Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable


JARDIN-SAGIROU-BENDER-MAGARIA-16Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en matière de potentialités environnementales de la région de Zinder selon le directeur départemental de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine, et du Développement Durable, le Colonel Moussa Bouzou. Les forêts classées couvrent 1 380 ha et le parc agro forestier constitué principalement de l'espèce arborée comme le Gao ou Fhederbia albida se répartit sur l'ensemble du domaine agricole.
La nappe phréatique est peu profonde ce qui permet une disponibilité en eau de surface principalement dans les communes de Wacha, Bandé, Magaria. S'y ajoutent des cuvettes avec de l'eau en surface un peu partout, une vallée fossile à Dantchiaou, Sassoumbroum, Yékoua et Kwaya permettant aux populations de mener des activités de pêche et de
cultures.
Toutefois, selon le Colonel Moussa Bouzou, les ressources naturelles du département sont sujettes à une perpétuelle dégradation, notamment l'ensablement des cuvettes, la formation des dunes suite à une démographie galopante et les effets des changements climatiques avec une densité de 92,67 habitants au km2.
Pour relever ces défis environnementaux, des efforts énormes sont constamment déployés par l'ensemble des acteurs,
notamment les populations, les services forestiers et les partenaires à savoir les Collectivités, les projets, les ONG et les Associations de développement pour la réalisation des actions concrètes en matière de lutte contre la désertification et de gestion durable des ressources naturelles. Il s'agit entre autres de la production des plants et du reboisement ; la restauration de l'environnement par des travaux de protection des terres des cultures, la réhabilitation des aires de pâturages et la lutte contre les plantes envahissantes, la protection des infrastructures socioéconomiques et des points d'eau, l'appui aux pêcheurs, la promotion de l'apiculture, la formation, l'organisation et l'encadrement du monde rural, la protection des ressources disponibles par des missions de contrôle forestier.
Ces différentes activités cadrent parfaitement avec la politique Nationale de lutte contre la désertification et s'inscrivent dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et de l'Initiative 3N, visant de manière globale, à réduire la pauvreté des populations et garantir une gestion durable des ressources naturelles.JARDIN-SAGIROU-BENDER-MAGARIA-38
A cet effet, en 2018, 99.940 plants ont été produits. Quant à la plantation, elle a concerné 350 hectares. S'agissant de la récupération des terres, des ouvrages ont été réalisés sur une superficie de 229 hectares. Par rapport au repérage de la Régénération Naturelle Assistée, les travaux ont été effectués sur 1612.5 hectares par 1.280 personnes employées. Pour ce qui est du faucardage des mares, il a concerné 18 mares pour une superficie de 22,95 hectares.
Par rapport à la pêche, il a été enregistré 7487,5 kg de capture de poissons frais, et 1348 kg de poissons fumés. Les activités de fixation des dunes ont été réalisées sur une superficie de 50 hectares.
Quant au désherbage et à l'ensemencement des couloirs, les réalisations ont été effectuées sur une superficie de 2.560 hectares sur les 3100 hectares prévues. Il est important de souligner que toutes ces activités ont permis de créer 900 emplois grâce au financement de l'Etat, 500 emplois relevant de la commune et 44.900 emplois financés par les projets.
Le directeur départemental de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine, et du Développement Durable a, en outre souligné les activités qu'ils sont en train de mener relativement à la protection de l'environnement et l'aménagement des terres à travers la sensibilisation des populations sur l'utilité de la Régénération Naturelle Assistée, etc. Le département de Magaria appartenant à la zone sahélo-saharienne, ne comprend que des parcs agro-forestiers. Ce qui explique que la végétation n'existe que dans les champs. Selon le Colonel Moussa Bouza, des actions importantes sont menées pour que les populations puissent profiter largement des atouts que leur offre l'environnement et comprendre l'importance du bois dans le champ. C'est pourquoi, il est capital pour les populations d'assister la direction de l'environnement dans le cadre de la protection et la Régénération Naturelle Assistée des arbres dans les champs. Dans ce cadre, il a été mis en place un comité villageois qui accompagne la direction départementale de l'environnement dans la campagne de sensibilisation au niveau des communautés ; ainsi que, des brigades villageoises qui les assistent dans la surveillance en vue d'amener les populations à s'intéresser à la protection des arbres dans les champs et à s'y approprier.
En outre, le Colonel Moussa Bouzou a notifié que beaucoup d'espèces d'arbres qui sont d'une grande utilité ont disparu. C'est pourquoi, il a relevé l'utilité de réintroduire les espèces qui ont disparu et de protéger ceux qui existent encore. D'après lui, les populations ont intérêt à protéger les arbres pour leur utilité dans les activités principales des ménages et surtout face à ce phénomène de changement climatique. Le directeur départemental de l'Environnement a ajouté que toutes les activités qu'ils sont en train de mener s'inscrivent dans le cadre de la gestion durable des terres. Cela veut dire qu'ils font des activités qui sont profitables à la fois à l'agriculture et à l'élevage. Il a par ailleurs confié que tout ce qu'ils mènent, a une interaction entre l'arbre et l'activité humaine de survie notamment l'agriculture et l'élevage. Parlant de l'élevage, le Colonel Moussa Bouzou a expliqué que toutes les espèces qu'ils introduisent, sont des espèces fourragères et contribuent à l'alimentation du bétail. Pour ce qui est de l'agriculture, l'accent est mis sur la réalisation des demi-lunes multifonction qui sont des ouvrages antiérosifs pouvant être utilisés à la fois sur les terres pastorales comme sur les terres agricoles du fait que les terres agricoles sont glacifiées. A travers les ouvrages qui sont réalisés, l'agriculteur peut utiliser les terres à sa manière en diversifiant entre autres ses cultures. Concernant l'aménagement, le directeur départemental de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, le Colonel Moussa Bouzou a confié qu'ils sont en train de travailler pour que les activités forestières soient intégrées sur le plan agricole. Les arbres fruitiers qui sont dans les champs vont permettre aux producteurs de commercialiser les fruits. La réalisation des ouvrages de récupération va contribuer à la production fourragère. Il devait confier que le travail qu'ils exercent est destiné au développement du milieu rural.
Pour ce qui est de la pêche, le Colonel Moussa Bouzou a indiqué qu'ils travaillent également dans la lutte contre les plantes envahissantes communément appelées faucardage. En conduisant ces travaux, les populations auront plus d'espace pour faire des cultures irriguées. Après le faucardage, ils procèdent à l'empoissonnement des mares. Les pêcheurs sont formés et équipés en vue d'améliorer leurs captures et accroître les revenus des ménages. Les apiculteurs sont aussi formés et équipés afin de rehausser leur rendement. Il a indiqué qu'à travers les émissions radiophoniques qu'ils animent, les populations comprennent de plus en plus l'importance des activités que son entité administrative mène dans sa zone d'intervention.
Sur le plan faunique, le département de Magaria ne dispose que des oiseaux qui sont en train d'être protégés au niveau des plans d'eaux existants. Il a pourtant soutenu que les travaux de récupération des terres ont contribué au retour de quelques espèces comme le lièvre, l'écureuil. Selon lui, les populations comprennent que la protection de l'environnement permet le retour progressif de la faune.
Sur un tout autre plan, il a confié qu'ils doivent continuer à assister les populations à travers des formations et des
appuis pour que toutes les activités contribuent au développement socio économique du terroir afin d'endiguer la pauvreté.

