Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte


invitM. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?
C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques burkinabè, avec à leur tête le Président de la République Rock Marc Christian Kaboré, ont confirmé leur attachement à ce festival panafricain. Je crois que la présence aussi des ministres de la Côte d'Ivoire, du Mali, du Niger et des autres pays, a pu nous démontrer l'importance que les pays africains accordent à ce festival. Et particulièrement pour le Niger, je crois que la délégation forte qui est venue à ce FESPACO prouve tout l'intérêt des autorités de la 7ème République, et leur attachement à la culture, particulièrement au cinéma, et aussi du fait que, pour la première fois, nous avons 5 films qui sont sélectionnés ; cela prouve également le dynamisme du cinéma nigérien, la vitalité de ce cinéma, et je crois que nous n'avons pas tort de les accompagner, d'être ici à cette cérémonie grandiose. Vous avez vu toutes les composantes, tous les moments forts de cette cérémonie, les discours pertinents, les manifestations culturelles avec la présence de la seule troupe étrangère qui est celle du Niger, la troupe Sogha, qui est invitée d'honneur et qui s'est produite à l'ouverture, bien entendu, en dehors du pays invité d'honneur qui est la Côte d'Ivoire qui a amené la méga star Alpha Blondy. C'est un honneur pour le Niger. De l'autre côté, vous avez vu la fantasia et la chorégraphie des chevaux, c'est un moment que nous n'allons pas vite oublier.

Vous avez relevé tantôt la forte présence du Niger à ce 25ème FESPACO avec cinq films. Etes-vous optimiste quant au succès final de ces films nigériens ?
Il y a trois films en compétition et deux films en panorama. Je suis tenté de vous dire ce que j'ai affirmé au Président du Burkina Faso : je reviendrai le samedi pour repartir avec l'Etalon de Yenega, parce que les trois films qui sont présentés sont d'une qualité extraordinaire, imposante. Car je crois que les 3 films présentés, ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', constituent de réels espoirs de trophée. Pour parler plus sérieusement, je suis en train d'hésiter si je ne devrais pas être là au moment de la proclamation des résultats parce que je ne voudrais vraiment rater aucun moment, aucun instant de joie. Tout cela pour vous dire combien je suis optimiste, combien les Nigériens doivent être optimistes, vu la qualité de nos films. Je crois que nous n'avons pas de raison de désespérer. Je sais que le 5 mars prochain, le Niger aidera ces cinéastes là à manifester leur joie en venant les accueillir lorsqu'ils apporteront un trophée, ou lorsqu'ils apporteront pratiquement l'Etalon de Yenega pour la deuxième fois dans l'histoire du FESPACO.

Plusieurs thématiques seront abordées au cours de ce 25ème FESPACO, dont la formation et le financement du cinéma. Que pensez-vous de la pertinence de tels sujets pour nos pays?
Il faut dire d'abord que le thème principal même du FESPACO est lié à la formation et à l'encadrement. Je crois que, sur ce plan là, nous sommes en train de prendre de l'avance ; dans le cadre de la réorganisation de notre ministère, nous avons prévu une Direction de la Formation et de l'Encadrement Artistique. Cela veut dire que nous allons être désormais très attentifs aux besoins d'encadrement, de formation, de renforcement de capacités des artistes, et particulièrement des cinéastes dans le cas d'espèces; mais aussi, quand on parle de financement, je crois que c'est toute la grande problématique qui préoccupe les Etats africains en matière de financement de la culture. Je crois qu'il y a toute une philosophie à réinventer, il y a tout un processus, il y a tout un système à mettre en place pour que nous puissions, de façon efficace, accompagner les artistes dans le financement de leurs arts, dans le financement de la culture. Et particulièrement, pour ce qui concerne le Niger, nous sommes en train d'aller dans le sens de la création d'un fonds d'appui à la culture que nous avons appelé le FONDA, mais qui malheureusement n'arrive pas à voir le jour, mais les textes sont déjà finalisés. Nous allons tenir un atelier, et j'en ai parlé aux cinéastes qui sont là à Ouaga, lorsque je leur ai rendu visite hier. Je leur ai dit qu'à leur retour, d'ici le mois d'avril, nous allons avoir une de table-ronde sur le financement de la culture, et dont la particularité sera de trouver les moyens pour financer les films de façon autonome, sans que nous ayons besoin d'aller chercher des financements extérieurs; car le cinéma et la culture sont des instruments de souveraineté, ce sont des instruments qui méritent d'être maitrisés par le pouvoir en place, par les acteurs en place et nous allons faire en sorte de trouver des mécanismes souples, des mécanismes pérennes qui puissent nous garantir un financement adéquat de la culture de façon générale.

