Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Bazoum Mohamed, ministre d'Etat chargé de l'Intérieur et de la Sécurité Publique, invité de ''Grands Dossiers'' sur les antennes de ''La Voix du Sahel'' : Mise au point sur le processus électoral au Niger



MOHAMED-BAZOUMLe samedi 7 Juillet dernier, le ministre d'Etat chargé de l'Intérieur et président du principal parti au pouvoir, le PNDS-Tarayya et de la Mouvance pour la renaissance du Niger (MRN), était l'invité de l'émission ''Grands dossiers'' de la radio nationale, ''La Voix du Sahel'', animée par notre confrère Alio Ibrahim. Entre autres sujets abordés au cours de cet entretien diffusé en direct, il y avait tout naturellement la question relative au processus électoral dans notre pays qui constitue une sorte de pomme de discorde entre la majorité et l'opposition. Aussi, nous publions ci-dessous, un extrait de cette émission scripté et publié par ''Niger Inter''.
La Voix du Sahel : Monsieur le ministre d'Etat certains partis politiques critiquent le caractère non consensuel du code électoral. Ce code électoral est-il adapté selon vous ?

Bazoum Mohamed : Très certainement, et ce code électoral, il faut vous en souvenir, avait été rédigé à l'issue de deux séminaires organisés sous l'égide de la commission nationale indépendante qui avait organisé les dernières élections de 2016. Après plusieurs contacts internationaux, un certain nombre de constats, des lacunes sur le code électoral avaient été répérés par les experts de l'OIF qui étaient venus faire l'audit de notre fichier électoral mais qui, à l'occasion, ont pu donner leur point de vue sur des dispositions du code électoral qui détermine d'ailleurs certains aspects du fichier électoral. C'étaient des séminaires parrainés par le NDI (National Démocrate Institute) des Etats-Unis et l'OIF (l'Organisation Internationale de la Francophonie).
Ces deux séminaires se sont passés dans un cadre qui avait impliqué toutes les parties prenantes et les structures impliquées dans les questions électorales. Les documents des conclusions de ces séminaires ont servi de base à la mise en place d'un comité composé des personnes compétentes en la matière et qui avait fait une sorte de synthèse de toutes les recommandations de tous nos partenaires et de toutes nos résolutions (NDLR : partis politiques) qui consistaient à demander deux choses principalement : la première, que nous ayons un fichier électoral biométrique. C'est un engagement du Président de la République qu'il avait pris à la suite de toutes les demandes qui avaient été adressées par les partis politiques, tous bords confondus.
La deuxième chose c'est que nous devrions nous mettre au niveau de tous les pays d'Afrique de l'Ouest avec lesquels nous partageons le même environnement politique, comme le fait de disposer d'une commission électorale indépendante pérenne qui ne soit pas une commission qu'on mettrait en place seulement au moment des élections. Ce sont les deux grandes recommandations qui sont consacrées par notre code électoral où se situent principalement les enjeux des débats qui ont cours actuellement. L'opposition était dans une posture très négative au lendemain des élections qu'elle venait de perdre dans des circonstances dont vous vous souvenez très certainement.
Souvenez-vous que son mot d'ordre était de ne pas reconnaitre les élections et les institutions qui en sont issues et elle avait même, on s'en souvient, demandé à ses députés de ne pas intégrer l'Assemblée nationale. C'est un peu sur la pointe des pieds, après avoir séché plusieurs séances de travaux à l'Assemblée nationale pendant plusieurs semaines qu'ils étaient venus intégrer l'Assemblée nationale et prendre leurs places. Voilà son mot d'ordre qui avait fait en sorte que ses représentants n'avaient pas pris part à ces discussions-là mais tous les partenaires internationaux, tous ceux qui sont intéressés aux questions électorales et qui ont l'habitude de nous assister, de nous accompagner, de nous soutenir et qui le feront même à l'avenir étaient présents à ces discussions.
Les conclusions qui étaient issues de ces discussions étaient des conclusions qui sont l'expression du point de vue totalement majoritaire, que l'opposition elle-même partage et qui procèdent des recommandations qu'elle-même a eu à faire à l'occasion de ses différentes déclarations. Si vous voulez, vu sous cet angle-là, de la posture négative de l'opposition on serait en droit de considérer que le processus n'avait pas été assez intégrateur mais ce n'est pas parce que nous l'avions voulu mais c'est parce que eux, ils se sont mis dans cette posture-là et nous ne pouvons rien contre cela.

