Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»


invitDocteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?
Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans cette œuvre d'éducation, il y a la langue d'enseignement qui est le support pour véhiculer les savoirs et les apprentissages, mais il y a aussi le développement personnel, c'est-à-dire la formation physique, morale et civique de l'individu. La langue maternelle, si on lui consacre une journée entière, c'est parce qu'on doit, au moins une fois par an, lui témoigner notre attachement et notre volonté d'en faire un outil de développement. Ce jour-là, nous sommes tous appelés à faire le bilan de ce que nous avons fait au cours de l'année écoulée, en termes de promotion des langues nationales, en termes de développement de nos langues maternelles et en termes d'efforts pour les intégrer dans la vie sociale. Et donc, une journée internationale pour nos langues maternelles se justifie puisque chacun en a au moins une. La langue maternelle est une de ces autres choses les mieux partagées au monde.

Docteur que faut-il entendre par enseignement bilingue ?
L'enseignement bilingue est une notion complexe, car le fait d'utiliser plusieurs langues est déjà considéré comme étant du bilinguisme. Mais même lorsqu'on a deux langues, il y a le contenu à enseigner dans chacune des langues qui entre en ligne de compte. Il y a aussi la langue ou les langues à utiliser pour délivrer un enseignement et construire un apprentissage. Selon les combinaisons possibles, on peut dire qu'il y a plusieurs types de bilinguismes. Mais la définition la plus simple, c'est l'utilisation, dans un système éducatif, d'au moins deux langues en tant que matières et/ ou moyens d'enseignement selon les niveaux d'apprentissage considérés. Au Niger, l'une de ces langues doit être la langue du milieu de vie de l'enfant, sa langue de socialisation.

Docteur, qu'est-ce qui justifie aujourd'hui le choix de l'enseignement bilingue au Niger ?
Les raisons sont nombreuses et elles sont d'abord d'ordre historique et idéologique. A l'accession de leurs pays à l'indépendance, les premiers dirigeants africains ont perçu la nécessité d'introduire nos langues et nos cultures dans nos systèmes éducatifs. Donc, au départ, il y a cette quête d'affirmation de l'identité nationale. On ne pouvait plus continuer avec une école coloniale qui est, par essence, extravertie et sélective.
Il y a aussi des raisons liées aux difficultés d'ordre pédagogique. Les enfants avaient du mal à suivre, à apprendre et comprendre puisqu'ils n'utilisaient pas leurs propres langues. Les enseignants eux-mêmes éprouvaient les mêmes difficultés. Et c'est le cas aujourd'hui encore. La situation a même culminé au point où l'on parle de baisse de la qualité ou de manque de qualité des enseignements. Dès lors, il faut revenir à la langue parlée et appropriée pour l'enfant. Chaque enfant dispose d'une langue avant de venir à l'école. Il doit commencer ses apprentissages dans cette langue et les poursuivre en Français, qui est la langue officielle. Enfin, il y a aussi des raisons d'ordre économique liées à l'introduction des langues maternelles à l'école. Il coûterait moins cher de faire produire, par des Nigériens, et sur place, les livres destinés aux écoles nigériennes; des livres dotés de contenus adaptés au contexte nigérien dans toute sa diversité. Par ce fait, on gagnerait à limiter l'évasion des devises et à créer des emplois sur place. C'est plus efficace et moins coûteux.
C'est entre autres pour ces raisons que le Niger a commencé l'expérimentation de l'enseignement bilingue dès 1973. C'est une expérimentation variée, diversifiée, enrichie au fil des ans, avec à chaque évaluation des résultats reluisants. L'enfant apprend mieux et vite, y compris le Français et la Science, lorsqu'il commence sa scolarité dans sa propre langue.

