Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de Renaissance Culturelle, inspirée par le Président de la République, dont la ville de Niamey doit être le moteur, la locomotive et l

 

 

 


invitMonsieur le président de la Délégation Spéciale, pouvez-vous nous parler de vos réalisations depuis que vous êtes à la tête de la Délégation spéciale de la ville de Niamey et leurs impacts sur le quotidien des populations ?
Je dois d'abord remercier l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP), pour l'occasion qu'il me donne, encore, pour parler des travaux que nous faisons depuis notre arrivée à la tête de la Délégation Spéciale de notre capitale, sans oublier les perspectives, à l'avenir, pour rendre Niamey encore plus Nyala. Je dois dire que dès notre arrivée à cette fonction, nous nous sommes fixés des priorités. La première est celle qui consiste à mettre les agents de notre administration au travail, au service de la population. Il faut rappeler que les communes, les municipalités sont des structures de proximité et de gestion au quotidien mais aussi de l'avenir de la ville. Nous nous sommes inscrits dans cette logique de mener et de gérer nos actions ensemble, au quotidien. La deuxième priorité consiste à assurer à la population de Niamey les services essentiels. Pour que ces deux priorités soient accomplies, il faut des moyens. Ce qui nous amène logiquement à la troisième priorité, qui est la mobilisation des ressources pour atteindre ces objectifs mais aussi l'utilisation responsable et rationnelle de ces ressources. Concernant la première priorité, l'une des premières choses à faire, c'est de payer les agents des municipalités de Niamey. Nous nous sommes donc attelé à éponger les arriérés, surtout au niveau des temporaires. Ainsi, très tôt nous avons épuré les arriérés de ces temporaires, à mettre dans les meilleures conditions de travail, ces pères et mères de famille qui, de nuit comme de jour, s'activent dans des caniveaux, dans les ordures, dans les rues, dans la poussière, sous le soleil, pour accomplir leur tâche. En tout cas, nous avons mis le paquet pour que les agents se responsabilisent et se mettent activement au travail, tout en les assurant, régulièrement le paiement de leurs salaires. Donc, depuis notre arrivée, nous n'avons eu aucun mois d'impayé. Et je crois que cela à créer, au niveau du personnel, un engouement, une responsabilité et une envie de travailler. D'ailleurs, j'en profite pour les encourager et les féliciter de tout leur engagement à assurer la gestion urbaine, à assurer la gestion de notre capitale. Nous allons poursuivre cet effort de l'amélioration des conditions de travail de nos agents, en leur fournissant des matériels nécessaires et adéquats. Des instructions fermes ont été données dans ce sens et un suivi régulier est opéré. Donc, je ne pense pas que vous en trouverai, car nous sommes strict voir intransigeant par rapport à l'utilisation rationnelle des engins de la mairie, acquis à grands frais et qui doivent être utilisés uniquement au service des populations de Niamey. Aussi, nous avons procédé au recrutement de près de trois mille (3.000) temporaires, dans l'ensemble de la ville, pour la salubrité, l'entretien des voiries, pour la réparation des nids de poules, notamment. Je pense que les résultats sont remarquables. Concernant la deuxième priorité, qui consiste à assurer les services essentiels à la population, le déploiement de ces moyens humain et matériel a permis d'être à côté des populations, pour répondre à leurs exigences, à leurs souhaits, à leurs envies dans la capitale. Il s'agit d'abord d'assurer une ville propre, une ville où il fait bon de vivre. Il faut des rues, des routes, des quartiers propres. Nos agents sont sur pied de jour comme de nuit pour assurer ces souhaits. Nous avons ainsi fait une opération coup de poing pour réparer les nids de poule de tous les grands axes prioritaires fortement fréquentés. Aujourd'hui, on peut aisément circuler dans la ville de Niamey. Pour une ville, il faut l'entretenir, chaque heure, chaque jour. C'est donc ce travail que nous sommes en train de réaliser depuis notre arrivée à la tête de la Délégation Spéciale de la capitale. Assurer les services à la population, c'est aussi leur créer un cadre agréable. C'est pour cela que nous sommes en train de recréer tous les axes principaux de la ville de Niamey. Pour permettre aux populations d'avoir des activités continues, le jour comme la nuit. Qu'elles aient des activités économiques, culturelles, sociales, de divertissement. En effet, une ville ne fonctionne pas seulement le jour, une ville vit aussi la nuit. Aujourd'hui, Niamey est véritablement une ville qui vit et c'est cela l'ambition qui a animé le Président de la République. En effet, en initiant le programme Niamey Nyala, qui est un programme permanent et continu, il vise à faire de la ville de Niamey une vraie capitale. A l'instar de certaines capitales de la sous-région, des autres grandes villes, il faut faire en sorte que le Niger se dote d'une très grande ville. Et que les autres villes de l'intérieur puissent s'en inspirer. C'est aussi l'ambition visée, toujours par le Président de la République en instituant la fête tournante de la République, qui consiste à des programmes spéciaux de modernisation de nos capitales régionales à chaque fête du 18 décembre. Donc tout le Niger est dans cette dynamique de renaissance culturelle inspirée par le président de la République, dont la ville de Niamey doit être le moteur, la locomotive et l'exemple. Niamey, la capitale doit assurer la direction, de toutes les villes du Niger en étant la vitrine aussi bien de l'intérieur que de l'extérieur. Progressivement nous sommes en train d'aménager tous les espaces publics de la capitale. C'est le cas au niveau de la Place Niamey Nyala, près de la Poste, du Château I, du rond-point musulman, du Nouveau Marché. Le Jeudi 24 janvier dernier, nous avons lancés des aménagements au Rond-point des Nations-Unies, de celui de Gadafawa, du Parc de Koira Kano et bientôt nous allons lancer aussi des aménagements le long de l'Echangeur des martyrs, les Bois des Nations, bref, tout ce qui est espace public de la ville de Niamey sera aménagé, de façon à créer une ambiance simple, conviviale, de rencontres, d'échanges, de divertissement, pour répondre aux attentes des populations. Cette population de Niamey, étant majoritairement jeune, a besoin d'un cadre pour s'exprimer, pour s'épanouir et nous œuvrons pour offrir ce cadre d'épanouissement à la jeunesse de la capitale, pour qu'elle puisse légitimement être une force active, au lieu d'une force dormante. Dans le cadre de Niamey Nyala, nous allons réveiller et utiliser cette forte jeunesse, pour la construction et le développement de notre capitale.

