Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Moustapha Kadi Oumani, auteur du livre « Itinéraire d'un combat» : « J'ai examiné et disséqué les rapports entre nos partenaires privés et nos ressources naturelles en appréhendant le niveau des difficultés que le Niger a injustement vécu »


AAA-Moustapha-Kadi-OumaniFigure marquante de la société civile nigérienne, Moustapha Kadi Oumani poursuit son combat, non pas en tant que leader de cette société civile, mais en tant qu'écrivain. Ainsi après « Un tabou brisé, l'esclavage en Afrique », il a publié « Itinéraire d'un combat », un livre de 592 pages paru chez L'harmattan. La cérémonie de dédicace de ce livre a eu lieu le 1er mars 2018 à la salle Margou de l'hôtel Gaweye et a réuni plusieurs acteurs de la société civile, des Chefs traditionnels, des écrivains et des hommes politiques dont le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte Parole du Gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa, qui lui a fait l'insigne honneur de présider la cérémonie. Dans cette interview, il nous parle des sujets saillants de son nouveau livre.
M. Moustapha Kadi Oumani, vous êtes auteur d'un nouvel ouvrage intitulé « Itinéraire d'un combat », paru aux éditions L'Harmattan qui est actuellement dans les kiosques. Pouvez-vous nous le présenter?
Sous nos tropiques, l'histoire n'a de sens que si elle parle de la prospérité des populations. Le livre « Itinéraire d'un combat », vise à permettre au public de connaitre les dossiers brûlants en Afrique, particulièrement au Niger. Il part du constat que le meilleur moyen de défendre notre pays, est d'accroître son rayonnement en dotant ses fils du savoir à travers un livre écrit par un Nigérien. Les faits parlent d'eux‐mêmes. En puisant dans notre expérience de trente ans d'acteur de la société civile, j'ai remonté dans le temps et dans l'espace pour rétablir quelques vérités. J'ai mis l'accent sur les faits historiques auxquels, j'ai personnellement pris part. Puis, j'ai tenté de dégager l'essence de certaines décisions politiques qui occupent quotidiennement l'esprit de nos compatriotes. De la même façon, j'ai dialogué avec les sages de ce pays pour appréhender les enjeux liés aux évènements majeurs qu'a connus la société nigérienne et comprendre son environnement immédiat. En raison de la sensibilité des sujets traités, nombreux sont les auteurs qui les auraient évités par crainte d'être violemment attaqués par certaines élites ou le risque que cela puisse leur coûter la vie. Un dicton nous enseigne, « quand tu as dans le cœur, suffisamment de chaleur, qu'importe les épreuves qui t'attendent à l'extérieur ». En ce sens, parmi les valeurs qui nous caractérisent et nous animent, il y a un sens aigu des responsabilités. Cependant, je ne saurai occulter l'idée selon laquelle le livre « Itinéraire d'un combat » serait une sorte de dénonciation et de protestation contre les abus flagrants des grandes puissances chez nous, contre quoi le livre nous incite à prendre conscience et à y mettre fin. De ce fait, j'ai donné toutes les informations en ma possession pour éclairer autant que possible les lecteurs avertis parmi lesquels, j'espère, le plus grand nombre de mes compatriotes. Selon le credo classique, « ce qui se pense bien s'énonce clairement ». Néanmoins, malgré que j'ai grandi dans une famille où l'on était invité à réfléchir en toute modestie sur les modes de vie, je n'ai jamais pensé que les abus d'un passé révolu pouvaient perdurer aussi longtemps. Tous ceux qui me connaissent savent que, très jeune, je me suis révolté contre les inégalités et les injustices au sein de ma propre famille à Illéla, où je me suis opposé à des pratiques esclavagistes en libérant tous nos « esclaves ». J'ai osé me lancer dans l'écriture de cet ouvrage pour qu'il dévoile dans une certaine mesure des faits concrets et inconnus du grand public. Je plaide pour un Niger politiquement et économiquement indépendant. Est-ce un amour fort pour ma patrie ? Oui, je le pense ! Le but fondamental de cette action vise à tirer la sonnette d'alarme et à montrer au lecteur que dans notre pays le destin de tout Chef d'Etat, est intrinsèquement lié à la volonté des vrais « maitres des lieux ». Combien de coups d'Etat ont été suscités du fait de la mésentente née des négociations uranifères entre l'acheteur et le vendeur ? Le livre « Itinéraire d'un combat » interpelle sur les grands défis auxquels nos dirigeants ont fait face et les énormes sacrifices qu'ils déploient face à la résistance des pays occidentaux. De toutes les façons, nos dirigeants sont conscients des enjeux qui les attendent dans le nouvel ancrage démocratique et autres chantiers de développement. Aujourd'hui, je me sens bien reposé, car j'ai le sentiment du devoir accompli. Dans la mesure où j'ai donné le déclic de nouveaux idéaux pour neutraliser ou limiter les dégâts qui sont causés par les courants profonds que l'on croyait appartenir au passé colonial et, qui, si on ne prend garde nous submergeront à nouveau, peut-être sous des formes plus subtiles ! Le lecteur découvrira avec plein d'inspiration que les Nigériens dont j'admire le courage, ont livré et livrent encore une farouche bataille contre les manigances de la puissance coloniale. Cependant, j'insiste sur un grand principe : ne jetons pas la pierre dans le jardin des autres, profitons de l'opportunité qui s'offre à nous pour construire un état souverain dans la dignité et avec foi en articulant respectueusement tout haut ce que hier tout le monde pensait tout bas.

