Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer la meilleure collaboration entre le Gouvernement et les autres institutions»


invitPourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?
Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très reconnaissant.
Pour répondre à votre question, remarquez qu'une place de choix est accordée aux Institutions par le Président de la République à travers le Programme de Renaissance du Niger. En effet, le Président de la République est convaincu qu'un Etat de droit repose sur des Institutions fortes, démocratiques et stables. Cette conviction est la principale raison qui motive la création de ce ministère. Cela est d'autant plus logique que lorsque vous regardez le fonctionnement de ce ministère, il est une sorte d'interface entre le Gouvernement, le pouvoir exécutif, et l'Assemblée Nationale incarnant le pouvoir législatif. Aussi les textes ont étendu cette collaboration fonctionnelle avec les Institutions non parlementaires telles que le CESOC, le Médiateur de la République, le CSC, la CNDH, etc.
L'autre raison qui n'est pas à négliger, c'est que les Etats de l'UEMOA ont de plus en plus ce genre de département ministériel, et dans le souci de l'harmonisation des Institutions Publiques, le Niger n'est pas en reste.
Quelles sont les attributions et missions dévolues à votre ministère ?
C'est le décret n°2016-208/PM du 11 mai 2016 précisant les attributions des membres du Gouvernement qui a déterminé les attributions du ministère en charge des Relations avec les institutions autour des points suivants ; entre autres, suivre en liaison avec le Secrétariat général du gouvernement et les départements ministériels concernés les projets de textes soumis à l'Assemblée Nationale pour rendre compte au Président de la République et au Premier Ministre et informer les ministres concernés des réactions suscitées par l'examen de ces projets de textes tant au niveau du Parlement que de l'opinion publique ; rendre compte au Premier Ministre des questions relatives au contrôle de l'action gouvernementale ; communiquer aux ministres concernés par les questions écrites ou orales relatives au contrôle de l'action gouvernementale exercé par le Parlement et transmettre les réponses fournies par les membres du Gouvernement ; représenter le Gouvernement au sein des organes chargés de connaitre des questions relatives à l'ordre du jour et au calendrier des travaux de l'Assemblée Nationale ; coordonner et faciliter les relations entre le pouvoir exécutif et les différentes Institutions ; assurer le suivi de la mise en œuvre des recommandations faites au Gouvernement par les Institutions de la République.
Comme vous pouvez le constater, notre département ministériel a des attributions très importantes, certaines mêmes capitales dans le fonctionnement des pouvoirs publics de notre pays. En effet, le fonctionnement de la République nécessite une excellente collaboration entre les différentes institutions pour une harmonie en matière de gouvernance.
A ce niveau, permettez- moi de vous assurer que dans la mise en application de ces attributions, le ministère ne rencontre pas de difficultés majeures, car le décret a été très explicite en déterminant les attributions.
Comment se portent les relations entre votre ministère et les autres institutions ?
Les relations se portent bien. Il est très clair que notre ministère n'a pas pour mission d'exercer une tutelle sur des Institutions qui sont soit des pouvoirs véritables, soit des Institutions Indépendantes. C'est une erreur que de voir notre ministère, faisant partie du pouvoir exécutif, disposer d'une telle prérogative, ne serait-ce que d'un point de vue du principe de séparation des pouvoirs, cher aux autorités de la 7ème République.
Par contre, le ministère s'attèle quotidiennement à travers la Direction des Relations avec le Parlement (DRP) et la Direction des Relations avec les Institutions non Parlementaires (DRINP) à assurer la meilleure collaboration entre le Gouvernement et les autres Institutions.