Les populations semblent positivement apprécier vos actions à la tête de la ville de Niamey. Pouvez-nous donner les raisons de cette adhésion populaire à vos actions ?
Cette adhésion, que vous dites est j'estime la réaction aux réponses que nous apportons aux préoccupations de ces populations. Les populations veulent des responsables, des gérants de leurs territoires, qui ont un sens d'ouverture et d'écoute, qui les associent, pour apporter des réponses à leurs préoccupations, un adage ne dit-il pas : « Si vous faites quelque chose pour moi, sans moi, vous le faites contre moi » ? Alors, nous écoutons ces populations, nous les concertons, nous les associons et nous sommes régulièrement sur le terrain pour répondre à leurs attentes, à leurs aspirations, apporter des réponses appropriées à leurs besoins, car nous sommes justement là pour ça et rien que pour ça. C'est à cet exercice que, mon équipe et moi, œuvrons chaque jour. Je suis, en effet entouré d'une équipe dynamique, solidaire, engagée. C'est avec cet engouement et la volonté de toute cette équipe que nous agissons, que nous réalisons tout ce travail. En plus les populations voient et observent, elles vivent, je dirais au quotidien et concrètement les résultats. Aujourd'hui si les routes sont en bon état, les caniveaux sont curés, les voies éclairées, les espaces aménagés, les ordures évacuées, bref, si la ville est propre, si le cadre de vie est assaini, ceux qui en profitent ce sont surtout les populations. Cependant, pour que cela se réalise et perdure, il faut que ces mêmes populations apportent leur concours. Il faut absolument que la population de Niamey participe. La première façon de participer, c'est d'abord de ne pas gâter ce qui est réalisé ou réparé, c'est aussi de ne pas détruire ce qui existe. De ne pas détériorer l'existant, le cadre. La deuxième façon de participer, c'est d'apporter son concours pour que ce qui est fait perdure. Qu'il se pérennise dans le temps. Nous demandons donc cet effort civique, aux populations aussi bien sur le plan individuel que collectif, même si c'est en groupe. La ville de Niamey se tient à leur disposition pour les écouter, pour prendre en compte leurs préoccupations, pour travailler avec eux, pour qu'ensemble, de manière collective et consensuelle, nous puissions gérer et bien gérer la ville de Niamey, pour le bénéfice de tout un chacun. On ne le dira jamais assez, Niamey Nyala, c'est l'affaire de tous.

