Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec le président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, le Colonel Major Mahamadou Abou Tarka : « Les actions socio-économiques que nous menons doivent avoir un impact immédiat permettant aux populations de toucher les dividen

invitMonsieur le président, quels sont les défis auxquels le Niger est confronté en matière de consolidation de la paix, et quel est le rôle de la Haute Autorité ?
Il y a deux réalités qu'il faut avoir à l'esprit quand on parle de notre pays: en premier lieu, son appartenance au monde en voie de développement, avec des ressources limitées pour un pays en voie de construction où tous les chantiers sont des défis, voire des urgences ; et la seconde réalité, c'est notre position géographique dans une zone où se sont accumulées des menaces terroristes. Il nous faut donc les moyens de parer aux menaces, malgré notre situation, pour continuer à exister comme Etat. C'est là que nous avons choisi de tout miser sur l'adhésion de notre peuple. Nous avons fait de la population le centre de gravité de notre politique sécuritaire.
Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, l'extrémisme et les rebellions, il faut obtenir l'adhésion des populations, ''winning the hearts and mind'' comme disent les Américains. Pour bien saisir la gravité des menaces sécuritaires, il faut y ajouter la vulnérabilité que présente l'existence de zones périphériques dans lesquelles, pour des raisons de distance ou d'étendue, ou pour des raisons liées à l'histoire, l'Etat est moins présent et la conscience d'appartenir à un ensemble plus grand peut s'estomper dans des périodes données ou en raison de l'influence du voisinage. C'est pourquoi, par exemple, le Gouvernement a assigné à la HACP la responsabilité de mener en priorité nos actions de consolidation de la paix dans 76 communes contenues dans une région représentant un arc de cercle qui va de Bankilaré dans le Nord Tillabéry jusqu'à Bosso sur les rives sud du Lac Tchad. C'est la carte de vulnérabilité sécuritaire, établie dès Novembre 2011, c'est-à-dire en pleine guerre de Libye, mais avant la rebellion au Mali et bien avant que Boko Haram ne se dévoile. C'est dire l'anticipation dont a été capable le Président de la République, une anticipation qui nous a permis de recevoir les chocs de ces deux crises bien, préparés.
M. le président, que faites-vous concrètement pour remplir votre rôle ?
Lorsque je suis arrivé à la tête de la HACP, j'avais conscience que les défis auxquels nous allons faire face dépassaient largement nos ressources propres. Il fallait donc mener des discussions pour obtenir des financements supplémentaires. Ces ressources devaient être substantielles bien entendu, mais surtout adaptées à nos missions, flexibles et capables de répondre à l'urgence de la situation. Nous sommes dans un domaine difficile à définir : ce n'est pas l'humanitaire, mais plutôt le grand développement structurant, qui constitue sans doute la solution à long terme. Ici on est confronté au risque de voir des communautés basculer dans la révolte ou céder aux sirènes des extrémistes. Il faut donc une combinaison d'actions dont les effets sont immédiats pour installer la crédibilité de l'Etat et, partant, sa légitimité. Il nous faut des actions qui montrent aux populations de quel côté se trouve leur intérêt. Les actions socio-économiques que nous menons doivent avoir un impact immédiat permettant aux populations de toucher les dividendes de la paix. Elles peuvent prendre la forme d'activités génératrices de revenus, individuelles ou collectives (travaux à haute intensité de main-d'œuvre qui permettent de distribuer du cash pendant plusieurs mois, tout en construisant des infrastructures d'utilité publique comme les pistes rurales, des écoles, etc.).
L'obligation ici est de faire vite sur le terrain ce qu'on a promis, pour régler rapidement une question qui peut se transformer en prétexte de conflit. Il s'agit aussi de retenir, par l'activité ou par la formation, des jeunes candidats à l'aventure ; de satisfaire des demandes, de contenir des ambitions en nommant des cadres de la paix, des chargés de mission, des délégués de la paix dans les campements les plus reculés ; bref, il s'agit d'augmenter le maillage humain des zones à risque pour les arrimer définitivement au reste de la Nation. A côté de ces actions ''hard'', il faut également des activités de sensibilisation citoyenne et civique, la création d'espaces de dialogue (fora, rencontres foraines, caravanes de la paix), des sessions d'activités civilo-militaires pour permettre aux Forces Armées de se déplacer au sein des populations comme ''un poisson dans l'eau'' de façon à créer un environnement favorable à l'exercice de l'autorité de l'Etat, au règne de la loi et de l'ordre. C'est cela qui permet d'isoler et de neutraliser les terroristes et autres extrémistes. Une fois que vous avez le soutien de la population, que la confiance en l'Etat est une réalité, le terrorisme et la dissidence deviennent une simple affaire de police.
