Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»


invitDocteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?
Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans cette œuvre d'éducation, il y a la langue d'enseignement qui est le support pour véhiculer les savoirs et les apprentissages, mais il y a aussi le développement personnel, c'est-à-dire la formation physique, morale et civique de l'individu. La langue maternelle, si on lui consacre une journée entière, c'est parce qu'on doit, au moins une fois par an, lui témoigner notre attachement et notre volonté d'en faire un outil de développement. Ce jour-là, nous sommes tous appelés à faire le bilan de ce que nous avons fait au cours de l'année écoulée, en termes de promotion des langues nationales, en termes de développement de nos langues maternelles et en termes d'efforts pour les intégrer dans la vie sociale. Et donc, une journée internationale pour nos langues maternelles se justifie puisque chacun en a au moins une. La langue maternelle est une de ces autres choses les mieux partagées au monde.

Docteur que faut-il entendre par enseignement bilingue ?
L'enseignement bilingue est une notion complexe, car le fait d'utiliser plusieurs langues est déjà considéré comme étant du bilinguisme. Mais même lorsqu'on a deux langues, il y a le contenu à enseigner dans chacune des langues qui entre en ligne de compte. Il y a aussi la langue ou les langues à utiliser pour délivrer un enseignement et construire un apprentissage. Selon les combinaisons possibles, on peut dire qu'il y a plusieurs types de bilinguismes. Mais la définition la plus simple, c'est l'utilisation, dans un système éducatif, d'au moins deux langues en tant que matières et/ ou moyens d'enseignement selon les niveaux d'apprentissage considérés. Au Niger, l'une de ces langues doit être la langue du milieu de vie de l'enfant, sa langue de socialisation.

Docteur, qu'est-ce qui justifie aujourd'hui le choix de l'enseignement bilingue au Niger ?
Les raisons sont nombreuses et elles sont d'abord d'ordre historique et idéologique. A l'accession de leurs pays à l'indépendance, les premiers dirigeants africains ont perçu la nécessité d'introduire nos langues et nos cultures dans nos systèmes éducatifs. Donc, au départ, il y a cette quête d'affirmation de l'identité nationale. On ne pouvait plus continuer avec une école coloniale qui est, par essence, extravertie et sélective.
Il y a aussi des raisons liées aux difficultés d'ordre pédagogique. Les enfants avaient du mal à suivre, à apprendre et comprendre puisqu'ils n'utilisaient pas leurs propres langues. Les enseignants eux-mêmes éprouvaient les mêmes difficultés. Et c'est le cas aujourd'hui encore. La situation a même culminé au point où l'on parle de baisse de la qualité ou de manque de qualité des enseignements. Dès lors, il faut revenir à la langue parlée et appropriée pour l'enfant. Chaque enfant dispose d'une langue avant de venir à l'école. Il doit commencer ses apprentissages dans cette langue et les poursuivre en Français, qui est la langue officielle. Enfin, il y a aussi des raisons d'ordre économique liées à l'introduction des langues maternelles à l'école. Il coûterait moins cher de faire produire, par des Nigériens, et sur place, les livres destinés aux écoles nigériennes; des livres dotés de contenus adaptés au contexte nigérien dans toute sa diversité. Par ce fait, on gagnerait à limiter l'évasion des devises et à créer des emplois sur place. C'est plus efficace et moins coûteux.
C'est entre autres pour ces raisons que le Niger a commencé l'expérimentation de l'enseignement bilingue dès 1973. C'est une expérimentation variée, diversifiée, enrichie au fil des ans, avec à chaque évaluation des résultats reluisants. L'enfant apprend mieux et vite, y compris le Français et la Science, lorsqu'il commence sa scolarité dans sa propre langue.

