consommateurs plusieurs avantages.
S'agissant du thème de la journée, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé a souligné qu'un produit connecté ou « intelligent » est capable de se connecter, de partager et d'interagir avec son utilisateur et d'autres appareils. Selon lui, les produits connectés les plus populaires auprès des consommateurs sont les smartphones, les consoles de jeux vidéo, les télévisions connectées, les traqueurs d'activité, les thermostats, les jouets et les véhicules. Notons que les produits connectés offrent aux consommateurs la promesse de plus de commodité, d'efficacité et de services personnalisés. M. Sadou Seydou a par ailleurs précisé que selon des enquêtes, à l'échelle mondiale, on compte actuellement 23,1 milliards de produits connectés soit trois fois plus que d'êtres humains. En outre, il a mentionné que l'émergence des technologies connectées représente des opportunités pour les consommateurs, comme l'accès à de nouveaux services, des produits plus réactifs ou encore plus de commodité et de choix. Il a ajouté que les technologies connectées sont un phénomène planétaire en pleine croissance et vont changer de façon fondamentale la nature de nombreux biens et services destinés aux consommateurs. Par ailleurs, M. Sadou Seydou a rappelé que ces produits connectés présentent également une source importante d'inquiétude, à savoir le manque de sécurité, la vie privée et les choix significatifs sur la manière dont les produits connectés sont utilisés, ainsi qu'une absence de clarté sur les responsabilités de chacun en cas de problèmes. C'est conscient du rôle primordial que jouent les technologies connectées que les autorités nigériennes ont fait de la promotion de ce secteur une de ses priorités fondamentales afin d'optimiser les contributions qu'elles peuvent apporter à la croissance économique, a notifié le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé. Il a déclaré que c'est dans cette perspective que plusieurs mesures et réformes ont été prises. M. Sadou Seydou a, à cet effet, annoncé qu'il a été créé au niveau de son département ministériel une Division du Commerce électronique et qui sera incessamment érigée en Direction du Commerce électronique et des Services. Il a confié que le gouvernement prend des mesures aptes à favoriser l'émergence d'une économie numérique dans notre pays. « Ce faisant, nous allons continuer à mettre l'accent sur l'importance pour le consommateur de pouvoir accéder à des biens et services numériques de confiance», a-t-il conclu.

Laouali Souleymane
et Rahama Siradja (Stagiaire)
(14/03/19)

Economie

Sommet régional sur l'Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneures (WE-FI) : Le Premier ministre Brigi …

Sommet régional sur l'Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneures (WE-FI) : Le Premier ministre Brigi Rafini prend part aux travaux

Le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini séjourne depuis hier à Abidjan en Côte d'Ivoire. Dans la capitale ivoirienne, le Chef du gouvernement représentera le Président de la République SE. Issoufou Mahamadou, au sommet régional sur l'initiative de financement en faveur des femmes entrepreneures (WE-FI). Le Premier ministre est accompagné dans ce déplacement par M. Albadé Abouba, ministre d'Etat, ministre de l'Agricult...

Rencontre d'échanges entre le Ministre du Commerce et les Opérateurs Economiques : La stabilité des prix pendant le mois…

Rencontre d'échanges entre le Ministre du Commerce et les Opérateurs Economiques : La stabilité des prix pendant le mois de ramadan au menu de la rencontre

A la veille de chaque mois béni de Ramadan, il est devenu une tradition pour le Ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur privé d'organiser des rencontres d'échanges avec tous les acteurs économiques. C'est ainsi que le ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé M. Sadou Seydou s'est entretenu hier matin dans la salle de réunions de la Chambre de Commerce de Niamey, avec les opérateurs économiques pour échanger d...

Signature de convention entre le Fonds de Solidarité Africain et la Faîtière des Caisses Populaires du Burkina Faso : 2,…

Signature de convention entre le Fonds de Solidarité Africain et la Faîtière des Caisses Populaires du Burkina Faso : 2,5 milliards de FCFA pour accroitre le financement des PME et PMI du Burkina Faso

Le Directeur Général du Fonds de Solidarité Africain (FSA), M. Ahmadou Abdoulaye Diallo et le Directeur Général de la Faîtière des Caisses Populaires (FCP) du Burkina Faso, M. Daouda Sawadago ont officiellement paraphé hier matin, au siège du FSA à Niamey, les documents portant garantie de portefeuille en faveur de la FCP-BF. D'un montant global de 2,5 milliards de FCFA, cet accord de partenariat permettra à la FCP du Burkina Faso de di...

