Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou


inviteMonsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?
La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroitre les investissements sur le continent.
Les huit (8) Communautés Economiques Régionales (C.E.R) officiellement reconnues par l'Union Africaine notamment la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), la Communauté de Développement de l'Afrique Australe (SADC), la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE), le marché commun de l'Afrique du Sud-est (COMESA), etc. constituent les piliers fondamentaux de la ZLEC.
Il convient de rappeler que la création de la ZLEC est considérée comme la première étape pour le marché commun africain du traité d'Abuja de 1991.
En décidant de créer cet espace en janvier 2012, de lancer les négociations en 2015 et en retenant 2017 comme date indicative pour la conclusion d'un accord, les Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine ont voulu réaffirmer une volonté politique forte pour qu'en 2018 les échanges intra-africains puissent être libres.
Il me parait important de souligner qu'au cours du 28ème Sommet des Chefs d'Etat de l'Union africaine tenu les 30 et 31 janvier 2017 à Addis-Abeba, S.E.M. Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat, a été désigné par ses pairs, Champion du libre-échange en Afrique, pour piloter le processus de mise en place de la ZLEC.
Au-delà de sa personne, c'est tout le Niger qui est honoré à travers cette désignation et celle-ci s'explique par son implication personnelle dans les questions de libre circulation des biens, des services et des personnes en Afrique.
Justement, Monsieur le ministre, dans le cadre du processus de mise en place de la ZLEC, Niamey a abrité du 15 au 16 juin 2017, la 3ème Réunion des Ministres Africains du Commerce qui a été présidée par S.E.M. Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat, chargé du dossier ZLEC. Quels sont les objectifs assignés à cette grande rencontre africaine et quelles sont les grandes décisions ou résolutions issues de cette Rencontre ministérielle ?