La Voix du Sahel : Justement Monsieur le Ministre d'Etat, comment interpréter l'absence de ces partis politiques au sein de la commission électorale nationale indépendante ?
Bazoum Mohamed : cela procède de leur volonté délibérée de ne pas y prendre part. Il y a derrière tout cela un calcul. Pour des gens qui ont perdu les élections et qui ont décidé de ne pas les reconnaitre, de ne pas en reconnaitre les résultats, qui pensent que si jamais ils devaient poser certains actes qui devaient consacrer leur reconnaissance de ces élections c'est toute la légitimité de leur stratégie et de leurs discours qui serait mise en cause, pour des gens comme ça, je comprends qu'ils restent conséquents jusqu'aujourd'hui et qu'ils continuent cette politique de la chaise vide. Qu'est-ce qu'ils en attendent à la fin ? Ils en attendent qu'un jour qu'il n'y ait pas ces institutions avec d'autres stratégies dans ce sens-là qui sont des stratégies qu'ils ne peuvent pas assumer ouvertement. Voilà un peu ils sont dans une logique confuse...

La Voix du Sahel : Etes-vous disposés à entamer des discussions politiques avec ces partis ?
Bazoum Mohamed : Oui, tout à fait ! Sur les questions électorales, nous leur avions transmis ce message à travers le représentant spécial de la Secrétaire générale de l'OIF, M. Robert Dossou, qui a fait jusqu'à trois séjours ici dans notre pays. Eux, lorsque le Premier ministre les avait conviés pour la mise en place de la CENI pour qu'ils prennent part au processus électoral, pour qu'ils nous disent des choses qu'ils aimeraient que nous fassions, ils nous ont envoyé un mémorandum dans lequel ils nous ont dit qu'ils veulent une conférence nationale qui va déboucher sur la mise en place d'un gouvernement transitoire et une administration qui va organiser des élections libres et démocratiques.
Et nous leur avions répondu que cela, malheureusement, n'est pas faisable. C'était à cette occasion que je leur ai dit qu'ils ne peuvent l'avoir que par une seule voie, à savoir un rapport de force politique avec un soutien massif de la population dans le sens de ce que, eux, ils demandent. Ils s'en sont offusqués, ils m'en font le reproche. Mais pourquoi dois-je ne pas être franc avec eux ? C'est possible qu'ils aient ça, mais pas parce qu'ils nous ont formulé ce vœu-là !
Créer le rapport de force, c'est ce qu'ils ont tenté à travers la société civile et le nombre de leurs agissements qui n'ont pas porté. Ils doivent être réalistes, puisqu'ils ne sont pas en mesure de faire l'insurrection, de bloquer le pays, qu'ils ne sont pas aussi représentatifs qu'ils le prétendent. La politique exige un minimum de lucidité. Ils doivent être réalistes et demander ce qu'ils peuvent obtenir, le maximum de choses qu'une opposition pourrait demander, mais pas de demander au pouvoir de se suicider et qu'il leur fasse la fleur d'aller au-devant de toutes leurs volontés fantaisistes.

Propos transcrits par Elh. Mahamadou Souleymane

13/07/18

L'invité de Sahel Dimanche

M. Oumarou Amadou Saley, Haut Commissaire à la Modernisation de l'Etat : «Tous les efforts faits pour rationaliser et am…

M. Oumarou Amadou Saley, Haut Commissaire à la Modernisation de l'Etat : «Tous les efforts faits pour rationaliser et améliorer les services publics dans ce pays sont à encourager»

Monsieur le Haut Commissaire, pouvez-vous nous définir le concept de «modernisation de l'Etat » qui est le fondement de la création de l'institution que vous dirigez ?L'expression «modernisation de l'Etat» désigne les actions de type législatif ou réglementaire qui doivent entrainer une transformation substantielle du périmètre d'action ou des méthodes de fonctionnement de l'Etat. Cette transformation « structurelle» vise à améliorer le...

