Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Boubé Ibrahim, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) : «Globalement, nous sommes techniquement prêts car nous déroulons, jusqu'ici, nos activités conformément au chronogramme adopté par la CENI»

M. Boubé Ibrahim M. Boubé Ibrahim

Monsieur le président, la CENI est en activité depuis des mois. Quel bilan pouvez-vous faire sur ces activités ?
En termes de bilan, je peux dire que celui-ci est globalement positif pour la bonne et simple raison que, de manière générale, les activités, que nous avons menées jusqu'ici, ont respecté le chronogramme adopté par la CENI. Pour prendre un exemple qui cadre avec l'actualité, à savoir la distribution des cartes d'électeur, celle-ci a effectivement démarré comme prévu le 21 janvier. C'est une étape importante du processus électoral. En outre, nous sommes sur le point de procéder à la nomination des responsables des commissions décentralisées de la CENI. De même, l'impression des bulletins et autres documents électoraux est en voie de lancement.
Vous savez aussi que nous avons procédé à l'inventaire physique du matériel électoral et assuré une série de formations de renforcement des capacités des membres de la CENI et de différents acteurs électoraux. Nous sommes par ailleurs sur le point de lancer notre campagne de sensibilisation et d'information et nous sommes en train de mettre en place les conditions pour un bon colisage et une bonne mise en place du matériel électoral à l'échelle du pays.
Pour parler de bilan toujours, mais au chapitre, cette fois, de la coopération avec les partenaires, permettez-moi de saluer leur disponibilité constante et leur engagement résolu. Au titre de la coopération multilatérale, je voudrais citer le PNUD qui, à travers le Programme d'appui au processus électoral au Niger (PACEN), nous a permis d'élaborer un plan de communication et une stratégie de mise en œuvre. Je voudrais rendre hommage également à la Commission électorale du Nigéria, INEC, dont nous avons rencontré, récemment, à Abuja, les plus hauts responsables qui ont bien voulu accepter de mettre à notre disposition un appui logistique important composé essentiellement d'urnes, de matériel roulant, de dispositifs en termes de sécurisation des scrutins dans les zones de notre pays frontalières du Nigéria et soumises à l'insécurité. Enfin, je voudrais saluer l'appui financier de la CEDEAO dans le cadre de l'atteinte des objectifs fixés par le Protocole Additionnel sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance ainsi que l'assistance de l'organisation Internationale de la Francophonie (OIF) dont l'expertise avérée en matière de gestion de processus électoraux, a permis d'aboutir à un consensus sur le Fichier électoral nigérien.

Monsieur le président, quelles garanties donnez-vous quant à l'indépendance de la CENI ?
Tout d'abord, le principe de l'indépendance de la CENI est inscrit dans la Loi fondamentale qui, en son article 6, dit que c'est la CENI qui est « en charge de l'organisation, du déroulement et de la supervision des opérations de vote » et qu' «elle en proclame les résultats provisoires ». Ensuite, la loi organique déterminant les modalités d'organisation et de fonctionnement de la CENI, en son article 1er, dit que « la CENI est indépendante de tout pouvoir, autorité ou organisation. Elle jouit de l'autonomie de gestion, d'organisation et de fonctionnement ».
Comme vous pouvez le constater, le cadre juridique définissant et garantissant notre indépendance est on ne peut plus clair.
La question du fichier électoral, justement, a trouvé un dénouement heureux. Les différents acteurs ont salué le travail de l'OIF. Malgré tout, quelles assurances donner sur la fiabilité du fichier ?
La première assurance à donner quant à la fiabilité du fichier réside tout simplement dans le consensus trouvé par la classe politique, toutes tendances confondues, autour de ce fichier. Ensuite, l'OIF, elle-même, avait déclaré, vous vous en souvenez, que ce fichier était fiable, sous réserve toutefois de la prise en compte de ses recommandations. Ce qui a été fait, aussitôt, par le Comité d'observateurs nationaux, auquel je réitère toute la gratitude de la CENI pour la qualité du travail accompli.
L'un dans l'autre, les insuffisances constatées relativement au fichier devraient permettre à la CENI ainsi qu'aux autorités administratives compétentes à tous les niveaux, de mûrir la réflexion quant à l'élaboration, pour l'avenir, d'un état civil nigérien efficient et à même de faciliter l'établissement d'un fichier biométrique unique et national avec comme objectif essentiel de produire une liste exhaustive avec photo faciale de tous les citoyens en âge de voter.
Certains suspectent le Ministère de l'Intérieur sur toutes les questions liées aux élections. Quelle est la nature de vos rapports avec ce ministère ?
Le Ministère de l'Intérieur est en charge, comme vous le savez, de la tutelle des partis politiques. Et les partis politiques sont les principaux acteurs partenaires de la CENI. Les rapports de la CENI avec le ministère de l'intérieur sont donc des rapports qui s'inscrivent dans le cadre de ce partenariat avec les partis politiques. Pour le reste, ces rapports se définissent en termes d'appui et d'accompagnement à apporter par le gouvernement à la CENI dans le cadre de la mise en œuvre du processus électoral. Le ministère de l'intérieur sert d'interface à cet égard. Enfin, je puis vous assurer que le Ministère de l'Intérieur, contrairement à une idée reçue, n'interfère pas dans les affaires de la CENI.



