Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mabingué Ngom, Directeur Régional du bureau de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : "Ce projet régional va nous permettre de libérer cette force vive que nous avons en Afrique : la jeunesse"

M. Mabingué Ngom M. Mabingué Ngom

Monsieur le Directeur Régional, vous êtes au Niger dans le cadre du lancement du projet régional ''Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel'', un projet financé par la Banque Mondiale et qui aura l'accompagnement technique du bureau de l'UNFPA de l'Afrique de l'Ouest et du Centre. En quoi consiste votre engagement dans ce projet et quels sont les domaines dans lesquels votre bureau interviendra pour l'atteinte des objectifs dudit projet ?
Le projet régional ''Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel'' est un partenariat entre la Banque Mondiale et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) en soutien de l'initiative qui a été lancée il y a de cela deux ans par le Président de la République Issoufou Mahamadou, en présence du Secrétaire Général des Nations Unies, M. Ban Ki Moon, du président de la Banque Mondiale et du directeur exécutif de l'UNFPA. L'objectif du projet est axé principalement sur l'augmentation de la demande de services en matière de santé de la reproduction et l'augmentation de l'offre de services dans le domaine, ainsi que le renforcement de capacités des organisations régionales et nationales qui travaillent dans le domaine de fournitures de ces services de santé. Comme vous le savez, les services de la santé de la reproduction jouent un rôle important en matière de développement. Surtout lorsqu'il s'agit de l'Afrique au sud du Sahara où le Dividende Démographique a un potentiel extraordinaire en termes de constitution d'une part importante pour servir des investissements dont l'Afrique au Sud du Sahara a besoin. Donc, il y a un besoin d'acuité dans la sous-région du Sahel.
Comment pensez-vous atteindre les objectifs de ce projet régional qui vient d'être lancé au Niger afin de parvenir à une contribution efficace de la mise en œuvre et de la réalisation de l'agenda 2030 pour le développement durable, et surtout de l'agenda 2063 que l'Union Africaine pense mettre en œuvre pour bâtir un Continent où le potentiel des femmes et des jeunes est réalisé ?
Ce projet régional va nous permettre de libérer cette force vive que nous avons en Afrique. Je pense à la jeunesse, particulièrement la jeune fille et la femme qui peuvent être d'un apport extraordinaire pour le développement du Continent. Vous savez, en général, les jeunes filles n'ont pas accès à une bonne éducation. L'école laisse la place à ce que nous appelons communément les mariages précoces. Donc, on oblige les filles à avoir des enfants très tôt. Toutes choses qui ne leur permettent pas de jouer un rôle en ce qui concerne la création de richesses. Nous ratons souvent d'utiliser la main-d'œuvre, de faire en sorte que la femme puisse contribuer de façon beaucoup plus importante au développement économique et social. A travers ce projet, nous allons garder les filles dans les salles de classes. Nous allons mettre en exergue des interventions qui leur permettront d'avoir accès à une formation de qualité et de décaler encore l'âge du mariage, mais également de décourager les mariages des petites filles qui sont à l'origine de beaucoup de problèmes de santé et qui contribuent également à créer des difficultés dans la marche vers le développement de la sous-région et de l'Afrique.
Il s'agit d'accélérer le développement du Continent. Par exemple, si nous investissons dans le Dividende Démographique en Afrique au Sud du Sahara à l'image des pays que nous appelons développés, nous pouvons développer 500 milliards de dollars chaque année et sur une période de plus de 30 ans. C'est une manne financière qui pourrait nous permettre un peu de relever de façon significative les conditions de vie des populations. Mais cela passe par des investissements, donc ce n'est pas automatique. Les efforts que nous avons faits pour continuer à réduire la mortalité maternelle contribuent un peu à réduire la pression que nous avons au niveau des familles à cause du taux de dépendance. Nous allons arriver à capturer ce Dividende Démographique.


