Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Saibou Tamoudari, préfet du département de Dosso : « Le département de Dosso sera très prochainement un département phare en termes de développement économique et social, un carrefour d'échanges commerciaux et industriels » Monsieur le préfet, veu

Invit1Je vous remercie très infiniment de m'avoir donné l'occasion de présenter la carte postale du Département de Dosso. Le Département de Dosso est, comme vous le savez, à la fois chef-lieu de la Région, chef-lieu du département et chef-lieu de la Commune Urbaine de Dosso et cette position lui donne beaucoup d'avantages sur le plan des infrastructures sociales et socio-économique.
Il est limité au nord par le département de Loga et la Région de Tillabéri ; au sud par les départements de Dioundiou et Gaya et la République du Bénin; à l'est par les départements de Doutchi et Tibiri; et à l'ouest par ceux de Boboye et Falmey.
Le département de Dosso couvre une superficie de 8.730 km² et dispose d'une population de 492.560 habitants répartis dans 406 villages, tribus, quartiers et campements administratifs. Cette population est composée majoritairement de Zarma, cohabitant avec des Haoussa, des Peulhs et Touaregs. Les populations vivent en parfaite symbiose.
Concernant l'organisation administrative, selon la loi 2002-012 du 11 juin 2002 portant sur la Décentralisation, le Département de Dosso compte 11 communes dont une commune urbaine (Dosso) et 10 communes rurales qui sont celles de Mokko, Garankédey, Goroubankassam, Karguibangou, Tessa, Sambéra, Farrey, Sakadamna, Tombokoirey et Gollé.
Le département a comme activités principales, l'agriculture, l'Elevage et la pêche. En matière d'infrastructures sanitaires, nous avons 37 Centres de Santé Intégrés (C.S.I) et 95 Cases de santé dont 93 fonctionnelles.
En ce qui concerne l'Education, le département de Dosso dispose de 4 inspections primaires dont 1 franco-arabe, une inspection préscolaire et 2 inspections de l'Alphabétisation et de l'Education Non Formelle qui ont sous leur tutelle 564 écoles primaires traditionnelles, 11 écoles bilingues, 85 écoles Medersa, 150 préscolaires ; 10 écoles primaires privées ; 49 Collèges d'Enseignement Général, 1 lycée et 3 Complexes d'Enseignement Secondaires publics, auxquels s'ajoutent 8 Complexes d'Enseignement Secondaires privés) et 1 Collège d'Enseignement Professionnel. Le nombre d'élèves est 94.496, dont 43.548 filles. L'encadrement est assuré par 7 inspecteurs; 18 conseillers pédagogiques et 2378 enseignants dont 1787 contractuels. Le taux brut de scolarisation de la région est de 90%.
Relativement à la sécurité, je dirai que le Département de Dosso dispose de toutes les unités de sécurité (Gendarmerie, Garde Nationale, Police Nationale et de l'Environnement) assurant ainsi la sécurité des personnes et des biens.
Il dispose aussi de toutes les autres directions départementales des services de l'Etat, et collabore avec plusieurs partenaires techniques dont entre autres le Programme d'Action Communautaire (PAC III) ; le Programme d'Appui du Développement du Secteur Rural (PADSR) ; l'ONG Plan-International Niger ; Filets-Sociaux ; Lux-Dev ; le PAMED et PASEL 7 (Coopération Suisse).
Voici donc brièvement présenté le Département de Dosso dont j'ai la charge.

