Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Oumarou Amadou Saley, Haut Commissaire à la Modernisation de l'Etat : «Tous les efforts faits pour rationaliser et améliorer les services publics dans ce pays sont à encourager»



invitMonsieur le Haut Commissaire, pouvez-vous nous définir le concept de «modernisation de l'Etat » qui est le fondement de la création de l'institution que vous dirigez ?
L'expression «modernisation de l'Etat» désigne les actions de type législatif ou réglementaire qui doivent entrainer une transformation substantielle du périmètre d'action ou des méthodes de fonctionnement de l'Etat. Cette transformation « structurelle» vise à améliorer le service rendu aux citoyens. Elle peut passer par des mesures, par exemple, d'informatisation des procédures et des applications concrètes des principes de bonne gouvernance. Aussi, moderniser l'Etat implique le recours à des approches et des techniques récentes, c'est-à-dire modernes, pour organiser et gouverner et gérer l'Etat. Ces approches et ces techniques sont par exemple la démocratie, l'approche de gestion basée sur les résultats et la performance, les TIC, la décentralisation et l'approche participative, etc...
Cette orientation de la modernisation de l'Etat qui s'applique à l'ensemble des pays du monde est un axe fort du gouvernement et est en cohérence avec les objectifs tracés par le Programme de la Renaissance et le Plan de développement Economique et Social (PDES 2017-2021).
Cette expression traduit, il me semble, un objectif plus ambitieux encore que la modernisation des administrations publiques. Elle concerne tous les actes de la vie publique des dirigeants et des citoyens. Elle passe par des actions qui visent le respect du bien public, à l'amélioration des comportements sur la voie publique que ce soit dans le domaine de la sécurité routière, de l'environnement, de la salubrité publique, de la santé. Mon institution balaie un champ extrêmement vaste et est au cœur des actions gouvernementales qui visent à la modernisation sociale, politique et économique. Elle accompagne donc l'ensemble des ministères et des institutions dans leurs démarches.
Comment êtes-vous organisés pour mener à bien cette mission de modernisation de l'Etat ?
Créé par Décret n°2005-361/PRN/PM du 30 décembre 2005, le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat (HCME) est une administration de mission rattachée au Cabinet du Premier Ministre. Il est chargé, en relation avec les ministères concernés, de concevoir, de superviser, de coordonner, de suivre et d'évaluer toutes les actions tendant à moderniser l'Etat et les collectivités territoriales conformément aux orientations définies par le gouvernement.