Par Laouali Souleymane , envoyé Spécial(onep)
15/02/19

Etranger

France / Le Grand débat national : La panacée contre la crise née des Gilets jaunes ?

France / Le Grand débat national : La panacée contre la crise née des Gilets jaunes ?

      Depuis plus de onze semaines, la France est secouée par la crise des Gilets jaunes. Après plusieurs tentatives de négociations soldées par des échecs, le président français Emmanuel Macron, a lancé le 15 janvier dernier, devant 600 maires réunis à Bourgheteroulde dans l'Eure, ce qu'il a appelé ''le grand débat national''. Cette démarche prévue pour durer jusqu'au 15 mars prochain, arrivera-t-elle à mettre fin à l...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux sai…

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, de plus en plus un fardeau pour les fidèles

« L'Etat n'invente pas le prix du Hadj mais étudie toutes les dépenses par rubrique, fait ...

jeudi 16 mai 2019

Les structures syndicales des agences de pèlerinag…

Les structures syndicales des agences de pèlerinage reclament la dépolitisation de l'organisation du Hadj au Niger

Chaque année, la traditionnelle organisation du pèlerinage à la Mecque connait quelques pé...

jeudi 16 mai 2019

Témoignage d'un pèlerin VIP sur le coût du hadj au…

Témoignage d'un pèlerin VIP sur le coût du hadj au Niger

Face au coût de plus en plus élevé du hadj, certains citoyens nigériens choisissent les vo...

jeudi 16 mai 2019

L'air du temps

Ramadan : dévotion et métamorphose

Ramadan : dévotion et métamorphose

Vous l'avez sans doute déjà remarqué : depuis quelques jours, par la grâce du mois béni du...

jeudi 16 mai 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.