Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi


d-3La Cure Salée ne se limite pas seulement à la jouissance culturelle des communautés nomades ; c'est aussi un véritable cadre du commerce des produits et articles de toute sorte. Ainsi, à quelques jours déjà de la fête, les commerçants de tous produits confondus ont pris place à quelques centaines de mètres de la tribune officielle en plantant leurs tentes et leurs stands.
Un véritable espace commercial où règne une ambiance extraordinaire ; les hommes, les femmes et les enfants s'adonnent activement à des petits commerces, les activités de tous genres permettant à gagner leur vie, notamment la restauration, la vente d'eau et de la boisson fraiche, la vente des fruits et légumes, celle des condiments et épices. Ce commerce a un double objectif car il permet non seulement à ceux qui le pratiquent de trouver leur compte mais aussi offrir à une majorité de personnes, riveraines et celles venant d'autres localités, et qui ne sont pas prises en charge par les organisateurs, la possibilité de satisfaire leurs besoins de consommation, selon leur bourse.
Sur ce lieu, qui est à lui seul un petit marché, divers plats sont proposés aux clients : haricot avec riz, la pâte de semoule et de la farine avec sauce (arachide, gombo ou facou) ; les pâtes alimentaires ; massa ; frite d'igname, galettes ; boissons importées d'Algérie, du Nigéria et même de Niamey et bien d'autres. M. Laouali dit Bagobiri s'est aussi installé avec tous les équipements nécessaires pour recharge des téléphones portables, le groupe électrogène, les chargeurs universels, les multiprises... de 100 à 200 FCFA par charge.
Pour joindre l'utile à l'agréable, deux vendeurs de lampes et ampoules de toute sorte : chargeables, avec pile, solaire, ont fait leur entrée. A haute voix ils vantent les mérites de leurs marchandises, par ces termes ''toh toh gamu mun iso, haské na dunia mun kawo, na laahira kowa yane mi abinchi'', autrement dit : « nous sommes là, nous avons amené l'éclairage de la vie, mais chacun cherche pour son au-delà », pour attirer la clientèle. D'un autre côté, il y a les compagnies de téléphonie mobile avec leur musique qui attire l'attention de la foule et leurs agents marketing qui profitent pour proposer et expliquer à l'assistance leurs différents offres et services.
En plus de cet espace destiné aux petits commerces, il y a un autre destiné spécialement à l'exposition ; les stands réservés aux partenaires de développement qui veulent faire connaitre au grand public leur domaine d'intervention ou qui souhaitent faire la visibilité de leur institution. Il y a également des stands où sont exposés les articles et produits locaux qui font la fierté de notre pays tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Parmi ces articles figurent les habits traditionnels Touaregs qui représentent un symbole important dans la culture nigérienne et font la fierté du Niger à l'extérieur.
Mme Bilal Aïchatou, une femme d'une quarantaine d'années, est une habituée de la foire d'Ingall. Cette exposition regorge de monde tous les ans. Commerçants, acheteurs, restaurateurs, tout le monde s'y retrouve pour faire affaires. «Je viens chaque année ici pour écouler mes articles. Puisque je suis revendeuse d'habits traditionnels Touaregs, je les prends auprès de nos tailleurs spécialistes de la broderie traditionnelle et j'augmente juste un peu sur le prix sur lequel on s'est entendu avec eux et le bénéfice me reviens», a-t-elle confié. Comme les gens viennent de partout pour assister à cette grande fête annuelle, je profite pour proposer mes articles au grand public car, si certains sont là pour faire la fête, d'autres, par contre, sont attirés par les articles exposés.« Ce genre de rencontres nous aide beaucoup dans le cadre de nos activités puisqu'on arrive à écouler beaucoup de nos articles », se réjouit Mme Bilal Aïchatou. Je participe à presque toutes les grandes rencontres telles que le Salon International pour la Femme (SAFEM) ; la foire du Village Artisanal et bien d'autres grandes rencontres à caractère international », a-t-elle ajouté.
La Cure Salée est l'une des rares fêtes qui regroupent les personnes venues de toutes les régions du Niger et même celles de l'extérieur, ce qui fait que beaucoup de personnes viennent à Ingall pour tirer profit de cette grande rencontre. Comme les affaires ne marchent pas bien ces dernières années à Agadez, Mme Bilal Aïchatou a, au lieu d'être sur un même lieu, tous les jours, préféré faire la rotation entre les différentes régions du Niger, partout où sont organisées les grandes rencontres. « L'argent que je gagne me permet de prendre mes enfants en charge et de satisfaire d'autres besoins », a-t-elle confié

Aïchatou Hamma Wakasso,
Envoyée spéciale (onep)

L'invité de Sahel Dimanche

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transpo…

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transport des hydrocarbures, c'est la conception d'un pipe-line»

Monsieur le Directeur général, il y a quelques jours de cela, un véhicule citerne accidenté au quartier Aéroport de Niamey, a provoqué la mort de plusieurs dizaines de Nigériens venus siphonner le carburant qu'il contenait. Est-ce qu'on peut dire que les mesures de sécurité ont été respectées à cette occasion pour éviter la survenue de ce drame ?Je me réjouis de l'opportunité que vous nous donnez de parler de ce problème et d'apporter n...