Monsieur le préfet, quel est l'état des voies de communication au niveau du Département de Dosso ?
Le Département de Dosso est un carrefour de toutes les routes nationales qui vont du sud vers le nord ou d'est en ouest. Ainsi, il y a la Route Nationale N°1 qui traverse le Département de Dosso sur une longueur d'environ 75 km, et la route N°7 qui va sur Gaya sur une longueur d'environ 90 km, mais qui est en très mauvais état.
En plus de ces routes bitumées, il existe des routes en terre qui traversent le Département de Dosso sur plusieurs axes: la Route Nationale N°14, Dosso-Loga, sur 74 km, en mauvais état ; la route Dosso-Gorou-Yéno (34 km) ; Mokko-Tombokoirey-Wanguel-Kaïna (34 km) ; Dosso-Deytégui-Attili (47 km) dont les travaux de réhabilitation ont été lancés il a y a 6 mois par le Ministre de l'Equipement ; Tourobon- Gorou-Tombokoirey (37 km) qui est dans un état passable ; Guittodo- Sambéra (36 km), très pratiquée par les véhicules à cause du marché de Ouna, qui est aussi en mauvais état mais qui sera réhabilitée par le programme Millenium Challenge Coorporation dans le cadre de l'aménagement de la Vallée de Koulou; Regis- Farrey (6 km) ; Deytégui-Attili-Koygolo (12 k); et enfin la route Boureïmi-Sakadamna-Baro-Koira (25 km).

Quel bilan tirez-vous, Monsieur le préfet, du Programme de Renaissance au cours de l'année écoulée?
Le bilan de 5 ans de mise en œuvre du Programme de Renaissance acte 1 est très satisfaisant, parce qu'il retrace, de manière quasi exhaustive, toutes les actions réalisées durant le mandat écoulé. Les résultats significatifs ont été enregistrés dans les 8 axes du Programme initié par Son Excellence Elh Mahamadou Issoufou Président de la République, Chef de l'Etat.


Sans être exhaustif je citerai la sécurité qui est bien assurée par un réseau de patrouille qui sillonne tout le département de jour comme de nuit ; le port sec de Dosso ; le chemin de fer; les investissements réalisés dans le cadre de Dosso Sogha, notamment la Cité du 18 Décembre, la DRPN, GNN, le bitumage des rues ; la Maison de la Culture, l'éclairage public, le Stade etc. ; la construction de classes et de CSI; la pose de la 1ère pierre du CET/Dosso ; l'université de Dosso; la réhabilitation de plus de 75 équivalents points d'eau ; 50 kits des chèvres rousses et un broyeur de fourrages grassiers; 435 béliers remis à 435 femmes vulnérables; plus de 900 tonnes de son de blé, des tourteaux et des luzernes vendues à prix modérés ; 560 tonnes des céréales chaque année vendues à prix modéré.
Enfin, je voudrais saisir cette opportunité pour remercier son Excellence Elhadj Mahamadou Issoufou, Président de la République, Chef de l'Etat, qui avait promis et réalisé ce qu'aucun homme politique n'a réalisé auparavant dans le département de Dosso.

Comment comptez-vous mettre en œuvre le Programme de Renaissance acte II dans le Département de Dosso ?
La mise en œuvre du Programme de Renaissance acte II dans le Département de Dosso s'articulera sur les 8 points essentiels qui constituent la Déclaration de Politique Générale de son Excellence Elh Brigi Rafini, Premier ministre, Chef du Gouvernement, qui a été présenté, discuté et adopté par les honorables députés à l'Assemblée Nationale. Ce sera un renforcement du Programme de l'acte 1, avec un accent particulier sur la Renaissance Culturelle pour un changement de comportement.

