Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dr Djermakoye Hadiza Jackou, coordinatrice nationale de la lutte contre le paludisme : ''Si tout le monde y mettait du sien, et en même temps, dans la lutte contre le paludisme, il y a longtemps que la maladie aurait disparu''

invitLa communauté internationale a célébré mardi dernier la journée internationale de la lutte contre le paludisme. Que représente pour vous la célébration d'une telle journée au vu des dégâts que cause chaque année cette maladie dans nos communautés ?
Merci. Depuis 2007, les pays membres de l'OMS commémorent la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. Donc pour nous, c'est vraiment un cadre privilégié et solennel pour rappeler aux différentes autorités politiques et administratives, et aux partenaires techniques et financiers, la nécessité de poursuivre les investissements pour lutter contre cette maladie qui représente la première cause de mortalité et de morbidité dans les pays sous-développés, principalement dans les pays d'Afrique subsaharienne.
Docteur, quelle est aujourd'hui l'ampleur du paludisme au Niger ?
Le paludisme au Niger, c'est vraiment la première cause de morbidité et la première cause de mortalité, même si ces trois dernières années, nous constatons qu'il y a une diminution du nombre de cas et une amélioration de la prise en charge au niveau de nos formations sanitaires. Nous sommes passés de 4 millions 288 mille cas présumés en 2013, à 2 millions 800 mille cas confirmés en 2014. Actuellement, nous ne parlons plus de cas présumés, nous parlons de cas confirmés. Pourquoi ? Parce que le Gouvernement et ses partenaires ont amélioré le dépistage en mettant à la disposition des formations sanitaires ce que nous appelons des tests de dépistage rapide pour confirmer les cas.
Avant, on voyait plus des cas cliniques; le patient se présente dans une formation sanitaire, et au vu des symptômes, le diagnostic est posé comme étant un cas présumé de paludisme. Donc, cela fait qu'on avait des chiffres astronomiques de 4 millions ou 5 millions de cas. Mais en fait, ces cas n'étaient pas seulement des cas de paludisme. Il y avait d'autres pathologies. Actuellement, depuis deux à trois ans, le fait de mettre à la disposition des formations sanitaires ces tests de dépistage rapide fait que nous avons de vrais cas de paludisme, nous avons environ 2 millions et quelque cas par an, qui sont correctement pris en charge dans les formations sanitaires, ce qui fait que le nombre de décès qu'on enregistrait chez les enfants a également chuté ces deux dernières années. Ceci se traduit par le fait que, de moins en moins, le paludisme n'est plus la première cause de décès chez les enfants, mais il vient en deuxième position. Cela veut dire que des efforts assez importants sont en train d'être faits.
Des efforts importants sont quotidiennement déployés par l'Etat et ses partenaires comme vous l'avez souligné tantôt, dans la lutte contre le paludisme. Peut-on savoir ce que vous faites dans le cadre de cette même lutte ?
En matière de prévention d'abord, le Gouvernement et ses partenaires ont, depuis 2014, commencé la distribution gratuite de masse en raison d'une moustiquaire pour deux personnes; donc la distribution gratuite de moustiquaires imprégnées au niveau des populations. Nous avons commencé par la région de Tillabéri; nous avons enchainé avec Maradi, Zinder et Tahoua, et nous allons, à partir du 18 mai, continuer avec la région de Niamey. Ce n'est pas moins de 8 millions de moustiquaires qui seront distribuées. A peu près 6 millions 400 mille ont déjà été distribuées. Pour Niamey, nous allons distribuer environ 600 mille à 700 mille moustiquaires. Nous allons faire la région de Dosso, et probablement celle de Diffa en fin d'année. Nous n'avons pas uniquement les moustiquaires comme moyen de prévention, nous avons ce que nous appelons la chimio prévention du paludisme saisonnier chez les enfants de 3 à 59 mois. C'est une nouvelle stratégie.
Le Niger est un des premiers pays à mettre en œuvre cette stratégie. Elle consiste à donner aux enfants de cette tranche d'âge des médicaments pendant la saison des pluies. Ce qui fait que dans les districts où nous avions mis en œuvre cette stratégie depuis deux ans, nous enregistrons une diminution d'environ 5% du nombre de cas de paludisme qu'on rencontrait. Lorsque vous interrogez les mères, elles vous diront que les enfants, pendant la saison des pluies, contrairement aux années précédentes, ont moins de paludisme, et il y a moins de décès enregistrés. Nous avons aussi le projet cher au Président de la République, avec la coopération cubaine, qui va incessamment commencer. Ce n'est pas moins de 4 milliards de FCFA qui seront injectés dans tout ce qui est lutte anti larvaire grâce à la coopération cubaine. Il s'agira pour nous de répandre des bio-larvicides au niveau de toutes les étendues d'eau qui sont favorables à la prolifération des moustiques. Nous avons aussi des conventions que nous signons avec certaines mairies pour la démoustication des villes.
Nous intervenons au niveau des rassemblements des populations pour démoustiquer les endroits. Il y a aussi la prévention que nous faisons chez les femmes enceintes. Il y a des médicaments que nous donnons lors de la consultation prénatale pour la prévention du paludisme chez ces femmes. Il y a bien sûr tout ce qui est séance de sensibilisation et information pour un changement de comportement à l'endroit des populations, pour qu'elles prennent conscience du danger du paludisme, et qu'elles comprennent les moyens de prévention contre cette maladie. Beaucoup de gens font l'amalgame entre les caniveaux, les saletés, les ordures et la prolifération des moustiques.
Les gens doivent faire extrêmement attention à toutes ces eaux qui stagnent dans les concessions; toutes ces maisons qui sont mal aérées, et mal éclairées. C'est là que se trouvent les nids des moustiques. L'anophèle a une particularité : c'est un insecte qui aime la propreté, et qui aime l'obscurité. Donc, quand vous rentrez dans les concessions où il y a juste de l'eau qui stagne dans un canaris, dans un pneu, ou dans une brique, c'est là qu'il peut y avoir la prolifération des moustiques qui donnent le paludisme. Ceux qui sont dans les caniveaux, ce sont les culex. Ce ne sont pas eux qui transmettent le paludisme. Mais, c'est vrai qu'il faut améliorer l'environnement malsain et insalubre dans lequel nous vivons surtout au niveau des villes.
L'édition 2016 de la journée internationale de lutte contre le paludisme a pour thème : ''Mettre fin une fois pour toutes au paludisme''. Pensez-vous que cet objectif peut être atteint par nos Etats ?
Je pense sincèrement que cet objectif peut être atteint. Il peut être atteint pourquoi ? Lorsque vous regardez entre 2000 et 2015, nous avons plus de 57 pays qui ont réduit de plus de 75% l'incidence du paludisme. Et plus de 60% de ces pays ont réduit le taux de mortalité. Donc il n'y a pas de raison à ce que ces efforts ne continuent pas et que les résultats ne soient pas améliorés si toutefois toutes les conditions sont réunies. Et les conditions c'est quoi ? Il faut que tout le monde s'y mette.
Le Gouvernement seul ne peut pas faire en sorte que le paludisme recule. Aussi, les populations, le Gouvernement, les partenaires, les communes, bref, tout le monde doit s'y mettre. Si tout le monde y mettait du sien, et en même temps, dans la lutte contre le paludisme, il y a longtemps que la maladie aurait disparu. C'est nous, les femmes, qui sommes responsables de la salubrité chez nous. Et c'est vous, les hommes, qui êtes responsables de la salubrité devant chez vous. Donc, évitez de laisser des eaux qui stagnent. Et lorsque vous voyez des eaux qui stagnent devant vos portes pendant la saison des pluies, essayez de remblayer.
Mettons nous tous ensemble pour améliorer la salubrité de notre environnement. Les communes suivront. Une fois que le ménage est fait à l'intérieur des maisons, cela donnera le courage aux communes pour qu'elles s'y mettent afin d'améliorer la salubrité dans les villes. L'Etat met aussi à la disposition des populations des moyens de traitement. Depuis trois ans, nous n'enregistrons pas de rupture de médicaments dans nos formations sanitaires. La prise en charge est gratuite pour les enfants de 0 à 5 ans, et il y a la disponibilité aussi bien pour la prise en charge des cas simples que des cas graves.