Après une quarantaine d'années de mise en œuvre, quelle est aujourd'hui la situation de l'enseignement bilingue dans notre pays ?
Sur certains plans, nous sommes en avance ; nous sommes même enviés par d'autres pays. Parce que quand on veut utiliser une langue, il faut d'abord voir sur le plan juridique si on a réuni toutes les conditions requises. Pour ce qui concerne le Niger, c'est oui. Nous avons suffisamment de textes de lois, d'arrêtés, de circulaires, de textes programmatiques, d'orientations politiques claires et sans ambigüité et un engagement fort, sans cesse réitéré au plus haut sommet de l'Etat, par rapport à l'utilisation des langues nationales. Dans certains pays, c'est juste avec une phrase inscrite dans la Constitution, qu'ils font beaucoup de choses. Mais nous, nous en avons plus. La Constitution a reconnu les langues nationales et la nécessité de les développer ; et il y a d'autres lois qui accompagnent ce texte fondamental. Sur le plan de la production des matériels, nous avons produit suffisamment de documents; nous avons formé suffisamment d'acteurs tant pour l'écriture du matériel didactique et pédagogique que pour la formation des acteurs à tous les niveaux de l'enseignement primaire. Ces matériels et outils de formation, nous les avons dans au moins six langues d'enseignement pour les niveaux CI, CP, CE1 et CE2. Nous avons un fonds documentaire important. Nous disposons de dictionnaires, de lexiques, de grammaires élémentaires, des contes, de textes courts, d'albums pour enfants, etc. Ce sont des acquis considérables et qui ne périment pas. On va les utiliser, quoi qu'il en soit, et à chaque fois, on ne fera que des mises à jour. Nous avons aussi expérimenté plusieurs formules au cours de ces quarante dernières années. Ces formules nous ont amenés à comprendre quelle est la combinaison magique qui peut nous permettre d'avoir un système opérationnel, efficace et efficient pour faire l'enseignement bilingue. Vous savez, c'est complexe que de dire qu'on va introduire la langue à tel niveau d'enseignement, et qu'on va l'extraire à tel autre niveau, ou de savoir comment elle va être utilisée pour enseigner telle ou telle autre matière. Ce sont les sciences sociales qui sont ici en œuvre, pas des sciences exactes. Il faut faire des expériences et nos expériences nous permettent aujourd'hui de savoir quelles sont les combinaisons gagnantes.
En ce qui concerne par exemple le domaine de la formation, nous sommes l'un des rares pays de la sous-région à avoir initié la formation des maîtres bilingues au niveau des Ecoles Normales. Et notre approche fait école. Sur le plan du financement, depuis 2011 avec l'avènement de la 7ème République, nous avons aussi pu dégager, au niveau du budget national, une ligne spécifique à la promotion des langues nationales qui est régulièrement alimentée. Il peut y avoir des fluctuations, mais nous avons une ligne budgétaire, où l'Etat se dit lui-même que c'est son programme, il se l'approprie, et donc il le finance , il ne laisse pas la primauté ou l'exclusivité aux bailleurs de fonds extérieurs. De manière succincte, les acquis de ces dernières années d'expérimentation sont réconfortants. La base est là, nous avons une stratégie de passage de l'expérimentation à la généralisation qui doit se faire de façon progressive. Mais les obstacles résident dans l'insuffisance des moyens financiers, surtout pour faire la communication indispensable pour susciter l'adhésion populaire. Car beaucoup de malentendus, de préjugés et d'incompréhensions obscurcissent les débats sur cette question.

Docteur, quels sont aujourd'hui les défis majeurs que nous devons relever pour que l'enseignement bilingue soit effectif au Niger?
Le défi majeur, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations. Nous ne sommes pas un laboratoire pour les autres. Parce que c'est dans ce que nous expérimentons que les autres puisent leurs inspirations et construisent leurs chemins. Il faut que nous arrivions à exploiter, à grande échelle, les produits de nos propres expérimentations. Le gros défi qui se pose à nous est donc celui de faire en sorte qu'on aille vers la généralisation de l'enseignement bilingue de manière progressive, étape par étape, selon une approche efficace qui prend en compte un certain nombre de stratégies que nous avons déjà identifiées, tant en ce qui concerne la communication que la recherche des financements, surtout des financements internes. C'est un enjeu national, un enjeu majeur pour notre développement. Nous avons, par deux fois, repoussé l'échéance de la généralisation, mais nous comptons, à la rentrée prochaine, faire une extension pour passer de 500 à 5000 écoles pilotes et l'année qui suit, envisager la généralisation du bilinguisme à l'ensemble des écoles du Niger au niveau CI. Nous nous attelons actuellement à mettre en œuvre cette stratégie d'extension qui va se faire progressivement, de la 1ère à la 6ème année du primaire, pour améliorer la qualité et la pertinence de notre école.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à…

