Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique


Dossier1Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression pour les femmes. Elle fait partie des parures importantes de la femme africaine ; chaque modèle pratiqué traduisait l'état d'âme de la porteuse. Au Niger, les coiffures traditionnelles et modernes cohabitent bien pour la beauté de cette dernière. Elle exprimait également l'appartenance d'un individu à un groupe ethnique. Et est signe distinctif d'une ethnie ou la traduction d'un évènement dans la société : coiffure de jeune mariée, coiffure de veuve, coiffure de fête.

Lors des grands évènements culturels, notamment les festivals, les participants sont curieux de découvrir certains traits culturels de notre pays, notamment les merveilleuses tresses nigériennes ; ils restent sur leur faim. De nos jours, les coiffures de toutes les femmes dans ce genre de rencontres se valent. Une uniformité qui ne dit pas son nom. Or la coiffure est un élément culturel important dans les critères de beauté dans une société. Les anciens détenaient le code secret pour distinguer les différentes catégories de femmes dans la société.
Les tresses modernes offrent une gamme variée de modèles avec des mèches de toutes catégories qui coûtent souvent une fortune. Les coiffures traditionnelles se faisaient sur cheveux naturels, sans rajouts et étaient ornées d'or, d'argent, de cauris ou de perles. L'art de la coiffure était transmis de mère en fille et les tresses étaient un moyen de sublimer la chevelure. À cette époque, ni le tissage, ni le défrisage n'existaient pas encore. Mais, ces valeurs culturelles commencent à être rangées dans les rayons des musées du fait de l'influence occidentale.
Aujourd'hui, très peu de salons peuvent tresser nos modèles à cause du faible niveau de demandes. Les offres de services dans le domaine de la coiffure traditionnelle s'affaissent. Les jeunes femmes et les filles préfèrent se coiffer dans les salons modernes. Aux dires de Aichatou Maiga, une fille de 28 ans qui attendait impatiemment son tour chez une des nombreuses coiffeuses dans un salon de beauté de la place, « la coiffure du salon est jolie et est rapide ; les tresses traditionnelles sont dépassées maintenant; et c'est timide mais elles viennent surtout pour les petites tresses traditionnelles avec des modèles souvent compliqués, différentes des nattes grosses d'antan».
Au-delà des salons, elles sont nombreuses les femmes ménagères qui, assises dans des coins des maisons ou des hangars devant les maisons, s'adonnent à cette activité avec dextérité.

Des coiffes avec des signes distinctifs

« Il y a très longtemps de cela, la tresse était un moyen d'expression culturelle ; en effet, pendant des époques lointaines, les tresses représentent l'identité traditionnelle des populations qui la pratiquaient. La septuagénaire Kardiatou explique que, chez les Djerma sonrhaï, on reconnaît la parturiente par la coiffure qu'elle porte. Cette coiffure qui s'appelle "manga" est typiquement son¬rhaï.
Tout comme le "zoumboutou" qui est composé de deux sillons de chaque côté des oreilles. Les mèches sont ornées de colliers, une grosse crête rouge trône au milieu. Un mélange de fils rouges, de colliers, tire vers les oreilles. Le "zoumboutou" est réser¬vé aux femmes mariées. La cohabitation pacifique s'est réalisée dans le respect des identités culturelles. Depuis ces temps lointains, seule la beauté artistique inspire l'émulation entre les femmes dans la conception et la confection de leurs coiffures.
Selon elle, les tresses des nomades, notamment des touarègues, des peuhles, sont généralement couvertes de parures dorées, argentées et parsemées de col¬liers, de fines perles. Pendant la période de viduité, une veuve n'a pas le droit de se faire belle. Sa coiffure ne dépasse guère deux sillons. On remarque cette simplification de la coiffure de la veuve dans toutes les ethnies de notre pays. Chez les Kanuris, on trouve les belles ''kilayasskou'' en référence aux tresses traditionnelles de la région de Diffa. Pour dire que dans les tradi¬tions, les tresses des femmes sont aussi vieilles que les terres qui nous portent.

Une longue histoire chez la femme nigérienne.