Tout ceci intervenait dans un contexte où le Président de la République a pris les devants très tôt pour inaugurer une politique inclusive de rassemblement où aucune frange de la Nation ne se sentait délaissée. Toutes nos actions se déroulaient donc dans ce background favorable et leurs effets en étaient d'autant plus démultipliés.
Quel rôle a joué l'Instrument de Stabilité (IDS) dans cette vision ?
Il se trouve que l'Union Européenne possède, dans la panoplie de ses outils, un instrument de stabilité particulièrement adapté à notre situation. Cet instrument est conçu pour des situations comme celle de notre pays en 2011, lorsque les nuages de l'instabilité planaient sur le Sahel et la guerre en Libye faisait encore rage. On ne parlait pas de terrorisme à l'époque, on craignait surtout la résurgence de l'irrédentisme dans le nord ou le nord-est. Mais les techniques qui ont permis au Niger de prévenir ce danger sont les mêmes qui sont appliquées pour contenir la contagion extrémiste. L'intervention de l'Union Européenne nous a ainsi permis de multiplier la portée et les impacts des actions que j'ai définies plus haut et de compléter l'action propre de l'Etat. Quand on parle de l'IDS, il faut savoir qu'il y a eu un premier programme de 12,5 millions d'euros, qui a concerné seulement les régions d'Agadez, Tahoua et Tillabéry, puisque comme je vous le disais, il fallait contrecarrer la reprise de la rebellion. Une deuxième phase IDS II a ensuite été lancée en 2013 pour un montant de 21,28 millions d'euros, et s'est étendue aux régions de Maradi et Zinder, en insistant sur le Nord Tillabéry avec ces problèmes spécifiques liés au conflit malien, mais également dans l'Azawack qui commençait également à ressentir les effets de la disparition de l'Etat au Mali. La fin de l'IDS II est programmée pour août 2016, mais il faut savoir d'ores et déjà qu'un nouvel instrument de l'UE, l'Instrument contribuant à la Stabilité et à la Paix (IcSP), prendra le relais en 2016 et concernera spécifiquement la région de Diffa qui constitue en ce moment notre priorité.
M. le président, qu'est-ce que ce programme a apporté au Niger en termes de présence auprès des populations vulnérables vivant dans des contextes difficiles?
Il y a beaucoup d'exemples, mais prenons le volet renforcement de la sécurité communautaire, une des composantes de l'IDS. Ce volet a permis le recrutement, la formation et l'équipement de plus de 300 policiers municipaux. L'opération vise plusieurs objectifs. D'abord, c'est du travail pour des jeunes ruraux désœuvrés. Ensuite, les policiers sont recrutés localement dans chaque commune, ils ont donc une proximité qui leur permet d'être des auxiliaires fort appréciés des Forces de Défense et de Sécurité. Ils contribuent également à donner au maire les moyens d'exercer son autorité, notamment en termes de collecte des taxes. Cette expérience commencée à Agadez a suscité un engouement de la part des communes et a été reconduite avec la levée d'une autre promotion qui a fini sa formation il y a déjà quelques mois et qui est maintenant sur le terrain.
En quoi l'IDS a-t-il été utile à la HACP ?
Pour comprendre l'utilité de l'intervention de l'IDS pour notre stratégie, laissez-moi vous décrire brièvement comment ce programme est structuré. Ce programme est organisé autour de 5 composantes thématiques mises en œuvre à travers treize (13) projets exécutés dans les huit (8) régions du Niger, et vise à renforcer la sécurité dans tout le Niger en offrant des opportunités aux jeunes, aussi bien de formation et d'emplois, que d'activités économiques et culturelles. Il vise également la promotion de la tolérance et du dialogue, la promotion de la culture de la paix. L'IDS amplifie l'ensemble des activités menées par la HACP à travers l'intervention de partenaires d'exécution qui sont souvent des ONG internationales et nationales comme KARKARA. Concrètement