Parlez-nous des projets en exécution dans le Département de Dosso.
Comme je l'ai notifié dans la présentation du département, nous travaillons avec les partenaires tels que le P.A.C 3 qui intervient dans 7 communes, (Garankédey, Sambéra, Sakadamna, Tombokoarey I, Goroubankassam, Tessa et Gollé) dans les secteurs de l'agriculture, l'élevage, les AGR et l'environnement pour une prévision financière de plus de 950 millions de FCFA, un financement de la Banque Mondiale et du FEM-Niger; le Programme d'Appui du Développement du Secteur Rural (PDSR), sur financement de l'union-Européenne et qui intervient dans 4 communes (Garankédey, Tombokoarey I, Gollé et Farrey) dans les secteurs de l'agriculture et de l'élevage) pour une prévision financière de 700 millions FCFA; l'ONG Plan International-Niger, sur un financement de l'Union Européenne, qui intervient dans 10 communes (Garankédey, Tombokoarey I, Tessa, Goroubankassam, Mokko, Karguibangou, Dosso Commune Urbaine, Sakadamna, Gollé et Farrey) dans les secteurs de l'éducation, la santé et la nutrition) pour une prévision financière de 1 Milliard de FCFA; Lux-Dev (Coopération luxembourgeoise) intervenant dans 11 communes et dans plusieurs domaines; le Projet d'Appui au Secteur de l'Elevage, de la Coopération suisse intervient dans les 11 communes dans le secteur de l'élevage (couloirs de passage, recyclage de Cofacom et Cofob, restauration des enclaves pastorales et aires de pâturage, les bandes pare-feux etc.) pour une prévision financière de plus 500 millions de FCFA ; le projet Filets Sociaux, sur financement de la Banque Mondiale intervient dans la protection et la lutte contre la pauvreté au niveau de 3 communes (Mokko, Garankédey et Sakadamna) ; le PAMED (Programme d'Appui à la mis en Place des Entités Décentralisées) intervient dans 7 communes (Sambéra, Gollé, Tessa, Garankédey, TombokoareyI, Sakadamna et Goroubankassam), sur financement de l'Union-Européenne (Belgique) ; ce projet, multisectoriel, intervient dans la construction des sièges des mairies.

Quelles sont les difficultés auxquelles le département de Dosso doit faire face?
Le Département de Dosso est confronté à une faible mise en valeur des terres en production maraîchère ; une faible couverture en BAB (Banque Aliment Bétail) dans le nord du département ; l'insuffisance des moyens de suivi des activités réalisées par les projets ; l'analphabétisme qui frappe encore une grande couche de la population, notamment les femmes ; un taux de couverture en points d'eau modernes encore faible ; un taux moyen de scolarisation, particulièrement celui de la jeune fille; un faible taux de desserte des villages en routes rurales ; un faible appui en protection sociale.

Quelles sont les perspectives qui s'offrent au département de Dosso ?
Les perspectives sont nombreuses. Dosso est un département d'avenir, parce que disposant de nombreuses potentialités, notamment agricoles, notre point fort. Avec l'Initiative 3N, nous allons développer tout ce potentiel. Il est aussi prévu la reprise de la route N°7 Dosso-Bella, la construction d'un abattoir moderne d'une grande capacité, l'installation d'une usine d'engrais, etc. Avec le port sec et le chemin de fer, les marchandises seront rapprochées du client et le coût de transport réduit.
Dosso sera très bientôt un département phare en termes de développement économique et social, un carrefour d'échanges commerciaux et industriels.
Pour terminer, j'invite toutes les populations du département de Dosso à un changement de comportement parce que les plus grandes théories, les plus belles pyramides, ne peuvent prendre corps et forme que lorsque les hommes et les femmes auxquels on les destine savent en faire bon usage et en tirer profit. Ceci est surtout valable pour le port sec et le chemin de fer dont les populations du département doivent approprier au risque de laisser d'autres en tirer le meilleur profit.
Je remercie tous les acteurs au niveau du Département de Dosso; Sa Majesté le Sultan, président national de l'ACTN, les maires, les Services Techniques, le personnel administratif et les chefs secteurs qui sont toujours disponibles et très sensibles à toutes les actions de développement de Dosso.
Enfin, je prie Allah le Tout Puissant, le Très Miséricordieux, l'Omnipotent, afin qu'Il fasse régner la paix, la quiétude sociale et bénisse le Niger et ses fils unis dans le combat contre la pauvreté, et nous gratifie d'un hivernage fécond.

Réalisée par Mahamane Amadou ONEP/ Dosso
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.