Jusqu'ici, tout se passe bien et même très bien, car aucune Institution ne souffre d'empiètement dans ses attributions par un autre pouvoir. Cela est un motif de satisfaction pour nous en tant que ministre en charge de la question.
Sachant que beaucoup d'Institutions de la République sont dites « autorités indépendantes » et ont un rang protocolaire au-dessus de celle du ministère, où est-ce que s'organisent vos rencontres ?
Effectivement, certaines Institutions de la 7ème République sont des autorités administratives indépendantes. Cette indépendance ne se résume pas qu'aux dires : elle se traduit quotidiennement dans les actes que ces Institutions posent. Le Président de la République et le Premier Ministre veillent à ce que cette autonomie ne souffre ni d'ambigüité ni de dysfonctionnement.
Ceci étant, disons qu'il n'existe pas un cadre formel de rencontres entre les Institutions et le ministère chargé des Relations avec les Institutions, mais ceci ne me semble pas préjudiciable à la bonne exécution de la mission que le Président de la République et le Premier Ministre nous ont confiée. Chaque fois qu'une Institution de la République organise une activité, nous sommes invités, nous y prenons part et nous en rendons compte au Gouvernement. C'est ainsi que j'assiste régulièrement aux activités de l'Assemblée Nationale.
Mieux, je me suis rendu quasiment dans toutes les Institutions en vue de m'enquérir des conditions de travail de leur administration respective et transmettre leurs aspirations et recommandations à l'Exécutif. C'est dire que chaque fois qu'il est nécessaire, nous partons sans difficulté vers ces autorités indépendantes. Leurs responsables nous reçoivent, toujours, chaleureusement et nous font l'honneur d'être leur porte-parole auprès du Gouvernement. Je profite de cette occasion que vous m'offrez pour saluer cette franche collaboration.
Chaque ministre défendant un projet de loi devant l'Assemblée Nationale est de facto « commissaire de Gouvernement » : n'y-a-t-il pas empiétement sur vos prérogatives ?
Absolument pas. Le fait qu'un membre du Gouvernement vienne défendre un projet de loi porté par son département ministériel est compréhensible. Un projet de loi suscite au niveau de notre Assemblée Nationale des questions souvent très pointues, des renseignements, des recommandations, bref des critiques. Heureusement, d'ailleurs. Et, étant Commissaire du Gouvernement, il est de mon devoir de renseigner de manière exhaustive la représentation nationale sur les projets de loi qui lui sont soumis.
Mais, il arrive que le ministre chargé des Relations avec les Institutions ne détienne pas tous les éléments de réponse souhaités par les parlementaires sur des questions relatives, par exemple, à la Loi des Finances ou à la Sécurité. C'est en ce sens que, tout en demeurant Commissaire du Gouvernement, je demande au ministre porteur du projet de texte d'être à mes côtés afin de mieux éclairer les députés. Vous remarquerez que ceci n'est pas systématique. Il défend, souvent, des projets de texte portés par des départements ministériels autres que le mien. A ce niveau, il faut souligner que le Gouvernement, dirigé par SEM. Brigi Rafini, est une équipe soudée et solidaire, et nous mesurons la complémentarité des prérogatives ministérielles pour mettre en œuvre le Programme de Renaissance du Niger de SEM. Issoufou Mahamadou, Président de la République.
Enfin, de quels moyens matériels, humains et financiers disposez-vous pour « huiler » les relations avec les Institutions ?
Evidement, des ressources humaines et des moyens matériels et financiers sont indispensables pour assumer pleinement les attributions auxquelles nous faisions allusion à l'instant. Sans langue de bois, je suis largement satisfait du niveau de professionnalisme et du dynamisme de mes collaborateurs. Quant aux moyens matériels et financiers, là aussi, nous n'avons pas de difficultés particulières. Toutes nos activités, toutes nos dépenses sont exclusivement prises en charge par le budget national. Pour l'instant, nous n'avons pas de partenaires techniques et financiers. Mais avec nos moyens, déjà appréciables, nous assumons confortablement le rôle d'interface entre les Institutions de la République et l'Exécutif.