Il s'est agi au cours de cette Réunion ministérielle d'examiner et d'adopter, trois projets issus de la réunion du Forum de Négociations et celle des Hauts Fonctionnaires en Commerce tenues également à Niamey du 05 au 14 juin 2017.
C'est ainsi qu'au niveau du projet de modalités des négociations tarifaires de la ZLEC qui vise à définir la portée et l'approche de la libéralisation du commerce des marchandises ainsi que le niveau d'ouverture , comme décisions , la majorité des Etats membres ont convenu d'un niveau initial de libéralisation de 90% avec une période de mise en œuvre de 5 ans pour les non PMA et 10 ans pour les Pays les moins avancés (PMA).
Cependant, les Ministres du Commerce ont demandé à la Commission de l'Union Africaine (C.U.A) en collaboration avec la Commission Economique des Nations Unies pour l'Afrique (C.E.A) et la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) de mener une étude afin de déterminer les critères liés à la désignation des produits sensibles, à la liste d'exclusion et à la Clause anti-concentration. Sur la base des résultats de cette étude, le FN-ZLEC devra négocier les pourcentages des produits sensibles, la liste d'exclusion et les disciplines connexes.
A propos du projet de modalités des négociations sur le Commerce des Services de la ZLEC, il convient de préciser que ces modalités ont pour finalité d'aider les États membres et les territoires douaniers impliqués dans les négociations de la ZLEC à se préparer pour les négociations portant sur les services tout en facilitant lesdites négociations. Elles mettent en exergue les régimes existants pour le commerce des services dans les États membres de l'UA, les principes de la négociation, les parties en négociation, le cadre et le champ d'application, les méthodes de négociation, la base de négociation, le processus de libéralisation, le rôle de la CUA ainsi que les éléments relatifs à l'assistance technique et le développement de capacités.
Apres examen de ce projet, nous avons adopté plusieurs résolutions.
D'abord, il ne devait pas y avoir d'exclusion à priori dans le secteur des services ou de modes de fourniture dans les négociations.
En plus, le secteur des services couverts par les négociations seront ceux énoncés dans l'Accord Général sur le Commerce des Services de l'OMC et ceux élaborés dans le cadre de la Classification Centrale des Produits de l'ONU.
De même, les Groupes Techniques de Travail formuleront des recommandations sur la clause de rendez-vous.
En outre, l'approche mixte (qui comporte, un accord-cadre sur le commerce, les listes d'engagement spécifique et un cadre de coopération en matière réglementaires et de régulation) devrait intégrer la reconnaissance du droit des Etats membres à réglementer et utiliser une méthodologie qui tient compte de l'approche des listes positives, de la demande et de l'offre des Etats membres.
Enfin, la nécessité de maintenir la cohérence avec d'autres documents juridiques de l'Union Africaine.
Cependant, il convient de souligner qu'il est recommandé à la Commission de l'U.A en collaboration avec les Partenaires Techniques notamment la C.E.A et la CNUCED d'établir un programme de travail sur l'élaboration des données sur les services tout en mettant en place une base de données de la ZLEC sur le commerce des services , finaliser l'analyse et l'évaluation du secteur des services pays par pays en terme de structure et de marché , examiner les expériences nationales des pays africains , tout en identifiant les partenaires commerciaux et les tendances commerciales dans les échanges intra-africains des services ainsi que les opportunités et les enjeux et enfin procéder à l'identification des secteurs prioritaires.
Quant au projet des textes de la ZLEC, la Commission de l'UA a informé le Forum de négociation de la ZLEC que différentes parties des Textes de la ZLEC sont en cours de rédaction par les sept Groupes Techniques de Travail (GTT) mis en place. L'Accord sur le commerce des marchandises ne faisant pas partie du travail assigné aux GTT, la réunion a recommandé à la Commission d'organiser une réunion spéciale des Négociateurs en chef de la ZLEC afin qu'ils se penchent sur le projet d'Accord sur le commerce des marchandises. Il convient de souligner que toutes ces grandes décisions prises seront soumises au Sommet des Chefs d'Etat de l'Union Africaine à Addis Abéba en Ethiopie en décembre 2017.
Quels sont les avantages que peuvent tirer les pays africains en général et le Niger en particulier avec la mise en place de cette Zone de Libre Echange Continentale?
Je tiens à préciser que toute ouverture commerciale crée des opportunités et des possibilités diverses qu'il faut saisir opportunément et exploiter. Elle présente également des défis, enjeux et menaces pour lesquels, il va falloir apporter des solutions idoines.
Les avantages qui résulteraient de la création de la zone de libre échange à l'échelle continentale sont énormes.
D'abord, avec cette ZLEC, l'Afrique pourrait voir ses potentialités commerciales libérées, son volume d'échanges augmenté avec comme conséquences notamment, le développement économique du continent et un poids plus important dans le commerce mondial.
Ensuite, la ZLEC pourrait promouvoir une meilleure répartition de ressources, une amélioration de la concurrence et une réduction des écarts de prix entre les pays africains qui vont sans doute accroître la sécurité alimentaire et contribuer à la réalisation du bien être social.
De même, du point de vue de l'ouverture et la facilitation du commerce, la ZLEC devrait élargir les marchés pour le commerce des marchandises et des services grâce à la suppression des barrières tarifaires et non tarifaires. Elle devrait aussi contribuer à régler les problèmes que constituent l'appartenance à plusieurs Communautés Economiques Régionales et harmoniser ainsi les règles commerciales en Afrique.
En plus, la ZLEC devrait permettre d'accélérer la réalisation de la vision du traité d'Abuja relative à la mise en place du marché commun africain prévu pour 2025 et par ricochet, la création de la Communauté Economique Africaine. Ces réalisations permettraient à l'Afrique d'avoir des politiques économiques, fiscales, sociales et sectorielles harmonisées.
Enfin, compte tenu des inégalités en matière de développement des pays africains, il va falloir en tenir compte notamment un développement partagé pour tous les Etats membres. Des mécanismes de compensation au profit des pays économiquement plus faibles pourraient contribuer à une véritable intégration des peuples africains.
Monsieur le ministre, si la décision d'accélérer la mise en place de la zone de libre-échange continentale semble être une solution efficace pour promouvoir et renforcer le commerce intra africain, il n'en demeure pas moins que de nombreux obstacles doivent encore être franchis pour la matérialisation de ce vaste projet. Quel commentaire cela vous inspire?
Effectivement vous avez en partie raison. En effet, bien que les huit Communautés Economiques Régionales (COMESA, CAE, SADC, CEDEAO, IGAD, CEAAC, CENSAD et UMA), reconnues par l'Union Africaine, aient fait des efforts en matière d'élimination des obstacles au commerce intra Communautés Economiques Régionales, leur bilan reste mitigé.
Le rythme de réalisation des progrès n'est pas uniforme. Il existe des disparités en termes de niveaux d'engagements entre les différentes Communautés Economiques Régionales. En effet, Certaines d'entre elles ne sont pas encore parvenues à mettre en place leur zone de libre échange, alors que d'autres en sont presque à l'union douanière.
A cela, s'ajoute le fait que certains pays appartiennent à plusieurs Communautés Economiques Régionales ce qui complique le processus.
De plus, les inégalités de développement entre les pays membres d'une même Communauté posent une autre limite. Les Etats économiquement faibles soulèvent des préoccupations et des inquiétudes légitimes. Certains craignent la domination de ceux plus riches et plus puissants, la perte de recettes fiscales et la menace sur les industries embryonnaires.

