Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pays du G5 Sahel : «Il n'y a jamais eu de guerre propre, mais il est bien possible d'allier lutte contre l'insécurité et respect scr


InvitMonsieur le président, la CNDH et les autres institutions nationales des pays du G5 Sahel ont mis en place récemment un Réseau dont vous êtes le président. Pouvez-vous nous faire la genèse de la création de ce réseau ?
Quelques mois seulement après son installation effective en mai 2013, la CNDH-Niger avait entrepris sur fonds propres, des missions de sensibilisation et d'information, au niveau des Institutions Nationales des Droits de l'Homme (INDH) des Pays membres du G5 Sahel.
L'Objectif recherché était non seulement de mettre en place un Réseau des INDH en vue d'accompagner nos différents Gouvernements dans la prévention et la lutte contre le terrorisme en lien avec le respect des Droits Humains, mais aussi de concevoir et mettre en œuvre un programme intégrateur en matière des Droits Humains pour les 5 INDH. C'est dans ce sens que la CNDH-Niger s'est fortement impliquée dans l'élaboration du Programme Intégré de Promotion et de Protection des Droits Humains (PIPPDH) partagé avec les INDH du G5 Sahel.
Il est à préciser qu'à chaque étape de son plaidoyer, le Président de la CNDH-Niger a signé un protocole d'accord avec les autres Présidents des Institutions Nationales des Droits de l'Homme (INDH). A l'étape de la Mauritanie, suite à l'audience qu'a bien voulu nous accorder le Président en exercice du G5 Sahel de l'époque, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, il a été convenu de la création d'un Réseau des INDH du G5 Sahel, afin de donner plus de visibilité et d'impact à nos actions de promotion et de protection des Droits Humains dans l'espace du G5 Sahel. Il nous a été confié par nos paires, le pilotage du processus de mise sur pied de ce réseau.
Pourquoi cette initiative de la création d'un Réseau des institutions nationales des droits humains du G5 Sahel et seulement maintenant ?
Comme je le disais plus haut, l'idée de créer un Réseau des INDH du G5 Sahel date d'avril 2014. Certes le processus a été long mais le résultat est là et c'est le plus important. C'est d'ailleurs le lieu ici, d'exprimer toute notre gratitude au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l'Homme et le Programme des Nations Unies pour le Développement au Niger, pour leur appui technique et financier. La mise en place du Réseau a été entreprise dans une démarche participative et cohérente qui a tenu compte plus ou moins des spécificités des pays membres. L'Assemblée Générale constitutive pour le lancement du Réseau s'est tenue les 24 et 25 janvier derniers à Niamey au siège de la CNDH-NIGER, avec le concours financier de Diakonia, une Organisation Internationale Non Gouvernementale (OING), Suédoise et DANIDA.
Il est important de comprendre que cette initiative a été renforcée d'une part par les recommandations issues du Sommet du G5 Sahel tenu à Bruxelles (Belgique) le 22 Février 2018 sur le thème « Conférence sur les Droits Humains et le Renforcement de la Confiance entre la Force Conjointe G5 Sahel et les Populations Locales» et d'autre part par l'atelier relatif à l'établissement, la mise en œuvre et le maintien du cadre de conformité pour prévenir les violations des Droits de l'Homme et du Droit International Humanitaire dans le cadre de la lutte contre le terrorisme co-organisé par le Secrétariat Permanent du G5 Sahel, la Force Conjointe G5 Sahel et la MINUSMA, les 7 et 8 Mai 2018 à Bamako (Mali)

