Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dr Xavier Crespin, directeur général de l'Organisation Ouest-Africaine de la Santé (OOAS) : ''Notre mission est d'offrir le niveau le plus élevé en matière de prestations de santé aux populations''


InvitMonsieur le Directeur Général, qu'est-ce que l'Organisation Ouest-Africaine de la Santé et quelles sont les raisons qui ont conduit à sa création ?
L'Organisation Ouest-Africaine de la Santé est une institution de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) qui s'occupe des questions de Santé. Elle a été créée en 1987 par les Chefs d'Etat de l'espace communautaire à travers un protocole signé par les 15 dirigeants. L'Organisation a véritablement commencé ses activités en 2000 avec la nomination du 1er directeur général et de son adjoint. L'OOAS fait partie des six (6) institutions de la CEDEAO.
Au niveau de notre organisation, nous venons d'avoir une restructuration dans le cadre des réformes institutionnelles. Nous sommes passés de 6 directions à 4 directions. Et nous avons présentement un staff d'environ 100 personnes.
La principale raisons ayant prévalu à la création de cette Organisation, c'était qu'au niveau de notre communauté, il manquait une structure pouvant prendre en charge les questions de santé des 15 pays composant la CEDEAO. Ainsi donc, les Chefs d'Etat ont pris la décision de créer l'OOAS dans le but d'améliorer l'état de santé des populations à travers l'harmonisation et la coordination des politiques de santé, à travers une mise en commun de nos ressources et à travers une coopération plus soutenue entre les membres et avec les pays tiers. La mission de l'OOAS est donc d'offrir le niveau le plus élevé en matière de prestations de soins de santé aux populations de la sous-région.
Quels sont les principaux domaines d'intervention de l'OOAS ?
C'est toujours dans le cadre de la santé de façon global. Mais de façon plus spécifique, nous intervenons dans plusieurs domaines. C'est ainsi qu'il y a la lutte contre les maladies de façon globale; les activités spécifiques sur les épidémies, les urgences et les catastrophes sanitaires; la recherche en santé et tout ce qui concerne la surveillance épidémiologique et l'information sanitaire; la médecine traditionnelle; les infrastructures et équipements sanitaires; la maintenance des équipements médicaux; la formation à travers le programme de développement des ressources humaines ; l'assistance technique aux pays; l'harmonisation et la coordination des politiques sanitaires au niveau de la région.
Comment l'OOAS détermine-t-elle les programmes qu'elle veut mettre en œuvre dans tel ou tel pays de l'espace communautaire, étant entendu que les Etats n'ont peut-être pas toujours les mêmes préoccupations en matière de santé?
En réalité, les préoccupations de l'OOAS sont les préoccupations de l'ensemble de l'espace communautaire. Tout ce que nous faisons, c'est dans le cadre de la coopération avec les Etats. Donc notre plan actuel, le plan stratégique 2016-2020, a été conçu de façon participative avec l'ensemble des 15 pays composant la CEDEAO. Nous avons fait, dans ces Etats, une évaluation des priorités des besoins. Et c'est sur cette base que nous avons construit un plan avec treize (13) programmes prioritaires. Ce sont des programmes que les pays de l'espace ont demandé de mettre en œuvre. Tout ce que nous faisons d'assistance technique, de coopération avec les pays, c'est dans le cadre de la mise en œuvre des plans nationaux de développement sanitaire de nos Etats.
D'où viennent les ressources financières de l'OOAS qui lui permettent d'exécuter ses différents programmes et projets de santé-pays ?
Les ressources financières de l'OOAS proviennent principalement de la CEDEAO elle-même, autrement dit, de la contribution des 15 Etats de l'espace communautaire, et ceci à travers un prélèvement communautaire. Mais depuis quelques années, nous travaillons beaucoup avec les partenaires. A titre indicatif, l'OOAS est passée d'un seul projet de développement sanitaire à une dizaine de projets ces dernières années, et actuellement nous mobilisons suffisamment de ressources auprès de nos partenaires pour appuyer et mettre en œuvre les activités régionales.
Au cours de cette année 2016, en suivant un peu l'actualité de votre organisation, on note qu'il revient constamment dans les interventions, ce concept: ''Bonnes pratiques en matière de santé de la CEDEAO''. Est-ce là une trouvaille qui va révolutionner le bien-être des populations de l'espace communautaires? Quels sont les ingrédients de cette potion qui va peut-être tout changer ?
Ce n'est pas tout à fait une trouvaille: nous nous sommes dit, au niveau de la CEDEAO, qu'il y a beaucoup d'expériences en matière de santé, au stade pilote, au stade d'un ou deux villages d'une région. Alors, on s'est dit que ces expériences, il fallait les capitaliser, il ne faudrait pas qu'un projet ou un partenaire quitte et que toutes ces bonnes expériences disparaissent. Il faudrait trouver des mécanismes pour les mettre à l'échelle sur la base des évidences en vue d'influencer les politiques de santé dans notre région. Donc c'est le sens même du forum qui vient de se tenir les 26, 27 et 28 octobre dernier à Grand-Bassam en Côte d'Ivoire. Il s'est agi de permettre à tous les acteurs de la santé que sont notamment les décideurs, les ONG, les associations, les partenaires techniques et financiers, les représentants des ministères, les médias de la santé etc., de voir, tous ensemble, ce qui marche et de faire ainsi la promotion de ces pratiques de façon à ce que nous ne produisions pas les mêmes activités, alors que déjà l'expérience a déjà été faite dans un pays, et qu'il s'agit donc juste de répliquer ces activités dans un autre pays, en fonction de ses réalités. Le concept de bonnes pratiques en santé au sein de la CEDEAO remplit plusieurs critères : critères d'efficacité, d'action réelle sur le plan de la santé; critères d'efficience parce qu'il faut voir le rapport coût et efficacité; critère de la couverture sanitaire géographique, et le tout dans le cadre de l'atteinte des Objectifs du Développement Durable en matière de santé.


