Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

EDITORIAL : Les marques d'une crédibilité retrouvée


DG onepSacrifiant à une tradition républicaine, désormais bien ancrée, le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a présenté, dimanche soir, ses vœux de Nouvel an à la Nation au peuple nigérien, à travers un message à la Nation. Ce fut aussi l'occasion pour le Président Issoufou Mahamadou de jeter un regard sur un certain nombre d'évènements saillants ayant marqué l'année 2017. Le Chef de l'Etat a également saisi cette heureuse opportunité pour annoncer certaines grandes actions prioritaires pour l'année 2018, dans le cadre de la poursuite de la mise en œuvre du Programme de Renaissance.
Parlant des défis majeurs auxquels notre pays a été confronté au cours de l'Année 2017, le Chef de l'Etat a cité les menaces que font peser, sur le pays, les organisations terroristes et criminelles, du défi du changement climatique et du défi permanent de la construction nationale.
D'abord le défi sécuritaire ! Voilà assurément la plus grande des priorités pour le Président Issoufou Mahamadou. Et sur cette lancinante question, la cause est bien entendue : « Je sais combien vous tenez à la paix et à la sécurité du pays. Je sais avec quelle ferveur vous priez jour et nuit pour les consolider », a dit le Chef de l'Etat à l'adresse de l'ensemble des Nigériens. Voilà pourquoi, a-t-il expliqué, le gouvernement n'a pas lésiné sur les moyens, le souci étant d'assurer la sécurité des Nigériens, tout au long de l'année 2017. «C'est ainsi qu'il y a consacré 15% des ressources budgétaires. Il s'est efforcé de recruter, de former, d'entraîner, d'équiper nos soldats qui sont, aujourd'hui, parmi les meilleurs de la sous-région. Il a joué un rôle actif dans la mutualisation des capacités opérationnelles et de renseignement des pays de la sous-région, dans le bassin du Lac Tchad comme dans le Sahel », a précisé le Président de la République. Ces efforts assurément ne sont pas restés vains. Car, a salué le Chef de l'Etat, « nos forces de défense et de sécurité ont tenu et tiennent, avec honneur, leur place dans la Force Mixte Multinationale qui opère dans le bassin du Lac Tchad comme dans la Force Conjointe récemment mise en place par le G5-Sahel ».
Aussi, a poursuivi, le Président Issoufou Mahamadou, « en 2018 et les années suivantes, le Gouvernement poursuivra la mise en œuvre du programme de montée en puissance des forces de défense et de sécurité, notamment à travers la création des infrastructures militaires partout où cela est nécessaire, l'objectif étant d'être capable, à terme, de faire face à toute menace, quelle qu'elle soit, et donc d'assurer nous-mêmes la sécurité de notre vaste pays ».
Le Chef suprême des Armées a eu une pensée pour nos vaillantes forces de défense et de sécurité, dont certains éléments ont payé de leur vie leur farouche dévouement à la noble mission de sécurisation de la patrie. « C'est le lieu de saluer la mémoire de tous nos soldats tombés sur le champ d'honneur à Abala, Ayérou, Bankilaré, Tongo-Tongo aux côtés de leurs camarades Américains, dans le bassin du lac Tchad, au Mali et sur tous les théâtres d'opération où le devoir les a appelés », a-t-il dit.
Le deuxième défi abordé par le Président de la République porte sur le changement climatique. Sur cette question, le Président Issoufou a rappelé l'engagement fort du Niger qui a pris une part active à plusieurs rencontres internationales en vue de relever ce défi de portée mondiale.
Car, pour le Chef de l'Etat, la question du climat est aussi une partie intégrante de la problématique de la construction nationale. « Celle-ci est un chantier qui n'a pas de fin et qui nécessite donc la solidarité de toutes les générations. Elle nécessite, naturellement, une conscience nationale forte, votre cohésion, votre loyauté vis-à-vis de l'Etat. Elle nécessite d'être au service de l'intérêt général. Elle nécessite le respect du bien public. C'est pour toutes ces raisons que le Gouvernement a travaillé, tout au long de l'année 2017, à la mise en œuvre du premier axe du programme de la renaissance, celui relatif à la renaissance culturelle », a souligné le Président de la République.
Parlant des vastes chantiers de l'initiative « 3N », des infrastructures et des actions s'inscrivant dans le cadre du développement du capital humain, le Chef de l'Etat a noté que le Gouvernement a poursuivi, en 2017, les actions initiées depuis 2011, en se concentrant davantage sur la question de la maîtrise de l'eau, la maison du paysan, la restauration et la défense des terres.