Au regard du contexte sociopolitique actuel, le HCME s'est donc positionné en s'engageant dans la recherche de l'efficacité et l'efficience des services publics afin d'accroitre leur performance et faciliter leur accès aux citoyens.
Le HCME a élaboré un document de Politique Nationale de Modernisation de l'Etat (PNME) qui a été adopté par le Gouvernement par Décret n° 233 du 12 Juillet 2013. Cette politique vise à doter le gouvernement d'un cadre de mise en cohérence de réformes tendant à moderniser l'Etat. Elle comprend quatre axes que sont: l'aménagement du territoire et la modernisation des infrastructures; la modernisation de l'administration publique; la promotion de la bonne gouvernance et le changement de mentalité et de comportement des dirigeants et des citoyens.
Depuis son adoption par le Gouvernement, la Politique Nationale de Modernisation de l'Etat est devenue le cadre d'intervention permettant la mise en cohérence, la coordination des programmes en matière de réforme, de modernisation de l'Etat et de promotion de la pratique de la bonne gouvernance sous toutes ses dimensions.
Avez-vous fait un état des lieux sur le fonctionnement de l'administration du Niger ?
Nous avons en effet effectué, en partenariat ave le LASDEL, un certain nombre de diagnostics, ce que nous avons analysé comme des comportements non-observants (c'est-à-dire non conformes aux bonnes pratiques, à la morale ou aux textes législatifs ou règlementaires). Ils ont permis d'identifier les comportements, leurs causes et leurs effets sur l'administration. A partir de ces diagnostics, nous avons proposé des dispositifs appropriés pour conduire les changements de comportements privilégiant l'intérêt général.
Quels sont les maux dont souffre aujourd'hui notre administration ?
Ce diagnostic a été établi à maintes reprises, notamment lors de l'élaboration de la stratégie SDDCI Niger 2035 et à l'élaboration du Plan de Développement Economique et Social PDES 2017/ 2021 et malheureusement les constats sont toujours les mêmes...
Notre administration connaît des maux récurrents : lenteur et lourdeur administrative, mauvaise gestion des compétences, corruption, non adéquation profil/poste, insuffisance de la programmation budgétaire, absence d'évaluation des résultats, problème du statut et de la gestion de la fonction publique. Ces maux sont des maux généraux, mais nos concitoyens connaissent bien leurs traductions concrètes. Elles conduisent à des symptômes tels que les absentéismes récurrents, chroniques et une absence de sanctions. Je vous donne un exemple : un ministre nous a écrit le 27 septembre 2018 pour demander la tenue d'une réunion que je devrais présider au HCME le 10 octobre 2018 à 10 heures. Tenez-vous bien, cette correspondance ne nous est parvenue au HCME que le 10 octobre, soit deux semaines plus tard. Comment expliquer cela dans la même ville de Niamey ? Il y a des responsabilités qu'il faut situer et prendre les sanctions qui s'imposent. Ces comportements révèlent souvent des problèmes plus profonds comme l'impréparation des politiques publiques, une gestion incohérente des ressources humaines et un mauvais emploi des compétences qui existent pourtant dans notre pays. Ces maux conduisent même à des démotivations et des frustrations des fonctionnaires les plus assidus.
On assiste également souvent à une démission de la hiérarchie intermédiaire, qui estime ne pas être soumise au respect scrupuleux des horaires de travail. L'exemple, le bon, doit provenir toujours du sommet. A l'heure actuelle, aucun texte ne permet à un cadre supérieur de conception de se soustraire des horaires de travail légalement fixés. Cet exemple est donné par les plus hautes autorités.
Monsieur le Haut Commissaire, que faut-il faire pour que l'administration du Niger fonctionne comme une administration véritablement moderne?
A n'en point douter, la mise en œuvre de la feuille de route du programme de la Renaissance Culturelle contribuera fortement à dynamiser l'administration à travers le changement de comportements et de mentalités attendu des dirigeants et des citoyens.
Nous avons identifié et tentons de remédier aux comportements qui nuisent à la qualité des biens et services délivrés par l'État. Nous pouvons le faire en respectant des principes de base : recruter les agents selon les besoins de l'administration tant du point de vue qualitatif que quantitatif, planifier les mises en formation des agents, mettre en place des dispositifs de suivi-évaluation des activités de l'administration, évaluer les performances individuelles des fonctionnaires, élaborer des plans de travail, faciliter l'accès à l'information à tous les usagers. Il faut aussi doter l'administration d'outils de travail, notamment des manuels de procédures et des politiques et stratégies d'intervention.
En mai 2014 a été officiellement lancé le «Service Public Ambulant » des mairies des zones nomades. Le dispositif repose sur l'association des communes et des services déconcentrés de l'Etat dans sa mise en œuvre sur le terrain. En mettant à disposition des véhicules adaptés aux diverses situations des communes, nous répondons à la pluralité de leurs besoins dans de nombreux domaines: l'Etat civil (délivrance des actes et pièces), la santé humaine, la santé animale, l'hydraulique, la promotion de la scolarisation et de l'éducation, les questions environnementales. Ce dispositif permet donc un accès facilité à des services publics essentiels. Une extension du dispositif est prévue pour une plus large couverture du territoire, notamment avec le soutien de l'Agence Française de Développement dans le cadre d'un projet intitulé Projet d'Appui à la modernisation de l'Etat pour un service public de qualité sur le territoire (AMESP) qui couvrira dans sa première phase les régions de Diffa et de Tillabéry.
Les premiers bénéficiaires de ces expériences sont les populations, y compris dans les zones les plus enclavées, où les services classiques de l'État interviennent rarement. Ceci dit, pour que plus de résultats concrets puissent être observés, les citoyens sont à titre personnel et par leur changement de comportement porteurs de solutions pragmatiques, acceptables, réalisables. A ce titre, tous les efforts faits pour rationaliser et améliorer les services publics dans ce pays sont à encourager.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)

12/10/18

L'invité de Sahel Dimanche

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouver…

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouvernement pour avoir fait de la question du changement de comportement une priorité nationale»

M. le maire, comment se présente la commune de Mirriah ?La Commune Urbaine de Mirriah a été créée le 27 juin 1988 ; c'est une Commune qui a trente (30) ans d'existence. Pour ce qui est de la population, au dernier recensement général de la population et de l'habitat, la Commune a compté80 126 habitants. Si on travaille avec le taux d'accroissement, on peut l'estimer à 90 000 voir100 000 habitants. La commune a une superficie de 621 Km2....

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de ren…

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de rendre cette institution encore plus active et productive»

Monsieur le Président, la première session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2019 a pris fin récemment à Niamey. Quelle sont les recommandations issues de cette session ?Tout d'abord je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de notre institution le CESOC et de ses missions.Cela dit, pour revenir à votre question, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) a effectivement tenu sa première session ord...

Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant : «Dans le souci de …

Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant : «Dans le souci de promouvoir les droits des femmes, nous envisageons d'élaborer et de mettre en œuvre un Programme National de Promotion du leadersh

Mme la ministre, la Journée Internationale de la Femme est célébrée aujourd'hui 8 mars dans tous les pays du monde. Pouvez-vous nous faire un bref rappel historique des circonstances qui ont conduit à l'institution de cette journée ?Merci de l'opportunité que votre journal me donne pour parler de cette importante journée que le Niger, à l'instar des autres pays de la Communauté Internationale, célèbre aujourd'hui 8 mars 2019. En effet, ...