M. Moustapha Kadi Oumani, où situez-vous « Itinéraire d'un combat » dans votre production littéraire et, en quoi ce livre peut-il être utile aux Nigériens?
Après une vie associative bien remplie, il est vital de contribuer à éviter les spectacles de mauvais goût. Voyez-vous, le regard et le comportement de certains partenaires, blessent parfois nos cœurs. Mais, le plus important, c'est ce que vous avez dit : en quoi ce livre peut-il être utile aux Nigériens? Dans cette question, je ressens à la fois de l'enthousiasme et de la perplexité et, de ce fait, j'ai souhaité promouvoir la littérature nigérienne en lui donnant la place qu'elle mérite. Je pense bien sûr à nos aînés qui ont tracé la voie. En réfléchissant sur la situation globale de notre pays, j'ai examiné et disséqué les rapports entre nos partenaires privés et nos ressources naturelles en appréhendant le niveau des difficultés que le Niger a injustement vécu. Si j'ai accepté volontiers de faire ce travail avec tous les risques que vous connaissez, c'est pour donner une sorte de signal d'alerte et tenter de rééquilibrer pacifiquement la collaboration, d'autant plus que les enfants du Niger ne peuvent plus continuer à observer la manière par laquelle leurs richesses sont utilisées ou dilapidées. Il ne s'agit pas d'un choix volontaire, mais d'une tentative de rattrapage du temps perdu. Je suis convaincu que cet ouvrage enverra un message fort à nos co-équipiers. Comme vous le savez, j'ai toujours été habité par la justice sociale et l'amour de la patrie. Par exemple, Victor Hugo n'écrit pas pour faire passer un simple message. Il y a d'autres gens qui se battent pour la République, et qui font que ses écrits ont un impact. Toute modestie gardée, c'est quelque chose que nous tirons de notre culture. Cela fait partie des projets patriotes que nous portons tous et qui voient le jour quand les conditions sont réunies. Par devoir et rectitude morale, j'ai souhaité parler de mon combat au sein de la société civile. Le but visé est de mettre fin à la déstabilisation quasiment permanente de notre pays afin qu'il s'ouvre définitivement aux valeurs républicaines et démocratiques. Dans mes investigations, j'ai relevé, pas sans surprise, la complexité dans la prise de décisions, l'importance des traits de caractères des hommes politiques, les rapports profondément sournois entre les dirigeants de la France et du Niger et la façon dont les événements se précipitent si les intérêts de la Métropole ne sont pas garantis. Ces sujets qui suscitent de vifs intérêts, ont marqué ma vie et continuent à interpeller ma conscience. Au bout du compte, il s'agit pour moi de partager avec mes frères et sœurs des informations utiles qui ne doivent pas tomber dans l'oubli. Par conséquent, il faut les écrire, sans quoi elles vont continuer à nous encombrer la mémoire. Le livre « Itinéraire d'un combat » tente de dérouler comment se déploient les démarches et échanges de correspondances sur les matières stratégiques. Mes enquêtes m'ont permis de déchiffrer le cynisme flatteur des anciens responsables d'AREVA, groupe qui vient de changer son boubou argenté par une nouvelle appellation dénommée Orano, nom de façade de sa refondation. La raison fondamentale pour laquelle j'ai écrit ce livre, résulte du sentiment d'apporter ma part contributive à l'édification de notre cité commune en cherchant à dissiper les incompréhensions partant d'un proverbe géorgien : « Bois et mange ce qui est à toi, mais respecte ce qui est à moi ». C'est un engagement citoyen que j'assume pour aider mon pays. Maintenant, l'urgence réside dans l'établissement des rapports d'égal à égal, seule manière de sortir d'un système qui marche en dépit du bon sens. Et, c'est un terrain que doivent prospecter nos dirigeants pour le salut de notre pays. Il s'agit de courage politique.