Monsieur le président, quelle est précisément la situation des droits humains dans les pays du G5 Sahel dans un climat de lutte acharnée contre la menace terroriste?
La menace terroriste est réelle et d'actualité, les attaques djihadistes sont là et très préoccupantes pour l'ensemble des pays du G5 Sahel, surtout si l'on sait que ces pays sont parmi les plus pauvres du monde. A ces menaces s'ajoute la recrudescence des conflits intercommunautaires dans certains pays membres.
Du fait du caractère asymétrique de ces attaques, nos Forces de Défense et de Sécurité semblent avoir des difficultés à enrayer les attaques djihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières, du fait de la porosité de nos frontières. Heureusement, la Force conjointe mène des opérations de ratissage, de riposte et aussi, des opérations de sécurisation, au niveau des Fuseaux Centre (Burkina-Faso, Mali Niger) et du Fuseau Est (Niger-Tchad). C'est d'ailleurs le lieu, de saisir cette opportunité que vous m'offrez pour d'abord féliciter nos vaillantes Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et celles des pays alliés pour les résultats éclatants enregistrés sur le terrain notamment ces derniers mois.
Toutefois, la situation demeure toujours préoccupante face à la menace terroriste ainsi que d'autres formes de criminalités dans la zone, étant entendu que le terrorisme se nourrit toujours des facteurs endogènes. Mais avec l'intensification de ces vastes opérations de ratissage conduite par les Forces de Défense et de Sécurité Nigériennes à l'exemple de celle effectuée le long de la rivière Komadougou et sur les îles du Lac Tchad combinant actions de l'aviation et des troupes au sol, les populations auront davantage le sentiment d'être sécurisées, ce qui renforcera la confiance entre elles et les Forces de Défense et de Sécurité.
Peut-on, selon vous, tisser une alliance parfaite entre la lutte contre l'insécurité et le respect scrupuleux des droits de l'homme ?
La CNDH-Niger est consciente qu'il n'y a jamais eu de guerre propre, mais il est bien possible d'allier lutte contre l'insécurité et respect scrupuleux des droits humains. N'oublions pas que nos différents Etats du G5 SAHEL sont parties à plusieurs conventions internationales qui promeuvent et protègent les Droits Humains dont entre autres la Déclaration Universelles des Droits de l'Homme (DUDH), le Pacte International Relatif aux Droits Civils et Politiques (PIDCP), la Convention Internationale sur la Lutte Contre la Torture et les Traitements Inhumains et ou dégradants, la Charte Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples ainsi que les quatre (4) Conventions de Genève du 12 Août 1949 et les Résolutions des Nations Unies.
L'alliance parfaite entre lutte contre l'insécurité et respect scrupuleux des droits humains passe nécessairement par, en amont des séances de sensibilisation et de renforcement des capacités de nos soldats afin de prévenir toute bavure. C'est le lieu ici de saluer la hauteur d'esprit du Ministre de la Défense et celui de l'Intérieur de la sécurité publique, de la décentralisation et des affaires coutumières et religieuses, pour avoir bien voulu accepter de mettre à la disposition de la CNDH les Forces de Défense et de Sécurité afin que nous les formions. Cela a été le cas le 30 Août dernier au Siège de la CNDH-NIGER, en partenariat avec le CICR-NIGER et Rassemblement des Acteurs pour la Promotion et le Respect du Droit International Humanitaire et des Droits de l'Homme. Ça a été le cas aussi à Diffa du 28 novembre au 02 décembre avec l'appui financier du Projet « Peace Bulding » du PNUD-Niger. Dans le courant de cette année, nous comptons à nouveau reconduire cette activité à Diffa et l'étendre aussi à Tillabéri et Tahoua.
Dans le cadre de ce réseau, comment comptez-vous agir pour protéger les droits des groupes vulnérables notamment les femmes et les enfants ?
La conférence de Bruxelles du 22 février 2018 s'est longuement penchée sur ces groupes vulnérables notamment les Femmes et les Enfants dans l'optique de les protéger contre toutes les formes de violations.
En plus de ces actions de préventions, celles de protection s'avèrent aussi nécessaires et vont de pair. Nous avons mis en place avec l'Association pour la Redynamisation de l'Elevage au Niger (AREN) appuyée par Oxfam et certains acteurs de la Société Civile, un cadre de concertation pour faire le suivi périodique de la situation sécuritaire et humanitaire dans les zones de Diffa et Tillabéri affectées par ces conflits terroristes. De décembre 2017 à nos jours, nous avons mené quatre importantes missions d'enquête et investigation afin de collecter et documenter des cas de violations des Droits Humains. Deux rapports accompagnés de recommandations ont été communiqués sous plis confidentiels au Gouvernement. Les deux autres rapports seront incessamment transmis aux ministères concernés pour prise en charge. L'objectif poursuivi par ces descentes périodiques et régulières sur le terrain, c'est de dissuader d'éventuelles violations des Droits Humains, dont en particulier celles touchant les femmes et les enfants.
La situation des droits humains diffère d'un pays à un autre. Comment le réseau peut-il intervenir dans un pays où, même l'institution nationale a des difficultés pour jouer son rôle ?
Effectivement, des particularités existent selon les pays mais il faut retenir qu'ils sont tous des pays Sahélo-Sahariens ; confrontés aux mêmes risques, menaces et vulnérabilités. (Rebellions, radicalismes religieux, attaques des sites stratégiques, insécurités résiduelles, trafics illicites de drogue et armes, enrichissement illicite, blanchiment des capitaux, migrations clandestines etc...)
Heureusement, par rapport à cette différence entre pays, il est élaboré, sur la base des programmes sectoriels de développement, une matrice des initiatives et des projets prioritaires dans le cadre des piliers et des orientations du G5 Sahel. Enfin, des analyses conjoncturelles des piliers sont menées en vue d'initier des synergies et des projets
intégrateurs.
De quels moyens disposez-vous, Monsieur le président, pour atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés dans le cadre de ce réseau ?
Tout d'abord, notre détermination et notre volonté d'aller vers les communautés et les Forces de Défense et de Sécurité à travers des campagnes de sensibilisation, d'information et de formation seront des grands atouts pour la CNDH-Niger. Notre dernière expérience d'échanges avec les FDS de Diffa a été concluante.
Les réflexions pour élaborer des modules et partage d'expériences avec les autres
Institutions Sœurs pour le renforcement des capacités des cadres chargés d'accompagnement sont en cours. La CNDH-Niger se fera le devoir de mener à terme ce travail. La mobilisation des ressources financières et matérielles auprès des autorités compétentes et des partenaires techniques et financiers constitue une des activités prioritaires à mener.
Sur ce dernier point nous avons sollicité et obtenu le 25 janvier dernier, une audience auprès de son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l'Etat Issoufou Mahamadou, à l'époque Président en Exercice du G5 Sahel, qui a été très sensible et attentif au rôle éminent que peuvent jouer les INDH du G5 Sahel notamment dans la mise en confiance entre FDS et populations locales.
Aussi, lors de l'audience, il lui a été présenté les membres du Réseau et nous avons saisi cette opportunité pour d'abord le féliciter pour le bilan de sa Présidence en Exercice du G5-SAHEL, Présidence au cours de
laquelle d'importantes avancées ont été
enregistrées.