Le langage ésotérique fait la différence entre telle coif¬fure et tel modèle. Dans notre tradition, la femme ne se tresse pas au hasard. Toute coiffure féminine a un sens bien déterminé selon l'âge de celle qui la porte. Cependant, le modè¬le varie d'une ethnie à une autre. Les tresses longues sont le trait caractéristique de la femme peulhe qui ne laisse jamais ces cheveux hirsutes. A tous moments, elle est tressée, de la tendre enfance au mariage. Comme dans toutes les eth¬nies de notre pays, la nouvelle mariée peulhe porte une tresse spéciale.
D'après Mamadou, un chef de famille, gardien des traditions, «nous voulons que nos femmes se tressent comme avant ; c'est vrai que la religion musulmane décourage certaines de ces tresses qui utilisent beaucoup de mèches, de fils et autres ajouts qui empêchent pendant les ablutions l'eau de pénétrer le dessous des cheveux. Et aussi, reconnaissons-le, c'est coûteux. Moi, j'aime bien voir une femme tressée simplement sans rajouts, ni perles. Pour certains hommes aussi, le port des foulards et du voile sont les meilleurs accessoires pour les femmes ».
Mintou Diallo, trouvée dans un salon dénommé '' Divas'' du quartier Plateau, confirme que la coiffure est l'un des artifices importants de la séduction. La chevelure a un grand pouvoir de séduction sur les hommes. Sa particularité ? elle n'attend pas que les clientes viennent vers elle ; pour cela, elle a mis en place un concept intéressant à travers sa page Facebook, où toute une gamme de modèles est présentée. Les femmes choisissent les modèles de leur choix et fixent un rendez-vous. Des nattes simples ou compliquées, elle a l'art de les réussir en un temps record (une heure à deux heures) et peut tresser trois à cinq personnes par jour. Comme conseils et astuces, Mintou invite les femmes à se tresser, car les tresses favorisent la pousse et l'entretien des cheveux. Elle déconseille aux femmes de faire les nattes trop serrées qui peuvent abimer les cheveux. Mme Soumaila, une coiffeuse spécialiste des grosses et petites tresses, fait partie de ces nombreuses femmes.
Précisément, elle fait des tresses crochets, des tresses renversées. En effet, elle se consacre depuis 2011 aux tresses qui, selon elle, offrent beaucoup d'avantages aux femmes. Elle cite entre autres la protection des cheveux, leur facile entretien puisque ces tresses peuvent durer un, deux souvent trois mois. La dame nous confie : «nous avons continué à pratiquer les tresses traditionnelles, héritées de nos parents. Mais, aujourd'hui, la demande a diminué à cause de la modernisation ; presque toutes les femmes aiment se faire coiffer dans les salons modernes. Nos clientes sont les femmes âgées et les petites filles qui connaissent la valeur de la tresse traditionnelle ; c'est une tresse qui dure et avec laquelle les cheveux ne se cassent pas. Lors des défilés de mode, les promotrices de ces évènements font recours souvent à nos services», affirme-t-elle.
Imiter les Rihanna, les Beyoncé, les Jennifer et autres n'est pas une mauvaise chose en soi, mais il faut savoir aussi garder sa propre culture. La nouvelle génération ne doit pas seulement se fier à la culture occidentale ; il existe aussi, chez nous, des pratiques importantes qu'on doit sauvegarder.
Par Aïssa Abdoulaye Alfary (ONEP)
(19/04/2019)

L'invité de Sahel Dimanche

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transpo…

Colonel Major Bako Boubacar, Directeur général de la Protection Civile : « L'ultime solution aux risques liés au transport des hydrocarbures, c'est la conception d'un pipe-line»

Monsieur le Directeur général, il y a quelques jours de cela, un véhicule citerne accidenté au quartier Aéroport de Niamey, a provoqué la mort de plusieurs dizaines de Nigériens venus siphonner le carburant qu'il contenait. Est-ce qu'on peut dire que les mesures de sécurité ont été respectées à cette occasion pour éviter la survenue de ce drame ?Je me réjouis de l'opportunité que vous nous donnez de parler de ce problème et d'apporter n...

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pa…

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP) : «Le MAEP est là pour répondre au défi du développement du continent africain, et au défi de l'intégration ; il s'agit

Monsieur le Secrétaire Permanent du MAEP, le Conseil des Ministres du lundi 29 avril 2019 a entendu une communication du Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République relative au lancement de l'auto-évaluation du Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP). Pouvez-vous nous édifier sur l'importance pour notre pays d'entrer dans la phase de lancement de l'auto-évaluation du MAEP ?Je voudrais sincèrement vous remer...

