Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec le président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC), M. Abdourahamane Ousmane : ''Au niveau du CSC, nous avons pris les dispositions nécessaires pour contribuer à l'organisation d'élections libres, honnêtes et transparentes, da

invitLe Niger est entré de plain-pied dans le processus électoral devant parachever le 1er quinquennat de la 7ème République. Quelles sont les dispositions prises par le CSC pour la contribution des médias nigériens à des campagnes électorales et des scrutins apaisés?
Au niveau du Conseil Supérieur de la Communication, depuis plusieurs mois, nous avons élaboré un programme électoral dont l'objectif global est de contribuer à l'organisation d'élections libres, honnêtes et transparentes, dans un climat politique et social apaisé.
Ce programme est bâti autour de cinq axes majeurs à savoir: le cadre législatif et réglementaire; le renforcement des capacités des journalistes et du CSC; la production, la programmation et la diffusion des messages de campagne; le monitoring des médias et la sensibilisation des acteurs électoraux. Ce programme a été décliné en vingt-trois (23) activités. Il serait fastidieux de les énumérer toutes. Mais plusieurs activités ont déjà été menées.
De prime abord, le CSC a organisé des sessions de formation au profit des journalistes, sur le traitement de l'information en période électorale. Nous avons formé une centaine de journalistes exerçant tant à Niamey qu'à l'intérieur du pays, afin qu'ils contribuent à garantir le droit des citoyens à l'information sur le processus électoral. C'est au cours de ces formations qu'a germé l'idée d'élaborer un Code de bonne conduite des journalistes en période électorale.
Le CSC a matérialisé cette idée en recrutant un consultant, avec l'appui financier de l'Organisation Internationale de la Francophonie, pour élaborer le projet de Code que nous avons validé ensemble avec les organisations socioprofessionnelles des médias. Par la suite, nous avions officiellement signé ce Code de bonne conduite entre le CSC, la maison de la presse et l'Observatoire Nigérien des Médias pour l'Ethique et la Déontologie (ONIMED).
Ce Code a été édité sous deux formats : poche et affiche. Il a été distribué à l'ensemble des médias et journalistes exerçant sur le territoire du Niger. La seconde activité de formation que nous avions réalisée, a concerné les membres et le personnel du CSC, qui ont été respectivement formés sur la gestion du pluralisme en période électorale et le monitoring des médias. Nous avons également mis en service une nouvelle unité de monitoring qui va nous permettre de suivre 24h/24, l'ensemble des radios et télévisions émettant dans la ville de Niamey.
En plus de ces activités de renforcement des capacités des journalistes, nous avons décidé cette année d'innover, en impliquant d'autres acteurs, notamment les artistes et les créateurs culturels. Dans ce cadre, le CSC a eu l'idée de créer un hymne pour des élections apaisées. Nous avons approché le ministère de la culture qui a accepté le partenariat. La fédération nigérienne des artistes et créateurs culturels s'est également impliquée. Ce qui nous a permis d'avoir un casting assez représentatif de la culture nigérienne et de la diversité ethnolinguistique de notre pays. Ce groupe d'artistes a conçu un hymne dédié à des élections apaisées que nous comptons diffuser sur les médias publics, privés et communautaires au cours des campagnes électorales, pour contribuer à l'apaisement des cœurs et des esprits pendant ces périodes sensibles.
Le CSC a aussi décidé de garantir l'accès égal et équitable des partis politiques et des candidats aux médias publics et privés. Notre rôle, dans ce cadre, c'est de faire en sorte que chaque candidat puisse avoir la possibilité de s'exprimer, de défendre son programme auprès des électeurs pour que ces derniers puissent à leur tour opérer un choix éclairé et conscient.
Le CSC a adopté huit décisions pour réglementer l'accès des partis politiques et des candidats aux médias publics et privés. Nous avons édité un recueil de ces textes que nous avons vulgarisés au niveau de tous les acteurs au cours d'un atelier. Actuellement, nous sommes en train de mettre en œuvre ces différentes décisions à travers l'enregistrement, la diffusion et la publication des messages, portraits et entretiens des quinze candidats à l'élection présidentielle 1er tour du 21 février 2016. Donc, au niveau du CSC, nous avons pris les dispositions nécessaires pour contribuer à l'organisation d'élections libres, honnêtes et transparentes, dans un climat social et politique apaisé.