Interview réalisée par Sani Soulé Manzo(onep)
17/11/17

L'invité de Sahel Dimanche

M. Bazoum Mohamed, ministre d'Etat chargé de l'Intérieur et de la Sécurité Publique, invité de ''Grands Dossiers'' sur l…

M. Bazoum Mohamed, ministre d'Etat chargé de l'Intérieur et de la Sécurité Publique, invité de ''Grands Dossiers'' sur les antennes de ''La Voix du Sahel'' : Mise au point sur le processus électoral au Niger

Le samedi 7 Juillet dernier, le ministre d'Etat chargé de l'Intérieur et président du principal parti au pouvoir, le PNDS-Tarayya et de la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN), était l'invité de l'émission ''Grands dossiers'' de la radio nationale, ''La Voix du Sahel'', animée par notre confrère Alio Ibrahim. Entre autres sujets abordés au cours de cet entretien diffusé en direct, il y avait tout naturellement la question relativ...

M. Issaka Maga Hamidou, Démographe-sociologue, Enseignant-chercheur au Département de sociologie, FLSH/UAM : «En princip…

M. Issaka Maga Hamidou, Démographe-sociologue, Enseignant-chercheur au Département de sociologie, FLSH/UAM : «En principe, les conditions du dividende démographique existent actuellement en milieu urbain»

Notre pays s'apprête à célébrer mercredi prochain, la Journée Mondiale de la Population. Un évènement important au regard des défis liés à la croissance démographique au Niger et dans plusieurs pays africains. Cette situation maintes fois évoquée par les autorités de notre pays demeure encore une préoccupation malgré les efforts qui sont déployés pour permettre au Niger d'atteindre le dividende démographique. M. Issaka Maga Hamidou, Dém...

Dr Garba Yahaya, Directeur général de l'Agriculture : ''Au 10 juin 2018, 5.725 villages agricoles ont effectué des semis…

Dr Garba Yahaya, Directeur général de l'Agriculture : ''Au 10 juin 2018, 5.725 villages agricoles ont effectué des semis effectifs de mil et de sorgho, soit 46 % des 12.464 villages agricoles''

Monsieur le Directeur Général, cette année, la campagne agricole a débuté précocement dans plusieurs localités de notre pays. De façon globale, comment se présente la situation de cette campagne ?Les premières pluies utiles ont été enregistrées au cours de la deuxième décade de mai dans plusieurs localités du pays; ces précipitations ont permis le démarrage des semis partiels de mil dans les régions de Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéry e...

Albadé Abouba, Ministre d'Etat, Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage : «Le Niger a été distingué et hautement appré…

Albadé Abouba, Ministre d'Etat, Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage : «Le Niger a été distingué et hautement apprécié pour les efforts de développement qu'il ne cesse de déployer, en dépit de toutes les contraintes»

Du 17 au 20 juin dernier, le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, a effectué une visite de travail et d'amitié en Italie. Dans la capitale italienne Rome, le Président Issoufou a été l'invité d'honneur de la session annuelle du Conseil d'administration du PAM, il a rencontré des responsables des agences onusiennes en charge du développement agricole (PAM, FAO, FIDA). Le Chef de l'Etat a également été reçu ...

Kadidjatou Moumouni, présidente de l'Association nationale des albinos du Niger : «Nous voulons une société inclusive, q…

Kadidjatou Moumouni, présidente de l'Association nationale des albinos du Niger : «Nous voulons une société inclusive, qui prend en compte la question des droits des personnes atteintes d'albinisme en vue de leur inclusion sociale»

Dans beaucoup de sociétés, l'albinisme demeure encore un sujet de curiosité. La méconnaissance de ce problème de santé a conduit à des actes souvent cruels sur les personnes souffrant d'albinisme. Au Niger, même si la discrimination est moins prononcée contre les albinos, ceux-ci font toutefois face des difficultés certaines. Depuis 2013, l'Association nationale des albinos du Niger, essaie de trouver des solutions aux difficultés auxqu...

Le directeur général de la Protection des Végétaux : «Les dispositions que nous avons prises sont de trois ordres, à sav…

Le directeur général de la Protection des Végétaux : «Les dispositions que nous avons prises sont de trois ordres, à savoir, l'acquisition et la mise en place au niveau des régions, des produits phytosanitaires (pesticides), des appareils de traiteme

Monsieur le Directeur Général, la campagne agricole 2018 s'annonce avec des quantités de pluies enregistrées dans certaines zones de notre pays. Quelles sont les dispositions prises par votre Direction pour faire face aux ennemis des cultures qui peuvent tenter de réduire à néant les efforts des paysans ?Je vous remercie pour l'occasion que vous me donnez de faire le point sur les préparatifs de la campagne d'hivernage 2018, notamment e...

