Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Docteur Idi Illiassou Maïnassara, ministre de la Santé Publique : ''Nous avons prévu, dans le curricula des Ecoles de Santé, d'insister sur l'éthique et la déontologie, et des modules de formation comme l'approche centrée sur le patient.''


invitMonsieur le ministre, lors de votre passage devant les députés nationaux le 19 novembre dernier, vous avez expliqué que le Gouvernement avait fait beaucoup de concessions quant aux revendications du BEN SMES, qui n'a cependant toujours pas mis fin à ses mouvements de grève. Que comptez-vous faire alors pour trouver une solution à ce problème qui n'a que trop duré ?
A l'issue des échanges entre nos deux parties, j'ai personnellement demandé au BEN-SMES d'observer une trêve de six (06) mois afin de me permettre de reprendre le dossier en vue d'en appréhender les différentes implications. Cette trêve qui s'articule en deux périodes va consister, selon moi, pendant les deux (02) premiers mois, à faire des plaidoyers auprès des différents responsables des institutions de la République et d'autres personnes ressources, et pendant les quatre mois suivants, à plaider pour la finalisation des aspects techniques relatifs à l'adoption de la nouvelle grille.
Un comité de facilitation composé de six représentants, à raison de trois par partie, a été proposé au cours des différents échanges. Le BEN-SMES a accepté le principe et a même proposé ses représentants.
Je conduirai moi-même le Comité dans le cadre des plaidoyers à entreprendre auprès des plus hautes autorités de la République.

Lors de votre passage devant les députés, vous avez fait la révélation selon laquelle la loi n'autorise pas les médecins et tous les agents de santé assermentés, travaillant dans la Fonction Publique, à exercer dans le secteur privé de la santé. Qu'entendez-vous faire face à cette situation, monsieur le ministre ?
Je voudrais commencer par attirer l'attention sur le fait que le serment prêté par les agents de santé à la fin de leur formation n'a rien à voir avec le droit d'exercer dans le privé ou non.
L'exercice privé des professions dans le secteur de la Santé est régi par la loi N°98-016 du 15 juin 1998 et son décret d'application N°98-329/PRN/MSP du 19 novembre 1998 fixant ses modalités d'application. Cette loi dit, dans son article 6 entre autres, que ''l'exercice de la profession de santé à titre privé est incompatible avec tout emploi de la Fonction Publique. Toutefois, l'exercice privé des professions de santé est compatible avec les fonctions de consultant, de chargé de cours, de vacataire et d'enseignant chercheur dans les facultés, les écoles et les centres hospitaliers.''
Toutes les autorisations délivrées par le Ministère de la Santé sont faites après examen technique à plusieurs niveaux, conformément à ces textes en vigueur, d'un dossier déposé par les postulants.
La loi prévoit des sanctions également. Ainsi dans son article 8, elle précise que : ''les personnes physiques ou morales qui auront exercé sans autorisation seront punies d'une amende de 100 mille à 500 mille francs CFA. En cas de récidive, le tribunal pourra en outre priver l'intéressé du droit d'exercer pour une durée de cinq ans au plus.''
Au fil des années, les insuffisances de ces textes ont fait surface dont entre autres : Le manque de définition du secteur privé; la mauvaise appréciation des disciplines de Santé car la Loi ne précise pas toutes les disciplines de Santé (Spécialités médicales et Chirurgicales, Psychologie clinique, Génie biomédical, Soins obstétricaux, Sciences sociales, Sciences infirmières, Nutrition...); le rôle mal défini des Ordres de Santé concernés et leur collaboration; l'insuffisance des conditions d'exercice à titre privé des professionnels de santé, agents de l'Etat en activité; l'inexistence d'un cadre formel de partenariat entre secteurs public et privé de la Santé; l'insuffisance des sanctions administratives disciplinaires encourues par le délinquant professionnel de la Santé.

Afin de remédier à ces insuffisances, aux difficultés grandissantes auxquelles font face d'une part le Ministère de la Santé Publique quant à son droit de regard et de délivrance des autorisations pour l'exercice privé de Santé, et d'autre part les promoteurs privés eux-mêmes du fait de la non maîtrise des procédures à suivre, une révision des textes régissant l'exercice privé des professions de Santé est en cours. Les documents élaborés seront validés avant la fin de l'année et présentés à l'adoption en Conseil de ministres.

Monsieur le ministre, un autre défi sur lequel les responsables en charge du secteur de la Santé sont interpellés est celui non seulement de l'accès des populations à des soins de santé de qualité, mais aussi et surtout le problème de l'accueil des patients. En tant que médecin, quelles solutions envisagez-vous face à cette situation ?
Permettez-moi de recadrer cette question importante qui ne doit pas s'adresser à ma personne, mais à mon statut de premier responsable du secteur de la Santé. Ainsi, dans le but d'améliorer l'accès des populations à des soins de santé de qualité, mais aussi et surtout le problème de l'accueil des patients, dans le Plan de Développement Sanitaire (PDS), il y a des sous programmes dont celui de la couverture sanitaire qui prévoit de faire passer le taux de 47,88% à 60 % en 2021.
Il y a également eu des recrutements de ressources humaines en vue de renforcer les structures sanitaires.
Nous avons prévu dans le curricula des Ecoles de Santé d'insister sur l'éthique et la déontologie, et des modules de formation comme l'approche centrée sur le patient.
La question du personnel constitue aussi une autre préoccupation dans le secteur de la Santé. Y a-t-il l'espoir d'une reprise du recrutement des agents de la Santé après l'annulation du dernier concours suite aux irrégularités qui l'ont émaillé ?
Le secteur de la santé constitue une des plus grandes priorités du Programme de Renaissance acte 2 de Son Excellence Elhadji Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat. Cela a été réitéré par Son Excellence Brigi Rafini, Premier ministre, Chef de Gouvernement dans la DPG.
Au niveau du ministère, nous disposons d'un Plan de Développement des Ressources Humaines 2011-2020 qui s'articule autour des axes stratégiques qui portent sur l'organisation de la fonction de gestion des ressources humaines pour la Santé; la gestion des recrutements et des affectations; la gestion des carrières ; le renforcement de la formation initiale et continue des ressources humaines pour la Santé; l'incitation à la performance des ressources humaines