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat préside la réunion sur le Doing Business

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat préside la réunion sur le Doing Business

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou a présidé hier matin dans la salle habituelle de délibérations du Conseil des ministres la réunion sur le Doing Business. La réunion a enregistré la présence de plusieurs acteurs intervenant dans le cadre de l'amélioration du climat des affaires au Niger.Au sortir de la réunion, le ministre Conseiller Spécial du Président de la République, président du Dispositif Insti...

Réunion des ministres des Finances de la Zone Franc : Examiner la situation économique sur l'état de la convergence au s…

Réunion des ministres des Finances de la Zone Franc : Examiner la situation économique sur l'état de la convergence au sein de la CEMAC et de l'UEMOA

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini, a présidé hier, au Palais des Congrès de Niamey, la réunion des ministres des Finances de la Zone Franc. Cette rencontre qui regroupe l'ensemble des Etats membres et des responsables d'institutions monétaires et partenaires constitue un cadre approprié d'échanges pour examiner la situation économique sur l'état de la convergence nominale et réelle au sein des deux grands blocs...

Rencontre entre les membres du dispositif Doing Business et les Contributeurs : Partager avec les contributeurs les refo…

Rencontre entre les membres du dispositif Doing Business et les Contributeurs : Partager avec les contributeurs les reformes mises en œuvre par l'Etat pour améliorer le climat des Affaires au Niger

Les performances enregistrées par le Niger dans le cadre du classement Doing Business de la Banque Mondiale sont incontestablement liées aux réformes engagées pour améliorer le climat des affaires. C'est pour davantage réaliser un bond significatif au cours du prochain classement que les membres du dispositif institutionnel d'amélioration et de suivi du climat des Affaires ont convoqué le 22 mars dernier au Palais des Congrès de Niamey,...

Signature d'un Protocole d'accord entre la Principauté de Monaco et notre pays : 600.000 d'Euros alloués par la Principa…

Signature d'un Protocole d'accord entre la Principauté de Monaco et notre pays : 600.000 d'Euros alloués par la Principauté de Monaco pour la gestion des catastrophes et la lutte contre les crises alimentaires

Peu après l'audience avec le Chef du Gouvernement, le ministre des affaires étrangères de la Principauté de Monaco et le directeur du Cabinet du Premier Ministre, Hamadou Adamou Souley, président du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA), ont procédé, hier après-midi, à la signature d'un Protocole d'accord sur la poursuite de l'application dudit dispositif, pour la période 2019-2021.Intervenant ...

Conférence de presse du Comité de Direction de Niger Télécom : La société de Téléphonie annonce la mise en service de 5 …

Conférence de presse du Comité de Direction de Niger Télécom : La société de Téléphonie annonce la mise en service de 5 nouvelles offres

Le Directeur Général de Niger Télécom, Dr Abdou Harouna a présidé une conférence de presse du comité de Direction de la société. L'objet de cette conférence de presse est l'annonce pour la clientèle de cette société de nouvelles offres de communication.A l'entame de cette conférence de presse, le Directeur Général a rappelé qu'il y'a quelques mois la société a présenté un bilan annuel satisfaisant, et a promis des belles perspectives po...

Journée d'information du processus de Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF) : Renforcer les capacités du…

Journée d'information du processus de Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF) : Renforcer les capacités du personnel à comprendre la ZLECAf

Le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé a présidé, hier matin, la cérémonie d'ouverture de la journée d'information du processus de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf) à l'attention du personnel relevant de son département ministériel.Intervenant à cette occasion, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou, a d'abord rappelé que le processus de la ZLECAf qui a ét...

Message du ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : Des mesures pour favoriser l'émergence de l'économ…

Message du ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : Des mesures pour favoriser l'émergence de l'économie numérique au Niger

A l'instar du reste de la communauté internationale, notre pays célèbre aujourd'hui la Journée Mondiale des Droits des Consommateurs. A cette occasion, le ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou, a livré un message dans lequel il a souligné l'importance de cette journée. Le thème retenu pour commémorer la journée mondiale des Droits des Consommateurs est « des produits connectés de confiance ».Dans le m...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Canicule : Les effets de la chaleur sur l'organism…

Canicule : Les effets de la chaleur sur l'organisme et les aliments à privilégier

Un corps en bonne santé maintient sa température interne autour de 37 degrés Celsius. Cepe...

jeudi 25 avril 2019

Planification familiale au Niger : Des avancées, m…

Planification familiale au Niger : Des avancées, malgré quelques insuffisances

Le séjour au Niger de la caravane des bailleurs du Partenariat de Ouagadougou (PO) prend f...

jeudi 25 avril 2019

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la …

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique

Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression po...

jeudi 18 avril 2019

L'air du temps

Chassez le naturel, il revient au galop...

Chassez le naturel, il revient au galop...

Ce n'est pas de gaité de cœur de le constater et de le dire. Hélas, tout semble montrer qu...

jeudi 25 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.