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au poin…

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au point de vue traditionnel peut être enregistré comme patrimoine culturel

La convention Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) de 2003 propose aux Etats parties un modèle de fiches standards pour enregistrer et classer leur PCI. Ce modèle a pris en compte cinq (5) champs, notamment les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur de Patrimoine Culturel Immatériel, les arts des spectacles, les pratiques sociales, rituelles et évènements festifs, les connaissances et pratiques concernant la...

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement ér…

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement érigée en liberté constitutionnelle»

Monsieur le Président, voilà un an que vous êtes à la tête du Conseil Supérieur de la Communication (CSC). Pouvez-vous nous donner un aperçu sur les principales actions que vous avez entreprises durant cette année ?Il est très tôt pour tirer un bilan, mais nous pouvons tout de même relater quelques actions qui ont été engagées depuis lors. Je voudrais d'abord préciser que la nouvelle équipe du Conseil supérieur de la communication a pri...

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la …

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la taille du réseau routier national et d'améliorer certains indicateurs»

Monsieur le ministre, le Niger est engagé depuis quelques années dans une politique hardie d'équipement du pays en routes, ponts et échangeurs voire en travaux connexes : quel est le coût de ces investissements et surtout quel est leur impact sur les échanges nationaux et internationaux du Niger voire sur le bien-être des Nigériens ?Durant les huit ans de mise en œuvre du Programme de la Renaissance Actes 1 et 2, d'importants investisse...

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux…

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux, les centres d'animation ne sont plus régulièrement fréquentés »

Monsieur le directeur, pouvez vous nous dire dans quel contexte culturel a été créé le Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) ?A l'époque, l'Etat organisait des manifestations artistiques et culturelles, notamment le Festival National de la Jeunesse dans les départements [ndlr : les régions actuelles] pour créer un cadre d'épanouissement et de promotion du patrimoine culturel de proximité à la population en général et à la jeunesse en par...

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés …

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés Celsius que nous prévoyons sur le pays»

Depuis quelque temps on enregistre une montée progressive du thermomètre dans certaines zones de notre pays et particulièrement à Niamey. Est-ce que cette situation est normale du point de vue météorologique ?Merci de votre passage à la Direction de la Météorologie Nationale. Pour répondre directement à votre question, c'est vrai que depuis le début du mois de mars 2019, nous avons commencé à enregistrer une hausse de température. Le 31...

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement r…

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement relever le niveau de compétence et de formation des Maires et des administrations municipales»

Monsieur le maire, présentez nous votre commune.Magaria, qui a été érigée en commune en 1988, compte, suivant le recensement de 2012, 130.707 habitants, pour une superficie de 715 km2. La densité de la population tourne autour de 188 hbts au km2. Les principales activités sont l'agriculture et l'élevage mais aussi le commerce favorisé par notre proximité avec le Nigeria. Sur le plan position géographique, elle est limitée au nord par la...

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouver…

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouvernement pour avoir fait de la question du changement de comportement une priorité nationale»

M. le maire, comment se présente la commune de Mirriah ?La Commune Urbaine de Mirriah a été créée le 27 juin 1988 ; c'est une Commune qui a trente (30) ans d'existence. Pour ce qui est de la population, au dernier recensement général de la population et de l'habitat, la Commune a compté80 126 habitants. Si on travaille avec le taux d'accroissement, on peut l'estimer à 90 000 voir100 000 habitants. La commune a une superficie de 621 Km2....

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de ren…

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de rendre cette institution encore plus active et productive»

Monsieur le Président, la première session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2019 a pris fin récemment à Niamey. Quelle sont les recommandations issues de cette session ?Tout d'abord je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de notre institution le CESOC et de ses missions.Cela dit, pour revenir à votre question, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) a effectivement tenu sa première session ord...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Consommation des arômes et sels artificiels : Des …

Consommation des arômes et sels artificiels : Des additifs alimentaires pas toujours bénéfiques pour notre santé

Communément appelés «arôme Maggi», les exhausteurs de goût ou additifs alimentaires envahi...

jeudi 23 mai 2019

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des…

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des arômes industriels ou « bouillon » sur la santé

Les arômes importés constituent un problème sanitaire important. En effet, il n'est pas ra...

jeudi 23 mai 2019

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux sai…

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, de plus en plus un fardeau pour les fidèles

« L'Etat n'invente pas le prix du Hadj mais étudie toutes les dépenses par rubrique, fait ...

jeudi 16 mai 2019

L'air du temps

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Jour ''J'' moins 28 ; - 27 ;... -11 ; -10 ; -9, etc. Le compte à rebours est en marche, no...

jeudi 23 mai 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.