sur le terrain, c'est l'IDS qui nous a donné les moyens de financer directement un certain nombre d'actions. Prenons la composante 1, renforcement de la sécurité communautaire et du contrôle des frontières. C'est dans cette composante que nous avons pu réaliser la Police Municipale. Pour la composante 2, les travaux d'intérêt communautaire répondent également à notre souci de faire du concret. La composante 3 s'occupe de la réinsertion des jeunes, et la composante 4 de la promotion du dialogue religieux, etc. Nous avons aussi bénéficié d'un renforcement de capacités à travers la mise à disposition, par l'Union Européenne, d'une assistance technique que nous avons combinée avec nos services centraux et déconcentrés pour former une cellule hébergée à la HACP dédiée au programme IDS. C'est le rôle de la composante 5.
Quelle est la recette qui a conduit à la réussite de ce programme ?
L'UE a voulu que les autorités nigériennes, à travers la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, s'approprient le programme. L'UE a renoncé à sa visibilité sur le terrain pour mettre en avant le Gouvernement, de manière à montrer aux populations l'intérêt de l'Etat pour leur sort et renforcer sa crédibilité. Nous pilotons donc ce programme pour lequel nous avons fixé les grandes orientations et indiqué les zones prioritaires d'intervention.
Quelles sont, selon vous, les composantes qui ont été les plus pertinentes ou qui ont eu le plus d'impact ?
Le programme obéit à l'approche transversale, qui nous permet de toucher à tous les domaines : formation (petits métiers), sécurité (renseignement humain, sensibilisation), éducation (cantines scolaires), sécurité alimentaire (Banques céréalières). Les populations plébiscitent les interventions socioéconomiques, activités génératrices de revenus et travaux à haute intensité de main d'œuvre, qui renforcent tout à la fois la résilience des communautés et rappellent que l'Etat est là pour les populations. Les actions de sensibilisation et de formation aussi ont été bien appréciées, elles concernent les jeunes, filles et garçons. L'impact des actions de renforcement de la décentralisation ne se voit pas tout de suite mais, à long terme, elles donneront à ces nouvelles entités administratives le ''know how'' pour formuler des Plans de Développement Communaux (PDC) réalistes, et faciliter la mise en œuvre, par ces collectivités, de projets plus ambitieux au profit de ces communautés.
Monsieur le président, comment envisagez-vous l'avenir ?
Pour ce qui est de l'Instrument de Stabilité, il faut continuer à renforcer l'implication des collectivités territoriales - mairies et conseils régionaux - dans son pilotage. Pour ce qui est de la sécurité en général, je pense que le pire est derrière nous. Nous avons eu une phase de combat et de stabilisation. Nous devons entrer rapidement dans une phase de reconstruction, notamment au profit des deux régions les plus affectées ces derniers temps : Diffa et Tillabéry. Pour forcer le trait, il faut dire que nous aurons besoin de lancer, dans les prochains mois, deux grands projets, ''deux petits projets Marshal''», l'un pour réorganiser l'économie de la zone de Diffa, trop dépendante du Nigeria (poisson, poivron), et l'autre pour s'attaquer aux causes structurelles de l'insécurité dans le Nord Tillabéry par un investissement massif dans les infrastructure pastorales.

Assane Soumana(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital Nat…

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital National de Lamordé : Une unité adéquate de diagnostic et de prise en charge des maladies rénales

Le bâtiment du Service de Néphrologie-Hémodialyse existe depuis les années 1974. Mais, il ...

vendredi 24 mars 2017

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : …

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : Un cadre de solidarité et d'entraide pour atténuer les souffrances des malades

Au Niger, à l'instar des autres pays, la question de dialyse est une préoccupation pour le...

vendredi 24 mars 2017

Les différents types d'insuffisance rénale

Les différents types d'insuffisance rénale

Il existe deux types d'insuffisance rénale : l'insuffisance rénale aiguë et l'insuffisance...

vendredi 24 mars 2017

L'air du temps

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift? Vous connaissez? C'est ce sport de glisse spectaculaire qui élève le dérapage de...

vendredi 24 mars 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.