Monsieur le Délégué Spécial, avez-vous les moyens de votre politique, sinon avez-vous un plaidoyer envers vos partenaires ?
Votre question me permet de rebondir sur la troisième priorité, qui est aussi la mobilisation des ressources. La gestion d'une ville est complexe car elle demande énormément de moyens. Dire que j'ai les moyens serait exagéré. Dire que je n'ai pas les moyens, ne me parait pas aussi une réponse appropriée. Je pense que quand on a une responsabilité, on doit avoir la capacité de se battre pour trouver les moyens. Mais surtout utiliser rationnellement et de manière responsable les moyens disponibles. Aujourd'hui nous avons mis l'accent sur la mobilisation des ressources, nous profitons de cette occasion pour remercier les contribuables, pour leur esprit de civisme et de citoyenneté, ceux-là qui ont eu la bonne volonté de s'acquitter de leurs taxes et impôts. Ce qui est aussi réconfortant pour eux et pour nous, c'est qu'ils remarquent l'utilisation responsable qui est faite de ces ressources sur le terrain. Nous sommes aussi très regardants sur les coûts et les qualités des réalisations. En effet, nous veillons à ce qu'il n'y ait pas de surfacturation, à éviter des travaux mal ou non exécutés. Les travaux engagés par la ville de Niamey, doivent être exécutés dans les règles de l'art. Toute entreprise qui exécute mal un contrat, une mission, ou un quelconque travail qui lui a été donné par la ville de Niamey, se verra dans l'obligation de le reprendre. Sur cet aspect, nous sommes tout aussi intransigeants. Je pense qu'il faut que nous continuions dans cette démarche d'utilisation responsable et rationnelle de nos moyens et de nos ressources. C'est cela qui nous permettra d'optimiser, avec le peu qu'on a pour avoir des résultats. Nous devons aussi nous donner assez d'intelligence, d'initiative pour créer des nouvelles sources de financement, de mobilisation de ressources. Il faut que nous ayons le courage et l'initiative de faire des réformes qui vont nous permettre d'avoir beaucoup plus de moyens et par conséquent de répondre, au mieux, aux exigences et souhaits des populations de notre capitale. Et du coup, faire avancer cette ambition du Président de la République, celle de faire de Niamey, une ville véritablement Nyala, coquette.

Interview réalisée par Mahamadou Diallo (onep)
08/02/19

 

 

 

L'invité de Sahel Dimanche

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux…

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux, les centres d'animation ne sont plus régulièrement fréquentés »

Monsieur le directeur, pouvez vous nous dire dans quel contexte culturel a été créé le Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) ?A l'époque, l'Etat organisait des manifestations artistiques et culturelles, notamment le Festival National de la Jeunesse dans les départements [ndlr : les régions actuelles] pour créer un cadre d'épanouissement et de promotion du patrimoine culturel de proximité à la population en général et à la jeunesse en par...

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés …

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés Celsius que nous prévoyons sur le pays»

Depuis quelque temps on enregistre une montée progressive du thermomètre dans certaines zones de notre pays et particulièrement à Niamey. Est-ce que cette situation est normale du point de vue météorologique ?Merci de votre passage à la Direction de la Météorologie Nationale. Pour répondre directement à votre question, c'est vrai que depuis le début du mois de mars 2019, nous avons commencé à enregistrer une hausse de température. Le 31...

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement r…

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement relever le niveau de compétence et de formation des Maires et des administrations municipales»

Monsieur le maire, présentez nous votre commune.Magaria, qui a été érigée en commune en 1988, compte, suivant le recensement de 2012, 130.707 habitants, pour une superficie de 715 km2. La densité de la population tourne autour de 188 hbts au km2. Les principales activités sont l'agriculture et l'élevage mais aussi le commerce favorisé par notre proximité avec le Nigeria. Sur le plan position géographique, elle est limitée au nord par la...