Il est réconfortant de rappeler ici que l'Initiative 3N a été nominée, en 2017, par le ''Word Future Council'', pour le prix international des meilleures politiques d'avenir au niveau mondial, lors du « Future Policy Award 2017 ».
Motif réel de satisfaction aussi dans le domaine des infrastructures ! En effet, comme l'a relevé le Chef de l'Etat lui-même, la liste des réalisations s'allonge d'année en année. « L'année 2017 a enregistré, entre autres, la mise en service de l'hôpital de référence de Niamey, l'inauguration de la centrale thermique de Gorou Banda, du Boulevard Tanimoune, du marché moderne Dolé de Zinder, la réalisation des infrastructures Tahoua Sakolla, la pose de la première pierre du 3ème pont sur le fleuve Niger à Niamey, dénommé « Pont Général Seyni Kountché ».
Pour l'année 2018, la bonne nouvelle porte sur l'inauguration de l'échangeur Diori Hamani, de la route bitumée Zinder–Magaria-Frontière avec le Nigéria, des routes bitumées Balléyara-Filingué, Balléyara- Loga, Madaoua-Bouza-Tamaské, Tchadoua-Mayahi, Maradi-Madarounfa, de l'hôpital de référence de Maradi, ainsi que la réalisation des infrastructures de Zinder Saboua, et autres nouvelles infrastructures routières qui seront lancées. «L'année 2018 sera aussi l'année de la reprise effective des travaux du barrage de Kandadji dont la mise en eau doit intervenir en 2020. Elle verra également le lancement des travaux de la centrale photovoltaïque de Gorou Banda et de la centrale hybride d'Agadez », a annoncé la Chef de l'Etat.
Le Chef de l'Etat a également annoncé sa volonté politique d'œuvrer en faveur du développement du capital humain où un accent particulier sera davantage mis sur l'accompagnement de la scolarisation de la jeune fille, qui a été du reste, retenu comme un sous-programme dans le plan de la renaissance.
Volonté affirmée également en faveur du développement du secteur privé. Une volonté qui, a dit le Chef de l'Etat, est apparue clairement à l'occasion de la récente table ronde, tenue à Paris, sur le financement du Plan de la Renaissance. « Signe de la crédibilité retrouvée, cette table ronde a été un franc succès », a-t-il lancé. A ce propos, a encore assuré le Président Issoufou Mahamadou, « le gouvernement prendra toutes les dispositions pour que les ressources annoncées soient mobilisées et décaissées sur la période du plan, en particulier les ressources programmées pour l'année budgétaire 2018 ».
En définitive, peut-on constater avec le Chef de l'Etat, l'Année 2018 s'annonce au Niger sous le signe de crédibilité retrouvée. Le leadership du Chef de l'Etat, qui a su porter toujours plus loin la voix du Niger sur le plan international, en est la preuve.
En atteste le rôle que joue notre pays, au niveau continental, en l'occurrence dans l'établissement de la zone de libre-échange continentale où le Président Issoufou a été désigné « Champion de la zone de libre-échange de l'Union Africaine » ; et au niveau régional, par exemple sur le dossier relatif de la création de la monnaie unique de la CEDEAO. S'y a ajoutent d'autres signaux forts comme la désignation des cadres nigériens à des postes de responsabilité de niveau international, les visites des personnalités de premier rang de pays amis, comme les récentes des Présidents du Faso, du Mali, de la Mauritanie et Tchad lors de commémoration du 59eme anniversaire de la République à Tahoua, ainsi que la récente visite à Niamey du Président de la République Française, M. Emmanuel Macron. L'ouverture de plusieurs nouvelles Ambassades de pays amis à Niamey, attestent également d'un réel regain de crédibilité du Niger dans le concert des Nations.
Aussi, c'est sous une note d'espoir que le Chef de l'Etat aborde l'Année 2018. « Les défis sont énormes, les difficultés sont nombreuses mais l'avenir nous appartient. Nous savons où nous allons. Avec la patience qui caractérise notre peuple, armés de nos convictions et des grandes ambitions que nous avons pour notre pays, nous progresserons, année après année, sur le chemin de la renaissance du Niger, le chemin de son développement économique et social. Ce fut le cas en 2017. Ce sera le cas, plaise à Dieu, en 2018», a conclu le Président Issoufou Mahamadou.
Cet espoir formulé par le Chef de l'Etat, nous devons tous nous l'approprier en nous mettant résolument au travail sur les chantiers de la construction nationale : celle d'un Niger Uni et Prospère !