Un accent particulier a été mis sur la formation et les métiers du cinéma à l'occasion de ce 25ème FESPACO. Pensez-vous que ces deux thématiques peuvent être développées dans les politiques de nos Etats?
Le programme stratégique que nous avons élaboré, et qui va être incessamment adopté par le Gouvernement, met l'accent sur toutes ces questions là. Nous n'avons pas d'autre choix en Afrique que de mettre l'accent sur ces instruments et sur ces approches, et faire en sorte que nous puissions avoir une production de qualité et des politiques de promotion des produits culturels. Et je crois que c'est là que la coopération Sud-Sud peut avoir toute sa place. Le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal et la Côte d'Ivoire sont des pays qui ont beaucoup avancé en matière de cinéma, de musique, d'art et de peinture. Nous allons voir dans quelle mesure créer des synergies avec ces pays, et aller dans le sens de l'atteinte de l'objectif global qui est celui de ramener la culture au cœur des programmes de développement. Cela est possible, et le Niger est en train de donner le son de cloche avec la Renaissance Culturelle. Et je crois que le retour des salles de cinéma et des ateliers prouve qu'on est arrivé à la limite d'un certain nombre d'instruments qui ont supporté le cinéma et la culture ; et donc nous allons revenir aux instruments classiques, à la coopération classique pour renforcer les capacités des producteurs, des réalisateurs, et des artistes de façon générale.

M. le ministre, quel lien établissez- vous entre la Renaissance Culturelle et le cinéma ?
Regardez bien les thématiques qui sont développées dans les trois films sélectionnés pour la compétition. Un des films parle d'une tradition africaine, d'une cérémonie de mariage, et de tout ce que cela comporte comme contraintes pour les femmes et pour la société de façon générale. Le deuxième film parle d'une préoccupation sociale, celle de la stérilité dans les couples africains, et particulièrement nigériens, et de tout ce que cela comporte comme préjugés à combattre, comme malentendus sociaux qui aboutissent souvent à la rupture des couples. ''L'arbre sans fruit'' remet à la surface cette question, et je pense que c'est une thématique de sensibilisation. Le troisième film, ''Délou'', est une série télévisée qui parle de la nécessité de partager le pouvoir entre les hommes et les femmes, de ne pas freiner l'élan de la femme à prendre des décisions, à s'engager dans la politique, parce qu'elle peut être efficace dans le sens de l'amélioration des conditions de vie de la femme, et lui garantir une participation dans les prises de décisions politiques et sociales. Je crois que c'est autant de thématiques qui peuvent être utilisées par la Renaissance Culturelle pour faire de la sensibilisation, afin qu'on soit un peu plus rationnel dans nos agissements, dans nos comportements. Qui mieux que le cinéma, la musique, la peinture, peut nous permettre d'avoir des supports pour convaincre les citoyens à être un peu plus rationnels, et un peu plus responsables dans les comportements et attitudes, et surtout dans les prises des décisions?

Réalisée par Oumarou Moussa, envoyé spécial(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Initiative privée dans le domaine de l'agro-pastor…

Initiative privée dans le domaine de l'agro-pastoralisme : Nafissa Hamidou, promotrice d'une unité de production d'aliments bétail ''Nourrir l'animal pour bien nourrir l'homme''

Au Niger, l'image d'une personne travaillant dans une usine, ou dans un domaine lié à l'él...

mercredi 22 mars 2017

Assoumana Souleymane, inventeur d'un tracteur

Assoumana Souleymane, inventeur d'un tracteur

Du talent, Assoumana Souleymane en a certainement ; mais il en faut plus pour réussir ce q...

mercredi 22 mars 2017

Mme Labo, promotrice de ferme bovine à Kangna (Zin…

Mme Labo, promotrice de ferme bovine à Kangna (Zinder) : De la craie à la ferme bovine

Mme Labo est propriétaire d'une ferme bovine à Kangna dans la banllieue de Zinder. Enseign...

mercredi 22 mars 2017

L'air du temps

L'info à chaud et en surchauffe sur la planète WhatsApp

L'info à chaud et en surchauffe sur la planète WhatsApp

De nos jours, avec le nouveau dada dénommé WhatsApp, les infos circulent à la vitesse de l...

vendredi 17 mars 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.