Dans « Itinéraire d'un combat » vous avez choisi de faire des récits des situations que vous avez vécues en tant qu'acteur, mais aussi de partager le fruit de vos enquêtes, et de vos analyses sur des sujets assez sensibles. Pourquoi avoir choisi cette option?
C'est une question intéressante et cela demande beaucoup d'attention et de réflexion. Le choix de cette option, s'est imposé de lui-même afin de me permettre de faire un bilan précis. Je ne pouvais traduire mes émotions et sentiments qu'en traitant à la fois des sujets et événements passionnants dans des domaines divers. Aujourd'hui, les besoins et usages en matière d'information évoluent, j'ai voulu déplacer mon engagement citoyen sur un autre terrain et dans plusieurs domaines. En effet, si j'ai choisi cette option c'est parce que le combat politique devenait trop vain à mon goût. En général, dans une société le processus de prise de conscience peut être transmis à travers plusieurs canaux. Dans ce cadre, le choix que j'ai fait contient de multiples formes d'argumentations qui peuvent transformer le Niger. Je me suis engagé dans cette voie pour ne pas être spectateur, je veux agir. C'est assez effrayant de voir certains accords multilatéraux maintenus nonobstant tous les progrès réalisés. A l'évidence, ma méthode échoit dans la transformation des maux qui hypothèquent gravement l'avenir de notre pays. L'écrivain a toujours offert à ceux qui veulent bien le lire une vision particulière sur son opinion par rapport aux questions sensibles. Il contribue à éclairer et à modifier les appréhensions de la communauté. Autrement dit, l'originalité de ma démarche consiste à rendre publiques les angoisses de la majorité des Nigériens, sans porter des gangs. Mon engagement inlassable à cette tâche, vise à exposer les facteurs déstabilisants de notre jeune démocratie tout en espérant que l'ouvrage atteigne son but, en assistant mes compatriotes à tirer les leçons du passé pour mieux faire face aux défis du moment. D'une certaine manière, j'ai également jeté un regard critique sur la gestion de nos relations avec nos alliés, mais assorti de propositions dont j'espère que nos dirigeants en tiendront compte comme d'un apport d'un fils du pays qui sait la dure tâche qu'est la leur. Car ils luttent à armes inégales avec ceux qui tirent les ficelles du marché mondial. Ce livre doit notamment contribuer à réveiller les consciences endormies au moment où nous ressentons la pression des citoyens à s'intégrer dans l'espace public. Comme l'exprimait Albert Einstein, « pour résoudre un problème, il ne faut pas continuer dans les mêmes façons de penser qui ont fait surgir le problème...». Mieux, cet ouvrage met le lecteur au cœur de l'action pour comprendre ce qui se passe dans son milieu afin de prendre son destin en mains. Je n'écris pas sans vocation. Je construis à travers les mots. En général, quand je décide de travailler sur des thèmes qui bouleversent la sensibilité humaine, je préfère conduire minutieusement des enquêtes dans plusieurs pays. C'est le signe qu'une conscience citoyenne se développe au Niger. Vous avez tous observé depuis la sortie de ce livre la compréhension sur les thématiques abordées, a changé. En tout cas, c'est mon ressenti quand je parle à ceux qui ont bien voulu me faire l'honneur de lire mon ouvrage. Je voulais donc marquer d'un signal fort l'attention des responsables du monde entier en leur faisant comprendre que malgré le 4ème rang mondial que l'uranium nigérien occupe, jusque-là, les bénéfices sont à un sens unique et dans le mépris le plus complet.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)