La CENI est-elle techniquement et financièrement prête pour les élections du 21 février ?
Techniquement, oui, car comme je l'ai dit, globalement, nous déroulons, jusqu'ici, nos activités conformément au chronogramme adopté par la CENI. Financièrement, il n'y a pas de souci majeur, là également, dans la mesure où aussi bien l'Etat que les partenaires extérieurs continuent de nous assurer de leur soutien et de leur disponibilité.
Vous avez reçu à Niamey plusieurs missions de la CEDEAO et des Nations-Unies. Quelle est l'implication de ces organisations dans la conduite du processus électoral ?
Nous avons effectivement reçu la visite de nombreuses organisations régionales et sous-régionales. Ce sont des visites de courtoisie qui nous confortent dans notre conviction que notre mission est de la plus haute importance. Certaines de ces organisations ont déjà apporté leur assistance à la CENI, c'est le cas de l'OIF. D'autres, telles que l'UA et la CEDEAO, ont promis d'apporter leur soutien au processus électoral nigérien. Toutes ces organisations sont donc à nos côtés et demeurent attentives au déroulement du processus électoral en cours dans notre pays. C'est le lieu, encore une fois, de leur faire part de la profonde gratitude de la CENI et de notre disponibilité à œuvrer pour le renforcement de notre coopération avec l'ensemble de ces partenaires.
Quelles sont les actions de communication envisagées par la CENI pour informer régulièrement la population sur vos activités ?
Comme je l'indiquais, tantôt, nous sommes sur le point de lancer notre campagne de communication. Les supports de communication sont en cours de finalisation et des outils de communication sont également prévus dans ce même cadre. Ils vont concerner la campagne de distribution des cartes d'électeur, qui va s'achever le 20 février. Ce qui veut dire que le jour du vote, le 21 février, il sera impossible pour tout électeur de retirer sa carte. C'est pourquoi j'invite instamment chaque électrice et chaque électeur à retirer, dès à présent, sa carte, et donc à ne pas attendre le dernier moment pour le faire. Les électeurs peuvent retirer leurs cartes chez les chefs de quartier, de village, de tribu ou de groupement.
Notre campagne de communication va porter également sur la mobilisation en vue des scrutins présidentiel et législatif du 21 février. Les électrices et les électeurs nigériens, femmes et jeunes en particulier, doivent se mobiliser pour aller voter massivement.

Quelles sont les activités à venir à l'agenda de la CENI ?

Outre le lancement de notre campagne de communication, que je viens d'aborder, nous nous attelons également aux préparatifs du lancement de notre site web, du colisage et de la mise en place du matériel électoral. Ceci requiert, comme vous le savez, d'importants moyens logistiques et financiers. Il en de même de l'impression des bulletins et autres documents électoraux. En outre, nous sommes en train de nous pencher sur la question de l'accréditation des observateurs nationaux et internationaux dont on sait le rôle clé qui est le leur en ce qui concerne l'observation électorale.
En ce qui concerne la formation, il est envisagé une activité essentielle, à savoir la formation des formateurs. Ce qui va donner lieu à une série de formations en cascade au niveau de tous les démembrements de la CENI, au niveau des régions. C'est une phase importante du processus électoral car sans ressources humaines bien formées, ce processus peut être compromis.
Votre mot de la fin ?
Le mot de la fin sera tout simplement un appel à la mobilisation des électeurs pour que, d'une part, chaque électeur retire sa carte avant le 20 février, dernier délai, et, d'autre part, pour que les nigériens, dans leur ensemble, se mobilisent pour aller voter massivement le 21 février dans le cadre des élections présidentielles 1er tour, couplées aux législatives. Car, si voter est un droit, c'est aussi et surtout un devoir.
Propos recueillis par Assane Soumana(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey :…

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey : Affluence générale vers les marchés de la capitale

Dans quelques heures, à l'instar du reste de la communauté musulmane, les fidèles de notre...

vendredi 23 juin 2017

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des pri…

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des prix de la volaille et du poisson importé

Les fêtes sont des grands moments de consommation de viande surtout de la volaille. Les pi...

vendredi 23 juin 2017

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Le jour de la fête est un grand jour pour les femmes et les jeunes filles. C'est en effet ...

vendredi 23 juin 2017

L'air du temps

Epilogue ramadanesque

Epilogue ramadanesque

Jour J moins 28 ; - 27 ; -4 ; -3 ;-2, etc. Pour certains jeûneurs, le compte à rebours déc...

vendredi 23 juin 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.