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pa…

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP) : «Le MAEP est là pour répondre au défi du développement du continent africain, et au défi de l'intégration ; il s'agit

Monsieur le Secrétaire Permanent du MAEP, le Conseil des Ministres du lundi 29 avril 2019 a entendu une communication du Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République relative au lancement de l'auto-évaluation du Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP). Pouvez-vous nous édifier sur l'importance pour notre pays d'entrer dans la phase de lancement de l'auto-évaluation du MAEP ?Je voudrais sincèrement vous remer...

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au poin…

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au point de vue traditionnel peut être enregistré comme patrimoine culturel

La convention Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) de 2003 propose aux Etats parties un modèle de fiches standards pour enregistrer et classer leur PCI. Ce modèle a pris en compte cinq (5) champs, notamment les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur de Patrimoine Culturel Immatériel, les arts des spectacles, les pratiques sociales, rituelles et évènements festifs, les connaissances et pratiques concernant la...

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement ér…

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement érigée en liberté constitutionnelle»

Monsieur le Président, voilà un an que vous êtes à la tête du Conseil Supérieur de la Communication (CSC). Pouvez-vous nous donner un aperçu sur les principales actions que vous avez entreprises durant cette année ?Il est très tôt pour tirer un bilan, mais nous pouvons tout de même relater quelques actions qui ont été engagées depuis lors. Je voudrais d'abord préciser que la nouvelle équipe du Conseil supérieur de la communication a pri...

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la …

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la taille du réseau routier national et d'améliorer certains indicateurs»

Monsieur le ministre, le Niger est engagé depuis quelques années dans une politique hardie d'équipement du pays en routes, ponts et échangeurs voire en travaux connexes : quel est le coût de ces investissements et surtout quel est leur impact sur les échanges nationaux et internationaux du Niger voire sur le bien-être des Nigériens ?Durant les huit ans de mise en œuvre du Programme de la Renaissance Actes 1 et 2, d'importants investisse...

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux…

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux, les centres d'animation ne sont plus régulièrement fréquentés »

Monsieur le directeur, pouvez vous nous dire dans quel contexte culturel a été créé le Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) ?A l'époque, l'Etat organisait des manifestations artistiques et culturelles, notamment le Festival National de la Jeunesse dans les départements [ndlr : les régions actuelles] pour créer un cadre d'épanouissement et de promotion du patrimoine culturel de proximité à la population en général et à la jeunesse en par...

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés …

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés Celsius que nous prévoyons sur le pays»

Depuis quelque temps on enregistre une montée progressive du thermomètre dans certaines zones de notre pays et particulièrement à Niamey. Est-ce que cette situation est normale du point de vue météorologique ?Merci de votre passage à la Direction de la Météorologie Nationale. Pour répondre directement à votre question, c'est vrai que depuis le début du mois de mars 2019, nous avons commencé à enregistrer une hausse de température. Le 31...

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement r…

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement relever le niveau de compétence et de formation des Maires et des administrations municipales»

Monsieur le maire, présentez nous votre commune.Magaria, qui a été érigée en commune en 1988, compte, suivant le recensement de 2012, 130.707 habitants, pour une superficie de 715 km2. La densité de la population tourne autour de 188 hbts au km2. Les principales activités sont l'agriculture et l'élevage mais aussi le commerce favorisé par notre proximité avec le Nigeria. Sur le plan position géographique, elle est limitée au nord par la...

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouver…

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouvernement pour avoir fait de la question du changement de comportement une priorité nationale»

M. le maire, comment se présente la commune de Mirriah ?La Commune Urbaine de Mirriah a été créée le 27 juin 1988 ; c'est une Commune qui a trente (30) ans d'existence. Pour ce qui est de la population, au dernier recensement général de la population et de l'habitat, la Commune a compté80 126 habitants. Si on travaille avec le taux d'accroissement, on peut l'estimer à 90 000 voir100 000 habitants. La commune a une superficie de 621 Km2....

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de ren…

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de rendre cette institution encore plus active et productive»

Monsieur le Président, la première session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2019 a pris fin récemment à Niamey. Quelle sont les recommandations issues de cette session ?Tout d'abord je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de notre institution le CESOC et de ses missions.Cela dit, pour revenir à votre question, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) a effectivement tenu sa première session ord...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Consommation des arômes et sels artificiels : Des …

Consommation des arômes et sels artificiels : Des additifs alimentaires pas toujours bénéfiques pour notre santé

Communément appelés «arôme Maggi», les exhausteurs de goût ou additifs alimentaires envahi...

jeudi 23 mai 2019

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des…

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des arômes industriels ou « bouillon » sur la santé

Les arômes importés constituent un problème sanitaire important. En effet, il n'est pas ra...

jeudi 23 mai 2019

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux sai…

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, de plus en plus un fardeau pour les fidèles

« L'Etat n'invente pas le prix du Hadj mais étudie toutes les dépenses par rubrique, fait ...

jeudi 16 mai 2019

L'air du temps

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Jour ''J'' moins 28 ; - 27 ;... -11 ; -10 ; -9, etc. Le compte à rebours est en marche, no...

jeudi 23 mai 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.