Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Kadidjatou Moumouni, présidente de l'Association nationale des albinos du Niger : «Nous voulons une société inclusive, qui prend en compte la question des droits des personnes atteintes d'albinisme en vue de leur inclusion sociale»


IMG-20180613-WA0015Dans beaucoup de sociétés, l'albinisme demeure encore un sujet de curiosité. La méconnaissance de ce problème de santé a conduit à des actes souvent cruels sur les personnes souffrant d'albinisme. Au Niger, même si la discrimination est moins prononcée contre les albinos, ceux-ci font toutefois face des difficultés certaines. Depuis 2013, l'Association nationale des albinos du Niger, essaie de trouver des solutions aux difficultés auxquelles ils font face. Dans cet entretien, Mme Kadidja Moumouni, s'exprime sur les ambitions de l'organisation ainsi que sur les activités prévues dans le cadre de la 4ème édition de la journée internationale de sensisibilisation à l'albinisme célébrée ce 13 juin.
Mme Kadidja, vous êtes présidente de l'association des albinos, pourquoi une association des albinos au Niger ?
L'association nationale des albinos du Niger a été créée en fin 2013 (parce que nous avons obtenu notre arrêté d'agrément en fin 2013) et nous avons commencé nos activités en 2014. L'association a été créée pour essayer de rechercher des solutions aux difficultés auxquelles font face les personnes vivant de l'albinisme. Nous avons été guidés par la nécessité de nous retrouver autour d'un cadre pour réunir nos forces et chercher ensembles des solutions aux problèmes que nous rencontrons ; pour relever les barrières auxquelles nous faisons face. Des barrières qui résultent effectivement de l'interaction entre les difficultés liées à l'albinisme et la société.

On sait que dans certaines sociétés, les albinos sont victimes de préjugés et même d'actes répréhensibles comme la sorcellerie, est-ce le cas au Niger ? Et quelles sont les principales difficultés auxquelles ils font face ?
Heureusement, au Niger ça va ; Alhamdullillah. Je peux affirmer avec réserve que dans la société nigérienne, nous ne connaissons pas ces genres d'actes graves. Mais nous ne pouvons toutefois ignorer qu'il y'a des cas isolés. Par exemple en 2015, on a enregistré l'enlèvement d'un jeune homme atteint d'albinisme âgé de 21 ans au quartier Dar-es-salam. Ce garçon n'a jamais été retrouvé jusqu'à ce jour. C'est donc le lieu de mentionner un cas très récent qui s'est passé au Mali où une fille atteinte d'albinisme Ramata Diarra, âgée seulement de cinq (5 ans) a été assassinée le 13 mai passé. Si on prend en compte tous ces paramètres, je pense qu'on est en droit d'émettre des inquiétudes quant à la situation des albinos. Toutefois, il faut se féliciter qu'au niveau de la société nigérienne, nous n'avons pas des cas d'attaques et d'atteintes systématiques à la vie des personnes souffrant d'albinisme. Les difficultés que nous avons au Niger, sont surtout celles liées à la protection sociale.

Qu'en est-il de la prise en charge des albinos au Niger ?
Nous avons des réels problèmes au niveau de la prise en charge sanitaire. Il n'ya pas de dispositions particulières pour la prise en charge des personnes souffrant d'albinisme au niveau de nos services de santé. Il n'y a pas un cadre formel par rapport à la prise en charge de l'albinisme au Niger. C'est vrai que le ministère de Tutelle qui est le ministre de la Population, nous apporte des appuis ponctuels en crèmes solaires. Nous appliquons ces crèmes sur les parties exposées pour nous protéger lorsque nous nous retrouvons au soleil. Malheureusement, par rapport à la prise en charge par rapport au traitement ou à la prévention du cancer de la peau, il n'ya pas de dispositions particulières formelles. C'est pourquoi, notre association travaille avec une clinique privée (clinique Zana), une clinique dermatologique qui nous appuie dans le cadre de la prévention du cancer de la peau en organisant des consultations dermatologiques, en faisant la cryothérapie pour pouvoir éliminer des plaies cancéreuses.