L'Organisation Ouest-Africaine de la Santé a aussi élaboré un plan stratégique 2016-2020. Quelles sont les grandes lignes de ce plan et comment, de manière pratique, peut-il aider et contribuer à améliorer la santé des populations dans l'espace communautaire ?
C'est un plan qui été élaboré sur la base des besoins et de l'attente de nos Etats. Il répond parfaitement aux préoccupations de tous. Il a été validé par l'ensemble des 15 pays qui ont apporté leur contribution. C'est un plan qui tourne autour de trois axes stratégiques, et dont l'objectif, de manière générale, est de contribuer à la réduction de la mortalité et de la morbidité, associées aux principales maladies et autres problèmes de santé de l'espace CEDEAO. Ce plan comporte des programmes relatifs à l'information sanitaire; à l'amélioration de la surveillance épidémiologique; au contrôle des maladies et à la lutte contre des épidémies et certaines urgences; à la formation et au renforcement des capacités du personnel de santé; à la question de la médecine traditionnelle; à la question de l'harmonisation et la consolidation des politiques ; à l'assistance technique qui sera apportée aux pays en fonction des besoins qui se seront dégagés.
Les Etats de l'espace CEDEAO veulent mettre en place un Centre Régional de Surveillance et de Contrôle des Maladies (CRSCM). Quelles sont les raisons qui ont conduit à la création d'une telle structure ?
Oui, c'est une décision majeure des Chefs d'Etat. C'est en mai 2015 que les Chefs d'Etat ont décidé de créer ce centre, et ceci sur la base notamment des leçons apprises de l'épidémie du choléra, du virus Ebola, où nous avons remarqué l'absence d'un mécanisme régional de prise en compte de ces urgences-là. D'où cette nécessité de mettre sur pied ce centre à l'image, par exemple, du CDC Atlanta aux Etats Unis ou du Centre chinois etc. Il s'agit donc de combler un vide et de montrer plus de solidarité dans le cadre de la lutte contre les maladies au niveau de la région. Par ce mécanisme, nous espérons, à très court terme, être capables de réagir très rapidement que dès qu'il y a une difficulté, une épidémie dans un pays de l'espace CEDEAO, en déployant par exemple, dans le pays concerné, du personnel additionnel de santé afin de répondre aux besoins que la situation exige. Nous sommes également en train de mettre en place, autour de ce centre régional, différents réseaux de laboratoires, de surveillance épidémiologique, d'information sanitaire et de développement des ressources humaines.

Monsieur le directeur général, en 2017, dans l'espace communautaire, sur quels aspects de la santé des populations l'OOAS compte mettre principalement l'accent ?
D'abord, nous allons finir les efforts de lutte contre les épidémies pour renforcer ce que nous venons de commencer à travers le centre régional de surveillance et de contrôle des maladies qui est basé à Abuja au Nigeria. Mais nous avons deux à trois thématiques importantes pour l'année 2017: il s'agit de la lutte contre les maladies non transmissibles qui deviennent de plus en plus des problèmes de santé publique majeurs dans notre région. La question de la production locale des médicaments via nos industries locales de manière à produire au maximum les produits dont nous avons besoin sera la 2ème thématique sur laquelle nous mettrons l'accent. Il y a une troisième thématique qui est de la réforme de la gestion hospitalière.

Le directeur général de l'OOAS a-t-il un massage à lancer à ses partenaires multiformes ?
Le message global que je voudrai dire à tout le monde, c'est que l'OOAS est notre organisation commune, elle appartient à nous tous qui sommes dans ces 15 Etats membres. Aussi, nous appelons tous ces pays à soutenir cette organisation dans les efforts entrepris en vue d'harmoniser et de coordonner les actions de santé dans l'espace communautaire. Nous voudrons aussi appeler l'ensemble des partenaires techniques et financiers à soutenir ces efforts qui sont déployés, mais surtout, à appuyer nos Etats dans le cadre de la mise en œuvre des plans nationaux de développement sanitaire.

Réalisée par Issaka Saïdou, envoyé spécial
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.