Mme Maïga Fatima Halirou, Maire de Birni N'Gaouré : «La gestion communale n'est pas uniquement du ressort du Conseil mun…

Mme Maïga Fatima Halirou, Maire de Birni N'Gaouré : «La gestion communale n'est pas uniquement du ressort du Conseil municipal mais une affaire de tous les administrés»

      Madame la maire, présentez-nous la Commune urbaine de Birni Ngaouré.La Commune urbaine de Birni Ngaouré, a été créée par la loi N° 2002-14 du 11 JUIN 2012. Elle est limitée à l'ouest par les Communes rurales de Fakara et N'Gonga ; au sud par celles de Kankandi et de Fardji; au nord par N'Gonga et à l'est par la commune de Golé. Le chef-lieu de la Commune qui est Birni Ngaouré est situé à 33 kilomètres de Dosso et...

M. Douada Mamadou Marthé, ministre de l'Enseignement primaire, de l'Alphabétisation, de la Promotion des langues nationa…

M. Douada Mamadou Marthé, ministre de l'Enseignement primaire, de l'Alphabétisation, de la Promotion des langues nationales et de l'Education Civique : « Ces réformes sont une volonté des Autorités de la République de transférer les compétences et le

Le 1er octobre prochain, les élèves des écoles primaires vont reprendre le chemin de l'école. Cette rentrée scolaire 2018-2019 s'annonce sous des auspices des réformes initiées par les Autorités de la 7ème République. Le ministre de l'Enseignement primaire, de l'Alphabétisation, de la Promotion des langues nationales et de l'Education Civique, M. Douada Mamadou Marthé, a apporté des précisions sur ces réformes.Monsieur le ministre, la r...

M. Moussa Younoussa, Maire de la commune rurale de Falmey : «La viabilité d'une commune dépend de sa capacité à mobilise…

M. Moussa Younoussa, Maire de la commune rurale de Falmey : «La viabilité d'une commune dépend de sa capacité à mobiliser ses propres ressources »

Monsieur le Maire, pouvez-vous nous présenter la commune rurale de Falmey?La commune rurale de Falmey se situe dans la zone Sud-ouest de la région de Dosso. Elle couvre une superficie de 1.172 km2 avec une population de 79.632 habitants. Elle est limitée à l'Est par les communes de Djilladjé et Golé, à l'Ouest par la commune de Kirtachi et le parc du W, au Nord par les communes de Kankandi et de Fabirdji et au Sud par le Bénin.Quels son...

M. Hamani Kondi, préfet du département de Falmey : Les défis sont «le lotissement des gros centres et la dotation des se…

M. Hamani Kondi, préfet du département de Falmey : Les défis sont «le lotissement des gros centres et la dotation des services de l'Etat en espace»

Monsieur le préfet, veuillez nous présenter le département de FalmeyLe département de Falmey est créé par la loi 2011-22 du 8 Août 2011 érigeant les anciens postes administratifs en départements et fixant le nom de leurs chefs-lieux. Poste administratif de 1962 à Août 2011et rattaché à Boboye, l'actuel département de Falmey compte deux (2) communes rurales (Falmey et Guilladjé) pour une population de 103.271 habitants selon les résultat...

Discours du Directeur Général à l'occasion du lancement des activités du Cinquantenaire de la NIGELEC : «Envers notre ai…

Discours du Directeur Général à l'occasion du lancement des activités du Cinquantenaire de la NIGELEC : «Envers notre aimable clientèle, j'aimerais affirmer notre détermination à forcer son admiration en garantissant la continuité et la qualité de la

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE Brigi Rafini, a présidé, le jeudi 06 Septembre dernier au Palais des Congrès de Niamey, le lancement officiel des festivités entrant dans le cadre de la commémoration du cinquantième anniversaire de la Société Nigérienne d'Electricité (Nigelec). L'évènement auquel ont pris part plusieurs personnalités du pays et d'autres délégations venues des pays de la sous-région était d'une part, l'occas...

