Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Mme Salamatou Gourouza Magagi, Coordinatrice de l'Unité de Coordination du Programme du Millénium Challenge : ''Sur le plan des investissements directs étrangers, on peut se réjouir de l'obtention d'une subvention de 437 millions de dollars US sur un


invitMme la Coordinatrice, il y a de cela presque deux mois, le Conseil d'Administration de MCC a validé, pour un montant de 437 millions de dollars US, dans le cadre de son programme avec le Niger. Le 22 Septembre dernier, le Président de la République, Chef de l'Etat, en visite aux USA, a célébré à New York, en compagnie de la CEO de MCC, la signature du Compact Niger. Cette rencontre a regroupé les principaux partenaires du Niger sur ce programme. Pouvez-vous nous édifier sur la substance de cette réunion ? Quels sont également les résultats obtenus à l'issue de la réunion ?

Cette rencontre de haut niveau entre le Président de la République du Niger et la présidente du MCC fait suite à la signature, entre les deux parties, du Programme Compact et de son Accord de mise en œuvre intervenu le 29 juillet 2016 à Washington.
Aussi, la présente rencontre a été l'occasion pour les deux parties de magnifier la collaboration fructueuse entre le Niger et MCC qui date de 2006 avec le ''Threshold Assistance Program'' ou Programme Seuil qui a accordé au Niger une assistance financière de 23 millions de dollars en 2008, destinée au financement de la scolarisation de la jeune fille, à l'amélioration du climat des affaires et au renforcement des activités de lutte contre la corruption. La réussite de la mise en œuvre de ce programme a valu au Niger son éligibilité au Programme Compact, objet de la présente cérémonie.
Il faut dire qu'à l'occasion de cette rencontre de New York, les plus hauts responsables du MCC ont réaffirmé leur ferme engagement et leur volonté inébranlable d'accompagner les autorités nigériennes pour une bonne mise en œuvre de cet important programme de développement.
Pour sa part, le Président de la République, principal hôte de cette réunion, n'a pas manqué d'exprimer aux autorités et au peuple américains toute la gratitude et la reconnaissance des populations nigériennes bénéficiaires de cet investissement. Il a aussi affirmé que l'Etat du Niger mettra tout en œuvre pour créer les conditions de réussite des objectifs du Programme Compact au Niger.

Le Programme MCC pour le Niger renferme plusieurs volets prioritaires pour le développement de notre pays. Comment comptez-vous exécuter ce programme ?

En effet, le Programme Compact du Niger est structuré autour des éléments ci-après: le développement des infrastructures d'irrigation à grande échelle à travers une approche communautaire; la réhabilitation des routes d'accès aux périmètres irrigués; les activités d'accompagnement dans le cadre de la gestion des eaux et des aménagements hydro-agricoles; le soutien à l'agriculture résiliente au climat tout en favorisant une augmentation durable de la productivité; et le renforcement des activités dans le domaine de l'élevage.
Comme tout programme financé par des PTF, le MCC pose certains préalables à la mise à disposition des fonds pour le financement des activités du Compact. Ces préalables relèvent, d'une part, du domaine administratif et institutionnel de formalisation, et d'autre part du domaine technique.