M. Youssouf Mohamed El Moctar, Secrétaire Exécutif du Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger (RECA) : «Nous…

M. Youssouf Mohamed El Moctar, Secrétaire Exécutif du Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger (RECA) : «Nous tirons un bilan positif qui a même dépassé nos attentes»

M. le Secrétaire Exécutif, la 5ème édition du Salon de l'Agriculture, de l'Hydraulique, de l'Environnement et de l'Elevage du Niger (SAHEL-Niger) a pris fin dimanche dernier à Niamey. Quel bilan pouvez-vous tirer de cette grande rencontre du monde des producteurs ?Nous tirons un bilan positif qui a même dépassé nos attentes et nos objectifs. Du 19 au 24 février 2019, le Salon sahel Niger 2019 a connu une affluence record cette année ave...

M. Sadou Seydou , Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : "Sous la conduite de SEM. Issoufou Mah…

M. Sadou Seydou , Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : "Sous la conduite de SEM. Issoufou Mahamadou, le dossier de la ZLECAf connait des avancées significatives"

Monsieur le Ministre, lors du 32ème Sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine, le Président de la République, Chef de l'État, a présenté à ses pairs le rapport de compte rendu sur l'état d'avancement du processus de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf) qui constitue sans nul doute l'une des grandes réformes portées par cette Institution. Pouvez-vous nous rappeler les grandes articulations de ce ...

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pa…

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pays du G5 Sahel : «Il n'y a jamais eu de guerre propre, mais il est bien possible d'allier lutte contre l'insécurité et respect scr

Monsieur le président, la CNDH et les autres institutions nationales des pays du G5 Sahel ont mis en place récemment un Réseau dont vous êtes le président. Pouvez-vous nous faire la genèse de la création de ce réseau ?Quelques mois seulement après son installation effective en mai 2013, la CNDH-Niger avait entrepris sur fonds propres, des missions de sensibilisation et d'information, au niveau des Institutions Nationales des Droits de l...

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de R…

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de Renaissance Culturelle, inspirée par le Président de la République, dont la ville de Niamey doit être le moteur, la locomotive et l

      Monsieur le président de la Délégation Spéciale, pouvez-vous nous parler de vos réalisations depuis que vous êtes à la tête de la Délégation spéciale de la ville de Niamey et leurs impacts sur le quotidien des populations ?Je dois d'abord remercier l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP), pour l'occasion qu'il me donne, encore, pour parler des travaux que nous faisons depuis notre arrivée à la tête de la ...

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré su…

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré sur la formation aux affaires»,

Monsieur le directeur, quelles sont les missions assignées à l'IUT ?L'IUT de l'Université de Tahoua a pour mission de répondre aux besoins en matière de compétences des marchés national et international du travail et aux exigences de la responsabilité sociétale de l'entreprise. Bien qu'il soit jeune, il est pourtant riche en de nombreux enseignants permanents (enseignants technologues, enseignants-chercheurs) et vacataires (des dirigean...

M. Zarami Abba Kiari, Secrétaire Permanent par intérim de la Cellule d'Appui au Partenariat Public Privé (CAPPP) : « Le …

M. Zarami Abba Kiari, Secrétaire Permanent par intérim de la Cellule d'Appui au Partenariat Public Privé (CAPPP) : « Le Partenariat Public Privé fait partie des financements innovants que les Etats mettent en place en vue de faire face à l'absence de

Le Niger vient d'opérer une réforme d'envergure du cadre juridique et institutionnel des Contrats de Partenariat Public Privé (CPPP), avec l'adoption de la loi n° 2018-40 du 05 juin 2018, portant régime des Contrats de Partenariat Public-Privé. Cette loi est motivée par la nécessité de corriger les insuffisances des textes antérieurs dont notamment la faible implication du Ministère des Finances dans le processus de la mise en œuvre des...

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres com…

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres comprennent cette nécessité de l'intégration et de l'appropriation du numérique et s'engagent résolument à nous accompagner »

L'Institut Africain d'Informatique (IAI) est un Etablissement inter-Etats d'enseignement supérieur spécialisé dans le domaine de l'informatique. Créé, à Fort-Lamy, actuel N'Djamena, au Tchad, le 29 janvier 1971, par les Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de l'Organisation Commune Africaine et Malgache (OCAM), par Résolution N°33/AEFT/ Fort-Lamy du 29 janvier 1971, l'IAI est un outil d'intégration régional et un centre d'ex...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Commerce du criquet au Niger : Plongée dans la fil…

Commerce du criquet au Niger : Plongée dans la filière de ces insectes commestibles

Le criquet fait partie, désormais, des produis commerciaux au Niger. Devenu de plus en plu...

jeudi 21 mars 2019

Vente de criquets frits : Une activité qui se conj…

Vente de criquets frits : Une activité qui se conjugue au féminin

Le business autour de la « filière criquet» fait le bonheur de plusieurs femmes au Niger. ...

jeudi 21 mars 2019

Capture, préparation, exportation du criquet : Mar…

Capture, préparation, exportation du criquet : Maradi, la plaque tournante

S'il y a un commerce qui a le vent en poupe à Maradi, c'est bien celui des criquets. Cette...

jeudi 21 mars 2019

L'air du temps

Les puristes n'en peuvent plus !

Les puristes n'en peuvent plus !

Après la célébration de la journée internationale de la francophonie, le mardi 20 mars der...

jeudi 21 mars 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.