Réalisée par Fatouma Idé(onep)
15/02/19

L'invité de Sahel Dimanche

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transpo…

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transport des hydrocarbures, c'est la conception d'un pipe-line»

Monsieur le Directeur général, il y a quelques jours de cela, un véhicule citerne accidenté au quartier Aéroport de Niamey, a provoqué la mort de plusieurs dizaines de Nigériens venus siphonner le carburant qu'il contenait. Est-ce qu'on peut dire que les mesures de sécurité ont été respectées à cette occasion pour éviter la survenue de ce drame ?Je me réjouis de l'opportunité que vous nous donnez de parler de ce problème et d'apporter n...

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pa…

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP) : «Le MAEP est là pour répondre au défi du développement du continent africain, et au défi de l'intégration ; il s'agit

Monsieur le Secrétaire Permanent du MAEP, le Conseil des Ministres du lundi 29 avril 2019 a entendu une communication du Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République relative au lancement de l'auto-évaluation du Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP). Pouvez-vous nous édifier sur l'importance pour notre pays d'entrer dans la phase de lancement de l'auto-évaluation du MAEP ?Je voudrais sincèrement vous remer...

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au poin…

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au point de vue traditionnel peut être enregistré comme patrimoine culturel

La convention Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) de 2003 propose aux Etats parties un modèle de fiches standards pour enregistrer et classer leur PCI. Ce modèle a pris en compte cinq (5) champs, notamment les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur de Patrimoine Culturel Immatériel, les arts des spectacles, les pratiques sociales, rituelles et évènements festifs, les connaissances et pratiques concernant la...