Le président de la HALCIA : «Pour l'année 2018, nous allons beaucoup plus mener nos actions sur la prévention. Et face à ceux qui continueront à faire la sourde oreille, nous serons implacables», déclare M. Gousmane Abdourahamane

Monsieur le président, un certain nombre de dossiers initiés par la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA), défrayent actuellement la chronique. Il s'agit précisément du dossier sur les reversements de la douane et celui relatif à un marché attribué par la CAIMA. Pouvez-vous nous éclairer sur le contenu de ces dossiers ?Je voudrai de prime à bords saluer votre initiative, que je recommande d'...

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financ…

Dr. Aoula Yahaya, Coordonnateur du Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) : «Avec le financement additionnel, le PRODEC s'ouvrira à sept nouveaux établissements essentiellement portés vers le secteur agro-sylvo- pastoral

Pour soustraire les jeunes aux aléas du chômage et de la précarité de l'emploi, les Autorités de la 7ème République ont décidé de marquer, dans leur programme de gouvernance politique, leur engagement à mettre en cohérence les différents segments du système éducatif nigérien et le cadrage macro-économique du Plan de Développement Economique et Social (PDES, 2017-2021), pour faire de l'éducation et de la formation, la priorité du gouvern...

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un …

Le Secrétaire permanent du Comité d'organisation de Tahoua Sakola : «On a réussi, non pas parce qu'on nous a inscrit un montant important, mais parce que nous sommes restés dans les prévisions budgétaires qui nous ont été faites», déclare Yahaya Maha

Monsieur le Secrétaire permanent, quels sentiments vous animent après la célébration du 59ème anniversaire de la proclamation de la République à Tahoua dénommé Programme ''Tahoua Sakola'' ?Merci de cette opportunité que vous nous offrez de parler des activités de l'anniversaire de la proclamation de la République qui se sont déroulées à Tahoua sous le nom de Tahoua Sakola. Pour répondre à votre question, je dirai sans hésitation que c'e...

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entrepris…

Interview du Directeur Général du CIPMEN, M. Almoktar Allahoury : Le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises, un catalyseur de l'écosystème entrepreneurial au Niger

Monsieur le Directeur Général, pouvez-vous nous parler du Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises dont vous avez la charge ?Le Centre Incubateur des PME au Niger (CIPMEN) est une association à but non lucratif né d'un partenariat public –privé dont l'ambition est de contribuer au lancement de start-ups championnes dans des secteurs d'activités comme le numérique, les énergies renouvelables ou l'agrobusiness. En moins de qu...

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'appre…

M. Abdou Bako, coordonnateur Education en Situation d'Urgence Save the Children : «Pour assurer un environnement d'apprentissage protecteur pour tous les enfants, les écoles à risques font l'objet d'un suivi particulier»

Monsieur le coordonnateur, quatre (4) Organisations Internationales à savoir : Plan International, Save the Children, CONCERN et COOPI ont mis en place un groupe de travail « écoles sûres » dans le cadre de leurs interventions. Pouvez-vous nous donner les raisons de la mise en place de ce groupe de travail ?Merci de l'opportunité que vous nous offrez de parler du groupe de travail « écoles sûres ». Avant d'évoquer les raisons qui ont co...

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastruct...

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instanc…

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instance arbitrale nationale compétente en matière de contentieux d'impôts»

Monsieur le Secrétaire Permanent, au nombre des réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur des finances, figure la création du CARFI. Qu'est ce que le CARFI ?Le CARFI, c'est le Comité Arbitral des Recours Fiscaux. Le Gouvernement du Niger, soucieux d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, s'est résolument engagé dans des reformes visant à améliorer durablement les rapports entre l'Administration fiscale et les c...

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Avec l'avènement de l'internet, et les innombrables plateformes d'informations plus rapide...

vendredi 19 janvier 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.