Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mahaman Ousmane, président de la Commission Nationale des Elections Professionnelles (CONEP) : ''Le processus électoral est aujourd'hui à un stade d'exécution plutôt satisfaisant''

invitMonsieur le président de la Commission Nationale des Elections Professionnelles, la CONEP a été créée par les autorités de la 7ème République dans l'optique d'organiser, superviser et suivre le processus électoral de détermination de la représentativité des organisations syndicales des travailleurs. Quelles les attributions et la composition d'une telle structure, et peut-on savoir exactement ce qui a été fait par la commission de son installation à aujourd'hui ?
Comme vous le savez, l'organisation des élections professionnelles au Niger a été essentiellement rendue possible grâce à une approche consensuelle voulue par l'ensemble des partenaires autour du code électoral professionnel qui est un socle juridique et institutionnel participatif. Ce processus, qui concerne les agents du secteur public et ceux du secteur privé, a été impulsé par le Ministère en charge du Travail avec, à l'origine, l'étroite implication des centrales syndicales et des organisations patronales, et a abouti à la création de la Commission Nationale des Elections Professionnelles (CONEP), une structure tripartite composée de l'Administration, des organisations professionnelles des travailleurs et du patronat.
La première activité de la CONEP, aussitôt après son installation, a été la conception d'un chronogramme de ses activités tenant compte de l'observance des délais légaux prescrits par le code électoral professionnel et l'évaluation des dépenses nécessaires à l'organisation du scrutin.
La planification des activités de la Commission Nationale des Elections Professionnelles a été conçue dans une logique ''de chaine'' dont le déroulé global est synchronisé, c'est-à-dire que la réalisation d'une action en aval reste liée à une autre action en amont.
Pour rendre opérationnel le processus électoral professionnel et lui donner de la visibilité, il a été procédé, en relation étroite avec les autorités locales, à l'installation des commissions administratives ad hoc. Ces structures de base installées sur l'ensemble du territoire ont à charge, entre autres, le recensement des électeurs.
Composées de l'ensemble des organisations professionnelles engagées dans le processus électoral et des services de l'Etat représentés au niveau local, les commissions administratives ont identifié, de façon consensuelle et sur la base d'un cahier des charges, toutes les structures professionnelles implantées dans leurs localités, et recruté des agents recenseurs devant procéder à l'enrôlement de tous les travailleurs de la localité.
Parallèlement, le plan de communication de la CONEP prévoit que les travailleurs soient sensibilisés et mobilisés, à travers divers supports de communication, afin d'accélérer et de faciliter le processus de leur identification.
En outre, le ministre en charge du Travail a personnellement instruit les inspecteurs régionaux du Travail afin que, toute activité cessante, ils fassent le suivi opérationnel du présent processus auprès des autorités locales.
Parallèlement, les centrales syndicales ont été invitées à faire le point avec leurs structures régionales sur l'opération de recensement pour un suivi de proximité devant favoriser le consensus autour du fichier électoral.
Outre ces structures de base, la CONEP a été organisée en structures de relais aux niveaux régional et départemental, afin de parfaire la couverture nationale.
Le processus électoral est aujourd'hui à un stade plutôt satisfaisant d'exécution, car il est à une phase d'exigence, qui requiert une implication sans faille de tous les responsables des administrations, particulièrement les gouverneurs, les préfets, les maires et tous les acteurs syndicaux. Pour l'instant, toute l'attention est focalisée sur les élections politiques, mais aussitôt qu'elles auront été achevées, rien n'empêchera de lancer le processus électoral professionnel.

La Commission Nationale des Elections Professionnelles avait procédé à un recensement des travailleurs. Comment ce travail a-t-il été réalisé sur le terrain, et est-ce que tous les travailleurs ont été recensés ?
Les opérations de recensement, suivies de la phase de ratissage, viennent de s'achever, de même que le processus de saisie des données pour la production du fichier électoral provisoire.
A l'issue de cette étape, un listing par commune a été rendu disponible et porté à la connaissance des intéressés par le biais d'affichage en vue de susciter les corrections à intégrer dans la perspective de l'édition de la liste électorale définitive.
Pour faciliter cette opération de corrections, des missions de terrain ont été conduites auprès de toutes les commissions administratives sur l'ensemble du territoire afin d'aider à mieux organiser et finaliser le listing électoral.
Présentement, les corrections de toutes les régions sont intégrées, et nous attendons seulement celles de Niamey, qui sont en train d'être finalisées et validées au sein des différentes commissions administratives, pour disposer d'un fichier électoral à faire valider par la plénière de la CONEP et le rendre ainsi définitif et prêt pour le scrutin.

Quels peuvent être les avantages de ces élections professionnelles pour la Fonction Publique nigérienne et pour les structures syndicales du Niger ?
Comme je l'ai déjà dit, le Gouvernement a commis la Commission
Nationale des Elections Professionnelles (CONEP) dans un processus électoral de détermination de la représentativité des organisations syndicales des travailleurs pour déterminer, à travers les élections, laquelle des centrales mobilise le plus de travailleurs en son sein.
Ce processus est très utile pour les centrales elles-mêmes, car il leur donne l'occasion de jauger leur véritable force sur le terrain, et certainement d'identifier leurs éventuelles faiblesses en vue de les corriger.
Pour les pouvoirs publics, les élections professionnelles auront pour avantage premier l'amélioration du processus de dialogue social, car ils aideront ainsi à déterminer le poids électoral de chacune des centrales syndicales et donc sa légitimité. En ce qui concerne, de façon spécifique, les services de la Fonction Publique, les données issues de cette opération d'enrôlement, une fois désagrégées de celles des agents du privé, contribueront à l'amélioration des statistiques des ressources humaines publiques.

Est-ce que la Commission Nationale des Elections Professionnelles a réellement eu les moyens nécessaires pour accomplir la mission qui lui a été assignée ?
Un processus de commande de biens et services devant rendre disponibles tous les supports et les moyens nécessaires à un bon déroulé du scrutin a été déployé, et on espère la mobilisation desdits moyens bien avant la date qui sera ultérieurement déterminée entre le Gouvernement et les centrales syndicales. De même, pour rendre moins laborieux le processus de production du listing électoral, une application informatique a été développée pour l'informatisation du fichier électoral.
Hassane Daouda(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilit…

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilité des céréales à Katako pour couvrir les besoins des populations

A quelques heures du début du mois béni de Ramadan, les prix des céréales tels que le mil,...

jeudi 25 mai 2017

Les syndicats des commerçants rassurent les consom…

Les syndicats des commerçants rassurent les consommateurs de la stabilité des prix du sucre

A l'approche du mois béni de Ramadan, la revue à la hausse des prix des produits de grande...

jeudi 25 mai 2017

La hausse des prix de certains produits commence à…

La hausse des prix de certains produits commence à se faire sentir

La vente des produits de première nécessité est une activité pratiquée par nombre de Nigér...

jeudi 25 mai 2017

L'air du temps

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

En cette veille du mois béni du Ramadan, tous les chemins mènent aux magasins de vente de ...

jeudi 25 mai 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.