C'est pourquoi, la Commission permanente de haut niveau, mise sur pied par les Chefs d'Etat africains, aura alors pour missions de se pencher sur l'ensemble de ces obstacles, de veiller au respect de la mise en œuvre de la feuille de route et de proposer des solutions aux problèmes identifiés.
Malgré la création d'une telle commission, l'UA souligne toutefois la nécessité pour les Etats de continuer à chercher une solution au problème de l'insuffisance des infrastructures tels que le manque de routes, de chemins de fer et de transports ainsi que d'améliorer la capacité de production par la promotion des produits à haute valeur ajoutée.
Monsieur le ministre, au regard des nombreux obstacles à franchir avant la réalisation de la ZLEC et compte tenu du délai très court, de nombreux acteurs s'interrogent sur les capacités des leaders du continent à réaliser un projet aussi ambitieux. Quel est votre point de vue par rapport à cette question ?
Certes, des obstacles existent mais, ils ne peuvent pas empêcher la réalisation de cet ambitieux projet. En effet, les succès enregistrés par le COMESA, la CAE et la SADC dans le projet de création d'une zone de libre-échange tripartite sont de nature à inciter à un optimisme général quant à la ZLEC. Cette ZLEC tripartite représente presque la moitié des Etats membres de l'Union Africaine avec 26 pays et environ 53 % du PIB du continent.
Je puis donc vous assurer que la prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine .En effet, le commerce est source de richesses, de création d'emplois et de réduction de la pauvreté.

Réalisée par Seini Seydou Zakaria(onep)
30/06/17

L'invité de Sahel Dimanche

La cinéaste Aïcha Macky : Nos sociétés sont porteuses de vices qu'il faut combattre avec la caméra"

La cinéaste Aïcha Macky : Nos sociétés sont porteuses de vices qu'il faut combattre avec la caméra"

Depuis plusieurs années, à force de travail et d'abnégation, elle fait rayonner le cinéma nigérien à l'international. On retrouve toujours ses productions avec autant de perfectionnisme et de bonheur sur les écrans. Elle, c'est Aïcha Macky ; née en 1982 à Zinder, cette jeune femme peut sembler aujourd'hui avoir beaucoup gagné. Plusieurs distinctions et récompenses et sans doute, sûrement encore plusieurs années de succès au compteur de ...

Le président de la Commission des Finances et du Budget de l'Assemblée Nationale : «C'est la preuve, s'il en faut, de la…

Le président de la Commission des Finances et du Budget de l'Assemblée Nationale : «C'est la preuve, s'il en faut, de la transparence qui caractérise la gouvernance financière dans notre pays», déclare le député Adamou Namata

Monsieur le président, les 21 et 22 novembre derniers se sont tenus à Niamey les travaux de la 8ème Assemblée Générale de l'Association des Institutions Supérieures de Contrôle ayant en Commun l'Usage du Français (AISCCUF). Quelle importance revêt à vos yeux une telle rencontre pour nos Etats qui s'échinent à instaurer en leur sein les mécanismes de la bonne gouvernance en matière de gestion des finances publiques ?Dans tous les pays me...

Madame Amina Moumouni, Ministre de l'Energie : «Avec l'intégration de la centrale solaire de Malbaza au réseau de la NIG…

Madame Amina Moumouni, Ministre de l'Energie : «Avec l'intégration de la centrale solaire de Malbaza au réseau de la NIGELEC, le Niger inaugure l'introduction dans son mix énergétique de la production solaire»

Madame la Ministre, votre département ministériel s'apprête à accueillir l'inauguration de la première centrale solaire photovoltaïque de 7 MW à Malbaza, le dimanche 24 novembre prochain. Quelle est selon vous l'importance de cet événement pour notre pays ?Je vous remercie de me donner l'occasion de parler de la centrale solaire photovoltaïque de 7 MW de Malbaza. Comme vous le faites remarquer cette centrale est d'abord la première inst...