01/06/18

L'invité de Sahel Dimanche

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pa…

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pays du G5 Sahel : «Il n'y a jamais eu de guerre propre, mais il est bien possible d'allier lutte contre l'insécurité et respect scr

Monsieur le président, la CNDH et les autres institutions nationales des pays du G5 Sahel ont mis en place récemment un Réseau dont vous êtes le président. Pouvez-vous nous faire la genèse de la création de ce réseau ?Quelques mois seulement après son installation effective en mai 2013, la CNDH-Niger avait entrepris sur fonds propres, des missions de sensibilisation et d'information, au niveau des Institutions Nationales des Droits de l...

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de R…

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de Renaissance Culturelle, inspirée par le Président de la République, dont la ville de Niamey doit être le moteur, la locomotive et l

      Monsieur le président de la Délégation Spéciale, pouvez-vous nous parler de vos réalisations depuis que vous êtes à la tête de la Délégation spéciale de la ville de Niamey et leurs impacts sur le quotidien des populations ?Je dois d'abord remercier l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP), pour l'occasion qu'il me donne, encore, pour parler des travaux que nous faisons depuis notre arrivée à la tête de la ...

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré su…

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré sur la formation aux affaires»,

Monsieur le directeur, quelles sont les missions assignées à l'IUT ?L'IUT de l'Université de Tahoua a pour mission de répondre aux besoins en matière de compétences des marchés national et international du travail et aux exigences de la responsabilité sociétale de l'entreprise. Bien qu'il soit jeune, il est pourtant riche en de nombreux enseignants permanents (enseignants technologues, enseignants-chercheurs) et vacataires (des dirigean...

M. Zarami Abba Kiari, Secrétaire Permanent par intérim de la Cellule d'Appui au Partenariat Public Privé (CAPPP) : « Le …

M. Zarami Abba Kiari, Secrétaire Permanent par intérim de la Cellule d'Appui au Partenariat Public Privé (CAPPP) : « Le Partenariat Public Privé fait partie des financements innovants que les Etats mettent en place en vue de faire face à l'absence de

Le Niger vient d'opérer une réforme d'envergure du cadre juridique et institutionnel des Contrats de Partenariat Public Privé (CPPP), avec l'adoption de la loi n° 2018-40 du 05 juin 2018, portant régime des Contrats de Partenariat Public-Privé. Cette loi est motivée par la nécessité de corriger les insuffisances des textes antérieurs dont notamment la faible implication du Ministère des Finances dans le processus de la mise en œuvre des...