Si tout le monde va dans le même sens, nous pensons que l'objectif de la journée ''Eliminer le paludisme une fois pour toutes'', que nous avons fixé pour 2025, sera forcément atteint. Il y a des maladies qui sont beaucoup plus graves et plus contagieuses que le paludisme ; et pourtant, la communauté internationale est arrivée à bout de ces maladies. Donc, il n'y a pas de raison à ce qu'on ne puisse pas éliminer le paludisme qui est, dans une certaine mesure, une maladie comportementale.
Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital Nat…

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital National de Lamordé : Une unité adéquate de diagnostic et de prise en charge des maladies rénales

Le bâtiment du Service de Néphrologie-Hémodialyse existe depuis les années 1974. Mais, il ...

vendredi 24 mars 2017

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : …

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : Un cadre de solidarité et d'entraide pour atténuer les souffrances des malades

Au Niger, à l'instar des autres pays, la question de dialyse est une préoccupation pour le...

vendredi 24 mars 2017

Les différents types d'insuffisance rénale

Les différents types d'insuffisance rénale

Il existe deux types d'insuffisance rénale : l'insuffisance rénale aiguë et l'insuffisance...

vendredi 24 mars 2017

L'air du temps

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift? Vous connaissez? C'est ce sport de glisse spectaculaire qui élève le dérapage de...

vendredi 24 mars 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.