Après une quarantaine d'années de mise en œuvre, quelle est aujourd'hui la situation de l'enseignement bilingue dans notre pays ?
Sur certains plans, nous sommes en avance ; nous sommes même enviés par d'autres pays. Parce que quand on veut utiliser une langue, il faut d'abord voir sur le plan juridique si on a réuni toutes les conditions requises. Pour ce qui concerne le Niger, c'est oui. Nous avons suffisamment de textes de lois, d'arrêtés, de circulaires, de textes programmatiques, d'orientations politiques claires et sans ambigüité et un engagement fort, sans cesse réitéré au plus haut sommet de l'Etat, par rapport à l'utilisation des langues nationales. Dans certains pays, c'est juste avec une phrase inscrite dans la Constitution, qu'ils font beaucoup de choses. Mais nous, nous en avons plus. La Constitution a reconnu les langues nationales et la nécessité de les développer ; et il y a d'autres lois qui accompagnent ce texte fondamental. Sur le plan de la production des matériels, nous avons produit suffisamment de documents; nous avons formé suffisamment d'acteurs tant pour l'écriture du matériel didactique et pédagogique que pour la formation des acteurs à tous les niveaux de l'enseignement primaire. Ces matériels et outils de formation, nous les avons dans au moins six langues d'enseignement pour les niveaux CI, CP, CE1 et CE2. Nous avons un fonds documentaire important. Nous disposons de dictionnaires, de lexiques, de grammaires élémentaires, des contes, de textes courts, d'albums pour enfants, etc. Ce sont des acquis considérables et qui ne périment pas. On va les utiliser, quoi qu'il en soit, et à chaque fois, on ne fera que des mises à jour. Nous avons aussi expérimenté plusieurs formules au cours de ces quarante dernières années. Ces formules nous ont amenés à comprendre quelle est la combinaison magique qui peut nous permettre d'avoir un système opérationnel, efficace et efficient pour faire l'enseignement bilingue. Vous savez, c'est complexe que de dire qu'on va introduire la langue à tel niveau d'enseignement, et qu'on va l'extraire à tel autre niveau, ou de savoir comment elle va être utilisée pour enseigner telle ou telle autre matière. Ce sont les sciences sociales qui sont ici en œuvre, pas des sciences exactes. Il faut faire des expériences et nos expériences nous permettent aujourd'hui de savoir quelles sont les combinaisons gagnantes.
En ce qui concerne par exemple le domaine de la formation, nous sommes l'un des rares pays de la sous-région à avoir initié la formation des maîtres bilingues au niveau des Ecoles Normales. Et notre approche fait école. Sur le plan du financement, depuis 2011 avec l'avènement de la 7ème République, nous avons aussi pu dégager, au niveau du budget national, une ligne spécifique à la promotion des langues nationales qui est régulièrement alimentée. Il peut y avoir des fluctuations, mais nous avons une ligne budgétaire, où l'Etat se dit lui-même que c'est son programme, il se l'approprie, et donc il le finance , il ne laisse pas la primauté ou l'exclusivité aux bailleurs de fonds extérieurs. De manière succincte, les acquis de ces dernières années d'expérimentation sont réconfortants. La base est là, nous avons une stratégie de passage de l'expérimentation à la généralisation qui doit se faire de façon progressive. Mais les obstacles résident dans l'insuffisance des moyens financiers, surtout pour faire la communication indispensable pour susciter l'adhésion populaire. Car beaucoup de malentendus, de préjugés et d'incompréhensions obscurcissent les débats sur cette question.