Ce 13 juin prochain, on célèbre la 4ème édition de la Journée internationale de sensibilisation à l'albinisme, quel est le sens et quel en est l'objectif recherché ?
Il faut savoir que cette journée a été instituée en 2014 par une résolution des Nations Unies et la 1ère édition a été célébrée en 2015. En fait, à travers cette journée, il s'agit de sensibiliser les populations, les Etats pour mieux faire connaître l'albinisme. En effet, beaucoup de personnes croisent des albinos ; elles voient juste la peau ''blanche'', différente de la leur, mais elles ignorent ce qui se cache derrière cette peau différente. Cette journée vise à sensibiliser les communautés sur ce qu'est l'albinisme, sur les différentes difficultés que rencontrent les albinos. C'est aussi une occasion de mieux faire connaître la situation des personnes atteintes d'albinisme sur le plan des droits humains. C'est également dans le but d'amener les organisations en charge des personnes atteintes d'albinisme pour pouvoir faire le plaidoyer auprès des Etats, des organismes des Nations Unies et auprès de tous les autres partenaires au développement pour les amener à avoir un regard beaucoup plus positif et à s'intéresser à la question de l'albinisme et aux droits des personnes atteintes d'albinisme ; à prendre en compte les préoccupations de ces personnes dans les programmes de développement.

Quelles sont les activités programmées et quelles en sont les cibles ?
Pour cette édition 2018, il y'aura d'abord le lancement des activités placé sous les auspices de madame la ministre de la Population. Nous aurons ensuite toute une série d'activités qui va des émissions débats radiotélévisées à des activités de sensibilisation sur l'albinisme en passant par une séance de consultations dermatologiques avec la clinique Zana, notre partenaire. Les groupes cibles, c'est toute la population afin qu'elle comprenne mieux la réalité de l'albinisme et la situation des albinos.

Depuis la 1ère édition de cette journée, avez-vous observé une avancée en termes de perception de l'albinisme au Niger ?
Je pense que oui, parce que dès la première édition, nous avions eu à organiser des activités de sensibilisation principalement à l'endroit des enseignants. Je vous avoue que quand nous avions organisé cette activité, il y avait beaucoup d'enseignants qui ignoraient la réalité de l'albinisme. Il y'avait pourtant des enseignants qui tenaient des élèves albinos dans leurs classes, mais ils ignoraient les problèmes que ces enfants rencontrent. Nous avions alors ciblé les écoles qui accueillent des enfants albinos. Mais depuis lors, ces enseignants ont une autre perception de l'albinisme et accordent plus d'attention aux élèves albinos. Avec la sensibilisation, nous amenons de plus en plus la communauté à mieux comprendre l'albinisme et aussi les difficultés liées à l'albinisme, mais aussi et surtout les capacités et tout le potentiel dont disposent les personnes vivant avec l'albinisme, parce qu'il ne faut pas seulement voir l'aspect négatif des choses.

Quelles sont vos attentes à l'issue de ces activités ?
Notre première attente, c'est d'abord d'amener l'Etat, à travers tous les ministères en charge de la question (ministères de la Santé ; de la Population ; de la Justice ; de l'Education et de la Formation professionnelle) ; les organismes des Nations Unies dont l'OMS, l'UNICEF, l'UNFPA, l'UNICEF ainsi que les ONGs internationales et tous les acteurs intervenant dans le domaine du handicap, à s'intéresser à la question de l'albinisme. Nous espérons amener tous ces acteurs à prendre en compte la promotion et la protection des personnes atteintes d'albinisme au Niger. Notre objectif, est d'avoir une société inclusive, une société qui prend en compte la question des droits des personnes atteintes d'albinisme en vue de leur inclusion sociale.