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouver…

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouvernement pour avoir fait de la question du changement de comportement une priorité nationale»

M. le maire, comment se présente la commune de Mirriah ?La Commune Urbaine de Mirriah a été créée le 27 juin 1988 ; c'est une Commune qui a trente (30) ans d'existence. Pour ce qui est de la population, au dernier recensement général de la population et de l'habitat, la Commune a compté80 126 habitants. Si on travaille avec le taux d'accroissement, on peut l'estimer à 90 000 voir100 000 habitants. La commune a une superficie de 621 Km2....

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de ren…

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de rendre cette institution encore plus active et productive»

Monsieur le Président, la première session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2019 a pris fin récemment à Niamey. Quelle sont les recommandations issues de cette session ?Tout d'abord je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de notre institution le CESOC et de ses missions.Cela dit, pour revenir à votre question, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) a effectivement tenu sa première session ord...

Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant : «Dans le souci de …

Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant : «Dans le souci de promouvoir les droits des femmes, nous envisageons d'élaborer et de mettre en œuvre un Programme National de Promotion du leadersh

Mme la ministre, la Journée Internationale de la Femme est célébrée aujourd'hui 8 mars dans tous les pays du monde. Pouvez-vous nous faire un bref rappel historique des circonstances qui ont conduit à l'institution de cette journée ?Merci de l'opportunité que votre journal me donne pour parler de cette importante journée que le Niger, à l'instar des autres pays de la Communauté Internationale, célèbre aujourd'hui 8 mars 2019. En effet, ...

M. Youssouf Mohamed El Moctar, Secrétaire Exécutif du Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger (RECA) : «Nous…

M. Youssouf Mohamed El Moctar, Secrétaire Exécutif du Réseau National des Chambres d'Agriculture du Niger (RECA) : «Nous tirons un bilan positif qui a même dépassé nos attentes»

M. le Secrétaire Exécutif, la 5ème édition du Salon de l'Agriculture, de l'Hydraulique, de l'Environnement et de l'Elevage du Niger (SAHEL-Niger) a pris fin dimanche dernier à Niamey. Quel bilan pouvez-vous tirer de cette grande rencontre du monde des producteurs ?Nous tirons un bilan positif qui a même dépassé nos attentes et nos objectifs. Du 19 au 24 février 2019, le Salon sahel Niger 2019 a connu une affluence record cette année ave...

M. Sadou Seydou , Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : "Sous la conduite de SEM. Issoufou Mah…

M. Sadou Seydou , Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : "Sous la conduite de SEM. Issoufou Mahamadou, le dossier de la ZLECAf connait des avancées significatives"

Monsieur le Ministre, lors du 32ème Sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine, le Président de la République, Chef de l'État, a présenté à ses pairs le rapport de compte rendu sur l'état d'avancement du processus de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf) qui constitue sans nul doute l'une des grandes réformes portées par cette Institution. Pouvez-vous nous rappeler les grandes articulations de ce ...

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pa…

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pays du G5 Sahel : «Il n'y a jamais eu de guerre propre, mais il est bien possible d'allier lutte contre l'insécurité et respect scr

Monsieur le président, la CNDH et les autres institutions nationales des pays du G5 Sahel ont mis en place récemment un Réseau dont vous êtes le président. Pouvez-vous nous faire la genèse de la création de ce réseau ?Quelques mois seulement après son installation effective en mai 2013, la CNDH-Niger avait entrepris sur fonds propres, des missions de sensibilisation et d'information, au niveau des Institutions Nationales des Droits de l...

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de R…

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de Renaissance Culturelle, inspirée par le Président de la République, dont la ville de Niamey doit être le moteur, la locomotive et l

      Monsieur le président de la Délégation Spéciale, pouvez-vous nous parler de vos réalisations depuis que vous êtes à la tête de la Délégation spéciale de la ville de Niamey et leurs impacts sur le quotidien des populations ?Je dois d'abord remercier l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP), pour l'occasion qu'il me donne, encore, pour parler des travaux que nous faisons depuis notre arrivée à la tête de la ...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la …

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique

Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression po...

jeudi 18 avril 2019

Tresse traditionnelle

Tresse traditionnelle

La tresse traditionnelle a longtemps été un des métiers les plus reconnus à la femme nigér...

jeudi 18 avril 2019

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

L'air du temps

Endiguer le banditisme urbain

Endiguer le banditisme urbain

Il y a environ une semaine, la Police Nationale a une fois de plus mis hors d'état de nuir...

jeudi 18 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.