Au plan administratif et institutionnel, il y a la création, par décret présidentiel, de la structure de mise en œuvre du Programme, à savoir le MCA-Niger ; la mise en place du Comité du Conseil d'Administration ; la ratification de l'Accord de don par le Parlement du Niger ; le recrutement du personnel du MCA-Niger et son installation ; l'ouverture de compte bancaire au nom du MCA-Niger.
Au plan technique, on peut citer l'accomplissement des différentes conditions précédentes liées au Projet infrastructures d'irrigations et d'accès aux marchés ; l'accomplissement des différentes conditions précédentes liées aux projets développement de l'élevage à base communautaire et à l'agriculture résiliente au climat ; les réformes liées à l'ONAHA et à la CAÏMA, gestion de l'eau sur les périmètres irrigués entre autres.
Toutefois, je puis vous affirmer que pour bien préparer la mise en œuvre de ce Programme, MCC a mis à la disposition du Niger, depuis 2014, une subvention de 9 millions 850 mille dollars US pour les études techniques préparatoires qui ne font pas partie de l'enveloppe globale de 437 millions de dollars US du Compact.
Au cours de la phase des travaux, les décaissements se feront au fur et à mesure des activités sur le terrain.
Comme vous pouvez le constater, le chantier est fastidieux. Cela implique de nombreuses consultations avec les parties prenantes, notamment les autorités politiques et administratives, les populations bénéficiaires, les cadres déconcentrés et centraux, les partenaires techniques et financiers, les ONG et autres organisations de la Société Civile.

De manière un peu plus précise, quelles sont les zones d'intervention du Programme et les volets concernés ?

En termes de couverture géographique, le Programme Compact du Niger a une envergure nationale. De manière opérationnelle, le Programme est structuré autour de deux principales composantes.
Pour la composante ''Grande Irrigation et Infrastructures de Marché'', les principales activités portent sur l'aménagement des périmètres irrigués (2452ha à Konni et 2600ha Dosso-Gaya); le service accompagnement agricole et les réformes politiques et institutionnelles (CAÏMA, ONAHA, Association Usagers de l'Eau pour l'Irrigation) ; les infrastructures routières pour l'accès aux marchés, notamment du bitumage de la RN7 tronçon Dosso-Béla sur une distance de 83 km, la réhabilitation et mise à niveau d'un segment principal de la RN 35 Gaya-Margou sur une distance de 184 km et desservant les périmètres de Ouna-Kouenza et Sia, et également de la route rurale Guitodo-Sambéra sur 37 km reliant la RN7 à la RN35).
S'agissant de la composante ''Développement de l'élevage à base communautaire et l'agriculture résiliente face au climat'', les activités sont prises en charge par deux projets de la Banque Mondiale dans un système de cofinancement des activités. Il s'agit du Projet Régional d'Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) ; et du Projet d'Appui à l'Agriculture Sensible aux risques Climatiques (PASEC) ou Climate Resilient Agriculture (CRA) qui interviendra dans 16 communes des régions de Maradi, Tahoua, Dosso et Tillabéry.

Mme la Coordinatrice, que peut attendre le Niger de cet important Programme?

Les retombées de la mise en œuvre du programme Compact pour le Niger sont de plusieurs ordres. Ainsi, sur le plan des investissements directs étrangers, on peut se réjouir de l'obtention d'une subvention de 437 millions de dollars US sur une période courte de 5 ans, ce que notre pays n'a jamais connu depuis à date. Ces fonds seront en majorité injectés dans le tissu économique du pays.
Sur le plan de la production agro-pastorale et de la résilience des producteurs ruraux, on assistera à une augmentation substantielle de leurs revenus et de leur capacité à résister aux chocs exogènes climatiques en particulier (sécheresses, inondations, mauvaises campagnes pluviométriques), et ce sont plus de 3. millions 500 mille Nigériens qui seront positivement impactés par les activités de cet important Programme.
Sur le plan institutionnel, il y aura une série de réformes qui vont améliorer la performance de certaines des institutions de développement rural dont entre autres l'ONAHA, la CAÏMA, la gestion de l'eau sur les périmètres irrigués.
Ces retombées portent également sur une réduction des inégalités et exclusions sociales à travers la prise en compte du genre par la responsabilisation économique des femmes, des jeunes et d'autres groupes vulnérables identifiés dans les zones d'intervention; une amélioration de l'accès et de la sécurisation des terres aussi bien pour les hommes que pour les femmes et les groupes défavorisés ; un renforcement des capacités des bénéficiaires en gestion, production, transformation, stockage, conservation, commercialisation et investissement ; un renforcement des capacités des bénéficiaires dans la prise en charge de la santé animale, l'amélioration de leur accès aux produits de santé animale, aux marchés et aux infrastructures de marchés à bétail dans le cadre du Projet d'Appui au Pastoralisme dans le Sahel (PRAPS);
de même, un développement et un renforcement des capacités du secteur privé nigérien sont attendus. A cela, s'ajoute aussi la création d'emplois permettant de former une main d'œuvre hautement qualifiée et aussi de retenir une part considérable des ressources au niveau local.