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres com…

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres comprennent cette nécessité de l'intégration et de l'appropriation du numérique et s'engagent résolument à nous accompagner »

L'Institut Africain d'Informatique (IAI) est un Etablissement inter-Etats d'enseignement supérieur spécialisé dans le domaine de l'informatique. Créé, à Fort-Lamy, actuel N'Djamena, au Tchad, le 29 janvier 1971, par les Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de l'Organisation Commune Africaine et Malgache (OCAM), par Résolution N°33/AEFT/ Fort-Lamy du 29 janvier 1971, l'IAI est un outil d'intégration régional et un centre d'ex...

Commandant Souleymane Eddiguini, Directeur départemental de l'Environnement Doungass : "On n'a plus la grande faune…

Commandant Souleymane Eddiguini, Directeur départemental de l'Environnement Doungass : "On n'a plus la grande faune ; on n'a que des reptiles et des oiseaux"

Monsieur le Directeur comment se présente votre mission de gestion et de sauvegarde de l'Environnement dans le jeune département de Doungass ?La mission de la Direction Départementale de l'Environnement est la protection, la restauration de l'environnement. En gros, la gestion des ressources forestières et fauniques. Dans la gestion durable des forêts nous conduisons la gestion de l'exploitation des forêts qui est la ressource la plus i...

M. Adamou Imirane Maïga, Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), : « Zinder Saboua restera à jamais g…

M. Adamou Imirane Maïga, Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), : « Zinder Saboua restera à jamais gravée dans la mémoire des Damagarawas en particulier et des Nigériens en général »

Le Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), Monsieur Adamou Imirane Maïga, a été l'un des acteurs déterminants de l'organisation et du succès des festivités entrant dans le cadre de la célébration du 60ème anniversaire de la proclamation de la République, connue sous le nom de Zinder Saboua. Il était sur plusieurs registres événementiels : cérémonies d'ouverture, méga spectacle son et lumière, régie son et lumière, gra...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Général de l'Organisation des Producteurs de Pétrole Africains (APPO) : "Nous av…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Général de l'Organisation des Producteurs de Pétrole Africains (APPO) : "Nous avons besoin d'un nouveau départ"

Monsieur le Secrétaire Général, Présentez à nos lecteurs l'organisation dont vous êtes le premier responsable.Il faut d'abord préciser que l'ancienne Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA), aujourd'hui APPO est une organisation intergouvernementale africaine créée le 27 Janvier 1987 à Lagos au Nigeria, pour servir de plateforme de coopération et d'harmonisation des efforts, de collaboration, de partage des connaissances...

M. Moussa Sayabou, préfet du Département de Kantché : "Les communes les plus touchées par le phénomène de migration…

M. Moussa Sayabou, préfet du Département de Kantché : "Les communes les plus touchées par le phénomène de migration sont celles qui maquent suffisamment de terres irrigables"

M. Le préfet, le département que vous dirigez ?Merci de l'opportunité que vous nous offrez afin de nous exprimer à travers les colonnes de votre journal. Le département de Kantché est situé dans la partie sud de la région de Zinder. Il couvre une superficie de 2.381 km2 et compte neuf communes à savoir les communes de Matameye, Kantché, Daouché, Doungou, Dan Barto, Ichirnawa, Kourni, Tsaouni et Yaouri. Concernant la chefferie traditionn...

Interview de M. Issa Moussa, Gouverneur de la Région de Zinder : « Je suis totalement satisfait des travaux exécutés ; n…

Interview de M. Issa Moussa, Gouverneur de la Région de Zinder : « Je suis totalement satisfait des travaux exécutés ; nous tiendrons le délai tel qu'il a été prévu, et la fête sera très belle »

Monsieur le Gouverneur, Zinder accueille cette année la fête tournante du 18 décembre avec en toile de fond l'exécution du programme « Zinder Saboua ». Quel sentiment vous anime à la veille de la tenue de ce grand événement national et comment le préparez-vous?Je vous remercie de m'avoir donné la parole pour me prononcer sur ce que nous sommes en train de faire dans le cadre de l'organisation de la fête tournante que nous avons appelée ...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.