Docteur, quels sont aujourd'hui les défis majeurs que nous devons relever pour que l'enseignement bilingue soit effectif au Niger?
Le défi majeur, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations. Nous ne sommes pas un laboratoire pour les autres. Parce que c'est dans ce que nous expérimentons que les autres puisent leurs inspirations et construisent leurs chemins. Il faut que nous arrivions à exploiter, à grande échelle, les produits de nos propres expérimentations. Le gros défi qui se pose à nous est donc celui de faire en sorte qu'on aille vers la généralisation de l'enseignement bilingue de manière progressive, étape par étape, selon une approche efficace qui prend en compte un certain nombre de stratégies que nous avons déjà identifiées, tant en ce qui concerne la communication que la recherche des financements, surtout des financements internes. C'est un enjeu national, un enjeu majeur pour notre développement. Nous avons, par deux fois, repoussé l'échéance de la généralisation, mais nous comptons, à la rentrée prochaine, faire une extension pour passer de 500 à 5000 écoles pilotes et l'année qui suit, envisager la généralisation du bilinguisme à l'ensemble des écoles du Niger au niveau CI. Nous nous attelons actuellement à mettre en œuvre cette stratégie d'extension qui va se faire progressivement, de la 1ère à la 6ème année du primaire, pour améliorer la qualité et la pertinence de notre école.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève …

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève du cadre de la coopération militaire entre le Niger et les Etats Unis"

Mme l'ambassadeur, vous voilà en fin de mission après avoir passé trois années en qualité d'ambassadeur des Etats Unis au Niger. Quels ont été les principaux axes de la coopération bilatérale sur lesquels votre pays a mis l'accent ces dernières années?Je tiens d'abord à remercier le journal « Sahel Dimanche » de me donner l'opportunité de m'adresser aux millions de nigériennes et nigériens à la fin de ma mission dans votre beau pays, le...

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L'Office National des Examens et Concours du Supérieur a été toujours soucieux d'apporter une amélioration, une innovation dans l'organi

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au sein du Guichet Unique en 2016

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer les conditions d'une meilleure gouvernance locale, plus transparente et plus inclusive qui place l'intérêt des citoyens au cœur d

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans le cadre d'un ensemble de réformes mises en place pour améliorer les services rendus par l'Etat"

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se prop…

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se propose à travers cet ambitieux programme de donner une nouvelle vision au handball nigérien à tous les niveaux»

Mme la présidente, vous êtes la seule femme qui dirige une fédération sportive au Niger. Pouvez-vous nous faire la rétrospective de votre élection à la tête de cette fédération ?Je vous remercie très sincèrement pour cette opportunité que vous m'offrez pour m'exprimer à travers les colonnes de votre journal SahelDimanche que je lis d'ailleurs régulièrement.C'est vrai qu'une femme à la tête d'une fédération sportive au Niger n'est pas ch...

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doi…

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doit avoir un environnement propre et les femmes se mobilisent pour cela»

Mme la présidente, dans le cadre de l'organisation de la fête tournante du 18 décembre, la Région de Tahoua a été choisie pour abriter la fête de Tahoua Sakola. Vous avez été désignée à la tête de l'organisation dénommée Matan Tahoua Sakola. Quel est le but de cette organisation et pourquoi cette cérémonie de plantation d'arbres aujourd'hui au sein de la grande mosquée de Tahoua ?Je vous remercie de cette opportunité que vous nous donne...

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Carnet d'un voyage en Australie et en Indonésie : …

Carnet d'un voyage en Australie et en Indonésie : Voyage au milieu de nulle part, sur l'Océan indien

Pour aller en Australie, au pays de nulle part perdu en plein milieu des océans, vous avez...

vendredi 20 octobre 2017

Australie, d'une ville à une autre

Australie, d'une ville à une autre

Pour le visiteur qui va en Australie en venant de vers l'Afrique la ville de Perth, capita...

vendredi 20 octobre 2017

Formation en Activités Génératrices des Revenus au…

Formation en Activités Génératrices des Revenus au centre Dimol : Donner espoir et soutenir l'autonomisation des femmes victimes de la fistule

La fistule est une maladie grave qui affecte les femmes suite aux mariages précoces, à l'e...

jeudi 5 octobre 2017

L'air du temps

Les mille et une ruses des brouteurs

Les mille et une ruses des brouteurs

Décidément, les escrocs qui écument le web n'en démordent guère. Chaque jour qui passe, il...

vendredi 20 octobre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.