Le Directeur Général de l'ANVD : «Le Prix international Awards in Excellence and Quality dans la catégorie OR que l'ANVD…

Le Directeur Général de l'ANVD : «Le Prix international Awards in Excellence and Quality dans la catégorie OR que l'ANVD a obtenu est la reconnaissance des efforts que déploie notre Agence», affirme M. Hassane Hamidine

Monsieur le Directeur Général, l'ANVD a été distinguée, en septembre dernier, du prestigieux prix Awards en Excellence et Qualité, lors du 32ème congrès International de la Qualité tenu à Francfort, en Allemagne. Qu'est-ce qui justifie une telle distinction de portée internationale ?Merci beaucoup pour l'opportunité que vous me donnez de parler de notre Agence et de ses activités. Effectivement, l'Agence Nigérienne de Volontariat pour l...

Monsieur Abdoulaye Coulibaly, président du Comité technique national Télévision Numérique Terrestre (TNT) : «La TNT va r…

Monsieur Abdoulaye Coulibaly, président du Comité technique national Télévision Numérique Terrestre (TNT) : «La TNT va renforcer la visibilité du Niger à l'international et cadre parfaitement avec le PDES 2017-2021»

Monsieur le président du Comité Technique National TNT, le Conseil des Ministres tenu vendredi dernier a entendu une Communication conjointe de Monsieur le Ministre de la Communication, M. Habi Mahamadou Salissou et de son homologue en charge de l'Economie Numérique, M. Sani Maigochi, sur le processus de basculement vers la TNT. Où en est-on aujourd'hui?Merci. Disons que le processus a bien avancé, particulièrement ces derniers mois, et...

Interview du Ministre des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement, Monsieur Waziri Maman : Dorénavant, aucun privé ne pe…

Interview du Ministre des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement, Monsieur Waziri Maman : Dorénavant, aucun privé ne peut réaliser des lotissements... Ils se feront à l'initiative du Ministère en charge de l'Urbanisme et des Mairies

Quelles sont les dispositions prises par votre département ministériel pour une meilleure gestion des espaces publics et privés ?Merci beaucoup pour l'opportunité que vous me donnez pour parler des sujets très importants pour la vie de la nation. Au niveau de la gestion des domaines publics et privés de l'Etat, vous savez, il y a eu beaucoup de dérapages. Il y a eu des espaces qui ont été morcelés ; il ya eu des espaces qui ont été vend...

M. Wargo Boubacar, Secrétaire Permanent du Haut conseil pour l'investissement au Niger : "Le Niger est une terre d'…

M. Wargo Boubacar, Secrétaire Permanent du Haut conseil pour l'investissement au Niger : "Le Niger est une terre d'opportunités et une destination privillégiée pour les investisseurs"

Monsieur le secrétaire permanent, pouvez-vous nous présenter cette structure dont vous avez la charge ?Le Haut Conseil pour l'Investissement au Niger (HCIN) est une structure créée et placée sous l'autorité directe du Président de la République et a pour rôle d'être la plateforme de dialogue public-privé en vue d'impulser les actions ayant pour finalité de promouvoir et d'assainir l'environnement des affaires et de définir les priorités...

M. Zakari Oumarou, Coordonnateur Technique de l'Enquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM) auprès …

M. Zakari Oumarou, Coordonnateur Technique de l'Enquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM) auprès des Etats membres de l'UEMOA: «Les données collectées au cours de ces opérations de collecte sont confidentielles et ne servent qu

Monsieur le Coordonnateur, l'Institut National de la Statistique (INS) réalise la première Enquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM) auprès des Etats membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est d'abord une enquête harmonisée sur les conditions de vie des ménages ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi d'abord de remercier très sincèrement votre journal, pour l'intérêt qu'il porte à nos diffé...