Avec la libéralisation du secteur de la formation professionnelle, il y a de plus en plus d'écoles privées qui forment aux métiers de la Santé. Est-ce que le Ministère de la Santé Publique a un droit de regard sur la formation dispensée aux étudiants de ces écoles destinés à devenir des agents de Santé ?
Le Ministère de la Santé Publique est partie prenante dans la création et l'ouverture des écoles et instituts privés à travers l'avis technique qu'il donne à la demande du Ministère des Enseignements Professionnels et Techniques, en fonction du niveau des filières à ouvrir par l'école. Mais depuis 2002, date de création et d'ouverture des toutes premières écoles privées de Santé, l'on a assisté à l'apparition de plusieurs difficultés dont les principales sont: Certains programmes ne sont pas appliqués dans leur intégrité; le volume horaire pour un même module diffère d'une école à l'autre; les effectifs sont pléthoriques dans les classes; les terrains de stage sont saturés; l'absence de contrôle pédagogique des écoles; chaque école organise ses examens de fin de cycle.
Pour y remédier, le Ministère de la Santé Publique a impulsé des réformes afin que les programmes répondent aux besoins de santé de la population; qu'ils tiennent compte de la politique sectorielle de santé, et que l'élaboration des programmes tiennent compte des compétences attendues.
C'est ainsi qu'un chantier d'harmonisation des programmes a été entrepris. Cette harmonisation vise les objectifs suivants: satisfaire aux critères d'intégration sous régionale (OOAS) ; former des ressources humaines de qualité et compétitives sur la scène internationale; harmoniser les programmes de formation; assurer un contrôle pédagogique des écoles; instituer un système d'accréditation des écoles; organiser un examen unique de certification.
Aussi, l'harmonisation des programmes basée sur l'Approche Par Compétence (APC) a débuté en octobre 2008 et a été effective dans les écoles et instituts publics et privés de formation en Santé, conformément aux conclusions issues de l'atelier sur l'harmonisation des programmes de formation tenue en juin 2008 à Kollo.
Le Ministère de la Santé Publique
s'attèle ainsi, à la fin de chaque année académique, à l'organisation de l'Examen Unique de Certification en Santé. Cette année 2016 a coïncidé avec la 6ème édition.
Une Commission Nationale d'Organisation de l'Examen Unique de Certification en Santé organise cet examen. Elle comprend 1 commission nationale présidée par le secrétaire général du Ministère de la Santé Publique et 8 commissions régionales présidées par les directeurs régionaux de la Santé Publique.
Un comité technique chargé d'élaborer les épreuves théoriques et pratiques, présidé par la directrice de Cabinet appuie la commission nationale dans l'organisation technique et matérielle de l'examen.
Cette année, nous organisons la 6ème session. Un effectif de 2 633 étudiants est concerné, contre 1921 en 2015, soit une progression de 37%.
Le Niger dispose pourtant, à cette date, 24 écoles et instituts de formation en Santé, répartis dans toutes les régions du pays.
En moyenne, 2.000 agents sont diplômés à l'issue de chaque session. La
Direction des Ressources Humaines assure la supervision formative au moins une fois par an, de l'ensemble des écoles publiques et privées de formation en Santé. L'Inspection Générale des Services assure également l'inspection de ces établissements.

Réalisée par Souley Moutari(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord avoir l'amour de son pays, il faut être jaloux de l'image de son pays et tâcher de l'honorer, avec la rage de vaincre au cœur»

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités d…

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités de notre pays les producteurs ont adopté des nouvelles stratégies de conservation de la fertilité des sols en intégrant l'arbre dan

Monsieur le Ministre, notre pays, célèbre le 03 Août 2017, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance, une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelles sont les activités inscrites au programme de cette édition 2017 ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez de m'adresser à nos compatriotes à l'occasion de la 42ème édition de la Fête Nationale de l'Arb...

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de l…

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de la Culture : « Il faut tirer grand profit du secteur et générer des devises et des richesses pour nos communautés et nos budgets na

Monsieur le Conseiller Technique, vous êtes au Niger dans le cadre d'un séminaire de formation des acteurs du tourisme et de l'environnement, une initiative de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Quelle appréciation faites-vous de cette initiative ?Merci bien pour l'opportunité que vous nous donnez de réagir sur ce projet. Au moment où on concluait ce projet entre les deux pays et l'OMT en Avril dernier à Addis-Abeba, nous n'étio...

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.