Monsieur le Président, qu'attendez-vous des journalistes pendant cette période électorale ?
Notre attente principale, c'est que les journalistes nigériens puissent contribuer à garantir les droits des citoyens à l'information sur le processus électoral. Mais, il faut que cette information soit crédible c'est-à-dire exacte, vérifiée, recoupée, équilibrée et plurielle. Il faut qu'elle soit aussi utile aux citoyens dans la jouissance de leurs droits et l'accomplissement de leurs devoirs.
Il faut également que les journalistes nigériens assument pleinement leur responsabilité sociale. Nous sommes dans un contexte particulier, où le moindre dérapage peut avoir des conséquences incalculables sur le plan social et politique. Cette responsabilité commande aux journalistes de peser et de soupeser l'information qu'il collecte avant de la diffuser ou de la publier. Il faut, en pareille circonstance, que le journaliste mette en avant l'intérêt général. Ce qui impose au journaliste d'éviter de diffuser ou de publier tout ce qui peut occasionner ou amplifier des troubles ; tout ce qui peut porter atteinte à la paix et à la quiétude sociale. Plus spécifiquement, le CSC attend des journalistes nigériens qu'ils respectent le Code de bonne conduite auquel ils ont volontairement souscrit. Il faut qu'ils restent équidistants vis à vis des partis politiques et des candidats en compétition. Pendant cette période électorale, les journalistes nigériens doivent promouvoir davantage le débat démocratique, dans la pluralité des opinions, le respect de la vie privée, de l'honneur et de la dignité des candidats.
Monsieur le Président, quelle est votre appréciation de la liberté de la presse au Niger ?
Le Niger fait partie des pays où la liberté de la presse est respectée. En témoignent les différents rangs que notre pays a occupés dans le classement mondial établi chaque année par Reporters Sans Frontières. Le Niger est à la 47ème place, sur plus de 160 pays classés. Le Niger devance certains pays occidentaux qui vivent sous des régimes démocratiques depuis des siècles. Au plan africain, le Niger fait partie des dix pays les plus respectueux de la liberté de la presse. C'est quand même assez honorable.
Aujourd'hui, le plus grand défi, c'est de consolider cet acquis. Pour consolider cet acquis, il faut que chaque acteur apporte sa contribution, à commencer par les journalistes. Parce que le pendant de la liberté, c'est la responsabilité.
Pensez-vous donc que les perspectives sont bonnes pour la liberté de la presse au Niger?
Oui, je le pense vraiment. Je n'ai pas de doute. Certes, nous connaissons parfois quelques difficultés liés à des dérapages. Mais je reste optimiste, car la volonté politique existe pour renforcer la liberté de la presse. Il faut savoir saisir cette opportunité. Je crois également à la capacité des vrais professionnels de se surpasser et d'arrêter, à travers l'autorégulation, certaines dérives qui sont l'œuvre d'une minorité de journalistes dont l'objectif est malheureusement de ternir l'image de toute la corporation.
Du côté du CSC, nous sommes en train de réfléchir pour la mise en œuvre d'une stratégie de co-régulation, qui incline à cesser de croire que les problèmes de la presse nigérienne concernent uniquement le CSC et les journalistes. Dans une vision plus globale, les problèmes de la presse doivent être traités comme des questions de société. Par conséquent, c'est toute la société qui doit les prendre à bras-le-corps ; la société dans son ensemble doit contribuer à apporter les solutions adéquates à ces problèmes. Le CSC compte saisir l'occasion de la célébration de son 25ème anniversaire, qui interviendra en novembre 2016, pour jeter les bases d'une réflexion collective sur le thème «Média et société au Niger».

Zabeirou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital Nat…

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital National de Lamordé : Une unité adéquate de diagnostic et de prise en charge des maladies rénales

Le bâtiment du Service de Néphrologie-Hémodialyse existe depuis les années 1974. Mais, il ...

vendredi 24 mars 2017

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : …

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : Un cadre de solidarité et d'entraide pour atténuer les souffrances des malades

Au Niger, à l'instar des autres pays, la question de dialyse est une préoccupation pour le...

vendredi 24 mars 2017

Les différents types d'insuffisance rénale

Les différents types d'insuffisance rénale

Il existe deux types d'insuffisance rénale : l'insuffisance rénale aiguë et l'insuffisance...

vendredi 24 mars 2017

L'air du temps

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift? Vous connaissez? C'est ce sport de glisse spectaculaire qui élève le dérapage de...

vendredi 24 mars 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.