Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Idé Issaka, président du Comité Olympique et Sportif du Niger (COSNI) : ''Dans la phase de préparation aux Jeux Olympiques, l'athlète qualifié a forcément besoin du soutien de son pays''.

invitM. le président, dans quelques mois, la ville de Rio de Janeiro au Brésil accueillera les Jeux Olympiques 2016. Le Niger sera-t-il présent à ces jeux ?
Je voudrais d'abord dire que la 31ème édition des Jeux Olympiques se déroulera du 5 au 21 août 2016 à Rio de Janeiro au Brésil. A la date du 16 février 2016, il restera exactement 171 jours. La ville de Rio sera donc l'hôte des Jeux de la 31ème Olympiade. Le programme des jeux de Rio comprend 34 épreuves et plus de 7. 800 athlètes y participeront.
Pour répondre à la question qui consiste à savoir si notre pays, le Niger, prendra part à ce grand évènement, nous répondons par l'affirmatif. L'Etat, le COSNI et les Fédérations Nationales Sportives s'activent pour sélectionner les athlètes et officiels qui vont représenter notre pays à ce grand rendez-vous mondial du sport. Notre pays a déjà participé à plusieurs olympiades, guidé par l'esprit du Baron Pierre de Coubertin, précurseur des Jeux Olympiques de l'ère moderne, qui disait que pour assurer une universalité aux Jeux ''L'essentiel est de participer''. Mais aujourd'hui au Niger, nous pensons qu'il faut évoluer en assurant à notre pays une participation qualitative et beaucoup plus honorable, consistant à chercher des qualifications et non se contenter des invitations délivrées dans le cadre de l'universalité. C'est pourquoi nous nous réjouissons de la qualification de notre athlète du Taekwondo, Alfaga, qui a ouvert le chemin aux autres boursiers olympiques nigériens. Et nous pensons qu'avec une réelle implication de l'Etat du Niger, d'autres boursiers du judo, de l'athlétisme et de la natation pourront lui emboîter le pas.
M. le président, quel est l'apport du COSNI dans le cadre de la préparation des athlètes nigériens qui participeront à ces jeux olympiques 2016 ?
Pour répondre à votre question, l'apport du COSNI ne peut être que la mise en œuvre du programme de la Solidarité Olympique en collaboration avec le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques.
En ce qui concerne la préparation des athlètes, grâce au programme de la Solidarité Olympique du CIO, notre pays a bénéficié de cinq (5) bourses olympiques dans les disciplines ci-après : deux (2) en natation, une (1) en athlétisme, une (1) en taekwondo et une (1) en judo.
Pour assurer la préparation de ces athlètes, le COSNI a mobilisé une somme de 36 millions de Francs CFA. En ce qui concerne plus particulièrement le taekwondo, la fédération ayant constaté que les conditions locales ne permettaient pas à son athlète de se perfectionner davantage, elle a approché le COSNI pour lui demander de l'aider à lui trouver un entraînement de haut niveau.
Sachant que le CIO ne reconnait malheureusement aucun centre spécialisé d'entrainement pour le taekwondo, au vu des performances de l'athlète, le COSNI a dû faire appel à des relations, souvent personnelles, pour confier l'athlète Alfaga à un entraîneur allemand qui a accepté de l'entraîner sur la base de sa simple bourse locale. C'est le lieu de saluer au passage ce type de collaboration entre les fédérations sportives et leur institution faîtière qui est le COSNI.
Pour les quatre autres athlètes, leur préparation se fait localement et un rapport technique est soumis périodiquement à la Solidarité Olympique, pour apprécier l'évolution de leur préparation. La bourse intègre l'équipement, le transport, la participation à des compétitions internationales qualifiantes, et les pécules de l'athlète versées mensuellement. Avant les Jeux, le COSNI, négocie des bourses olympiques pour les athlètes qui doivent préparer leur qualification aux JO et leur préparation en collaboration bien sûr avec les Fédérations Nationales, tandis que pendant les Jeux, le COSNI conduit et encadre la délégation afin qu'athlètes et officiels bénéficient des meilleures conditions de séjour et de compétitions.
Notons qu'en général, ce sont les Etats qui prennent en charge l'essentiel des dépenses liées à la participation de la délégation du pays aux Jeux Olympiques. Il s'agit notamment des frais de transport et de logement des dignitaires, des frais d'équipement des athlètes et des officiels, ainsi que les frais relatifs à d'autres services indispensables.
D'autres athlètes nigériens, à l'image de Alfaga en Taekwondo, se sont brillamment qualifiés pour Rio 2016. Selon vous, quel apport les autorités nigériennes doivent-elles consentir afin de soutenir nos athlètes et leur permettre de réaliser de bons résultats à Rio ?
L'athlète, dans cette phase, a besoin d'avoir confiance en lui-même et doit savoir que dans cette campagne, il a tout le soutien et l'accompagnement approprié de son pays, de sa famille, de sa fédération sportive et aussi de ses amis et frères pour qui il doit servir d'exemple. La préparation des Jeux Olympiques commence dès que les précédents jeux sont terminés. L'athlète aura quatre années pour se préparer. Dans ce cas, les fédérations sportives doivent être en mesure de proposer des athlètes compétitifs au CNO, pour la recherche éventuelle de bourses olympiques et de cartes d'invitation (dans le cadre de l'universalité), et pour le lancement du programme de préparation.