Bonne et heureuse Année 2018

Par Mahamadou Adamou( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )

L'invité de Sahel Dimanche

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transpo…

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transport des hydrocarbures, c'est la conception d'un pipe-line»

Monsieur le Directeur général, il y a quelques jours de cela, un véhicule citerne accidenté au quartier Aéroport de Niamey, a provoqué la mort de plusieurs dizaines de Nigériens venus siphonner le carburant qu'il contenait. Est-ce qu'on peut dire que les mesures de sécurité ont été respectées à cette occasion pour éviter la survenue de ce drame ?Je me réjouis de l'opportunité que vous nous donnez de parler de ce problème et d'apporter n...

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pa…

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP) : «Le MAEP est là pour répondre au défi du développement du continent africain, et au défi de l'intégration ; il s'agit

Monsieur le Secrétaire Permanent du MAEP, le Conseil des Ministres du lundi 29 avril 2019 a entendu une communication du Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République relative au lancement de l'auto-évaluation du Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP). Pouvez-vous nous édifier sur l'importance pour notre pays d'entrer dans la phase de lancement de l'auto-évaluation du MAEP ?Je voudrais sincèrement vous remer...

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au poin…

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au point de vue traditionnel peut être enregistré comme patrimoine culturel

La convention Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) de 2003 propose aux Etats parties un modèle de fiches standards pour enregistrer et classer leur PCI. Ce modèle a pris en compte cinq (5) champs, notamment les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur de Patrimoine Culturel Immatériel, les arts des spectacles, les pratiques sociales, rituelles et évènements festifs, les connaissances et pratiques concernant la...

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement ér…

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement érigée en liberté constitutionnelle»

Monsieur le Président, voilà un an que vous êtes à la tête du Conseil Supérieur de la Communication (CSC). Pouvez-vous nous donner un aperçu sur les principales actions que vous avez entreprises durant cette année ?Il est très tôt pour tirer un bilan, mais nous pouvons tout de même relater quelques actions qui ont été engagées depuis lors. Je voudrais d'abord préciser que la nouvelle équipe du Conseil supérieur de la communication a pri...

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la …

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la taille du réseau routier national et d'améliorer certains indicateurs»

Monsieur le ministre, le Niger est engagé depuis quelques années dans une politique hardie d'équipement du pays en routes, ponts et échangeurs voire en travaux connexes : quel est le coût de ces investissements et surtout quel est leur impact sur les échanges nationaux et internationaux du Niger voire sur le bien-être des Nigériens ?Durant les huit ans de mise en œuvre du Programme de la Renaissance Actes 1 et 2, d'importants investisse...

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux…

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux, les centres d'animation ne sont plus régulièrement fréquentés »

Monsieur le directeur, pouvez vous nous dire dans quel contexte culturel a été créé le Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) ?A l'époque, l'Etat organisait des manifestations artistiques et culturelles, notamment le Festival National de la Jeunesse dans les départements [ndlr : les régions actuelles] pour créer un cadre d'épanouissement et de promotion du patrimoine culturel de proximité à la population en général et à la jeunesse en par...

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés …

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés Celsius que nous prévoyons sur le pays»

Depuis quelque temps on enregistre une montée progressive du thermomètre dans certaines zones de notre pays et particulièrement à Niamey. Est-ce que cette situation est normale du point de vue météorologique ?Merci de votre passage à la Direction de la Météorologie Nationale. Pour répondre directement à votre question, c'est vrai que depuis le début du mois de mars 2019, nous avons commencé à enregistrer une hausse de température. Le 31...

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement r…

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement relever le niveau de compétence et de formation des Maires et des administrations municipales»

Monsieur le maire, présentez nous votre commune.Magaria, qui a été érigée en commune en 1988, compte, suivant le recensement de 2012, 130.707 habitants, pour une superficie de 715 km2. La densité de la population tourne autour de 188 hbts au km2. Les principales activités sont l'agriculture et l'élevage mais aussi le commerce favorisé par notre proximité avec le Nigeria. Sur le plan position géographique, elle est limitée au nord par la...

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouver…

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouvernement pour avoir fait de la question du changement de comportement une priorité nationale»

M. le maire, comment se présente la commune de Mirriah ?La Commune Urbaine de Mirriah a été créée le 27 juin 1988 ; c'est une Commune qui a trente (30) ans d'existence. Pour ce qui est de la population, au dernier recensement général de la population et de l'habitat, la Commune a compté80 126 habitants. Si on travaille avec le taux d'accroissement, on peut l'estimer à 90 000 voir100 000 habitants. La commune a une superficie de 621 Km2....

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de ren…

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de rendre cette institution encore plus active et productive»

Monsieur le Président, la première session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2019 a pris fin récemment à Niamey. Quelle sont les recommandations issues de cette session ?Tout d'abord je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de notre institution le CESOC et de ses missions.Cela dit, pour revenir à votre question, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) a effectivement tenu sa première session ord...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Consommation des arômes et sels artificiels : Des …

Consommation des arômes et sels artificiels : Des additifs alimentaires pas toujours bénéfiques pour notre santé

Communément appelés «arôme Maggi», les exhausteurs de goût ou additifs alimentaires envahi...

jeudi 23 mai 2019

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des…

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des arômes industriels ou « bouillon » sur la santé

Les arômes importés constituent un problème sanitaire important. En effet, il n'est pas ra...

jeudi 23 mai 2019

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux sai…

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, de plus en plus un fardeau pour les fidèles

« L'Etat n'invente pas le prix du Hadj mais étudie toutes les dépenses par rubrique, fait ...

jeudi 16 mai 2019

L'air du temps

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Jour ''J'' moins 28 ; - 27 ;... -11 ; -10 ; -9, etc. Le compte à rebours est en marche, no...

jeudi 23 mai 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.