(Réalisée par Tamtam info news)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à…

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à ceux qui continueront à faire la sourde oreille, nous serons implacables», déclare M. Gousmane Abdourahamane

Monsieur le président, un certain nombre de dossiers initiés par la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA), défrayent actuellement la chronique. Il s'agit précisément du dossier sur les reversements de la douane et celui relatif à un marché attribué par la CAIMA. Pouvez-vous nous éclairer sur le contenu de ces dossiers ?Je voudrai de prime à bords saluer votre initiative, que je recommande d'...

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financ…

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financement additionnel, le PRODEC s'ouvrira à sept nouveaux établissements essentiellement portés vers le secteur agro-sylvo- pastoral

Pour soustraire les jeunes aux aléas du chômage et de la précarité de l'emploi, les Autorités de la 7ème République ont décidé de marquer, dans leur programme de gouvernance politique, leur engagement à mettre en cohérence les différents segments du système éducatif nigérien et le cadrage macro-économique du Plan de Développement Economique et Social (PDES, 2017-2021), pour faire de l'éducation et de la formation, la priorité du gouvern...

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un …

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un montant important, mais parce que nous sommes restés dans les prévisions budgétaires qui nous ont été faites», déclare Yahaya Maha

Monsieur le Secrétaire permanent, quels sentiments vous animent après la célébration du 59ème anniversaire de la proclamation de la République à Tahoua dénommé Programme ''Tahoua Sakola'' ?Merci de cette opportunité que vous nous offrez de parler des activités de l'anniversaire de la proclamation de la République qui se sont déroulées à Tahoua sous le nom de Tahoua Sakola. Pour répondre à votre question, je dirai sans hésitation que c'e...

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entrepris…

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises, un catalyseur de l'écosystème entrepreneurial au Niger

Monsieur le Directeur Général, pouvez-vous nous parler du Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises dont vous avez la charge ?Le Centre Incubateur des PME au Niger (CIPMEN) est une association à but non lucratif né d'un partenariat public –privé dont l'ambition est de contribuer au lancement de start-ups championnes dans des secteurs d'activités comme le numérique, les énergies renouvelables ou l'agrobusiness. En moins de qu...

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'appre…

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'apprentissage protecteur pour tous les enfants, les écoles à risques font l'objet d'un suivi particulier»

Monsieur le coordonnateur, quatre (4) Organisations Internationales à savoir : Plan International, Save the Children, CONCERN et COOPI ont mis en place un groupe de travail « écoles sûres » dans le cadre de leurs interventions. Pouvez-vous nous donner les raisons de la mise en place de ce groupe de travail ?Merci de l'opportunité que vous nous offrez de parler du groupe de travail « écoles sûres ». Avant d'évoquer les raisons qui ont co...

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastruct...

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instanc…

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instance arbitrale nationale compétente en matière de contentieux d'impôts»

Monsieur le Secrétaire Permanent, au nombre des réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur des finances, figure la création du CARFI. Qu'est ce que le CARFI ?Le CARFI, c'est le Comité Arbitral des Recours Fiscaux. Le Gouvernement du Niger, soucieux d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, s'est résolument engagé dans des reformes visant à améliorer durablement les rapports entre l'Administration fiscale et les c...

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Avec l'avènement de l'internet, et les innombrables plateformes d'informations plus rapide...

vendredi 19 janvier 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.