Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Laouali Ali, Directeur Général de la maternité Issaka Gazobi de Niamey : L'investissement du personnel dans le travail a permis de réduire le taux de mortalité maternelle qui de 8% en 2011 est aujourd'hui à 0,72%, alors que l'OMS recommande 1%



invitCouramment connue sous le nom de la Maternité Centrale, créée en 1929, l'établissement a connu une nette évolution. Lundi 13 août 2018, l'institution sanitaire a reçu la visite des membres de la commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale. En marge de cette visite, nous avons eu un entretien avec M. Laouali Ali, Directeur Général de l'Etablissement. Dans l'interview qui suit, il nous parle de l'exploit de son institution, des difficultés et des défis à relever.
Monsieur le Directeur Général, votre établissement a reçu la visite des membres de la commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale. Quelle lecture faites-vous de cette visite et parlez-nous du fonctionnement des principaux services de la Maternité Issaka Gazobi?

Tout d'abord, je vous remercie de m'avoir accordé cette opportunité de m'exprimer dans les colonnes de votre journal. Je remercie également les députés, membres de la commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale qui ont la sensibilité avérée des questions sociales, effectuant la visite dans notre établissement pour voir de visu nos conditions de travail. Nous remercions aussi l'ensemble des députés nationaux pour avoir mandaté leurs collègues de venir voir ce que nous faisons ici et partager l'information sur nos activités.
Notre établissement a pour mission principale de servir de cadre de référence, d'assurer les prestations gynécologiques, obstétricales, néonatales et post-natales du niveau tertiaire et des activités de planification familiale, d'assurer la protection fœto-maternelle, de servir de cadre de formation et de recherche en gynécologie, obstétrique et néonatologie. Au cours de ce déplacement, nous avons fait visiter les parlementaires, le bloc et la salle d'accouchement où les problèmes sont connus à savoir l'exiguïté des locaux. Pour quatre lits, nous avons souvent 60 femmes admises. Nous devons faire avec pour la simple raison qu'il y a l'humanisme et le respect de l'éthique et de la déontologie de la profession. Pour ce problème, nous avons toujours demandé à ce que les maternités des quartiers périphériques fonctionnent. Niamey dispose d'une dizaine de maternités. A un certain moment , un travail de mobilisation a été fait, mais ces derniers temps nous constatons un relâchement au niveau de ces maternités.
Au niveau du service de néonatologie, en principe, il doit accueillir 23 nouveaux nés; malheureusement, il héberge souvent plus de 60 bébés alors que notre centre est de référence, qui accueille tous les nouveaux nés en détresse, non seulement, ceux qui sont nés à la maternité Issaka Gazobi, mais aussi ceux qui viennent d'ailleurs. Nous avons à ce niveau une préoccupation parce que le service néonatalogie est une vitrine de notre structure. Ensuite, nous avons l'exiguïté des salles d'hospitalisation qui sont fortement sollicitées. Nous disposons de 173 lits pour un besoin qui dépasse 250 personnes par jour. Pour pouvoir héberger les femmes, il faut beaucoup de gymnastiques. Notre besoin minimal en termes de salles est d'au moins 100 lits d'hospitalisation. Il faut souligner heureusement que nous avons des projets pour trouver des solutions à ce problème.
Concernant le problème de réactifs, nous sommes entrain de les solutionner à travers les avis d'appels d'offres lancés, il y a de cela deux mois. Un autre gros problème se situe au niveau de la pharmacie. Sur 10 molécules que contient le kit, nous ne disposons que de quatre. A un moment donné, le problème d'anesthésie se pose au niveau national, aujourd'hui le problème est réglé, mais il demeure chez nous parce que, les moyens manquent. Heureusement, nous avons eu une libération de fonds par rapport aux factures de la gratuité.

En terme de matériel de travail quelle est la situation la plus préoccupante et d'urgence que vous cherchez à résoudre pour le bien-être des patientes ?
Nos préoccupations dans ce domaine commencent par le service de la radiologie. Nous avons des contraintes de fonctionnement des appareils de mammographie qui sont en panne depuis plus de 11 mois. Il nous faut une nouvelle mammographe que le fonds commun du Ministère de la Santé Publique doit nous acheter cette année. Nous avons également une insuffisance notoire d'appareil d'échographie, parce que, notre centre ne dispose que d'un appareil échographe, mais très sophistiqué. Le deuxième se trouvant au niveau des services des urgences ne fonctionne plus. L'appareil de la radiographie quant lui, est tombé en panne, il y a de cela trois ans, malheureusement c'est un appareil qui coûte très cher et il nous faut des ressources financières pour l'acquérir.

Compte tenu, des difficultés que rencontre votre centre sanitaire, est-ce que cela ne joue pas sur la motivation du personnel ?