Ali Doungou Boubacar, Coordonnateur national du Projet Régional Autonomisation des femmes au Sahel et Dividende Démograp…

Ali Doungou Boubacar, Coordonnateur national du Projet Régional Autonomisation des femmes au Sahel et Dividende Démographique (PRAF/DD-SWEDD) : «Les plus hautes autorités du pays ont donné une nouvelle impulsion au Projet afin de lui permettre d'atte

Le «Projet Autonomisation des femmes au Sahel et Dividende Démographique (PRAF/DD-SWEDD) a été lancé en 2015 au Niger. Pouvez-vous nous rappeler Monsieur le Coordonnateur, les raisons fondamentales qui ont motivé la mise en place de ce projet ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez à travers votre illustre journal pour parler du Projet SWEDD au Niger. Pour répondre à votre question, permettez-moi de rappeler à vos le...

M. Laouali Ali, Directeur Général de la maternité Issaka Gazobi de Niamey : L'investissement du personnel dans le travai…

M. Laouali Ali, Directeur Général de la maternité Issaka Gazobi de Niamey : L'investissement du personnel dans le travail a permis de réduire le taux de mortalité maternelle qui de 8% en 2011 est aujourd'hui à 0,72%, alors que l'OMS recommande 1%

Couramment connue sous le nom de la Maternité Centrale, créée en 1929, l'établissement a connu une nette évolution. Lundi 13 août 2018, l'institution sanitaire a reçu la visite des membres de la commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale. En marge de cette visite, nous avons eu un entretien avec M. Laouali Ali, Directeur Général de l'Etablissement. Dans l'interview qui suit, il nous parle de l'exploit de so...

M. Amadou Harouna, Directeur général de l'Agence du Barrage Kandadji : «Les travaux démarreront effectivement au plus ta…

M. Amadou Harouna, Directeur général de l'Agence du Barrage Kandadji : «Les travaux démarreront effectivement au plus tard en novembre 2018»

M. le Directeur Général, le programme Kandadji semble enfin avoir trouvé le partenaire idéal avec la présélection d'une société de droit chinois pour la construction du barrage hydro électrique de Kandadji, un ouvrage tant attendu par les Nigériens depuis des décennies. Quelle est l'entreprise ? Et pouvez-vous bien nous faire la genèse du processus ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du Programme Kandadji dans les colo...

M. Saley Saidou, Secrétaire Permanent du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA…

M. Saley Saidou, Secrétaire Permanent du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA) : « C'est globalement près de 200 milliards de FCFA qui sont mobilisés par l'Etat et ses partenaires pour soutenir les populatio

Monsieur le Secrétaire Permanent, nous voilà en pleine période de soudure, une phase qui, dans le milieu rural notamment, se traduit par unamenuisement drastique des réserves alimentaires. Quelles sont les dispositions prises par l'Etat dans le cadre du plan de soutien 2018 en vue de mettre les populations vulnérables à l'abri de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle?Merci. Comme vous le savez, la campagne agropastorale de l'hivern...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Audiences

Dossier

Le mariage des enfants dans la région de Tahoua : …

Le mariage des enfants dans la région de Tahoua : Grande mobilisation pour éradiquer le phénomène

Avec plus de 58% de la population constituée de jeunes, autant dire que la jeunesse est l'...

jeudi 11 octobre 2018

Portrait du chef de Canton d' Illela : L'honorable…

Portrait du chef de Canton d' Illela : L'honorable Yacouba Habibou Oumani est en train de mettre fin au mariage des enfants dans son entité coutumière

Le partenariat entre la chefferie traditionnelle et l'UNICEF et l'UNFPA se porte bien. Il ...

jeudi 11 octobre 2018

Interview d'une enseignante engagée pour les fille…

Interview d'une enseignante engagée pour les filles, Mme Omar Hajia Hassia SCOFI Tahoua: « Quand on est décidé et mobilisé, on obtient les meilleurs résultats »

Mme, vous êtes agent de la Direction départementale des Enseignements Secondaires (DDES) T...

jeudi 11 octobre 2018

L'air du temps

La langue française en plein naufrage

La langue française en plein naufrage

A l'heure où la grande messe du monde francophone bat son plein à Erevan, en Arménie, qui ...

jeudi 11 octobre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.