Moustapha Kadi Oumani, auteur du livre « Itinéraire d'un combat» : « J'ai examiné et disséqué les rapports entre nos par…

Moustapha Kadi Oumani, auteur du livre « Itinéraire d'un combat» : « J'ai examiné et disséqué les rapports entre nos partenaires privés et nos ressources naturelles en appréhendant le niveau des difficultés que le Niger a injustement vécu »

Figure marquante de la société civile nigérienne, Moustapha Kadi Oumani poursuit son combat, non pas en tant que leader de cette société civile, mais en tant qu'écrivain. Ainsi après « Un tabou brisé, l'esclavage en Afrique », il a publié « Itinéraire d'un combat », un livre de 592 pages paru chez L'harmattan. La cérémonie de dédicace de ce livre a eu lieu le 1er mars 2018 à la salle Margou de l'hôtel Gaweye et a réuni plusieurs acteurs...

S.E.M. Garba Agada, Consul Général du Niger au Soudan: « Le pèlerinage par voie terrestre et les relations familiales on…

S.E.M. Garba Agada, Consul Général du Niger au Soudan: « Le pèlerinage par voie terrestre et les relations familiales ont renforcé et consolidé les relations entre le Niger et le Soudan »

Monsieur le Consul Général, présentez-nous ce poste consulaire que vous avez l'honneur de diriger ?Merci de nous avoir donné l'occasion de parler succinctement du Consulat Général du Niger au Soudan. La représentation du Niger au Soudan date de 1969. Nous sommes l'une des plus anciennes représentations des pays étrangers au Soudan. Outre les fonctions classiques d'une représentation à l'étranger à savoir,0représenter, défendre, communiq...

M. Yahouza Sadissou, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation : « Le gouvernement est pl…

M. Yahouza Sadissou, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation : « Le gouvernement est plus que jamais déterminé à restaurer l'autorité de l'Etat dans toutes les écoles et Universités publiques du Niger »

Depuis bientôt quelques mois, la crise à l'Université Abdou Moumouni de Niamey a déteint sur les 7 autres Universités publiques et même les autres ordres d'enseignement: qu'en est-il vraiment ?Les perturbations qui affectent les Universités Publiques du Niger (UPN) ne datent pas d'aujourd'hui. Elles sont aussi vieilles que la création des ces Institutions. L'agression de l'enseignant chercheur le 7 février 2018 par des membres de la Com...

Entretien avec la Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant, Mme Elback Zeinabou Tari Bako : …

Entretien avec la Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant, Mme Elback Zeinabou Tari Bako : «La meilleure porte d'entrée de l'autonomisation de la femme est la scolarisation»

Madame la Ministre, les femmes nigériennes célèbrent ce 13 mai, la 27eme édition de leur journée nationale. De l'institutionnalisation de cette journée à aujourd'hui, quel bilan peut-on dresser relativement à la promotion de la femme au Niger ?Je vous remercie de m'avoir donné l'occasion en ce jour mémorable du 13 mai 2018, de m'adresser aux Nigériennes et Nigériens sur cet événement de portée nationale qu'est la journée de la femme nig...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Ramadan 2018 /Denrées alimentaires : Disponibilité…

Ramadan 2018 /Denrées alimentaires : Disponibilité des produits et stabilité des prix sur tous les marchés de la capitale

Le mois béni de Ramadan est un mois pendant lequel, la consommation alimentaire est élevée...

vendredi 18 mai 2018

Ramadan 2018 : Prix du sucre en baisse, attention …

Ramadan 2018 : Prix du sucre en baisse, attention à la surconsommation

Le prix du sucre connait cette année une forte baisse par rapport au Ramadan 2017. Le cart...

vendredi 18 mai 2018

Prix des légumes sur les marchés : A la limite de …

Prix des légumes sur les marchés : A la limite de la flambée

Les musulmans du Niger, à l'instar de ceux des autres pays, ont entamé à partir du mercred...

vendredi 18 mai 2018

L'air du temps

Les candidats à l'heure de vérité

Les candidats à l'heure de vérité

Depuis mercredi dernier, les candidats aux examens du Baccalauréat se creusent la cervelle...

vendredi 13 juillet 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.