Nous avons un personnel très motivé que je profite de cette occasion pour saluer leur engagement. Par exemple au niveau de la garde, nous avons instauré un système fiable où les agents travaillent sans relâche pendant au moins 12 heures de temps avant de descendre. Je leur rends hommage pour cet effort. Ceci nous a permis d'arriver au résultat satisfaisant où le taux de mortalité néonatale qui de 13% en 2011 est à 6% aujourd'hui, même si, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préconise 5%, nous ne sommes pas loin du taux. C'est un travail sérieux qui a été abattu. Toujours dans ce domaine, les agents de la Maternité Issaka Gazobi s'investissent pour réduire également le taux de mortalité maternelle qui de 8% en 2011 est aujourd'hui à 0,72%, alors que l'OMS préconise 1%. C'est un exploit pour le personnel. Cela est arrivé avec la mise en œuvre du système de garde couchée, qui ne se faisait pas dans d'autres formations sanitaires. Ici, le gynécologue obstétricien fait la garde couchée, on n'a pas besoin de le chercher ailleurs, il est à son lieu de travail. Nous avons positionné 12 pédiatres, 9 nutritionnistes et des sages femmes. Cette synergie de travail nous a permis d'arriver à un résultat satisfaisant.

A l'issue de la visite des parlementaires, qu'est-ce que vous attendez d'eux pour l'amélioration de la vie de votre formation sanitaire de référence ?
Nous saluons beaucoup, les autorités de la 7ème République qui ont pu pérenniser la gratuité des soins en cassant la barrière financière à savoir l'accessibilité. Tout de même, nous constatons que le règlement des frais de cette gratuité des soins constitue un problème majeur que le gouvernement doit vite prendre en charge. Donc, notre souhait à travers la visite des parlementaires, membres de la commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale, est qu'ils soient notre porte-parole pour trouver des solutions à tous les problèmes évoqués de la Maternité Issaka Gazobi. Je pense qu'avec leur appui, nous allons trouver le remboursement des factures de la gratuité. Parce que, jusqu'à un certain moment, l'Etat nous devait deux milliards. Dieu merci, il y a un effort qui est entrain d'être fait. Seulement, l'idéal serait qu'à chaque fois qu'on dépose une facture qu'elle soit payée un mois après.
Si non, sur 36 mois, nous n'avons reçu que deux fois de remboursement. Cela joue beaucoup sur le bon fonctionnement de la maternité. Parce que les fournisseurs n'étant pas payés, ils se sont rétractés et malheureusement, nous nous sommes retrouvés en face d'une rupture de certaines molécules. Mais aujourd'hui, dès qu'ils ont appris que nous avons commencé à recevoir les remboursements, ils sont entrain de revenir. Je pense que, cette situation que nous vivons sera décantée. Enfin, après la visite des parlementaires, ils ont affirmé avoir trouvé des agents compétents sur place et qui s'investissent pour assurer un travail de qualité pour satisfaire les patientes.

Réalisée par Seini Seydou Zakaria(onep)

31/08/18

L'invité de Sahel Dimanche

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés …

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés Celsius que nous prévoyons sur le pays»

Depuis quelque temps on enregistre une montée progressive du thermomètre dans certaines zones de notre pays et particulièrement à Niamey. Est-ce que cette situation est normale du point de vue météorologique ?Merci de votre passage à la Direction de la Météorologie Nationale. Pour répondre directement à votre question, c'est vrai que depuis le début du mois de mars 2019, nous avons commencé à enregistrer une hausse de température. Le 31...

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement r…

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement relever le niveau de compétence et de formation des Maires et des administrations municipales»

Monsieur le maire, présentez nous votre commune.Magaria, qui a été érigée en commune en 1988, compte, suivant le recensement de 2012, 130.707 habitants, pour une superficie de 715 km2. La densité de la population tourne autour de 188 hbts au km2. Les principales activités sont l'agriculture et l'élevage mais aussi le commerce favorisé par notre proximité avec le Nigeria. Sur le plan position géographique, elle est limitée au nord par la...

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouver…

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouvernement pour avoir fait de la question du changement de comportement une priorité nationale»

M. le maire, comment se présente la commune de Mirriah ?La Commune Urbaine de Mirriah a été créée le 27 juin 1988 ; c'est une Commune qui a trente (30) ans d'existence. Pour ce qui est de la population, au dernier recensement général de la population et de l'habitat, la Commune a compté80 126 habitants. Si on travaille avec le taux d'accroissement, on peut l'estimer à 90 000 voir100 000 habitants. La commune a une superficie de 621 Km2....