Est-ce que le projet régional ''Autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel'' répond aux attentes et politiques des dirigeants des pays concernés, à savoir Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad ?
Absolument ! Puisque c'est une initiative qui fait suite à l'appel lancé par les Présidents de six pays du Sahel : Burkina Faso, Côte-d'Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Ce projet est financé par des dons, et les 6 pays ont souscrit aux objectifs du projet parce qu'il répond aux besoins de chaque pays. C'est un projet qui a six (6) composantes nationales. Chaque composante essaie un peu de cibler les besoins les plus pressants permettant d'accélérer la capture du Dividende Démographique.
Votre séjour au Niger vous a permis d'effectuer une séries de visites de travail dans les ''Espaces Sûrs'' de Niamey. Quel sentiment vous anime après ces visites ?
J'ai été impressionné par les efforts en cours au Niger. Efforts pour protéger la petite fille, efforts pour repositionner l'adolescent. Ces efforts méritent le soutien et l'appui de la coopération internationale pour le passage à l'échelle. Pour percevoir l'impact et le sentir au niveau des populations, il faut des actions de grandes envergures. Nous sommes heureux de voir qu'au Niger, grâce à l'action du Fonds des Nations Unies pour la Population, des autres partenaires du système de Nations Unies, nous avons un certain nombre d'initiatives qui méritent le soutien de la coopération internationale pour qu'on puisse voir réellement ces changements dans la vie des populations.
Vous avez également été à Diffa où l'UNFPA offre à des groupes cibles un paquet de services d'éducation en santé de la reproduction, en prévention des risques d'infection du VIH Sida, et aussi dans le domaine des violences basées sur le genre. Ces services entrent dans le cadre de la réponse aux urgences humanitaires dans cette région. Quel bilan tirez-vous après cette visite de terrain dans la région de Diffa ?
J'allais dire trois choses au moins. La première, c'est l'acuité des besoins des populations et la nécessité de faire en sorte que la paix, la stabilité, la sécurité reviennent pour que les souffrances infligées aux populations s'arrêtent. La 2ème chose, c'est qu'il faut absolument que les leaders communautaires puissent s'engager davantage. En outre, j'ai été très impressionné par leurs actions sur le terrain. Je pense que ce sont des actions isolées. Il y a lieu de les multiplier partout afin de faire reculer l'ignorance, la souffrance et les nombreux malentendus concernant les femmes et les jeunes quant à l'accès aux services de soins de base et à l'emploi. C'est des groupes qu'il protéger.
Quant à la question de boko haram ou celle des djihadistes, je pense que c'est la même chose que les immigrants qui meurent dans l'océan. C'est l'absence d'opportunités, d'éducation, d'emplois et d'espoir qui favorise la manipulation et l'instrumentalisation. Malheureusement, ces conflits ont un effet négatif sur les ressources budgétaires très limitées des pays comme le Niger qui sont par ailleurs obligés d'augmenter, de façon significative, les dépenses budgétaires et de sécurité au moment où la demande sociale est très forte. Je pense qu'en investissant dans la jeunesse, nous pouvons contenir beaucoup de fléaux comme boko haram, le djihadisme et l'immigration. En effet, le Niger est une zone de transit pour les immigrants, et je pense qu'il faut attaquer ce problème. C'est pourquoi, la solution militaire peut certainement aider à faire quelques progrès. Mais je pense que fondamentalement, il faut des investissements dans la demande sociale afin de faire en sorte que les jeunes puissent avoir la chance et l'opportunité de se faire valoir. Ce faisant, nous allons un peu réduire les souffrances.

Seini Seydou Zakaria(onep)

www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilit…

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilité des céréales à Katako pour couvrir les besoins des populations

A quelques heures du début du mois béni de Ramadan, les prix des céréales tels que le mil,...

jeudi 25 mai 2017

Les syndicats des commerçants rassurent les consom…

Les syndicats des commerçants rassurent les consommateurs de la stabilité des prix du sucre

A l'approche du mois béni de Ramadan, la revue à la hausse des prix des produits de grande...

jeudi 25 mai 2017

La hausse des prix de certains produits commence à…

La hausse des prix de certains produits commence à se faire sentir

La vente des produits de première nécessité est une activité pratiquée par nombre de Nigér...

jeudi 25 mai 2017

L'air du temps

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

En cette veille du mois béni du Ramadan, tous les chemins mènent aux magasins de vente de ...

jeudi 25 mai 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.