M. Oumarou Amadou Saley, Haut Commissaire à la Modernisation de l'Etat : «Tous les efforts faits pour rationaliser et am…

M. Oumarou Amadou Saley, Haut Commissaire à la Modernisation de l'Etat : «Tous les efforts faits pour rationaliser et améliorer les services publics dans ce pays sont à encourager»

Monsieur le Haut Commissaire, pouvez-vous nous définir le concept de «modernisation de l'Etat » qui est le fondement de la création de l'institution que vous dirigez ?L'expression «modernisation de l'Etat» désigne les actions de type législatif ou réglementaire qui doivent entrainer une transformation substantielle du périmètre d'action ou des méthodes de fonctionnement de l'Etat. Cette transformation « structurelle» vise à améliorer le...

Mme Maïga Fatima Halirou, Maire de Birni N'Gaouré : «La gestion communale n'est pas uniquement du ressort du Conseil mun…

Mme Maïga Fatima Halirou, Maire de Birni N'Gaouré : «La gestion communale n'est pas uniquement du ressort du Conseil municipal mais une affaire de tous les administrés»

      Madame la maire, présentez-nous la Commune urbaine de Birni Ngaouré.La Commune urbaine de Birni Ngaouré, a été créée par la loi N° 2002-14 du 11 JUIN 2012. Elle est limitée à l'ouest par les Communes rurales de Fakara et N'Gonga ; au sud par celles de Kankandi et de Fardji; au nord par N'Gonga et à l'est par la commune de Golé. Le chef-lieu de la Commune qui est Birni Ngaouré est situé à 33 kilomètres de Dosso et...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Demandez une Bourse d’études Australia Awards

australieFaites une différence
Demandez une Bourse d'études Australia Awards

Avez-vous le potentiel d'être un futur leader contribuant au développement durable du Niger ? Postulez dès maintenant pour obtenir une éducation de classe mondiale et devenez un chef de file de l'industrie ayant des liens étroits avec l'Australie.
L'appel à candidatures pour les bourses d'études Australia Awards - Africa pour étudier en Australie est ouvert du 1er septembre au 3 décembre 2018. Les candidatures peuvent être envoyées via http://www.australiaawardsafrica.org/.Australia Awards - Africa est un programme de bourses prestigieux qui contribue au leadership africain et au développement des capacités humaines depuis les années 1960.
Le programme offre des formations post-universitaires à court terme et des diplômes de Masters à des pro¬fessionnels nigériens de niveau intermédiaire ou supérieur, couvrant l'ensemble des frais.
Les anciens étudiants reviennent de leurs études avec les compétences, les connaissances et les réseaux nécessaires pour contribuer au développement durable de leur pays. En outre, ils rejoignent une commu¬nauté mondiale d'anciens étudiants ayant des liens permanents entre l'Afrique et l'Australie.Le processus de candidature est ouvert et concurrentiel, offrant des chances égales à toutes les personnes éligibles, quels que soient leur sexe, leur appartenance ethnique et leur handicap.
Les candidats doivent avoir un minimum de compétence en anglais équivalant à un score global IELTS de 5,0.
Plus d'information:
• Les professionnels éligibles occupant des postes de niveau intermédiaire ou supérieur peuvent postuler à l'adresse suivante : www.australiaawardsafrica.org
• Pour en savoir plus sur les études en Australie, visitez : https://www.studyinaustralia.gov.au

Des séances d'information gratuites auront lieu à Niamey, au centre de conférences du Grand Hôtel tous les vendredis en novembre.

Audiences

Dossier

Installation de la saison. froide au Niger : …

Installation de la saison. froide au Niger : "Il fera moins froid cette année'', selon l'ingénieur météorologue Ousman Baoua

La saison des pluies a définitivement plié ses bagages pour donner place à l'harmattan qui...

vendredi 30 novembre 2018

De la nécessité de protéger les enfants contre les…

De la nécessité de protéger les enfants contre les maladies liées au froid

La période de froid est en train de s'installer progressivement au Niger et particulièreme...

vendredi 30 novembre 2018

La friperie, leader du marché pour le choix des vê…

La friperie, leader du marché pour le choix des vêtements contre le froid

En cette fin de mois de novembre, les populations de Niamey changent leurs habitudes vesti...

vendredi 30 novembre 2018

L'air du temps

Ces ''maladies des riches'' qui ne font plus de quartier

Ces ''maladies des riches'' qui ne font plus de quartier

Cancer, tension, diabète, ulcères....Voilà des pathologiesspécifiques qui, il y a quelques...

vendredi 7 décembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.