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement ér…

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement érigée en liberté constitutionnelle»

Monsieur le Président, voilà un an que vous êtes à la tête du Conseil Supérieur de la Communication (CSC). Pouvez-vous nous donner un aperçu sur les principales actions que vous avez entreprises durant cette année ?Il est très tôt pour tirer un bilan, mais nous pouvons tout de même relater quelques actions qui ont été engagées depuis lors. Je voudrais d'abord préciser que la nouvelle équipe du Conseil supérieur de la communication a pri...

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la …

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la taille du réseau routier national et d'améliorer certains indicateurs»

Monsieur le ministre, le Niger est engagé depuis quelques années dans une politique hardie d'équipement du pays en routes, ponts et échangeurs voire en travaux connexes : quel est le coût de ces investissements et surtout quel est leur impact sur les échanges nationaux et internationaux du Niger voire sur le bien-être des Nigériens ?Durant les huit ans de mise en œuvre du Programme de la Renaissance Actes 1 et 2, d'importants investisse...

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux…

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux, les centres d'animation ne sont plus régulièrement fréquentés »

Monsieur le directeur, pouvez vous nous dire dans quel contexte culturel a été créé le Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) ?A l'époque, l'Etat organisait des manifestations artistiques et culturelles, notamment le Festival National de la Jeunesse dans les départements [ndlr : les régions actuelles] pour créer un cadre d'épanouissement et de promotion du patrimoine culturel de proximité à la population en général et à la jeunesse en par...

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés …

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés Celsius que nous prévoyons sur le pays»

Depuis quelque temps on enregistre une montée progressive du thermomètre dans certaines zones de notre pays et particulièrement à Niamey. Est-ce que cette situation est normale du point de vue météorologique ?Merci de votre passage à la Direction de la Météorologie Nationale. Pour répondre directement à votre question, c'est vrai que depuis le début du mois de mars 2019, nous avons commencé à enregistrer une hausse de température. Le 31...

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement r…

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement relever le niveau de compétence et de formation des Maires et des administrations municipales»

Monsieur le maire, présentez nous votre commune.Magaria, qui a été érigée en commune en 1988, compte, suivant le recensement de 2012, 130.707 habitants, pour une superficie de 715 km2. La densité de la population tourne autour de 188 hbts au km2. Les principales activités sont l'agriculture et l'élevage mais aussi le commerce favorisé par notre proximité avec le Nigeria. Sur le plan position géographique, elle est limitée au nord par la...

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouver…

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouvernement pour avoir fait de la question du changement de comportement une priorité nationale»

M. le maire, comment se présente la commune de Mirriah ?La Commune Urbaine de Mirriah a été créée le 27 juin 1988 ; c'est une Commune qui a trente (30) ans d'existence. Pour ce qui est de la population, au dernier recensement général de la population et de l'habitat, la Commune a compté80 126 habitants. Si on travaille avec le taux d'accroissement, on peut l'estimer à 90 000 voir100 000 habitants. La commune a une superficie de 621 Km2....

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de ren…

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de rendre cette institution encore plus active et productive»

Monsieur le Président, la première session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2019 a pris fin récemment à Niamey. Quelle sont les recommandations issues de cette session ?Tout d'abord je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de notre institution le CESOC et de ses missions.Cela dit, pour revenir à votre question, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) a effectivement tenu sa première session ord...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Consommation des arômes et sels artificiels : Des …

Consommation des arômes et sels artificiels : Des additifs alimentaires pas toujours bénéfiques pour notre santé

Communément appelés «arôme Maggi», les exhausteurs de goût ou additifs alimentaires envahi...

jeudi 23 mai 2019

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des…

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des arômes industriels ou « bouillon » sur la santé

Les arômes importés constituent un problème sanitaire important. En effet, il n'est pas ra...

jeudi 23 mai 2019

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux sai…

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, de plus en plus un fardeau pour les fidèles

« L'Etat n'invente pas le prix du Hadj mais étudie toutes les dépenses par rubrique, fait ...

jeudi 16 mai 2019

L'air du temps

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Jour ''J'' moins 28 ; - 27 ;... -11 ; -10 ; -9, etc. Le compte à rebours est en marche, no...

jeudi 23 mai 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.