Réalisée par Siradji Sanda,(onep)

15/06/18

L'invité de Sahel Dimanche

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres com…

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres comprennent cette nécessité de l'intégration et de l'appropriation du numérique et s'engagent résolument à nous accompagner »

L'Institut Africain d'Informatique (IAI) est un Etablissement inter-Etats d'enseignement supérieur spécialisé dans le domaine de l'informatique. Créé, à Fort-Lamy, actuel N'Djamena, au Tchad, le 29 janvier 1971, par les Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de l'Organisation Commune Africaine et Malgache (OCAM), par Résolution N°33/AEFT/ Fort-Lamy du 29 janvier 1971, l'IAI est un outil d'intégration régional et un centre d'ex...

Commandant Souleymane Eddiguini, Directeur départemental de l'Environnement Doungass : "On n'a plus la grande faune…

Commandant Souleymane Eddiguini, Directeur départemental de l'Environnement Doungass : "On n'a plus la grande faune ; on n'a que des reptiles et des oiseaux"

Monsieur le Directeur comment se présente votre mission de gestion et de sauvegarde de l'Environnement dans le jeune département de Doungass ?La mission de la Direction Départementale de l'Environnement est la protection, la restauration de l'environnement. En gros, la gestion des ressources forestières et fauniques. Dans la gestion durable des forêts nous conduisons la gestion de l'exploitation des forêts qui est la ressource la plus i...

M. Adamou Imirane Maïga, Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), : « Zinder Saboua restera à jamais g…

M. Adamou Imirane Maïga, Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), : « Zinder Saboua restera à jamais gravée dans la mémoire des Damagarawas en particulier et des Nigériens en général »

Le Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), Monsieur Adamou Imirane Maïga, a été l'un des acteurs déterminants de l'organisation et du succès des festivités entrant dans le cadre de la célébration du 60ème anniversaire de la proclamation de la République, connue sous le nom de Zinder Saboua. Il était sur plusieurs registres événementiels : cérémonies d'ouverture, méga spectacle son et lumière, régie son et lumière, gra...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Général de l'Organisation des Producteurs de Pétrole Africains (APPO) : "Nous av…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Général de l'Organisation des Producteurs de Pétrole Africains (APPO) : "Nous avons besoin d'un nouveau départ"

Monsieur le Secrétaire Général, Présentez à nos lecteurs l'organisation dont vous êtes le premier responsable.Il faut d'abord préciser que l'ancienne Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA), aujourd'hui APPO est une organisation intergouvernementale africaine créée le 27 Janvier 1987 à Lagos au Nigeria, pour servir de plateforme de coopération et d'harmonisation des efforts, de collaboration, de partage des connaissances...

M. Moussa Sayabou, préfet du Département de Kantché : "Les communes les plus touchées par le phénomène de migration…

M. Moussa Sayabou, préfet du Département de Kantché : "Les communes les plus touchées par le phénomène de migration sont celles qui maquent suffisamment de terres irrigables"

M. Le préfet, le département que vous dirigez ?Merci de l'opportunité que vous nous offrez afin de nous exprimer à travers les colonnes de votre journal. Le département de Kantché est situé dans la partie sud de la région de Zinder. Il couvre une superficie de 2.381 km2 et compte neuf communes à savoir les communes de Matameye, Kantché, Daouché, Doungou, Dan Barto, Ichirnawa, Kourni, Tsaouni et Yaouri. Concernant la chefferie traditionn...

Interview de M. Issa Moussa, Gouverneur de la Région de Zinder : « Je suis totalement satisfait des travaux exécutés ; n…

Interview de M. Issa Moussa, Gouverneur de la Région de Zinder : « Je suis totalement satisfait des travaux exécutés ; nous tiendrons le délai tel qu'il a été prévu, et la fête sera très belle »

Monsieur le Gouverneur, Zinder accueille cette année la fête tournante du 18 décembre avec en toile de fond l'exécution du programme « Zinder Saboua ». Quel sentiment vous anime à la veille de la tenue de ce grand événement national et comment le préparez-vous?Je vous remercie de m'avoir donné la parole pour me prononcer sur ce que nous sommes en train de faire dans le cadre de l'organisation de la fête tournante que nous avons appelée ...