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de ren…

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de rendre cette institution encore plus active et productive»

Monsieur le Président, la première session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2019 a pris fin récemment à Niamey. Quelle sont les recommandations issues de cette session ?Tout d'abord je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de notre institution le CESOC et de ses missions.Cela dit, pour revenir à votre question, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) a effectivement tenu sa première session ord...

Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant : «Dans le souci de …

Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant : «Dans le souci de promouvoir les droits des femmes, nous envisageons d'élaborer et de mettre en œuvre un Programme National de Promotion du leadersh

Mme la ministre, la Journée Internationale de la Femme est célébrée aujourd'hui 8 mars dans tous les pays du monde. Pouvez-vous nous faire un bref rappel historique des circonstances qui ont conduit à l'institution de cette journée ?Merci de l'opportunité que votre journal me donne pour parler de cette importante journée que le Niger, à l'instar des autres pays de la Communauté Internationale, célèbre aujourd'hui 8 mars 2019. En effet, ...

M. Youssouf Mohamed El Moctar, Secrétaire Exécutif du Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger (RECA) : «Nous…

M. Youssouf Mohamed El Moctar, Secrétaire Exécutif du Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger (RECA) : «Nous tirons un bilan positif qui a même dépassé nos attentes»

M. le Secrétaire Exécutif, la 5ème édition du Salon de l'Agriculture, de l'Hydraulique, de l'Environnement et de l'Elevage du Niger (SAHEL-Niger) a pris fin dimanche dernier à Niamey. Quel bilan pouvez-vous tirer de cette grande rencontre du monde des producteurs ?Nous tirons un bilan positif qui a même dépassé nos attentes et nos objectifs. Du 19 au 24 février 2019, le Salon sahel Niger 2019 a connu une affluence record cette année ave...

M. Sadou Seydou , Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : "Sous la conduite de SEM. Issoufou Mah…

M. Sadou Seydou , Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : "Sous la conduite de SEM. Issoufou Mahamadou, le dossier de la ZLECAf connait des avancées significatives"

Monsieur le Ministre, lors du 32ème Sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine, le Président de la République, Chef de l'État, a présenté à ses pairs le rapport de compte rendu sur l'état d'avancement du processus de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf) qui constitue sans nul doute l'une des grandes réformes portées par cette Institution. Pouvez-vous nous rappeler les grandes articulations de ce ...

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pa…

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pays du G5 Sahel : «Il n'y a jamais eu de guerre propre, mais il est bien possible d'allier lutte contre l'insécurité et respect scr

Monsieur le président, la CNDH et les autres institutions nationales des pays du G5 Sahel ont mis en place récemment un Réseau dont vous êtes le président. Pouvez-vous nous faire la genèse de la création de ce réseau ?Quelques mois seulement après son installation effective en mai 2013, la CNDH-Niger avait entrepris sur fonds propres, des missions de sensibilisation et d'information, au niveau des Institutions Nationales des Droits de l...

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de R…

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de Renaissance Culturelle, inspirée par le Président de la République, dont la ville de Niamey doit être le moteur, la locomotive et l

      Monsieur le président de la Délégation Spéciale, pouvez-vous nous parler de vos réalisations depuis que vous êtes à la tête de la Délégation spéciale de la ville de Niamey et leurs impacts sur le quotidien des populations ?Je dois d'abord remercier l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP), pour l'occasion qu'il me donne, encore, pour parler des travaux que nous faisons depuis notre arrivée à la tête de la ...

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré su…

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré sur la formation aux affaires»,

Monsieur le directeur, quelles sont les missions assignées à l'IUT ?L'IUT de l'Université de Tahoua a pour mission de répondre aux besoins en matière de compétences des marchés national et international du travail et aux exigences de la responsabilité sociétale de l'entreprise. Bien qu'il soit jeune, il est pourtant riche en de nombreux enseignants permanents (enseignants technologues, enseignants-chercheurs) et vacataires (des dirigean...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

Relations employeurs – employés : Témoignage du sy…

Relations employeurs – employés : Témoignage du syndicaliste Saidou Mamoudou, secrétaire à la formation syndicale et à l'éducation à l'Union Syndicale des Travailleurs du Niger (USTN)

Le premier conflit qui intervient entre employeurs et employés est lié au non-respect des ...

jeudi 4 avril 2019

Commerce du criquet au Niger : Plongée dans la fil…

Commerce du criquet au Niger : Plongée dans la filière de ces insectes commestibles

Le criquet fait partie, désormais, des produis commerciaux au Niger. Devenu de plus en plu...

jeudi 21 mars 2019

L'air du temps

Temps de chaleur, tant de calvaire

Temps de chaleur, tant de calvaire

Il est vrai que de tous temps, dans les pays du Sahel, les mois de mars, avril et mai, n'o...

jeudi 4 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.