Dans la phase de préparation aux jeux, l'athlète qualifié a forcément besoin du soutien de son pays, en collaboration étroite avec le Comité National Olympique et la Fédération Sportive de l'athlète en question. Des moyens plus conséquents doivent lui être alloués pour lui permettre de participer aux différentes compétitions régionales et internationales, pour sa mise en jambe.
Ceci est tout aussi valable pour les disciplines qui sont encore dans la phase qualificative. Le soutien de l'Etat est indispensable pour aider les athlètes. Il en va ainsi des athlètes du judo, de l'escrime et de la lutte libre.
Pour le judo par exemple, il faut signaler l'imminence des échéances du mois de Mars à Düsseldorf en Allemagne, d'Avril en Tunisie et de Juin en Russie.
En ce qui concerne les disciplines invitées aux Jeux dans le cadre de l'universalité (natation et athlétisme), l'Etat et le COSNI doivent mettre en place, en collaboration avec les fédérations sportives concernées, un programme conséquent d'entraînement, de préparation et d'incitation. De même, l'Etat du Niger doit, à l'instar des autres Etats africains, dégager des moyens conséquents pour la préparation des athlètes et une participation honorable de notre délégation à RIO.
M. le président, au mois de janvier dernier, le Comité Olympique et Sportif du Niger a organisé, à l'intention des dirigeants des fédérations sportives nationales, un séminaire de formation axé sur ''les modes de règlement des conflits en milieux sportifs''. Quel est l'objectif que vous assignez à une telle formation et quelles en sont vos attentes ?
Depuis plus d'une décennie, le mouvement sportif nigérien est en proie à des crises de natures diverses, mais récurrentes, qui perturbent la quiétude et la cohésion au sein des associations sportives et des sportifs. Ce qui nous interpelle, c'est surtout les recours abusifs aux tribunaux locaux et l'indexation et la mise au ban de notre pays par les instances internationales du sport. Pour dégager les pistes de réflexion tendant à la résolution de ce problème récurrent, le COSNI, en collaboration avec les autorités de tutelle, de la Justice et de la communauté internationale, avec l'appui technique du CIO, s'est engagé à organiser ledit séminaire. Ceci permettra, d'une part, de créer un cadre propice d'échanges et d'impliquer toutes les parties prenantes à la résolution du problème, d'où l'atteinte des objectifs spécifiques assignés au séminaire, et qui sont entre autres l'arrêt systématique des recours aux juridictions de droit commun dans le règlement des différends sportifs; la création et le développement de l'esprit de conciliation et de consensus dans le règlement des différents nés de la gestion et de la mise en place des structures sportives aussi bien au niveau décentralisé qu'au niveau des fédérations faitières; et la mise en place de la commission de conciliation, d'arbitrage et de règlement des conflits du COSNI, qui est statutaire.
Pour apprécier la gravité du phénomène, en 10 ans, sur les 25 cas de litiges résultant de conflits dans le milieu du sport, 23 assignations ont été reçues par les juridictions ordinaires. Il est à noter qu'aucune d'elles n'a fait l'objet d'une vérification de l'épuisement du recours préalable par les dites juridictions, alors que le juge doit préalablement vérifier si tous les recours internes aux structures sportives ont été épuisés avant d'instruire le dossier.
Il est vivement recommandé que les conflits de nature purement sportive et/ou institutionnelle touchant aux organisations sportives soient résolus à l'amiable au sein des institutions sportives compétentes et/ou par la médiation, la conciliation ou l'arbitrage, en dehors des juridictions ordinaires.

Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Ruée vers l'or à Tanda-Boundou, Commune rurale de …

Ruée vers l'or à Tanda-Boundou, Commune rurale de Liboré : De l'engouement aux questionnements

Or ou pas or dans le village de Tanda-Boundou, dans la Commune rurale de Liboré ? C'est la...

jeudi 27 avril 2017

Ambiance de marché sur le site de fouille aurifère…

Ambiance de marché sur le site de fouille aurifère de Tanda-Boundou

Pour se rendre sur le site de fouille d'or du village de Tanda-Boundou, sis entre Malam Ko...

jeudi 27 avril 2017

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un chang…

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un changement de comportement dans la région de Dosso

L'Initiative 3N, faudrait-il le rappeler, est un programme ambitieux, une vision du Présid...

vendredi 21 avril 2017

L'air du temps

Ces ruées vers l'or qui soulèvent des foules

Ces ruées vers l'or qui soulèvent des foules

Vers la fin de l'année 2014, ils ont déferlé, en bravant les dunes et les tempêtes de sabl...

jeudi 27 avril 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.