La cinéaste Aïcha Macky : Nos sociétés sont porteuses de vices qu'il faut combattre avec la caméra"

La cinéaste Aïcha Macky : Nos sociétés sont porteuses de vices qu'il faut combattre avec la caméra"

Depuis plusieurs années, à force de travail et d'abnégation, elle fait rayonner le cinéma nigérien à l'international. On retrouve toujours ses productions avec autant de perfectionnisme et de bonheur sur les écrans. Elle, c'est Aïcha Macky ; née en 1982 à Zinder, cette jeune femme peut sembler aujourd'hui avoir beaucoup gagné. Plusieurs distinctions et récompenses et sans doute, sûrement encore plusieurs années de succès au compteur de ...

Le président de la Commission des Finances et du Budget de l'Assemblée Nationale : «C'est la preuve, s'il en faut, de la…

Le président de la Commission des Finances et du Budget de l'Assemblée Nationale : «C'est la preuve, s'il en faut, de la transparence qui caractérise la gouvernance financière dans notre pays», déclare le député Adamou Namata

Monsieur le président, les 21 et 22 novembre derniers se sont tenus à Niamey les travaux de la 8ème Assemblée Générale de l'Association des Institutions Supérieures de Contrôle ayant en Commun l'Usage du Français (AISCCUF). Quelle importance revêt à vos yeux une telle rencontre pour nos Etats qui s'échinent à instaurer en leur sein les mécanismes de la bonne gouvernance en matière de gestion des finances publiques ?Dans tous les pays me...

Madame Amina Moumouni, Ministre de l'Energie : «Avec l'intégration de la centrale solaire de Malbaza au réseau de la NIG…

Madame Amina Moumouni, Ministre de l'Energie : «Avec l'intégration de la centrale solaire de Malbaza au réseau de la NIGELEC, le Niger inaugure l'introduction dans son mix énergétique de la production solaire»

Madame la Ministre, votre département ministériel s'apprête à accueillir l'inauguration de la première centrale solaire photovoltaïque de 7 MW à Malbaza, le dimanche 24 novembre prochain. Quelle est selon vous l'importance de cet événement pour notre pays ?Je vous remercie de me donner l'occasion de parler de la centrale solaire photovoltaïque de 7 MW de Malbaza. Comme vous le faites remarquer cette centrale est d'abord la première inst...

Le Directeur Général de l'ANVD : «Le Prix international Awards in Excellence and Quality dans la catégorie OR que l'ANVD…

Le Directeur Général de l'ANVD : «Le Prix international Awards in Excellence and Quality dans la catégorie OR que l'ANVD a obtenu est la reconnaissance des efforts que déploie notre Agence», affirme M. Hassane Hamidine

Monsieur le Directeur Général, l'ANVD a été distinguée, en septembre dernier, du prestigieux prix Awards en Excellence et Qualité, lors du 32ème congrès International de la Qualité tenu à Francfort, en Allemagne. Qu'est-ce qui justifie une telle distinction de portée internationale ?Merci beaucoup pour l'opportunité que vous me donnez de parler de notre Agence et de ses activités. Effectivement, l'Agence Nigérienne de Volontariat pour l...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Mendicité à Niamey :Un phénomène qui prend de l'am…

Mendicité à Niamey :Un phénomène qui prend de l'ampleur

Pas un carrefour ou une grande place publique de Niamey qui ne soit aujourd'hui envahi par...

vendredi 18 janvier 2019

La Fédération Nigérienne des Personnes Handicapées…

La Fédération Nigérienne des Personnes Handicapées face à la problématique

La mendicité est traditionnellement reconnue aux personnes vivant avec un handicap, qui ne...

vendredi 18 janvier 2019

"La responsabilité est partagée entre l'Etat …

"La responsabilité est partagée entre l'Etat et la société" selon le sociologue Sani Yahaya Djanjouna

Le concept de la mendicité peut être défini selon le socio-anthropologue Sani Yahaya Djanj...

vendredi 18 janvier 2019

L'air du temps

Gare aux vandales !

Gare aux vandales !

      Trop, c'est trop !... A partir du début du mois de février 2019, d...

vendredi 18 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.